GSY PREVIEW | PC, PS4 Lundi 13 février 2017 | 15:00

GSY Preview : NieR: Automata

GSY Preview : NieR: Automata

Si Nier premier du nom est un titre injustement passé assez inaperçu sur la gen précédente, il aura néanmoins su marquer une partie de la frange de joueurs curieux qui a bien voulu se laisser happer par son originalité. Son univers sombre, sa DA unique, ses personnages attachants, son excellent scénario à fins multiples ou encore sa bande son magistrale, ont de manière générale réussi à prendre le dessus sur sa partie technique déjà en retrait à l’époque de sa sortie. Ce fût malheureusement le dernier jeu développé par Cavia, un petit studio tokyoïte notamment connu pour Drakengard et Beat Down: Fists of Vengeance. Bref, l’espoir d’une suite n’effleurait pas même le plus hardcore des fans, quand le miracle d’un partenariat entre Square Enix (déjà éditeur du premier jeu) et PlatinumGames donna naissance, à la surprise de tous, à NieR: Automata. Nous avons eu l’honneur de passer 3 heures aux commandes de 2B, accompagnée de 9S, les deux androïdes et protagonistes principaux de cet opus inespéré, et dont vous allez pouvoir découvrir nos premières impressions.
MàJ : nouveau trailer ajouté.
MàJ 2 : ajout de 2 vidéos de la version preview




Drakengard à vue

Certains d’entre-vous se sont probablement déjà frottés à la démo disponible depuis fin décembre, qui nous faisait arpenter un environnement industriel plutôt cloisonné et se clôturant par un combat de boss à séquences multiples assez épique. Sachez déjà qu’il s’agit bel et bien du tout début de l’aventure, mais que l’étonnante introduction y a été volontairement amputée afin de conserver un minimum de surprises pour les joueurs. Si on y retrouve bien l’ambiance particulière du premier jeu – qui rappelons-le fait office de spin off à l’une des fins de Drakengard – l’aspect monde semi-ouvert, villages et autres quêtes annexes non présents sur la démo, sont toujours de la partie. En résumé et pour ceux qui doutaient, nous sommes bel et bien en présence d’un ARPG avec tout ce que cela implique. Bref, après un retour à notre base (passage par ailleurs assez particulier que nous nous garderons bien de vous spoiler), 2B et 9S débarquent aux abords d’une ville en ruines et dont la nature a déjà repris ses droits. Dans cette zone déjà plus ouverte, quelques robots ennemis côtoient de rares bêtes sauvages que nous vous déconseillerons vivement d’attaquer d’entrée de jeu. Après une courte balade au milieu de ces immeubles sans vie, nous découvrons un campement de fortune peuplé, et qui sera l’occasion de se familiariser avec les premières quêtes secondaires, le marchandage et autres crafting d’équipement. Nous ne rentrerons pas dans les détails lors de cette preview, mais notez que les joueurs familiers du premier opus retrouveront vite leurs marques, exemple avec le forgeron qui vous réclamera divers matériaux afin d’ouvrir son commerce vous permettant par la suite de crafter de nouvelles armes et de les améliorer. Il est même dorénavant possible de pêcher à divers points d’eau à l’aide du petit drone qui nous accompagne – exit la bonne vieille canne à pêche antédiluvienne. Premier constat, l’exploration est ici enivrante au point d’en oublier l’objectif qui nous était donné. Qu’importe, pour le moment nous nous évertuons à réactiver les points d’accès disséminés dans les environs, car en sus de révéler la map aux alentours, certains donnent accès à un retour rapide à la base. Les quêtes passent, et nous nous retrouverons dans un décor plus désertique. Il est fort agréable de constater que ces changements de zone se font de façon naturelle, sans transition ni écran de chargement.



Jambon de Bayonetta

Nier possédait une particularité, la collection de mots, récoltés en tuant des ennemis et qui pouvaient par la suite être appliqués à notre équipement afin de l’améliorer de diverses manières. Si ce système de mots semble avoir disparu, notre charmante androïde peut en revanche être équipée de puces électroniques lui débloquant moult capacités. Affichage des barres de vie ennemies, indication du loot sur la carte, et autres divers upgrades plus ou moins utiles en fonction des situations. Vous n’aurez pas la possibilité de tout équiper en même temps, mais sachez qu’il est permis de mémoriser plusieurs configurations facilement interchangeables via le menu. Ce système de puces peut être géré manuellement pour les plus pointilleux, cependant le jeu vous laisse également le choix d’opter pour une configuration optimale automatisée, et de favoriser plus l’attaque, la défense ou un équilibre entre les deux. Mais changeons de sujet, car dans ARPG il y a le "A" de action. Nier était connu pour son mélange de combats en temps réel traditionnels et de phases plus typées shoot’em up, notamment lors des affrontements contre les boss. Si la jouabilité n’était pas des plus parfaites, cette suite se dote d’un gameplay aux petits oignons. Précis, nerveux et dotés d’une incroyable mise en scène, les combats sont tout simplement jouissifs. Combos mélangeants corps à corps survolté et phases de shoot à l’aide de notre drone, esquive au dernier instant octroyant un launcher permettant de punir dans les airs tout un groupe d’ennemis, switch à la volée entre les 2 armes équipées d’une simple pression sur la croix directionnelle, ou encore regain de vie qui peut parfaitement s’activer en plein milieu d’un combo et ce, sans temps mort. Ne tournons pas autour du pot, vous l’aurez probablement compris, nous avons à faire à du PlatinumGames pur jus, dans la droite lignée de l’indétrônable Bayonetta. Par ailleurs les différents modes de difficulté proposés se destineront à tous types de joueurs, du plus casual au plus hardcore en passant par différents intermédiaires.



Peut-on NieR l’évidence ?

Les sous-titres seront disponibles en diverses langues, dont le français, tout comme le choix du doublage (japonais ou anglais), d’excellente facture dans les deux cas. Est-il nécessaire de nous attarder sur l’OST, sachant qu’elle est toujours composée par l’exceptionnel Keiichi Okabe. Histoire de hyper un peu les foules, sachez juste que lors de ces 3 heures, il nous est arrivé à plusieurs reprises d’arrêter tout simplement de jouer juste pour profiter un instant de la sublime mélodie qui venait subtilement chatouiller notre âme et nos oreilles. La direction artistique fait toujours mouche, tout comme l’ambiance et le character design, même si nous n’en avons pas encore assez vu pour savoir si les personnages atteindront le niveau d’un Emil, d’une Kainé ou d’un Grimoire Weiss. Enfin, terminons avec les sujets qui fâchent. Si ce NieR: Automata semble suivre en tout point les traces de son aîné, il en va malheureusement de même pour la partie technique. Nous étant essayé à une version PS4 non définitive, nous ne nous inquiétons pas trop des quelques passages où le 60 fps ne tient pas ses promesses. En l’état, nous n’avons pas été plus dérangés que cela lors des phases d’action, et il est probable que ce point soit corrigé lors de la sortie. Ce qui est déjà plus inquiétant, c'est la partie visuelle peu reluisante de certains décors, sachant que les zones plus ouvertes sont bien moins agréables à l’œil que le passage cloisonné de la démo. Pire, la partie technique souffre de quelques tares que l'on espérait ne plus revoir sur cette génération. À titre d’exemple, en sus de certaines textures franchement baveuses, pop-in et LoD venaient parfois entacher l’excellente direction artistique, avec notamment certains immeubles d’arrière plan pas même dignes de la gen précédente. Nous y reviendrons probablement lors de la review, pour savoir également comment s’en sortent les versions PS4 Pro et PC, mais sachez qu’à l’instar du premier Nier, il serait a priori dommage de se priver d’une telle aventure juste à cause d’une partie technique en deçà - pour le moment, seul et unique bémol du titre.



Premières impressions


Si la démo nous avait déjà plutôt séduit avec son gameplay explosif, ces premières heures passées sur NieR: Automata nous aurons permis d’approfondir la partie aventure/RPG. Maintenant convaincus que PlatinumGames ne s’est pas contenté de transposer l’univers de Nier dans un simple beat’em all, il ne reste plus qu’à espérer que la durée de vie et le scénario tiendront aussi leurs promesses. Cette suite semble bien partie pour conserver tout ce qui faisait le charme de Nier, et ce n’est pas la partie technique faiblarde à elle seule qui réussira à gâcher la fête. Le titre de Square Enix est attendu pour le 10 mars prochain sur PS4 et un peu plus tard sur PC.

PREVIEW - Environnements
PREVIEW - Combats
Glory to Mankind 119450310

Tous les commentaires

Commentaire du 13/02/2017 à 17:18:53
Dayyyy oneeee !!!
Commentaire du 13/02/2017 à 18:25:55
Idem !!!! J'ai entendu parler du 1er que lors de l'annonce du second mais la démo est juste énorme donc oui, grand oui pour moi. Et la review donne encore plus envie ;)
Commentaire du 13/02/2017 à 18:48:24
Tellement hâte. Allez... plus que 4 semaines à patienter. Et il y aura Horizon Zero Dawn d'ici là. Ce 1er trimestre de dingue!
Commentaire du 13/02/2017 à 19:30:18
Je voudrais l'aimer, les décors et les robots ont l'air sympa, mais je suis de plus en plus définitivement hermétique a certaines figures imposée des jeux japonais.

J'ai dus trop en bouffer je pense.
Commentaire du 14/02/2017 à 11:05:00
DAY One obligatoire!!!!!!
Commentaire du 14/02/2017 à 13:31:37
Je sais que le plaisir est ailleurs mais je trouve le jeu vraiment laid, graphiquement et artistiquement. Pas évident que j'ai le courage de passer outre l'enrobage, d'autant que la démo ne m'a pas transcendé par son gameplay non plus. C'est sympa quoi, mais pour moi ça s'arrête là.
Commentaire du 14/02/2017 à 15:05:12 En réponse à Driftwood
Ça prouve qu'au moins il y a un parti pris esthétique tranché, chose plutôt rare en ces tristes temps d'uniformisation artistique ^^
Commentaire du 14/02/2017 à 15:10:04 En réponse à skiwi
Je ne trouve pas ça spécialement original pourtant.
Commentaire du 14/02/2017 à 15:15:20 En réponse à Driftwood
Tu es juste insensible à la froide beauté des mechas, androïdes et autres colosses d'acier. Nul n'est parfait :D
Commentaire du 14/02/2017 à 15:22:28 En réponse à skiwi
C'est surtout pas original pour un sou. :P

Tu es aveuglé par ton amour de tout ce qui est japonais et féminin. ^^
Commentaire du 14/02/2017 à 15:42:09 En réponse à Driftwood
C'est sûr que c'est moins original que Gravity Rush mais pour moi ça fonctionne en ce qui concerne la direction artistique.

Et à mon avis le jeu a quelques cartouches en réserve en ce qui concerne le chara design, notamment, qui est signé Akihiko Yoshida (FF Tactics, Vagrant Story, Bravely Default entre autres... excusez du peu!). Bref pas inquiet là-dessus. Après on aime ou pas.

En ce qui concerne la technique, c'est sûr qu'après Horizon on va redescendre sur terre mais tant que le jeu arrive à tenir un frame rate constant, perso ça me va. Je m’accommoderai de quelques textures/modélisation un peu moche.

Surtout que le jeu... VA POUTRER GRAVE!! :fou:
^^
Commentaire du 14/02/2017 à 16:05:21 En réponse à Driftwood
N'étant pas particulièrement fan du genre, j'ai été (avec la démo) finalement scotché plus par l'aspect visuel que le gameplay. Les deux liés apportant un dynamisme très plaisant.
Commentaire du 14/02/2017 à 18:50:30
Je peux comprendre que Drift trouve pas ça d'une grande originalité question DA; c'est vrai qu'il y a un côté générique. Et pourtant, je sais pas, il y a un quelque chose qui lui donne du charme à ce Nier. Dommage que techniquement ça ne suive pas. Ça passe mieux sur les images bien propres de la com'. Sur PC peut-être. Côté gameplay si c'est du Platinum soigné il y a pas trop de soucis à se faire.
Commentaire du 16/02/2017 à 09:28:32
Pour ceux qui comptent les jours , voilà de belles illustrations en guise de décompte :

https://game-guide.fr/211030-nier-automata-de-belles-illustrations/

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • icebreaker59
    icebreaker59 @Driftwood: Hans, Hanzouu ...Zizi ... (il y a 6 minutes)
  • Driftwood
    Driftwood @atN: vous êtes intimes ? ^^ (il y a 22 minutes)
  • atN
    atN Ce qui m'a décu c'est que la musique du premier trailer [url] n'est pas dans le film, et tjr pas de titre pour ce morceau? pourtant c'est hans qui l'a fait... (il y a 32 minutes)
  • icebreaker59
    icebreaker59 Vu hier Dunkerque, euhh c'est zimmer ça ? Horrible, insupportable même sur la fin ... beurk ^^ (il y a 1 Heure)
  • nakadai
    nakadai la musique de gladiator et de La ligne verte de zimmer... ca dechire. (il y a 2 Heures)
  • GhostDamon
    GhostDamon c'est vraiment sympa sketchfab maintenant: [url] (il y a 5 Heures)
  • SweeneyTodd
    SweeneyTodd @SweeneyTodd: Je voulais dire "BO" :p (il y a 9 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer