GSY PREVIEW | PC, PS4, Xbox One Lundi 12 décembre 2016 | 11:40

GSY Preview : Resident Evil 7

GSY Preview : Resident Evil 7

La saga Resident Evil (Biohazard au Japon) s’est forgée une belle réputation dans la catégorie des survival-horror. Son style a naturellement évolué au fil des ans, avec notamment l’arrivée d’une vue à la troisième personne, d’une caméra libre, et d’un personnage légèrement décentré, avec cette irremplaçable visée "par-dessus l’épaule" reprise depuis dans masse de TPS. Le côté action ayant fini par prendre le dessus - à l’exception des deux spin-offs Revelations, qui ont réussi à conserver malgré tout quelques liens avec les origines -, la série toucha le fond avec son sixième opus numéroté, où l’horreur et la survie n’étaient plus franchement palpables (en dehors de la partie consacrée à Leon peut-être). Il était donc temps pour Capcom Japan de changer la donne avec Resident Evil 7, complètement revu, notamment grâce à une vue à la première personne plus immersive. Cela suffira t-il à reconquérir le cœur des joueurs de la première heure ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans l'aperçu qui suit.




Cauchemar en cuisine

La semaine dernière, une session de quelques heures dans les locaux de Capcom nous a permis de découvrir le début du jeu. Bien que nous ayons aperçu quelques références à la saga, il reste difficile pour l'instant de deviner comment le scénario va réussir à s'intégrer dans la mythologie RE, sachant que l'histoire se déroule après RE6 et ne fait donc pas office de reboot. Ceci étant dit, vous incarnez Ethan, un individu qui se retrouve séquestré dans la maison délabrée et pas franchement accueillante de la famille Baker, alors qu’il était sur les traces de sa femme, mystérieusement disparue après un accident. Après une courte introduction, vos déboires commencent sérieusement avec la fameuse scène de la cuisine déjà aperçue dans des trailers et autres séquences officielles de gameplay ; mais comme d’habitude, nous ne rentrerons pas plus dans les détails en termes de scénario. Sachez juste que derrière la situation délicate dans laquelle se trouve notre pauvre bougre, se cache un mystère que les divers documents que vous trouverez en chemin, ainsi que d’étranges appels téléphoniques, vous aideront à décrypter petit à petit. Malgré un rôle principal, Ethan n’est pas un cas isolé, et vous aurez en sus l’occasion d’incarner d’autres protagonistes via des cassettes VHS, qui vous feront notamment découvrir des scènes antérieures plus ou moins utiles à votre progression. Contrairement aux autres jeux de la série, incarner de nouveaux personnages permet de se délester des Leon et autres Chris surentraînés, afin de se retrouver aux commandes de personnes lambda plus faibles. C’est en partie grâce à cela que la pression devient omniprésente, et contrairement à des titres comme Outlast ou Amnésia, fuir et vous cacher ne suffiront pas à vous maintenir en vie.



"Garçon, une pression SVP !"

Le jeu se divise ainsi en plusieurs phases de gameplay variées. Commençons avec l’exploration et la résolution d’énigmes, où, par exemple, le joueur devra retrouver des objets lui permettant d’accéder à de petits casse-têtes. Rien de bien original, ni de difficile de ce côté, bien qu’il ne soit pas toujours évident de se concentrer en fonction des situations. On retrouve également les fameuses clés – ayant ici pour symboles divers animaux –, qui donneront accès à de nouvelles salles éparpillées sur la carte, entraînant quelques allers-retours qui augmentent volontairement les risques de faire une mauvaise rencontre. Aussi, fouiller chaque recoin n’est pas anodin, puisque vous trouverez des ressources franchement bienvenues, telles que les plantes ou les indispensables munitions. Diverses combinaisons vous permettront de fabriquer de meilleurs soins, voire même des munitions plus puissantes. Des checkpoints viendront régulièrement vous épauler, mais les salles sécurisées, contenant point de sauvegarde manuelle et malle pour stocker vos biens (l’inventaire étant toujours limité en place), sont toujours de la partie. L’exploration est aussi l’occasion de découvrir des passages secrets à l’aide de photos, ou de casser de petites figurines en guise de collectibles qui, on imagine, devraient octroyer une récompense une fois toutes trouvées. Il existe différentes améliorations, comme un plus grand inventaire notamment, ainsi que l’achat de divers bonus grâce aux pièces de monnaie collectées et utilisables sur de petites cages à oiseau. Il sera permis d’augmenter de façon permanente sa vie, sa vitesse de rechargement, ou même d’acquérir un puissant Magnum si vous collectez suffisamment de pièces. Dans un autre registre, il faut aussi compter sur les nombreux documents qui vous aideront à mieux cerner le scénario et son background, à savoir qu’un menu détaillé permet de suivre le nombre de collectibles restant à trouver pour chaque catégorie.

La deuxième phase se tourne plus vers des séquences de fuite et de cache-cache, à peu à l’instar d’Alien Isolation. Vos poursuivants étant a priori invincibles, tel le Nemesis – bien que vous pourrez gaspiller quelques munitions pour les ralentir –, votre unique solution est de fuir et d’éviter autant que possible de vous faire repérer. Contrairement à Alien Isolation, un échec n’est ici pas synonyme de mort immédiate (du moins en difficulté normale), mais il est parfois compliqué de se faire oublier une fois repéré. Heureusement que les ennemis en question ne sont pas très perspicaces, car même en tombant quasi face à face avec l’un d’entre eux, il suffira parfois de vite s’accroupir et de reculer pour ne pas se faire voir. Si cela pourrait passer pour un défaut lié à d'éventuels errements d’IA, croyez bien que dans le feu de l’action, vous bénirez ces petits manquements. Car bien qu’ils semblent cantonnés à des zones spécifiques, ces fameux assaillants ont la bougeotte facile, et il est donc aisé de se faire surprendre en revisitant un secteur. Par ailleurs, il est particulièrement amusant de jouer avec cette IA, la feinter en refermant les portes derrière soi, ou au contraire, en l'orientant sur de fausses pistes afin de la faire tourner en bourrique. Le sound design est une aide précieuse, puisque les grincements et autres bruits de pas peuvent concrètement vous aider à les repérer dans l'espace. Pour couronner le tout, notez qu’afficher la map pour retrouver son chemin ou aller dans l’inventaire pour quelque raison que ce soit, ne passe pas le jeu en pause. Dans ce genre de situation, la tension est donc à son comble et la panique pourrait même gagner les joueurs les plus zen. Surtout que de rares et habiles jump scares - mécanique dont nous ne sommes pourtant pas spécialement friands habituellement - viendront accentuer cette pression omniprésente, achevant probablement par la même occasion les moins courageux d’entre vous.



Comme une envie de P.T.

Enfin, Resident Evil 7 n’oublie pas non plus les phases d’action pure. Et puisqu’il n’est pas rare de croiser également des ennemis mortels, un nombre convenable d’armes est mis à votre disposition au fur et à mesure afin de vous sortir des situations les plus délicates. Allant du simple couteau (surtout utile pour briser des caisses en bois) en passant par le classique 9mm, le fusil à pompe, mais aussi le lance-flammes, le lance-grenades, etc. Comme tout survival qui se respecte, il faudra d’ailleurs bien faire attention de ne pas gâcher vos précieuses munitions, car même si elles ne sont pas particulièrement rares de prime abord, elles s’amenuisent rapidement. Particulièrement lorsque vous voulez viser les têtes d’ennemis ayant tendance à faire des esquives pile au moment du tir, et que le stress vous fait appuyer sur la gâchette à plusieurs reprises. Bien entendu, tout cet arsenal n’est pas là que pour le menu fretin, et si vous pensiez que le jeu se contenterait de jouer la carte de la psychologie, en mettant à vos trousses une simple famille de psychopathes accompagnée de quelques créatures, alors vous vous êtes bien fait berner. En effet, des boss viendront également pimenter votre petit séjour. Pas nécessairement gros en taille, mais accompagnés de situations assez variées, bien mises en scène, et qui aboutissent à des affrontements pas si simples. La meilleure option est alors généralement de rester en mouvement et de ne pas hésiter à utiliser certaines interactions dans le décor, en plus de son armement bien entendu. À ce propos, le gameplay nous a semblé de très bonne facture, et l’on s’habitue vite aux déplacements un peu lourds du héros. Bref, toutes ces séquences s’alternent habilement et de façon équilibrée, et permettent d’éviter la lassitude et la linéarité dont peuvent souffrir d’autres jeux du genre.

Votre cauchemar ne sera donc pas de tout repos et l’on réalise vite que l’équipe de développement ne s’est au final pas du tout contentée de refaire un simple P.T., et ce, contrairement à ce que la démo Beginning Hour peut laisser paraître. Comprenez que cette démo n’est qu’une simple promenade édulcorée permettant principalement de découvrir la nouvelle vue FPS et d’avoir un très léger aperçu de l’ambiance générale. Au final le jeu s’avère bien plus riche dans son gameplay, beaucoup moins posé avec une pression autrement plus intense, le tout renforcé par le côté gore poussé à l’extrême de certaines scènes, allant jusqu'à rappeler parfois le dérangeant Silent Hill 4 : The Room. Techniquement parlant, sans être un étalon, le jeu est plutôt fin, et surtout parfaitement fluide sur PS4 classique. Vous pouvez d'ores et déjà vous faire un avis avec la démo récemment mise à jour et disponible sur PS4 et Xbox One, la version PC devant arriver le 19 décembre. Hormis quelques rares textures en deçà, le titre de Capcom est suffisamment bien réalisé, et l'ambiance suffisamment travaillée, pour que le joueur reste immergé sans qu’aucune tare technique ne vienne le perturber. Les différents environnements (le jeu ne se résumant pas qu’à une maison, même s'il ne faut pas non plus s’attendre à voir du pays) ont un certain charme dans leur genre, et disposent parfois de petits effets bien sentis, comme des lumières volumétriques par exemple. Pour la partie sonore, les bruitages rendent particulièrement honneur au travail des développeurs (sensations garanties au casque) et le doublage anglais fait mouche. Nous n’avons pas essayé le doublage français sur cette version finale, mais notez qu’il était d’assez mauvaise qualité sur la démo. La durée de vie devrait tourner autour de la quinzaine d’heures pour un premier run, chiffre qui peut être sujet à variations en fonction de votre façon d’avancer, et qui reste à vérifier de toute façon.



Premières impressions


Au final, ces quelques heures en compagnie de ce Resident Evil 7 nous auront convaincus, alors que l’on ne s’attendait pas à beaucoup plus que ce que pouvait déjà proposer Beginning Hour. Si le jeu ne s’appuie pas nécessairement sur la peur à l’état brut, le mélange du stress constant qu’il procure et d'une oppressante atmosphère baignée dans le gore à outrance lui donne un sacré cachet. Alors certes, quelques puristes vont encore grogner sur ce nom numéroté, ou sur le fait qu’il ne s’agit pas à leurs yeux d’un "vrai" RE, mais nous pensons néanmoins que même ces irréductibles pourraient être amenés à changer d'avis, s'ils parviennent à y jouer dans de bonnes conditions. Quant à nous, nous sommes plus qu’impatients d’y replonger afin de nous assurer que le reste de l’aventure est aussi solide que ce que nous en avons vu. En l’état, ce que nous pouvons dire avec certitude, c'est que la série n’a jamais autant méritée son appellation de survival-horror. Sortie prévue le 24 janvier sur PS4, Xbox One et PC.

Tous les commentaires

Page 1 2 >>
Commentaire du 12/12/2016 à 14:15:57
Merci pour la preview, ça s'annonce très sympa !
Commentaire du 12/12/2016 à 15:11:06
Il manque un "été", dans la conclusion (première phrase).
Du coup, j'ai moins confiance (avis sous la contrainte !). ^^
Commentaire du 12/12/2016 à 16:58:31
Encore un an à attendre pour l avoir sur le vive en SSx2. Cela va être dingue !!!
Commentaire du 12/12/2016 à 18:30:48
Sans moi pour ce RE.
Commentaire du 12/12/2016 à 19:46:33
Je vais attendre pour me le faire sur Scorpio...c'est long un an...
Commentaire du 12/12/2016 à 19:55:24 En réponse à BigGame
Pas faux.. Après vu les carac de la bête, ce ne sont pas les graphismes timides de ce RE qui lui feront honneur.

Au dernières nouvelles la Scorpio ne sera pas "haut de gamme" sur son prix.
Commentaire du 13/12/2016 à 20:07:06
Intéressant tout ça. Décrit ainsi ça semble être un nouveau virage réussi pour la série. Un peu à la manière de RE4 à son époque. Les reviews lèveront le voile là dessus.
Commentaire du 13/12/2016 à 20:16:39
Day one obligatoire en VR :)
Commentaire du 13/12/2016 à 20:25:12 En réponse à GTB
Rien ne vaudra jamais RE4 :fanboy: :D

Sinon je suis vraiment curieux, j'ai rarement été aussi partagé sur un titre.
Commentaire du 13/12/2016 à 20:58:31 En réponse à skiwi
R.E. tout court, lors de sa sortie en version US (la même période que Fade To Black, très plaisant aussi) !
Super été ! :)

Je me souviens de la vidéo avec le Rock japonais, très cool, sur le cd de SF Alpha Jap'. ^^
J'ai toujours la musique en tête.

Sinon, je lui trouve une ambiance à la American Horror Story, dans sa dernière saison (Retour à Roanoke).
Commentaire du 14/12/2016 à 20:18:30 En réponse à skiwi
Posté par skiwi
Rien ne vaudra jamais RE4 :fanboy: :D
Il sera impossible de faire mieux mais j'ai quand même sacrément hâte, je vais me faire dessus en VR :)
Commentaire du 19/01/2017 à 14:29:28
je reste convaincu que le gameplay et les angles de caméra des 4 premier RE, bien utilisés et hors VR restent très efficaces pour de la mise en abîme et succiter angoisse et peur (et celui encourage un jeu moins amnésia style que je trouve juste chiant)
Commentaire du 19/01/2017 à 17:37:39 En réponse à skiwi
Posté par skiwi
Rien ne vaudra jamais RE4 :fanboy: :D

Sinon je suis vraiment curieux, j'ai rarement été aussi partagé sur un titre.
The best c'est Code Veronica :p

Sinon j'ai peur que sans le VR le jeu perde beaucoup de son interet.
Commentaire du 19/01/2017 à 17:57:48 En réponse à skiwi
Suffit de lui rajouter un vrai scénario parce que le 4 dans le genre merdique il se pose là :p (le reste du jeu est excellent rien à dire mais sur ce point c'était une belle merde...sans parler des suites...)
Je préfère de loin les angles de caméras fixes comme l'a prouvé il y a quelque temps Until Dawn et qui pour le coup faisait vraiment penser au premier Resident Evil (les énigmes débiles et le poussage de caisseS en moins).
Pour ce RE7 ce sera un passage obligé en VR mais j'attends de savoir si l'histoire vaut le coup, déjà que le jeu est tronqué à mort avec les DLC qui arrivent à prix d'or comme toujours...
Commentaire du 19/01/2017 à 18:31:32 En réponse à Blackninja
Parce que tu trouves les scénarios des précédents génialissimes ? :p Ça n'a jamais été le point fort de la série, et je ne vois pas trop en quoi celui du 4 était inférieur à celui du 1.

@blameblame: il est chiant Code Veronica, un des rares jeux où une bonne durée de vie s'avère être un défaut :D
Commentaire du 19/01/2017 à 18:40:07 En réponse à skiwi
:vengeanceninjagaiden:
Commentaire du 20/01/2017 à 18:27:04 En réponse à skiwi
Moi je l'ai trouvé cool le Code Veronica,les jumeaux fous,le retour de Chris et Wesker etc etc.Le quatrième opus est quand meme pas terrible, c'est le début de la fin.
Commentaire du 20/01/2017 à 18:42:14 En réponse à blameblame
Pas terrible, le 4 ?? Tu veux dire, pas terrible, le jeu au gameplay incroyablement riche et profond, au level design fabuleux, à la technique qui a mis une claque à l'époque, au rythme fantastique bourré jusqu'à la gueule de moments cultes, à la durée de vie incroyable pour un jeu d'action ? Désolé, mais je peux pas être d'accord ^^

Surtout quand on le compare justement à Code Veronica, qui constitue pour moi le vrai début de la déchéance de la série "old school", avec ses innovations inexistantes et son scénario quasiment uniquement constitué de fan service.
Commentaire du 20/01/2017 à 18:43:59 En réponse à skiwi
C'était un très bon jeu, mais un mauvais RE ! Voila t'es content ? :D
Commentaire du 20/01/2017 à 18:46:25 En réponse à Kilmo
Pas du tout :p C'est aussi un bon RE en cela qu'il a contribué à remettre la série sur le devant de la scène en la dépoussiérant de fond en comble (et elle en avait bien besoin). Une sorte de reboot avant l'heure, dans un sens.
Commentaire du 20/01/2017 à 18:52:46 En réponse à skiwi
Il a aussi contribué à sa perte en causant le 5 et le 6.
Commentaire du 20/01/2017 à 18:55:12 En réponse à blameblame
RE4 était surtout un nouveau souffle, très réussi dans ce qu'il a tenté -depuis chacun a son avis si c'est un RE ou pas-. Code Vero était justement la confirmation de la fin de la première formule: RE1, RE2, RE3 avaient fait le tour. RE Zero a confirmé la chute. Code Vero a en plus la particularité d'être le plus moche à cause du choix de la 3D temps-réel pour les décors, ce qui est déjà discutable après les décors détailés des épisodes précédents mais en plus sur une bécane dont c'était pas vraiment le point fort.
Commentaire du 20/01/2017 à 18:56:21 En réponse à Driftwood
Certes, mais c'est pas non plus sa faute si ses successeurs ont pas été fichus d'être à la hauteur ^^ D'ailleurs le 5 avait plutôt été bien critiqué à sa sortie (un peu trop bien, à mon humble avis), c'est avec le 6 que tout s'est cassé la figure à tous points de vue.

@GTB : argh, le zéro... jamais eu le courage de le terminer :D
Commentaire du 20/01/2017 à 19:36:18 En réponse à skiwi
Pourtant le R4 m'a bien ennuyé, une grosse déception à l'époque qui m'a fais lâcher la série.Si j'ai le temps je profiterai de la réédition sur ONE pour lui redonner ça chance.
Commentaire du 20/01/2017 à 21:33:11 En réponse à blameblame
Après si tu n'accroches pas, c'est comme ça, c'est la vie ^^
Page 1 2 >>

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • bosozoku
    bosozoku Beatty & Dunaway la classe quand même ! (il y a 0 minute)
  • Linus
    Linus @Dazman: ha ok, la boulette ! :X (il y a 33 minutes)
  • Dazman
    Dazman @Linus: c'est pas ça : Lalaland a été annoncé gagnant mais que ctait ma mauvaise enveloppe :xD (il y a 2 Heures)
  • Linus
    Linus @Dazman: je n'ai pas eu la chance de le voir mais grosse surprise apparemment, tout le monde s'attendait à La La Land (il y a 4 Heures)
  • chris_lo
    chris_lo @Dazman: c'était le présentateur de Miss Univers ?^^ (il y a 5 Heures)
  • Dazman
    Dazman Sympa cette cérémonie des Oscars....le vainqueur est Lala.....Moonlight :xD (il y a 5 Heures)
  • jackie_choun
    jackie_choun Ici c'est PARIS !!! :D Content pour Paris (que je supporte depuis 1978) mais Marseilles ne doit pas se fixer sur ce match. (il y a 6 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Livestream The Division en anglais ce soir à 21h15 (version PC si tout va bien). (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer