GSY PREVIEW | X360, PS3, PC, PS4, Xbox One Mercredi 11 septembre 2013 | 12:20

GSY Preview : Les Digital days Ubisoft

GSY Preview : Les Digital days Ubisoft

C'est hier que se sont déroulés les habituels Digital Days d'Ubisoft, qui se concentrent évidemment sur le line-up dématérialisé à sortir dans les mois à venir. Cette année, la récolte fut excellente et particulièrement intéressante il faut le dire. Parmi tous les titres présentés, Child of Light et Valiant Hearts: The Great War (Soldats Inconnus: Mémoires de la Grande Guerre) nous ont fait forte impression, comme notre envoyé spécial sur place vous l'expliquera d'ailleurs juste après le clic. Bonne lecture !




Occultée par l’ampleur cataclysmique de la Seconde Guerre Mondiale, ignorée par un Hollywood peu enclin à revisiter des conflits dépourvus d’Américains, la Grande Guerre reste un thème marginal, surtout dans les jeux vidéo. Un thème que Soldats Inconnus se propose d’aborder, non par l’angle du FPS explosif mais par celui de l’aventure humaine.



La génération sacrifiée

C’est l’histoire d’une femme, de quatre hommes et d’un chien, dont le destin va se croiser dans l’enfer des tranchées de 14-18. C’est l’histoire d’un amour fleurissant sur un champ de morts. Les protagonistes, que l’on incarne à tour de rôle, sont librement inspirés de personnages réels décris à travers des lettres d’époques, témoignant de la volonté d’authenticité du projet. Plus encore que la thématique, c’est le style visuel qui interpelle. Même si l’on est tenté de rapprocher le trait d’un Larcenet ou du Memories d’Otomo, Soldats Inconnus possède une identité unique, atypique, qui ne séduira pas forcément tout le monde. Les personnages épais, tassés, aux contours noirs, tranchent avec des environnements aux couleurs délavés, parfois simplistes diront certains, sobres répondront d’autres. La volonté de véritablement retranscrire une planche de BD est en tout cas assumée jusqu’au bout, les personnages communiquant par pictogramme et certaines actions déclenchant l’incrustation de vignettes.



Va chercher

Derrière cette originalité visuelle se cache néanmoins un gameplay classique que l’on peut aisément rattacher au genre aventure en 2D. Les premiers puzzles nécessitent de manipuler des mécanismes ou de jouer avec la physique. Le chien, véritable fil rouge de l’histoire, peut aussi vous prêter patte forte à travers un système d’ordres simples. Cela étant dit, un second personnage proposait lui des situations un peu plus dynamiques avec la possibilité d’utiliser des grenades (à lancer avec précision) pour débloquer un passage ou de créer une diversion afin de s’infiltrer. Si l’on peut supposer que la diversité des héros (un prisonnier, un soldat, un aviateur…) entrainera une variété de gameplay, difficile sur une aussi brève présentation de juger de la qualité ou de la courbe de progression des puzzles. Plus difficile encore de se faire une opinion de la narration qui devrait cependant occuper une place majeure dans le jeu.

Premières impressions


C’est une certitude, Soldats Inconnus dégage quelque chose de fort, de rare et donc de précieux. Reste à voir si ses auteurs sauront en faire une expérience mémorable, à la hauteur du sujet abordé.





Certains moteurs de jeux sont conçus pour repousser les limites du réalisme virtuel, d’autres pour nous offrir de vastes espaces à explorer. La raison d’être de l’UBIart Framework est de permettre aux artistes, le plus simplement possible, de matérialiser leur vision en jeu. Et si le fabuleux Rayman Legends ne suffisait pas à prouver sa redoutable efficacité, Child of Light s’en charge avec grâce et beauté.

Et la lumière fut

Coup de cœur de ces Digital Days , Child of Light est un jeu de rôle en 2D qui rend hommage à la culture nippone. Véritable aquarelle vivante, le monde que l’on arpente renvoie immanquablement à Okami et autres Murasama. Néanmoins, le design des personnages – dont la jeune héroïne à la flamboyante chevelure - conserve une patte incontestablement occidentale. Enchanteur, envoutant, l’univers sait aussi se faire poétique à travers ses musiques et surtout ses textes intégralement écrits en rimes croisées.

Comme dans tout bon RPG, il est possible d’explorer les lieux traversés, de s’envoler pour collecter des orbes ou d’entrer dans les maisons à la recherche de trésors. Une tâche dans laquelle vous serez assisté par un esprit de lumière dont vous (ou un second joueur) pouvez prendre le contrôle à tout moment. Outre sa capacité à atteindre des endroits autrement inaccessibles, cette "silencieuse navi" peut éclairer des endroits sombres et projeter des ombres. Une aptitude qui trouve notamment son utilité dans la résolution de certains puzzles.

Vous croiserez sur votre route divers personnages prompts à partager des informations ou à vous demander des services. La brève démonstration du jeu se déroulait dans un village dont tous les habitants s’étaient transformés en corbeaux, le seul rescapé quémandant votre aide pour lever la malédiction. Il n’y avait là rien d’obligatoire puisqu’il s’agissait d’une quête secondaire, mais le pauvre ère se proposait de vous assister. Si votre groupe actif ne peut jamais dépasser 3 personnages (en comptant l’esprit), vous disposerez comme dans Mass Effect d’une réserve d’alliés aux aptitudes uniques dans laquelle piocher votre compagnon du moment… à condition de les recruter.



Je t’arrête tout de suite

Une aide cruciale car les combats sont évidemment nombreux. Prenant le contrepied du semi temps réel à la mode ces temps-ci, Child of Light opte pour du tour par tour classique. Une longue jauge en bas de l’écran permet de planifier l’affrontement. La zone Wait indique l’ordre et le délai d’action de chaque combattant. Lorsque l’un entre dans la zone Cast, il est possible de choisir une action, chaque option (soins, attaques physiques, sorts en tout genre) prenant plus ou moins de temps. Or si vous attaquez un ennemi alors qu’il est en phase de Cast, son action est interrompue.

Concrètement, si l’ennemi entre dans la zone de Cast juste avant vous et lance un sort long à incanter, vous pouvez opter pour une frappe rapide, le "rattraper" et du coup annuler son action. Si vous entrez le premier dans la zone Cast, déciderez-vous d’une action rapide pour être sûr de ne pas être interrompu ou d’une action lente pour tenter de frapper l’adversaire lorsqu’il est lui aussi dans la zone Cast ?

À cela s’ajoute une seconde dimension liée à l’esprit de lumière. Placé sur un héros, il le guérit très lentement, placé sur un ennemi, il peut l’aveugler et donc le ralentir légèrement. Cumulé à l’arborescence de compétences de chaque personnage et aux vulnérabilités/immunités de chaque type d’ennemis, le système s’annonce vraiment riche.

Premières impressions


Aussi convainquant dans ses mécaniques que dans son esthétisme, Child of Light conserve des zones d’ombre relatives à son scénario ou sa durée de vie, mais le charme opère déjà.

Tous les commentaires

Commentaire du 11/09/2013 à 12:57:24
2 des projets que j'attends le plus actuellement avec des gros AAA comme Witcher 3, MGSV et Castlevania 2.... Comme quoi des projets originaux, qui ont du chien (...), ça fait du bien!
Commentaire du 11/09/2013 à 13:16:54
Les deux sont déjà vendus pour moi :D.
Commentaire du 11/09/2013 à 17:09:12
Et en plus ils arrivent aussi sur Android :) J'ai hâte de les tester :)
Commentaire du 11/09/2013 à 21:09:25
A quand Ubisoft en première position niveau édition ? :fanboy:
Commentaire du 12/09/2013 à 09:09:14
C'est super alléchant !

Quoi de neuf ?
  • GTB
    GTB Pour les intéressés ou les curieux, 2 film-docu sur la Vape viennent de sortir en VOD dont un gratos => [url] (il y a 7 Heures)
  • GhostDamon
    GhostDamon Ma femme qui travail dans une grande enseigne, me dis qu'ils ont vendu tout leur stock de FIFA17 en moins d'une heure. 1 jour avant la sortie officielle. Maintenant ils sont mal pour demain ^^ (il y a 9 Heures)
  • Alx
    Alx @GTB: oui c'est le fond de l'article, je reprenais juste les stats d'intro. D'ailleurs en toute rigueur, il faudrait dire "de 8 à 15% des français pensent que le JV est moins culturel que la chasse" (il y a 16 Heures)
  • GTB
    GTB et il est vrai d'un certain manque de maturité parfois. Bon et en plus on a aucune donnée sur le protocole d'étude. (il y a 16 Heures)
  • GTB
    GTB @Driftwood: Deux même! @Alx> Ce résultat est une combi de plusieurs choses: méconnaissance du media en lui-même, de son offre, des métiers, l'image publique, de ce que chacun met derrière "culture"... (il y a 16 Heures)
  • rekator
    rekator @Alx: Et Duck Hunt c'est plus culturel ou moins? ^^ (il y a 17 Heures)
  • GhostDamon
    GhostDamon Sur mon PC du boulot, j'ai beaucoup de problème de crash de google chrome sur Gamersyde. Il y 'a eu du changement ??? (il y a 17 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a 10 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Livestream The Division en anglais ce soir à 21h15 (version PC si tout va bien). (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Programme chargé aujourd'hui. Gravity Rush Remastered atterrira dans la journée, notre preview de Far Cry Primal à 18h avec des vidéos, enfin The Witness devrait avoir droit à quelques extraits PS4. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood En principe, nous vous donnons rdv demain soir 20h30 pour jouer à Just Cause 3. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer