GSY REVIEW | X360, PS3, PC Mardi 26 mars 2013 | 20:40

Gamersyde Review : BioShock Infinite

Gamersyde Review : BioShock Infinite

Après nous avoir régalé de l'ambiance sombre et abyssale de Rapture dans Bioshock, Ken Levine et son équipe nous proposent un voyage radicalement différent avec BioShock Infinite et son utopique cité mystique. Partie à la découverte de la ville volante de Columbia, l'équipe de GSY vous invite à découvrir ses impressions sur un voyage inoubliable par delà les nuages, où les émerveillements contemplatifs côtoient les plus glaçants des délires fanatiques.
Note : Retrouvez toutes nos vidéos de la version Xbox 360 juste ici.
MAJ : Comme promis, les vidéos PC capturées par Miguel ont été ajoutées.




Left for Debt

1912. Pour effacer une mystérieuse dette, le détective Booker DeWitt est chargé de retrouver Elizabeth, détentrice d'un puissant pouvoir lui permettant d'ouvrir des portails vers des dimensions parallèles et prisonnière de Columbia, ville indépendante perchée à des centaines de kilomètres au-dessus du sol. Dirigée par le père Comstock, prophète autoproclamé aux tendances mystiques sauvagement fanatiques, et peuplée par une communauté religieuse intégriste, la cité céleste recèle de dangers que Booker devra braver pour ramener Elizabeth à bon port... et en apprendre davantage sur son passé tourmenté.

Toujours doté d'une narration en temps réel, le nouvel épisode de BioShock bénéficie d'un scénario de grande qualité surprenant à plus d'un titre. Assaisonné de dialogues d'excellentes factures et brassant des thèmes aussi variés que la religion, le racisme ou le patriotisme, le titre d'Irrationnal Games profite de plus de personnages charismatiques et travaillés, dont l'attachante Elizabeth ou les drôlatiques Rosalind et Robert. Riche en moments forts tels l'arrivée dans Columbia ou la première rencontre avec l'effrayant Songbird, BioShock Infinite bénéficie donc d'une histoire parfaitement rythmée et gorgée de thématiques multiples ; assurément l'un des - nombreux - points forts du jeu !



Vers l'infini et au délà

Du côté du gameplay, les bases du premier opus sont reprises, à savoir un habile mélange entre exploration et action. Il faudra en effet fouiller un maximum pour récupérer de quoi régénérer ses jauges de santé et de toniques (qu'on ne peut plus stocker comme auparavant), mais aussi de rares potions offrant un bonus permanent aux points de vies, aux cristaux de magie ou au bouclier protecteur. Rappelant les fortifiants génétiques de combat du premier épisode, des pièces d'équipements peuvent être récupérées pour octroyer à Booker des compétences spécifiques, telles l'augmentation des coups critiques ou des dégâts au corps à corps. Un bouclier à la Halo fait également son apparition, mais on regrettera ses effets d'activation et de désactivation particulièrement laids. Les combats à l'arme à feu, plus vifs grâce à l'agilité accrue de Booker par rapport au protagoniste du premier Bioshock, sont toujours brefs mais intenses, et il faudra faire attention à une jauge de vie fondant comme neige au soleil face à des adversaires nombreux et agressifs. Une bonne gestion de l'arsenal sera aussi de mise, les petites poches de Booker ne pouvant contenir que deux armes au maximum. Les exécutions au corps à corps ont également gagné en variété et en souplesse, avec des finish particulièrement violents où les décapitations succèdent aux brise-nuques et étranglements divers. Quant aux fameux toniques, ils dépendent toujours d'une jauge de cristaux à restaurer régulièrement, et nous tairons sciemment leurs pouvoirs pour conserver au maximum la surprise de leurs effets dévastateurs. Armes comme toniques sont de surcroît améliorables moyennant finances, une autre bonne raison d'explorer le plus possible chaque coin et recoin de Columbia, le prix élevé des différentes améliorations incitant à dénicher le plus de précieuses pièces d'argent possible.

L'aerotram apportera lui aussi son lot de sensations fortes ; sorte de réseau ferré reliant les différents "archipels" de Columbia, il permettra à Booker de voyager à (très) grande vitesse d'un lieu à l'autre, et offrira d'originales phases de combats haut perchés, ainsi que la possibilité d'envoyer valser le malheureux qui aura eu la mauvaise idée de se trouver sur le lieu d’atterrissage de notre héros. Elizabeth aura également sa part active dans le gameplay, puisqu'elle accompagnera Booker la majeure partie du temps. Si il n'est nullement nécessaire de la protéger durant les combats, la jeune femme pourra vous trouver occasionnellement des deniers pour renflouer vos finances, voire même vous fournir de quoi vous soigner pendant les affrontements. Elle pourra également crocheter des portes aux serrures spécifiques menant à de précieux bonus, à condition toutefois de lui procurer le nombre de crochets nécessaires à l'opération. À vous donc de bien fouiller les zones traversées pour dénicher ces précieux passe-partout. Enfin, le pouvoir dimensionnel d'Elizabeth se révélera lui aussi précieux en combat, et permettra de faire apparaître un mur protecteur ou même une tourelle de tir devant vos ennemis médusés. Il conviendra par ailleurs d'éviter de tirer sur tout ce qui bouge ; la population de Columbia ne sera pas forcément agressive à votre égard, et se montrer pacifique pourra finalement se montrer plus payant que recourir à l'extermination systématique.



Biodiversité

Visuellement, les graphismes du jeu d'Irrational Games se montrent un peu justes sur le plan technique. L'Unreal Engine 3 commence en effet sérieusement à accuser son âge sur consoles, ce qui se traduit à l'écran par des textures pas toujours irréprochables et une fluidité parfois mise à mal. Sur PC évidemment, le constat est beaucoup plus flatteur, comme en témoignent nos captures maison. Quelle que soit la plateforme en revanche, les environnements sont riches en personnages et animations diverses, et la taille des niveaux explorés force le respect. Impossible de de pas céder au charme irrésistible des splendides panoramas que l'on peut contempler depuis les hauteurs de Columbia. Mais c'est évidemment du point de vue de la direction artistique que le titre de Ken Levine est inattaquable. Palette de couleurs vives instaurant une réelle ambiance, architectures des véhicules et bâtiments travaillées, ennemis et protagonistes aux designs marquants et originaux : Bioshock Infinite jouit d'une ambiance hors normes, et l'utopie volante du père Comstock vous marquera autant - si ce n'est plus - que la découverte de la cité sous-marine de Rapture. Cerise sur le gâteau, l'ambiance sonore est à la hauteur, avec des musiques toujours dans le ton et un doublage français de bonne facture pour ceux qui ne souhaiteraient pas jouer en VO sous-titrée anglais. D'un point de vue cosmétique donc, le jeu d'Irrational est bien la claque annoncée malgré quelques lacunes techniques.

En ce qui concerne la durée de vie, une quinzaine d'heures de jeu attendent les joueurs curieux et désireux d'explorer Columbia dans ses moindres recoins. Des quêtes secondaires incitent d'ailleurs fortement à retourner la cité de fond en comble, et à guetter le moindre crochet susceptible d'ouvrir la porte close croisée au début d'un niveau. Bien sûr, en fonction du niveau de difficulté choisi, la tâche sera plus ou moins ardue, avec, pour les joueurs avides de challenge, la possibilité de débloquer le mode 1999 qui devrait apporter sa dose de sueur aux voyageurs téméraires désireux de repartir pour un nouveau voyage. Mentionnons également la présence des nombreux voxophones cachés et autres kinétoscopes propagandesques qui, s'ils ne s'avèrent pas indispensables à la compréhension de l'histoire, apportent un véritable plus à l'immersion et étoffent considérablement le background du petit monde de Columbia. Doit-on en effet rappeler que la géniale idée des enregistrements du premier Bioshock a été reprise maintes et maintes fois depuis dans de nombreux autres titres ? Seul regret pour les amateurs de version originale non-bilingues, ces derniers ne sont pas sous-titrés et il faudra donc passer par leur version retranscrite dans les menus du jeu pour en profiter.



Verdict


Après un Bioshock aux ambiances sous-marines fascinantes, Irrational Games frappe à nouveau un grand coup avec BioShock Infinite. Visuellement splendide grâce à sa direction artistique de toute beauté, le nouveau jeu de Ken Levine profite de plus d'un scénario particulièrement travaillé et bien écrit, aux thèmes originaux et peu exploités dans l'univers vidéo-ludique. Fort d'un gameplay plus riche et plus souple que celui de son illustre prédécesseur, le périple de Booker DeWitt s'avère donc une franche réussite, et on ne peut que conseiller aux joueurs avides d'ambiances singulièrement différentes de se plonger sans tarder dans l'aventure céleste offerte par la cité volante de Columbia. Un voyage par les cieux vertigineux aussi marquant que celui engagé dans les profondeurs de l'océan il y a maintenant 6 ans !

Launch Trailer (EN)
Launch Trailer (FR)
Environnement #1 (PC)
Environnement #2 (PC)
Action #1 (PC)
Action #2 (PC)

Tous les commentaires

Page 1 2 3 >>
Commentaire du 26/03/2013 à 09:20:39
Jolie review skiwi bravo.

Je l ai commence hier et comme les 2 premiers j adore !!
Commentaire du 26/03/2013 à 09:24:11
Petite question, sur quelle configuration PC ont été pris ces screenshots, le jeu est-il au max et gourmand?

Merci
Commentaire du 26/03/2013 à 09:51:30 En réponse à KelolonKiller
Posté par KelolonKiller
Petite question, sur quelle configuration PC ont été pris ces screenshots, le jeu est-il au max et gourmand?

Merci
Si c'est la config de Miguel, un SLI de 680, i7 OC et 16g de ram. Je crois que Drift lui a une 670.
Commentaire du 26/03/2013 à 10:03:48 En réponse à KelolonKiller
Posté par KelolonKiller
Petite question, sur quelle configuration PC ont été pris ces screenshots, le jeu est-il au max et gourmand?

Merci
Les captures d'écran ont été prises avec ma config (qui apparaît dans ma signature en bas de chaque post - mais il faut passer par le forum pour la voir dans les comms).

Options au max, 60 fps, mais le jeu souffre de quelques baisses bizarres (mais brèves) de framerate, sur mon PC comme sur celui de Miguel. Miguel vous en dira plus sur la gourmandise du jeu, mais je crois que c'est plus un petit souci d'optimisation qu'un problème de PC.
Commentaire du 26/03/2013 à 10:10:23
D'accord merci Driftwood ;), l'as-tu testé avec les dernier driver nvidia sortis hier, les 314.22 qui améliorent apparemment le framerate dans Bioshock entre autre?
Commentaire du 26/03/2013 à 10:19:51
Je m'en vais le chercher de suite, direction micromania :( Ouai la honte ^^ mais y a plus que ça par chez moi ...
Commentaire du 26/03/2013 à 10:38:09 En réponse à KelolonKiller
Oui, derniers drivers installés. Il tourne très bien, mais il y a des baisses sans réelles raisons comme je le dis.
Commentaire du 26/03/2013 à 10:44:38 En réponse à KelolonKiller
C'est un problème du jeu apparemment, ça le fait aussi avec les AMD, il veut utiliser trop de VRAM et la sature, donc au bout d'un moment les textures se streament mal...

Trouvé sur NeoGAF mais pas testé :

Mitigate stuttering: Navigate to (My) Documents\my games\BioShock Infinite\XGame\Config and open XEngine.ini. Search the file for PoolSize and increase the value (640 would be a good starting point).
Commentaire du 26/03/2013 à 10:59:25
Au passage, un grand merci et un grand bravo à skiwi qui s'est (une fois de plus) démené pour nous fournir une review de qualité dans un temps record. Mes respects Monsieur De la Soubrette.
Commentaire du 26/03/2013 à 11:24:24
Très bonne review pour un très bon jeu.

J'accorde également une grande importance à l'ambiance musicale, a priori c'est toujours le même compositeur au commande avec son style si particulier, qui insuffle une vraie personnalité au jeu et favorise ainsi davantage l'immersion ce qui n'est pas négligeable et qui est étonnamment passé sous silence dans les tests GK et JV.com.

Bon bah, j'ai hâte de prendre des vacances à Columbia devenu principal centre de villégiature pour gamer :>
Commentaire du 26/03/2013 à 11:37:34
Merci pour cette excellente review qui confirme l’engouement autour de cet excellent jeu !

Je n'ai plus qu'une envie c'est de rentrer chez moi et de me lancer dans l'aventure ; Mon dieu que la journée va être longue... :'(
Commentaire du 26/03/2013 à 11:43:14
Merci Skiwi pour ta review, mais je tiens à apporter une précision

Le mode de jeu le plus exigeant est le fameux mode 1999 mais celui-ci ne SE DEBLOQUE PAS en finissant le jeu, quelques soit le niveau de difficulté du jeu. Un petit clin d'œil des développeurs! ;)

Pour débloquer ce mode de jeu, il faut aller dans le menu principal du jeu et faire le mythique "konami code"

"Haut, Haut, Bas, Bas, Gauche, Droite, Gauche, Droite, Annuler, Confirmer"

:D
Commentaire du 26/03/2013 à 11:45:54 En réponse à Avalon
skiwi n'a jamais dit ça il me semble. Il dit juste que ça peut donner une raison de plus de revenir sur une 2e partie.
Commentaire du 26/03/2013 à 11:49:56
En tout cas la version console n'est pas ridicule
Commentaire du 26/03/2013 à 11:51:49 En réponse à CaptainTARASS
Posté par CaptainTARASS
En tout cas la version console n'est pas ridicule
Elle est tout aussi immersive et fun à jouer, très clairement, même quand on ne jure que par le 1080/60fps. :)
Commentaire du 26/03/2013 à 11:53:52
Et merde! Maintenant il me le faut quoi... ^^
Commentaire du 26/03/2013 à 11:56:36 En réponse à Avalon
Merci de l'avoir précisé ^^

Et merci à tous pour les compliments :)
Commentaire du 26/03/2013 à 11:56:58 En réponse à Driftwood
edit: icebeaker

Non, un seul dvd de jeu pour la version xbox. En même temps vu la qualité de certaines textures j'aurai peut-être aimé avoir un dvd supplémentaire (façon Battlefield)
Commentaire du 26/03/2013 à 11:57:41
17go le salaud ^^ y a aussi 3 DVD comme sur PC sur la version 360 ?
Commentaire du 26/03/2013 à 11:58:38 En réponse à icebreaker59
Nope, un seul !
Commentaire du 26/03/2013 à 12:01:12 En réponse à Driftwood
Me reste plus qu'à faire Tomb Raider, Dishonored, Sleeping Dogs et Spec Ops et je pourrai m'attaquer à Bioshock... Si la prochaine génération de consoles n'est pas arrivée d'ici là ^^
Commentaire du 26/03/2013 à 12:01:35 En réponse à skiwi
Ah ouai, beau boulot alors ^^
Commentaire du 26/03/2013 à 12:04:22 En réponse à CaptainTARASS
C'est quand même pas dégueulasse comme programme. :p
Commentaire du 26/03/2013 à 12:54:03
Merci Skiwi !
Bon bah ça plus les notes de fou qu'il y a partout sur le net ...pourquoi hésiter ?! :)
Commentaire du 26/03/2013 à 14:29:13 En réponse à Zeishin
Posté par skiwi
profite de plus d'un scénario particulièrement travaillé et bien écrit, aux thèmes originaux et peu exploités dans l'univers vidéo-ludique. Fort d'un gameplay plus riche et plus souple
Voilà qui achève de motiver. C'est beau, sympa à jouer et en plus sympa à suivre.
Page 1 2 3 >>

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • Musimon
    Musimon @JebOne: Jean-pierre, hé oui! Et qui aurait connu la fabuleuse histoire de Qincampoix, et mes premières leçons de biologie, Prof Burp [url] (il y a 2 Heures)
  • JebOne
    JebOne @Miguel: et un Miguel on the rocks ! ^^ (il y a 2 Heures)
  • Miguel
    Miguel 14° au bureau, clim réversible qui gèle :s (il y a 2 Heures)
  • JebOne
    JebOne Mes pensées vont à Jean-Pierre Liégeois (jeune lecteur du Var)... (il y a 5 Heures)
  • Pickman31
    Pickman31 @Bigquick: Oh punaise! RIP l'artiste. :( (il y a 12 Heures)
  • Bigquick
    Bigquick @GTB: Ouaip. Moi c'était surtout Gai-Luron. (il y a 14 Heures)
  • GTB
    GTB @Bigquick: :(. Les Dingodossiers, Rubrique-à-brac ont marqué ma jeunesse. (il y a 16 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a 5 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a 6 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Livestream The Division en anglais ce soir à 21h15 (version PC si tout va bien). (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer