GSY REVIEW | PC, PS4, Xbox One, Switch Mardi 23 octobre 2018 | 12:50

GSY Review : Spintires MudRunner AW

GSY Review : Spintires MudRunner AW

Aujourd'hui sort American Wilds, la nouvelle extension pour Spintires: MudRunner et la première payante également, l'occasion pour ce jeu de ressortir en version complète sur tous les supports (y compris la Switch bientôt). Vous l'aurez compris, après avoir exploré les forêts, côtes et autres marais de Sibérie, nous embarquons cette fois-ci pour les U.S.A. et ses environnements inspirés du Montana, du Minnesota et du Dakota du nord.
MAJ : Ajout du stream YouTube pour la vidéo commentée.




Conduite accompagnée

Spintires: MudRunner (SM), sorti il y a tout juste un an, est une réédition de Spintires, une simulation PC de conduite en conditions difficiles datant de 2014. SM apporte avec lui de nombreux didacticiels et défis pour comprendre les mécaniques de jeu, afin de permettre à tout à chacun de s'immerger jusqu'au cou dans la boue soviétique et d'y prendre goût. Pour ne laisser personne sur le côté, le jeu a même fait l’objet d'un portage sur les consoles de salon (et bientôt la Switch). SM vous lance seul (ou en coop jusqu'à 4 joueurs) à l'assaut de maps ouvertes (mais vides : pas de circulation, de PNJ ou d'animaux sauvages, hormis quelques oiseaux qui s'envoleront au premier coup de klaxon) de jour comme de nuit, dans le but de livrer du bois dans les scieries environnantes.

Code de la route

Typiquement, vous commencerez votre partie au volant d'un 4x4 (que l'on peut faire rapatrier au spawn en cas de soucis) afin d'explorer les lieux, de révéler la carte en atteignant les points de vue et de débloquer les nombreux véhicules éparpillés (une fois récupérés, vous aurez la possibilité de vous téléporter de l'un à l'autre). Vous pouvez customiser vos véhicules dans les garages, ce qui permet par exemple d'emporter des points de réparations ou des jerricans d'essence (il faudra toutefois passer à la pompe pour les remplir), ou d'en changer la configuration (camion citerne, transport de bois, etc.). Il est à noter que l'ajout d'équipements sur un véhicule se fait au détriment de sa maniabilité, le jeu gérant parfaitement les variations de poids. Une fois la carte révélée il faudra alors planifier vos actions comme un parfait petit logisticien. En effet, le jeu ne vous fait aucun cadeau de ce côté là, et ce qui semblait promettre d'une belle balade en forêt peut rapidement tourner au cauchemar total avec des camions en rade partout sur la carte et aucune solution de repli. Première chose afin de s'assurer un peu de tranquillité d'esprit, il est de bon ton de débloquer le deuxième garage sur la carte. Pour ce faire, il faut y apporter 4 points de garage à récupérer au spawn avec l'aide d'un ou deux poids-lourds.

Maintenant que vous pouvez aisément changer de configuration et d’équipements aux deux extrémités de la carte, vous pouvez réfléchir à la meilleure manière pour approvisionner les deux scieries de cette précieuse matière première. Il faut aussi prendre en compte “les péages à bois”, qui resteront fermés si vous en transportez. À vous donc de trouver un itinéraire bis pour atteindre votre objectif. Chaque scierie réclame 8 points de chargement et chaque fagot rapporte un certains nombre de points (rondins courts : trois points, moyens : quatre points, longs : six points). Quoiqu'il en soit, il faudra deux camions ou allers-retours pour chaque scierie. C'est alors à vous de décider quel camion aura droit à une grue pour le chargement (tous ne sont d'ailleurs pas capable d'en être équipés), lequel transportera des rondins longs, moyens ou courts, lequel sera le ravitailleur, etc. Sachant que chaque camion possède ses qualités et faiblesses, certains seront très à l'aise dans la boue et les marécages, même très chargés, d'autres auront déjà des difficultés sur une pente raide de bitume. À tout cela s'ajoute la consommation d'essence (chiffrée en litre par minute), qui vous obligera à chaque fois à prévoir un camion de réapprovisionnement avec toute la logistique et l'anticipation nécessaire. Vous serez parfois amené à faire un convoi bois/carburant pour vous en sortir, car même si les maps ne sont pas immenses, les conditions sont telles qu'il vous faudra de longues minutes pour parcourir quelques dizaines de mètres



Permis B

Dès que votre plan est validé, il est temps de mettre en branle toute cette mécanique et c'est là que SM brille le plus, sa physique. Le jeu simule parfaitement le comportement de chaque engin, les différences de poids, de centre de gravité, de maniabilité et d'adhérence entre un camion vide et chargé, la déformation du terrain sous les roues des véhicules, les changements de grip selon les surfaces, etc. Il n'est donc pas rare de rester embourbé par inadvertance alors que l'on pensait la partie gagnée. Pour accompagner ce moteur physique costaud, SM se part d'une conduite à la finesse étonnante et véritablement satisfaisante. Le rythme lent du jeu, dû à la fois aux véhicules et aux conditions, permet de véritablement apprécier sa conduite délicate. Oui le pilotage est délicat, faire le bon choix de rapport couplé au bon niveau de gaz et à une vitesse adaptée, fera toute la différence avec le va-t-en guerre qui arrive à pleine puissance en cinquième et qui restera définitivement prisonnier de l'étreinte implacable de la terre meuble. Ainsi, le stick droit permet de contrôler le levier de vitesse, qui comporte quatre positions principales plus quelques subtilités.

La marche avant (et ses trois vitesses démultipliées), la marche arrière (et ses trois vitesses démultipliées) la marche avant rapide et la boîte automatique. Cette dernière vous permettra de prendre de la vitesse sur les grands axes, mais sera dangereuse sur les petits chemins de terre et ne vous permettra pas de contrôler efficacement le véhicule dans des conditions difficiles. Les trois autres positions de levier vous donnent accès au blocage du différentiel (pour les véhicules équipés), qui vous facilitera grandement la vie lors des manœuvres en terrain glissant, mais entraîne aussi une surconsommation d'essence et doit être désactivé en condition normale de roulage, sous peine d'occasionner des dégâts mécaniques. Les vitesses démultipliées permettent de mieux contrôler la puissance qui passe aux roues, et il suffit souvent d'ajuster la marche avant (ou arrière) entre le premier et le deuxième cran pour se sortir d'une situation délicate. En privilégiant l'adhérence à la puissance, on évite ainsi de patiner sans fin et de creuser sa propre tombe. Enfin, certains véhicules proposent également de passer en transmission intégrale, ce qui permet donc de mieux se débrouiller sur la terre, mais cela va aussi augmenter la consommation d'essence qui, il faut le rappeler, est le nerf de la guerre. Si toutefois vous restez coincé, tous les véhicules sont équipés d'un treuil que l'on peut accrocher aux arbres environnants (si il y en a) ou à un autre véhicule pour se sortir de la galère. Il permet également de repêcher un véhicule qui se serait aventuré un peu trop près de l'eau et aurait fini par y rester coincé. Le treuil vous offre aussi la possibilité de former un convoi de deux camions, même si vous jouez seul, avec l'option “Avancer” qui permet au camion suiveur d'accélérer, en se calquant sur votre propre rythme.



Permis poids-lourd

Il ne faut pas se mentir, SM est avant tout un jeu fait pour ceux qui veulent se faire du mal (encore plus en mode simulation avec le retrait de certaines aides, le chargement manuel du bois dans les camions, etc.). Le jeu n’est pas beau, les sons tout juste passables, la musique exécrable et l'ergonomie totalement à la (g)rue. Charger soit-même son bois dans le camion peut passer d'un moment de détente ludique agréable à une bataille féroce et frustrante avec son contrôleur tant les collisions, et parfois la logique/physique de ce qu'il se passe à l'écran, nous dépasse. Peut-être une simple question de doigté, mais parfois certaines actions sont vraiment compliquées. Pour autant on finit toujours par arriver à ses fins. De même, l'interface “Avancée” (touche haut du BMD), qui permet d'accéder à de nombreuses options du véhicule (comme l'utilisation de la grue, du treuil, etc.), a de quoi laisser perplexe au début, mais tout comme le système de caméra, lorsque l'on a apprivoisé son fonctionnement, tout fonctionne comme sur des roulettes. D'ailleurs, au sujet de la caméra, le jeu est passé récemment à un système de caméra libre autour du véhicule (option cochée de base au lancement du jeu), qui peut sembler pratique au premier abord, mais on y perd alors toute la beauté de l'ancien système de caméras fixes, en plus de perdre l’extrême précision de placement, fort utile lors des manœuvres les plus délicates.

Contrat à durée (in)déterminé

Dorénavant et avec tous ses DLC, SM propose dix environnements, trente véhicules et une dizaines de défis / didacticiels en tout. Sachant qu'au début on n’a accès qu'à une poignée d'engins et de cartes, chaque scierie livrée débloque des points de progression qui permettent d'accéder à de nouveaux véhicules et aux cartes suivantes. Cela ne semble pas énorme et les cartes ne sont pas forcément immenses non plus, mais étant donné les conditions de roulage, il nous est arrivé de passer plus de quatre heures sur une seule map afin de tout valider (tous les points de vue, le deuxième garage et les deux scieries). Ceci est en partie dû aux allers-retours nécessaires à la complétion de ces objectifs, et parfois aux galères en chemin. Nous avons passé plus de trente heures sur le jeu entre SM à l’époque et American Wilds maintenant. Un temps conséquent pour en faire le tour, autant dire que vous avez intérêt à vous préparer une bonne playlist Spotify pour vous accompagner dans la cabine de conduite.

Transit international routier

Quant au DLC American Wilds en lui même, il est difficile de le conseiller, tout particulièrement pour les joueurs PC qui ont à leur disposition une multitude de cartes et de véhicules sous forme de mods. Ce DLC propose en effet deux cartes, deux défis et neuf véhicules sous licence. Autant les trucks américains sont très plaisants à conduire, autant les deux défis n'apportent pas grand chose aux joueurs qui possédaient déjà SM. Les deux nouvelles cartes sont relativement petites, bordées d'une route bitumée qui mâche totalement le travail et ne présentent que peu de défis en leur cœur finalement. De plus, la nouvelle mécanique aléatoire de spawn du bois s'avère très frustrante et va à l'encontre de la planification logistique habituelle du jeu (un challenge de plus pour certains, des allers-retours inutiles pour d'autres). Il y a bien eu un travail au niveau du ravalement de façade des bâtiments, garages et autres stations services, mais les passages en ville restent anecdotiques dans SM. On reste donc sur notre faim. La balance des couleurs qui se veut plus chaude nuit finalement à l'esthétique et un tour sur une map russe originelle rappelle que finalement l'éclairage et l'ambiance générale étaient bien mieux maîtrisés en territoire soviétique.

Vidéo commentée



Verdict


Spintires MudRunner est indéniablement un jeu de niche. Aussi riche dans son gameplay et ses mécaniques que pauvre techniquement, SM s'adresse donc à un public averti. De notre côté, nous adorons et nous y replongeons régulièrement avec plaisir, ne serait-ce que pour sa conduite délicate, précise et exigeante couplée à la gestion logistique nécessaire à la bonne complétion des cartes. American Wilds quant à lui est plutôt réservé aux quelques fans hardcores du titre, qui jouent exclusivement sur consoles et qui possèdent déjà SM. Si vous êtes tenté par l'expérience, nous vous conseillons de trouver le jeu de base d'occasion (environ 15€ aujourd'hui sans l'extension) puis pourquoi pas de craquer plus tard pour le DLC, l'édition complète nous semblant bien chère pour le contenu proposé.


Les plus


+ Physique incomparable
+ Conduite plaisante, précise et exigeante
+ Profondeur de gameplay
+ Customisation des véhicules
+ Durée de vie
+ L'ambiance et la sensation d'isolement en Russie
+ Le dépaysement
+ Coop à quatre qui promet de bons moments
+ Seulement 2Go
+ Version de base pas cher en occasion


Les moins


- Technique dépassée
- Austérité de l'ensemble
- Menus à l'ergonomie discutable
- Serious game qui ne plaira pas à tout le monde
- Quelques crashs du jeu à cause de la “connexion à Steam” (bug ou problème perso ?)
- Cartes U.S. sans grand intérêt
- Edition complète un peu chère pour le contenu

Gameplay commenté (FR)
Télécharger: MP4 HD
Born in the USA (PC)
Mother Russia Bleeds Mud (PC)

Tous les commentaires

Commentaire du 23/10/2018 à 11:39:10 En réponse à CaptainTARASS
https://media.giphy.com/media/eHop05vXaZzk4/giphy....
Commentaire du 23/10/2018 à 11:47:48
Très bonne critique qui fait le tour complet du jeu. Concernant le rendu graphique, c'est pas foufou mais je trouve qu'il fait particulièrement bien le job. Il y a un charme unique qui se dégage des balades en fôrets.

Au sujet de la caméra libre, je ne sais pas sur console mais sur PC tu peux remettre les caméras originales par défaut dans les options (qui sont en effet bien plus adaptées).

A combien est vendu le pack SM + AW?
Parceque bien que je trouve le jeu fantastique, Mudrunners 2 arrive dans quelques mois et je ne vois pas trop l'intérêt de prendre le premier maintenant, à part un prix rikiki.
Commentaire du 23/10/2018 à 11:54:20 En réponse à Sopikey
Merci!

Oui la caméra peut-être modifiée et revenir au fonctionnement plus traditionnel, sur console également. Cependant au niveau graphique c'est surtout le rendu des maps U.S. qui ne fonctionne pas pour moi. J'ai ensuite rejoué sur les cartes Russes et en effet elles ont beaucoup plus de charme!

Quant au prix on est à environ 30€ sur PC officiellement (20€ sur cdkeys) et 40€ sur console pour le pack (prix micromania), 10€ le DLC seul.
Commentaire du 23/10/2018 à 12:05:13
Ah oui le prix n'a pas baissé du tout quoi :D
Je me souviens l'avoir acheté à la sortie sur PC pour 15€ (avec la remise du Spintires original).
Commentaire du 23/10/2018 à 12:32:30 En réponse à Sopikey
Oui moi aussi! :D
Commentaire du 23/10/2018 à 13:00:47
Une review bien complète. Bravo. :)
Commentaire du 23/10/2018 à 13:29:46 En réponse à Altanyx
Merci! :)

Quoi de neuf ?
  • Dazman
    Dazman Je joue à ce Spyro RT et j'adore ça fait du bien :) (il y a 45 minutes)
  • MadDemon
    MadDemon @notourious67: oui le gameplay est bon et la difficulté est présente par moment sans être non plus insurmontable mais la DA et l'ambiance font très enfant pour moi et ca ca me bloque perso (il y a 2 Heures)
  • notourious67
    notourious67 @MadDemon: niveau graphisme tu veux dire ? Mais niveau gameplay et difficulté y a un peu de challenge quand même ? (il y a 2 Heures)
  • MadDemon
    MadDemon @notourious67: la jouabilité est bonne mais pour moi c'est trop enfantin. (il y a 3 Heures)
  • notourious67
    notourious67 J'ai jamais joué à Spyro c'est bien ?? (il y a 3 Heures)
  • NoNacK
    NoNacK Des jeunes aussi chaque jour sans que ça fasse les premières manchettes mondiales... (il y a 6 Heures)
  • CaptainTARASS
    CaptainTARASS quoi, de vieux monsieurs meurent? -> [] (il y a 13 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer