GSY REVIEW | PS3 Lundi 9 juin 2014 | 15:03

Gamersyde Review : Mugen Souls Z

Gamersyde Review : Mugen Souls Z

Développé par les rois du jeu moe - Compile Heart - et édité par les maîtres du tactical kawaï - Nippon Ichi -, le premier épisode de Mugen Souls mêlait RPG tactique et humour lolicon gras pour un résultat sympathique, mais handicapé par une technique à la traîne. Mugen Souls Z, sa suite, continuera t-elle dans cette lancée ? Enfilez votre plus belle petite culotte à rayures pour obtenir la réponse dans cette review made in GSY !




Moe et rieuse

Après sa conquête des sept mondes de Mugen Souls premier du nom, l'inénarrable déesse Chou-Chou décide d'entreprendre la conquête de douze nouvelles planètes, toujours aidée par Ryuto, mécanicien attitré du fier vaisseau G-Castle. Malheureusement, la surpuissante Chou-Chou se verra dépossédée de ses pouvoirs et littéralement réduite à l'état de mini-déesse quasiment dés le début de cette nouvelle aventure. La responsable ? La - pas très futée - déesse Syrma, dont le cercueil magique a malencontreusement absorbé les pouvoirs de sa consœur, et qui devra donc s'atteler à restaurer les pouvoirs d'une Chou-Chou fort diminuée en parcourant les douze mondes susnommés.

Si vous êtes réfractaires au moe, passez immédiatement votre chemin ! Mugen Souls Z, à l'instar de son prédécesseur, est en effet une ode au kawaï, au tsundere, au fan-service le plus éhonté et aux sous-entendus les plus gras possibles, dans un joyeux festival de dialogues interminables et de couinements équivoques comme seuls les japonais en ont le secret. Et étrangement, cela fonctionne, certains dialogues et situations se montrant vraiment drôles quand ils s'y mettent, l'esprit totalement assumé de cette fête de l'otaku étant pour beaucoup dans la réussite des gags. On recommandera en revanche d'avoir terminé le premier Mugen Souls pour mieux goûter aux nombreuses réparties des différents personnages se référant au précédent épisode.



Poigne de fer et séduction

Il est maintenant temps d'aborder le gros morceau de Mugen Souls Z : le gameplay, que l'on peut scinder en deux parties, la partie "normale", et la partie "bizarre". Mugen Souls Z est donc un tactical RPG à la Growlanser, c'est à dire avec un zeste d'exploration et sans damier lors des combats, où le personnage est libre de se déplacer avant d'effectuer ses actions. Voilà pour la partie "normale". Car les autres - très nombreuses - mécaniques du jeu sont beaucoup plus surprenantes. Ainsi, le système de séduction sera essentiel à maîtriser lors des affrontements. Syrma pourra en effet charmer ses ennemis à l'aide de différentes poses, toutes plus niaises et/ou sexys les unes que les autres, ce qui aura pour effet de les transformer en objets ou, mieux encore, en shampurus (les sbires de Chou-Chou), qui gonfleront l'équipage, amélioreront l'attaque ultime de Chou-Chou, et augmenteront la puissance du G-Castle (nous y reviendrons). Mais attention, si les poses adéquates ne sont pas choisies, l'ennemi reprendra tous ses points de vie et verra sa puissance augmentée. A vous donc, à l'aide des jauges affichées, de voir quel pose conviendra pour un adversaire masochiste ou sensible au kawaï. La tâche se compliquera très vite lorsque vous serez confronté à plusieurs antagonistes, car il sera bien difficile de plaire aux uns sans mécontenter les autres !

Autre élément important, les cristaux disposés sur l'aire de combat octroieront différents effets aux ennemis comme aux alliés, négatifs ou positifs. Il faudra donc prêter attention à l'emplacement de chaque personnage ou monstre pour éviter les mauvaises surprises, à l'image des célèbres geo-panels de Disgaea. Mais ce n'est pas tout : les cristaux pourront être détruits pour exploser à la figure des adversaires, voire même séduits (!) pour charmer tous les ennemis d'un seul coup. La destruction des cristaux ne sera possible qu'en exploitant le Blast Off, technique délicate consistant à balancer son opposant dans les cristaux en question à l'aide de coups spéciaux. Un Blast Off bien utilisé pourra même déclencher le mode Fever, synonyme de gain d'argent conséquent en cas de réussite.

Et tout cela n'est qu'un maigre échantillon des nombreuses possibilités de gameplay. Citons également, entre autres, la customisation des personnages à l'aide de vêtements et accessoires pour augmenter leurs statistiques, le Mugen Field - sorte de survival constitué de 100 combats - qui permettra d'allègrement franchir la barre du niveau 99 pour un maximum de 9999, l'amélioration des armes via les boutiques du G-Castle qui peuvent d'ailleurs elles-mêmes être améliorées, ainsi que l'importance de la puissance du G-Castle évoquée plus haut, qui trouvera toute son utilité dans les batailles géantes de forteresses - où le G-Castle prendra une apparence de robot géant de sentaï pour anéantir le vaisseau adverse dans un combat aux allures de shifumi titanesque. Bref, une jouabilité extrêmement riche et touffue, dont les notions seront heureusement progressivement amenées au cours du jeu via le bien nommé "Overwhelming Tutorial".



Loli soit qui mal y pense

S'il est encore plus riche que son aîné en ce qui concerne le gameplay, au rayon visuel, Mugen Souls Z fait hélas à peine mieux que son prédécesseur. Certes, les immondes ralentissements de son aîné ont disparu, mais la fluidité totale n'est toujours pas au rendez-vous, notamment lors des phases d'exploration. Et pourtant, dire que le jeu est loin d'exploiter les capacités de la Playstation 3 est plus qu'un euphémisme ; affichant fièrement des graphismes dignes d'un jeu Ps2 lissé, Mugen Souls Z perpétue la tradition des RPG japonais aussi riches à jouer que pauvres à regarder. Heureusement, la direction artistique joyeuse et colorée mettra un peu de baume au cœur du joueur déprimé par tant de faiblesses techniques, à condition bien sûr qu'il apprécie le moe sous ses formes les plus juvéniles. Pour une expérience kawaï encore plus poussée, on recommandera chaudement d'opter pour les voix japonaises généreusement disponibles dans les options, celles-ci se mariant parfaitement avec de légères mélodies parfois épiques et souvent comiques.

Comme souvent avec les jeux Compile Heart, la durée de vie s'avérera colossale pour quiconque souhaiterait essorer le jeu jusqu'au bout. En effet, si une bonne trentaine d'heures sera nécessaire pour voir l'une des fins disponibles, on peut aisément tripler voire quadrupler le chiffre si l'on veut s'attaquer ensuite aux donjons bonus et autres boss surpuissants à débloquer. On regrettera toutefois un vilain bug faisant purement et simplement freezer le Mugen Field, ne laissant pas d'autre choix que d'éteindre et rallumer la console. Sachant que terminer celui-ci est obligatoire pour obtenir la "vraie" fin du jeu, l'attente d'un patch annoncé par Nippon Ichi sera hélas conseillée pour éviter les crises de nerfs à répétition. Signalons enfin la suppression par Nippon Ichi Software America de mini-jeux, présents dans la version japonaise, consistant à rincer le corps des héroïnes en train de prendre leur bain en sous-vêtements. Si ces séquences n'apportent évidemment pas grand chose ludiquement parlant et s'avèrent nettement dispensables, on peut tout de même s'interroger sur la pertinence d'une telle censure, l'ambiance générale et le rating "seize ans et plus" suffisant largement pour annoncer à quel type d'univers on a ici affaire. Pas une grosse perte donc, mais une intervention des ciseaux d'Anastasie tout aussi superflue que ce qu'elle élimine.



Verdict


Avec son fan-service permanent, son humour sous la ceinture et son design mignon à croquer, Mugen Souls Z cache admirablement bien son jeu. Car sous cette apparence joyeuse et inoffensive se cache un redoutable tactical RPG aux mécaniques aussi innombrables que bien huilées, qui raviront l'amateur éclairé peu effarouché par la perspective d'engloutir des centaines d'heures de sa vie dans un jeu aux possibilités monstrueuses mais à l'esthétique techniquement plus que pauvre. Sorte de Disgaea extrême à tous points de vue, Mugen Souls Z reste à l'image de son aîné un RPG d'initiés, mais qui saura récompenser les joueurs patients et courageux, pour peu qu'on se laisse entraîner dans sa sarabande de dialogues interminables et de tutoriaux permanents.

Quoi de neuf ?
  • SweeneyTodd
    SweeneyTodd PS : c'est tellement triste de voir que le terme dégueulasse qu'est "youtubeur" est d'usage désormais... (il y a 37 minutes)
  • SweeneyTodd
    SweeneyTodd @face2locust: Je suis d'accord mais ça doit quand même faire partie de la diversité des avis postés sur le net. (il y a 39 minutes)
  • face2locust
    face2locust @SweeneyTodd: Donner ton avis en étant plus pré-occupé par les grimaces que tu va faire ou aux dons et se dire que le jeu va forcément être mauvais parce qu'il n'a pas fait le buzz c'est pas pertinant (il y a 44 minutes)
  • SweeneyTodd
    SweeneyTodd Avant d'être un youtubeur c'est surtout un joueur. Je n'aime pas ce mec mais son avis compte autant que celui de n'importe quel avis posté sur un forum, un outil de notation communautaire etc. (il y a 53 minutes)
  • icebreaker59
    icebreaker59 @Miguel: Il bosse pour personne, il est juste équiper par nvidia et corsair depuis peu. (il y a 57 minutes)
  • Miguel
    Miguel @davton: je ne sais pas qui c'est ni pour qui il bosse, j'ai supposé qu'il faisait partie de la presse s'il a eu le jeu en avance, apparemment c'est un youtuber donc :/ (il y a 1 Heure)
  • icebreaker59
    icebreaker59 @icebreaker59: vaut* pardon, pas réveiller ^^ Après attention je dis pas qu'il remplace le travail d'un journaliste ... c'est pas son but de toute façon (il y a 1 Heure)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a 6 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a 6 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Livestream The Division en anglais ce soir à 21h15 (version PC si tout va bien). (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer