GSY REVIEW | X360, PS3, PC Jeudi 20 novembre 2014 | 18:37

Gamersyde Review : AC Rogue

Gamersyde Review : AC Rogue

Il n’y a pas que Unity dans la vie, il y a aussi Assassin’s Creed: Rogue. Le dernier épisode old gen de la franchise tente d’appâter le client avec une histoire qui sort un peu de l’ordinaire et quelques nouveautés. En plus de notre review qui vient compléter la preview que nous vous avions proposé il y a un mois, quelques vidéos vous présentant le jeu dans sa version 360, le tout capturé avec notre bon vieux boîtier de la grande époque. Mais trêve de bavardages, répondons sans plus attendre à la question que tout le monde se pose : ce nouveau volet vaut-il la peine que l'on s'y attarde ?



Ce n’est désormais une surprise pour personne, ce nouvel opus ne va pas réinventer la roue puisqu'il reprend globalement bon nombre d’éléments d’AC3 et AC4. Là où il va tenter de marquer des points, c’est avec son scénario qui se veut plus original que jamais. Un assassin qui passe dans le camp adverse, voilà un sujet assez intéressant, mais qui n’est cependant pas exploité à son plein potentiel. En effet, l’histoire du renégat Shay Patrick Cormac pourrait se résumer en deux lignes. La raison de son retournement de veste est tout aussi légère et démontre que le pôle communication de la confrérie des Assassins doit sévèrement s’améliorer… Le présent (toujours chez Abstergo Entertainment) vient quant à lui ajouter une larmichette d’intérêt supplémentaire, mais on est encore à des années lumières du décrochement de mâchoire que la fin d’AC2 avait occasionné. A l’arrivée on se retrouve avec une histoire creuse, survolant la guerre de 7 ans, avec en prime un héros encore plus antipathique qu’Altaïr et Connor. Seul point positif de ce point de vue, la dernière mission va répondre à une question que beaucoup ont pu se poser dans Unity…



C’est le Nooord !!

Si le scénario n’est pas convaincant, où puiser du plaisir dans le jeu ? Peut-être avec sa map de l’Atlantique Nord et son lot de paysages et tempêtes glacées aux couleurs bleutées parfois très dépaysantes. L’exploration de certaines zones dans cet environnement est particulièrement plaisante. On y trouve par exemple des grottes ou des cimetières d’épaves prisonnières de la glace, ce qui change quelque peu des précédents volets. Une tempête de neige au milieu de l’océan peut totalement vous faire perdre vos repères, tant le brouillard gelé obscurcit l’horizon. La traque des assassins planqués absolument partout dans le monde est également très amusante et rappelle bien évidemment les folles parties multijoueur malheureusement abandonnées cette année. Seul bémol, ils s’invitent parfois au milieu des missions principales, dans des moments peu propices à la chasse. En résulte des attaques surprises sans vraiment pouvoir rétorquer malgré le son de murmure avertissant du danger (Identique à celui des anciens modes multijoueur). Enfin, le contenu secondaire donne la possibilité d’aider nos alliés britanniques à reprendre des camps ennemis, nous récompensant notamment avec des ressources habituellement acquises en mer. La map des rivières du St Laurent reprend globalement les paysages d’AC3, mieux vaut cependant éviter d’affronter des navires dans ce coin, l’étroitesse de certains canaux fluviaux nécessitant des manœuvres pas vraiment adaptées aux situations de combat.

Assassin’s Greed

Pour le reste, on prend les mêmes et on recommence. Tout y est, capture de fort, abordage et j’en passe. Même la ville de New-York (seule grande zone urbaine de ce nouvel épisode) ne parvient pas à rallumer la flamme. Comme toujours, une pléiade de collectibles disséminés partout viendra satisfaire les malades atteints de collectionnite aïgue. Dans ce domaine, il y a cependant un item qui porte un léger intérêt supplémentaire : prosperity. Comme son nom l’indique, ces diamants jaunâtres similaires aux fragments d’animus viennent augmenter vos intérêts bancaires. Une motivation de plus à les débusquer et ainsi grossir son pécule plus facilement que dans le précédent volet (ou dans le malheureux Unity et ses honteuses micro-transactions). Vos profits peuvent être collectés directement dans votre navire ou votre propriété, ce qui ne devrait pas bouleverser les habitués de la série. Si vous avez la folie des grandeurs, vous pouvez de nouveau rénover certains bâtiments afin d’augmenter vos gains. Du classique donc.



Saga Assassin, ambiance de la secousse

L’un des points forts propre à tout titre de la licence Assassin à toujours été l’ambiance et l’atmosphère de la période dans laquelle on nous plonge. Force est de constater que ce volet ne déroge pas à la règle, tant certaines missions sont pour le moins, vibrantes… La musique n’est pas en reste et même si on est loin du travail de Jesper Kid, Elitsa Alexandrova s’en sort très bien. La navigation se voit cependant agrémentée d’un changement qui a tendance à mettre à mal le réalisme. En effet, les contrôles du navire (ne pas dire bateau pour ne pas vexer Edward Kenway) et les mouvements de celui-ci sont beaucoup plus rapides que son prédécesseur. En résulte une sensation d’accélération du temps exagérée dans les manœuvres ou à l’accostage, ce qui a tendance à impacter légèrement l’immersion.

Verdict


Ce dernier épisode de la série sur old-gen risque d’avoir peine à convaincre les joueurs, tant il reprend les mécaniques de ses grands frères AC4 et AC3. Une histoire creuse et un personnage aussi charismatique que Connor Kenway ne plaidera pas non plus en sa faveur. Cependant, les plaisirs de la navigation restent intacts et la carte du grand Nord est une valeur ajoutée non négligeable pour le fan de la franchise. Même si l’intrigue n’a rien de passionnant, un événement particulier lors de la dernière séquence mémoire devrait tout de même récompenser vos efforts. Techniquement, le jeu est livré avec son lot de bugs habituels, ils nous ont cependant parus moins nombreux dans cet épisode que dans ses prédécesseurs. Si une durée de vie de jeu d’une dizaine d’heures ne vous freine pas et que vous rêvez de connaître le contenu de la dernière mission, cet opus est pour vous. Si en revanche vous n’êtes pas prêt à remettre le couvert et reprendre la barre d’un deux mats, restez à quai et préférez-lui ACU sur consoles de nouvelle génération – du moins une fois que ses nombreux soucis techniques seront corrigés.


Les Plus


+ La map de l’Atlantique Nord
+ La traque des assassins
+ La dernière séquence mémoire
+ La mission “vibrante” de Lisbonne
+ L’ambiance musicale


Les moins


- Histoire creuse
- Héros antipathique
- Gameplay quasi identique aux anciens
- Les mouvements de navigation trop rapides
- Durée de vie (10-12h)

1st Mission
Abstergo (Spoiler)
Retour à Davenport
Ship
North Atlantic & River valley
Puckle gun - frozen sea - Rope dart

Tous les commentaires

Commentaire du 20/11/2014 à 18:54:24
Ouch la durée de vie... sont sérieux ? j'ai passé presque 40H00 sur Black flag :/
Commentaire du 20/11/2014 à 18:55:35 En réponse à deepbluesea
Je pense qu'il faut plus le voir comme un Revelation ou un Liberation.
Commentaire du 20/11/2014 à 19:01:35
C'est surtout 10h en se concentrant sur les missions principales aussi, tu peux monter à 40h comme d'hab si tu fouilles le moindre recoin :p
Commentaire du 20/11/2014 à 19:13:25
Moi il me donne beaucoup plus envie que black flag. Mais bon là c'est unity qui me fait vraiment de l'oeil... par contre j'adonne l'image de votre news. Superbe
Commentaire du 20/11/2014 à 19:37:50 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Je pense qu'il faut plus le voir comme un Revelation ou un Liberation.
Mouais. Bah du coup je suis tout de suite moins intéressé par la sortie PC. dommage.
Commentaire du 20/11/2014 à 21:25:46
Dans un monde merveilleux et moins pourri par le fric AC rogue n'aurait pas existé (du moins pas de suite) et les gens ayant travaillé dessus auraient contribué à finaliser AC unity :rêve:

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • Yohmi
    Yohmi La direction artistique est particulière, de là à dire que c'est moche, vraiment pas. J'aime pas Zelda, j'y jouerai pas, mais le style est très sympa je trouve. (il y a 4 Heures)
  • MadPchhit
    MadPchhit @Onirik: T'en as déjà bien trop dit :D (il y a 9 Heures)
  • Blackninja
    Blackninja @Onirik: [url] (il y a 11 Heures)
  • Onirik
    Onirik @MadPchhit: Oui. Mais je suis pas sur d'avoir le droit de trop m'étendre ici... :) (il y a 11 Heures)
  • MadPchhit
    MadPchhit @Onirik: T'as des infos précises? (il y a 11 Heures)
  • Onirik
    Onirik En meme temps, vu la puissance d'une switch... (il y a 11 Heures)
  • MadPchhit
    MadPchhit @CaptainTARASS: exactement un jeu VR...sans la VR ! (il y a 11 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a 6 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a 7 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Livestream The Division en anglais ce soir à 21h15 (version PC si tout va bien). (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer