GAMERSYDE | X360, PS3, PC Mercredi 24 août 2011 | 16:15

GC: Aperçu du line-up Bethesda

GC: Aperçu du line-up Bethesda

Même si les line-ups de la plupart des éditeurs manquaient de surprises et de fraîcheur durant cette Gamescon 2011, ils n'étaient pas pour autant dépourvus de très bons titres qu'il nous tardait d'essayer, ou, faute de mieux, de voir en action. C'est donc sans rechigner que je me suis rendu sur le stand business de Bethesda pour découvrir une nouvelle démonstration du très attendu The Elder Scrolls V: Skyrim ainsi qu'une première présentation de Dishonored. Au passage, pas question de se priver du plaisir de découvrir en live la démo E3 de Prey 2 ou encore de m'essayer à la première heure de Rage sur PC. Un menu loin d'être frugal donc et que je m'en vais partager avec vous au travers de ces quelques paragraphes.



Prêt à avoir la rage ?

Déjà amplement décortiqués par les amis Ghost_Deus et CaptainTARASS, Prey 2 et Rage méritaient tout de même que je me laisse aller à quelques impressions. Autant le dire d'emblée, je suis tout de suite tombé sous le charme du jeu de Human Head. Son univers, d'une part, a quelque chose d'hypnotique, avec ses contrastes marqués entre noirs profonds et les couleurs primaires des néons habillant la mégalopole extraterrestre où se déroule l'aventure. Son gameplay, ensuite, semble avoir été pensé dans les moindres détails, des déplacements fluides et acrobatiques aux phases de tir avec système de couverture très dynamiques. Bien que présenté en version pre-alpha, le jeu mettait pourtant déjà à l'amende un bon paquet de titres déjà sortis en boutique. En un mot comme un cent, Prey 2 s'annonce tout bonnement excellent ! Et dire qu'il va nous falloir attendre l'année prochaine pour y jouer...

C'est vers la version PC de Rage que j'ai décidé de me diriger lorsque Tim Willits m'a accueilli pour une session hands-on. Notre Captain national s'étant, lui, essayé à la version Xbox, je me devais donc de satisfaire les plus fortunés d'entre vous en vous faisant partager mon ressenti sur la partie technique du dernier bébé d'id Software. Première bonne nouvelle pour les handicapés du combo clavier-souris comme moi, le pad 360 est entièrement compatible (ceci incluant l'affichage des boutons à l'écran) et se trouve même être aussi le choix de prédilection de Tim Willits, et toc ! Mais revenons plutôt à l'aspect visuel du titre. Le rendu global est évidemment très réussi et à moins d'être atteint d'une belle crise de mauvaise foi, difficile de le nier : le jeu est beau. Ceci étant dit, Rage ne gagnera pourtant pas la palme du titre le plus abouti techniquement cette année, la faute à quelques textures décevantes ou à des éléments 2D un peu grossiers, comme les herbes hautes ou certains décors de fond par exemple. Mais même sans être une véritable claque visuelle à tout point de vue, Rage saura malgré tout faire honneur à vos machines, grâce notamment aux animations des différents personnages, qui sont, elles, irréprochables.



Pour le reste, je n'ai globalement pas grand chose à ajouter par rapport à ce que mes camarades avaient déjà soulevé dans leurs previews respectives. Un petit détail peut-être, la présence de salles cachées, clin d’œil aux anciens jeux d'id Software. En effet, alors que je nettoyais un repère de bandits avec la méticulosité de Tony Micelli, ce cher Tim m'a demandé si je voulais voir un truc sympa ; ni une ni deux, le voilà qui m'emprunte le pad pour dévoiler à l'encre de mes yeux une salle Wolfenstein 3D, le jeu reprenant alors bien sûr le style visuel de 1992. Quand on sait que Doom et Quake auront aussi droit à ce genre d'apparition guest star, on se dit que Rage devrait réserver un bon lot de surprises. De ce qu'il m'a été donné d'en voir pendant cette première heure de jeu, le gameplay est efficace et la prise en main rapide pour les habitués de FPS. Mon seul bémol concerne le freinage abusif du quad qui est capable de piler dans la seconde, même lancé à vitesse maximum. Un bien étrange choix mais qui ne devrait pas peser lourd si le reste du jeu parvient à se renouveler suffisamment sans oublier d'offrir un scénario accrocheur. Rendez-vous début octobre prochain pour notre verdict !


Avec Rage en fin d'année et Prey 2 début 2012, les amateurs de science-fiction devraient être aux anges. Convaincu par l'efficacité du premier et enchanté par les promesses et l'univers du second, il ne me reste plus qu'à prendre mon mal en patience jusqu'à leur sortie respective. Je vous invite d'ailleurs à faire de même puisqu'en tant que personnes de bon goût, il se serait en être autrement.





Au bord du septième ciel?

Premier jeu à me donner réellement l'impression d'être passé à la nouvelle génération à sa sortie en 2006, Oblivion avait réussi sans mal à me faire voyager dans le monde de Tamriel de nombreuses heures durant. Inutile de dire, donc, que j'attendais ce premier contact avec sa suite, Skyrim, de pied ferme. Las, impossible de s'essayer au jeu, la manette étant jalousement gardée par notre démonstrateur du jour, Pete Hines (vice président de Bethesda Softworks). Qu'à cela ne tienne, je pense pouvoir déjà m'estimer heureux d'avoir découvert cette toute nouvelle démonstration du RPG le plus attendu de cette fin d'année. Contrairement à la présentation très scriptée de l'E3, c'est cette fois à une séquence de jeu plus classique que nous avons eu droit. Explications.

Tout commence avec la page de création du personnage principal. Notre hôte nous demande si nous voulons voir une race plus particulière en action, tout en nous faisant découvrir les divers choix qui s'offrent à nous : Khajiit, Bretons, Orcs, etc. Chaque race possède ses particularités, comme celle d'être capable de voir dans l'obscurité pour les Khajiits par exemple. C'est d'ailleurs vers ce choix que l'on s'oriente finalement. Loin des nombreux choix qu'Oblivion demandait de faire au début de l'aventure, Skyrim se contente donc de vous en laisser un seul. Point de signe astrologique ni de classe à sélectionner, votre personnage se façonnera au gré de vos actions. Il est cependant possible d'influer sur l'apparence physique de votre avatar, avec des possibilités plus nombreuses encore que par le passé. Les visages étant de plus beaucoup plus réussis, voilà qui devrait vous permettre de créer un héros qu'il ne sera pas forcément obligatoire de cacher sous un heaume imposant.



Tout dans le jeu a été pensé pour le rendre plus ergonomique que par le passé, des menus défilants aux possibilités de crafting et d'alchimie dont on nous a fait la démonstration. On peut donc très facilement améliorer son équipement, les éléments nécessaires s'affichant à l'écran en fonction de nos connaissances dans le domaine. Des connaissances que l'on peut améliorer en découvrant des livres (skill books), de façon à utiliser au mieux les divers outils mis à la disposition du joueur. Il en va de même pour le système d'alchimie qui autorise entre autres à désenchanter des armes ou des armures/vêtements ou au contraire à leur associer un sort particulier. Il est également possible de préparer ses propres potions en mélangeant divers ingrédients, à vos risques et périls si vous y allez à l'instinct. Et puisque l'on parle d'ingrédient, il est bon de préciser que la cuisine revêt une véritable importance dans Skyrim. Sachant qu'une bonne recette donnera un meilleure résultat que n'importe laquelle des potions, on comprend qu'il ne suffira pas d'être un vrai petit chef, il faudra aussi être au top. Sachez enfin que fouiller les corps sera également plus aisé puisque tout équipement plus performant sera marqué d'un petit triangle bien pratique. Comme en plus il n'est même pas nécessaire de passer par le menu pour s'en équiper, on gagne un temps considérable et le confort de jeu en ressort forcément grandi.

Un soin tout particulier a également été porté aux différents donjons du jeu, donjons que l'on nous promet plus variés que dans le précédent volet. La présentation nous a permis de le vérifier sur deux d'entre eux, effectivement bien distinct l'un de l'autre, aussi bien par leur architecture que la configuration des lieux. Côté ennemis, nous avons eu affaire à des bandits de grand chemin aussi bien qu'à des Nécromanciens capables de ressusciter leurs camarades tombés sous les coups du joueur. L'occasion de revoir à l’œuvre le système de combat (et son menu rapide) permettant de combiner magie et armes de poing. Si les personnages disposent d'animations plus travaillées, les affrontements gardent cet aspect un peu maladroit et raide cher à la série. Beaucoup n'y verront pas d'inconvénient, mais les habitués des jeux d'action qui n'avaient pas totalement adhéré à Oblivion risquent encore d'apprécier moyennement. Les contrées de Skyrim n'étant pas uniquement peuplées d'être humanoïdes, la chasse sera également de la partie avec la possibilité de récupérer peaux et fourrures pour les vendre ou encore les travailler vous-même.



Annoncé comme étant de la même taille que celui d'Oblivion, le monde de Skyrim sera par contre bien plus riche en contenu. Il faudra par conséquent s'attendre à la richesse d'un Fallout 3, avec de nombreuses choses à faire et à découvrir. Techniquement, je me dois de rejoindre l'avis de Ghost_Deus quand il nous disait il y a quelques semaines que le jeu ne serait pas le plus beau de cette fin d'année. Ceci étant dit, les progrès depuis Oblivion sont tout de même plus que flagrants. En extérieur, la végétation est dense et ne souffre pas des problèmes d'apparition tardive de l'ancien opus, la distance d'affichage est impressionnante et la vue des montagnes qui plongent dans un immense lac fait son petit effet pour tout amoureux de la nature. On n'échappe bien sûr pas à quelques traces de pop-up dans le lointain de temps en temps, certaines textures sont encore très floues, mais compte tenu de la taille du terrain de jeu, difficile de faire la fine bouche. D'autant plus que le framerate a largement profité des améliorations du moteur, rendant nos errements bucoliques beaucoup plus appréciables que dans Oblivion.


Pas forcément révolutionnaire sur le papier, les attentes que génère le successeur d'Oblivion ne devraient pas du tout être déçues. Plus complet, plus léché graphiquement et, on l'espère, plus grandiose encore, on voit mal comment on pourrait rater un tel rendez-vous le 11 novembre prochain.





Les arcanes du déshonneur

Arkhane Studios, un nom qui ravira de bonheur les fans d'Arx Fatalis ou encore de la version PC de Dark Messiah of Might and Magic. Une équipe de petits français doués qui avait même participé à l'élaboration du level design de Bioshock 2. Aussi, à l'annonce de leur nouveau projet, Dishonored, on ne peut faire autrement que de prêter une oreille attentive, et l'on se prend à espérer d'une nouvelle réussite made in France, ou presque. Presque, car Harvey Smith (game designer ayant, entre autres, travaillé sur Deus Ex et Thief) et Viktor Antonov (directeur artistique sur Half Life² et concepteur de la Cité 17, excusez du peu) font aussi partie intégrante du projet. Premier contact avec un jeu qui pourrait bien frapper fort dans une industrie qui ne jure essentiellement que par les suites.

Si on peut à première vue trouver des influences de notre monde dans celui de Dishonored, il n'a pourtant rien de commun avec le nôtre. Le nouveau jeu d'Arkhane Studios nous projette dans une sorte d'univers alternatif où magie et technologie se côtoie dans une ambiance de révolution industrielle aux influences steampunk. Pas étonnant donc de lui trouver un léger parfum de Bioshock, léger seulement, car le studio français n'a pas pour vocation de créer un simple clone. Dishonored, c'est avant tout une histoire de vengeance, celle de l'ancien garde du corps de l'Impératrice qui se voit accusé de son meurtre. Heureusement pour vous, vous n'êtes pas n'importe qui et vous parvenez à vous échapper au début de l'aventure. Logique allez vous me dire, ou il n'y aurait justement pas d'aventure. Une histoire qui se déroule dans une ambiance assez sombre puisque la peste propagée par les rats (qui semblent avoir une place centrale) a décimé la moitié de la population.



La démonstration qui nous a été faite mettait en exergue la polyvalence du gameplay et la liberté offerte au joueur d'en faire ce que bon lui semble. Pas de méthode obligatoire, l'idée des développeurs est de laisser chacun libre de son style de jeu, selon la façon dont il abordera les situation ou utilisera ses pouvoirs magiques. Au début de la présentation, le héros sort à peine des égouts et il doit s'acquitter d'une mission précise, abattre une cible précise. Tout de suite, on constate son agilité surhumaine puisqu'il n'hésite pas à contourner des gardes postés sur un ponton grâce à un bond assez impressionnant. Approche furtive donc pour commencer, avec un premier garde tué que l'on peut bien évidemment dissimuler dans une poubelle par exemple. Très utile pour ne pas attirer l'attention d'une éventuelle patrouille. Un peu plus loin, voilà qu'une jeune femme se fait malmener par des hommes à la mine pas tibulaire, mais presque, comme dirait l'autre. Premier choix, écouter son cœur de bon samaritain ; seconde option, poursuivre sa route vers l'objectif de la mission et la laisser aux mains de ses ravisseurs. C'est en l'occurrence l'intervention musclée que notre démonstrateur choisit, l'occasion d'assister à un combat très dynamique mêlant corps à corps, exécutions classieuses et armes à feu. Malheureusement, après les remerciements de rigueur, la pauvre femme se fait attaquer par des rats et trépasse dans d'affreuses souffrances.

Pas le temps de s’apitoyer, il ne faut pas perdre de vue l'objectif principal. Plutôt que de foncer tête baissée pour pénétrer dans la grande et belle bâtisse de sa cible, le héros use alors de l'un de ses pouvoirs en prenant possession de l'un des rongeurs. Mais attention à ne pas se faire repérer dans cet état, car il s'agit en fait d'un transfert direct dans le corps de l'animal. On vous laisse imaginer ce qui est susceptible d'arriver s'il est découvert avant de reprendre sa forme normale. Le voilà donc dans une sorte de conduit d'aération auquel il a pu avoir accès via un soupirail extérieur. Une fois à l'intérieur, il s'agit d'éviter de se faire repérer par l'une des servantes dans la cuisine, cette dernière ayant eu vite fait de le transformer en ratatouille s'il elle l'avait vu. L'infiltration se poursuit ensuite sur ses deux jambes, en évitant soigneusement les gardes qui circulent de façon totalement aléatoire. Après avoir récupéré la clef nécessaire pour entrer dans la salle où notre cible se trouve, s'en suit un nouveau combat très dynamique qui se termine par la réussite de la mission. Pas le temps de crier victoire cependant, puisqu'il vaut mieux battre en retraite grâce notamment à un pouvoir de téléportation qui emmène le personnage principal sur les toits des bâtiments en face. La fuite se poursuit en bas dans la rue, alors que des gardes montés sur des sortes d'échasses mécaniques se mettent en travers de sa route. Difficile de ne pas penser aux sentinelles de la Cité 17 du célébrissime Half Life² en les voyant. Pas de quoi arrêter notre héros qui rejoint enfin les égouts non sans avoir appris quelques bonnes manières à ces échassiers du dimanche.




Prometteur, c'est le moins que l'on puisse dire après avoir découvert Dishonored le temps de quelques minutes seulement. Graphiquement plutôt propre, la version alpha présentée tournait déjà correctement sur le PC utilisé pour la présentation. Malgré l'utilisation de l'Unreal Engine, on ne peut s'empêcher de voir une certaine ressemblance avec le visuel du jeu de Valve, mais ce n'est pas à dire que le titre d'Arkhane ne possède pas une identité propre. Jouable au pad comme au clavier/souris, le gameplay affiche de réelles ambitions que l'on souhaite vivement voir se concrétiser. Entre la liberté offerte au joueur et un système de moralité qui ne se veut pas manichéen, on se prend à rêver de la parfaite combinaison entre tous les jeux sur lesquels ont travaillé les membres de l'équipe de développement. Ce qui est certain, c'est que nous allons suivre ce titre de près d'ici sa sortie en 2012 sur PC et consoles HD.

Tous les commentaires

Commentaire du 24/08/2011 à 16:25:29
Ce line-up fait rever.
Commentaire du 24/08/2011 à 17:33:35
C'est pas compliqué, je les attends tous! Et puis Dishonored a le mérite de créer la surprise, c'est très bien ça. Il est effectivement très prometteur. Je crois qu'il a taper dans l’œil de pas mal de site ^^.

Pour Prey 2, j'espère qu'il tiendra ses promesses. Que le projet n'est pas trop ambitieux pour le studio.
Commentaire du 24/08/2011 à 19:16:40
Pareil que GTB, je prend tout! :p
Commentaire du 24/08/2011 à 21:11:47
Pareil. Au passage vos images en fondu sont de plus en plus belles. Petit bémol par contre, vous rabachez des infos déjà vues dans plusieurs news. Je sais que c'est dur de combler avec le peu d'infos en plus que vous avez pu glaner mais mieux vaut court et précis que long et chiant (conseil et avis perso).
Commentaire du 24/08/2011 à 21:32:58 En réponse à JIN_ROH_Scorpio
Sur cet article (et même celui d'Ubi honnêtement), je ne vois pas trop ce qui est de la repompe ou du recyclage en fait. Je donne un avis personnel sur Prey 2 et la version PC de Rage. Je donne simplement mon ressenti sur ce que j'ai vu, sachant que je n'avais jamais eu l'occasion de voir les deux jeux. Si tu trouves que ça fait redite, j'en suis navré, mais c'est juste que je partage l'avis de TARASS et de Ghost qui avait écrit précédemment sur ces deux jeux. :)

Tout ce qui est dit sur Skyrim vient de la présentation elle-même. Quand Peter Hines nous a accueilli, il a dit présenté le contenu de ce qu'il allait montré comme nouveau.

Quant à Dishonored, sorti d'une présenation aux US juste avant Cologne, c'était la première fois qu'il était montré et détaillé à la presse (Game Informer mis à part). Jamais nous en avions vraiment parlé en détails avant, même dans les quelques news le concernant

Alors après je suis conscient qu'on apporte rien de neuf par rapport à la concurrence, qu'il n'y a pas d'info jamais lue ailleurs, mais je ne pense pas qu'on radotte tant que ça pour faire des lignes. Ça ne serait pas dans mon intérêt d'ailleurs vu tout le boulot que ça demande en traduction derrière. Peut-être que tu n'aimes pas les passages où je décris un peu la façon dont ça s'est déroulé parfois, les intros. ^^

Si tout le monde est de cet avis, c'est que vous êtes trop bien informés pour que ces CR servent vraiment à quelque chose, auquel cas j'aime autant le savoir tout de suite pour m'épargner un travail long et fastidieux. Je dis ça gentiment et sincèrement, c'est juste que si vraiment le contenu est si maigre, j'ai des tonnes d'autres choses à faire. :D

Merci pour la remarque ceci étant.
Commentaire du 24/08/2011 à 22:03:05 En réponse à JIN_ROH_Scorpio
Ne pars pas du principe que tous les visiteurs du site lisent toutes les news assidument et s'en souviennent, tu te tromperais lourdement ^^. Ils pourraient même rappeler dans les articles les dates de sorties alors que la fiche du jeu est juste à côté que ça serait loin d'être inutiles je pense :p.

Relire plusieurs fois les mêmes infos ça me semble inévitable quand on suit l'actu de près. Et quand tu te tapes 10 reviews pour un jeu, t'as de fortes chances de lire un paquet de fois les mêmes infos. L’intérêt est, entre autre, d'avoir l'avis de plusieurs personnes. Bah ici c'est la même, on a différent avis ^^. Honnêtement si je comprends ce que tu veux dire, c'est franchement de la broutille. Je dirais même que quelques piqûres de rappel ça ne fait jamais de mal.
Commentaire du 24/08/2011 à 22:09:24 En réponse à GTB
Je viens de voir que pour Future Soldier, Ghost_Deus avait déjà parlé de la neige en avril 2010. J'avais pourtant aidé à la correction à l'époque et pourtant je n'en avais aucun souvenir. :D

Du coup, ce point là est en effet de la redite. Bon après, le souci, c'est que je n'ai pas non plus toujours le temps de lire toutes les news que les autres rédacteurs sortent. :(
Commentaire du 25/08/2011 à 00:10:22
Olalala on se détend, c'est juste un avis perso, et pas des plus dramatiques. C'est juste que quand je parcours la plupart des sites qui me plaisent j'ai l'impression qu'ils se focalisent tous sur les mêmes détails (un peu normal) et pas assez sur d'autres aspects peut-être plus techniques: rapidité des personnages, capacité de l'inventaire, enfin ce genre de trucs, pas uniquement les graphismes et le bestaire.

Bon après je râle un peu mais du moment que ça reste objectif ça me suffit. Disons que même si je les trouve assez lourds et élitistes, les compères de chez Nofrag sont plutôt pointilleux et leurs news sont rarement ennuyantes. Sauf quand ils utilisent leur petit air supérieur. Maintenant ils sont sur un tout autre registre et ne sont pas vraiment des "concurrents" de Gamersyde.

Après c'est aussi certainement dû au fait que je surf sur une vingtaine de sites web et que j'ai l'impression que vous vous répétez alors que c'est moi qui lis la même news sur plusieurs sites différents....... :)

Bref.
Commentaire du 25/08/2011 à 00:23:35 En réponse à JIN_ROH_Scorpio
Tu sais, quand tu n'as pas la main sur un jeu, il y a beaucoup de choses que tu ne peux pas voir. ;)

Et ma réponse (et celle de GTB) était on ne peut plus détendue, ça valait la peine que je le précise et que je mette des smileys tiens. ;p

Mais il faut comprendre qu'on ne peut pas être aussi pointilleux et exhaustif que sur une preview ou un test quand il s'agit d'une présentation.
Commentaire du 25/08/2011 à 02:02:28
C'est pas faux... Autant pour moi sur ce coup. Mais la remarque reste en suspens jusqu'au prochain article ;)
Commentaire du 25/08/2011 à 05:23:57
Ce line up de malade... powaaa

Entre deux partie de BF3, mamamia, ça va être grand !
Commentaire du 27/08/2011 à 17:41:14
C'est bien le meilleur line up qu'on puisse avoir,Prey 2 me laisse vraiment rêveur depuis les premières infos bien burner et ca semble bien parti donc je serais patient.

Quoi de neuf ?
  • Yack
    Yack @guts_o: Excellent. (il y a 1 Heure)
  • Zega
    Zega @GS: Merci pour les vidéos du PSX! Petite claque du dimanche matin ça fait plaisir! (il y a 2 Heures)
  • guts_o
    guts_o Chanmé : [url] (il y a 2 Heures)
  • Kaiserstark
    Kaiserstark @cryoakira Pour eux c'est plus une façon de faire de l'argent facilement, ces remasters ne sont pas un énorme investissement pour eux non plus (il y a 9 Heures)
  • cryoakira
    cryoakira @face2locust: il y a eu des tentatives... mais peu de réussites. (il y a 12 Heures)
  • face2locust
    face2locust @cryoakira: On verra avec Horizon mais en terme de création de nouvelle licence cette gen c'est la tristesse absolu.oO (il y a 12 Heures)
  • cryoakira
    cryoakira @Kaiserstark: ça reste de l'argent investit ailleurs que sur des nouveautés. D'ailleurs, je suis un peu déçu de LoU 2 (il y a 12 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a 5 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a 6 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Livestream The Division en anglais ce soir à 21h15 (version PC si tout va bien). (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer