GAMERSYDE | PS3 Mercredi 13 mars 2013 | 19:50

Nos impressions sur Atelier Ayesha

Nos impressions sur Atelier Ayesha

Licence inusable du RPG japonais, la série des Atelier a toujours habilement mêlé alchimie et jeu de rôles, et nous avait notamment offert une sympathique trilogie sur Playstation 2. Quatrième épisode à sortir sur Playstation 3, Atelier Ayesha : The Alchemist of Dusk reste fidèle à l'orientation kawaï prise sur la console HD de Sony, pour un résultat pour le moins mitigé. Tout de suite, nos impressions !



Kawaï so serious ?

Depuis la mort de sa sœur Nio, Ayesha vit seule dans sa petite maison isolée, avec pour unique compagnie sa vache bleue. Son quotidien d'alchimiste est soudainement bouleversé par l'irruption d'un mystérieux vieil homme moustachu qui lui apprend que sa sœur est bien vivante. Ni une ni deux, Ayesha empaquette son chaudron et part en voyage avec sa vache à la recherche de Nio, dans une aventure au rythme désespérément soporifique ponctuée de cut-scenes mollassonnes. Cette dernière phrase peut paraître sévère, mais elle n'est malheureusement que le reflet d'une triste réalité : la narration d'Atelier Ayesha est ratée, constituée de dialogues longs et mous, et échoue à impliquer le joueur dans une histoire pourtant non dénuée d'intérêt. On n'échappe pas non plus aux stéréotypes les plus éculés du RPG japonais ; de l'héroïne cruche au vieux sage mystérieux, en passant par la jeune fille pleine de vie et la peste de service, tous les clichés répondent présents, avec une absence totale de recul ou d'un quelconque second degré qui fait froid dans le dos. De plus, l'étrange mélange de thèmes matures ou graves avec des gags fan service aussi fins qu'un brontosaure en costume de gothic lolita laisse perplexe sur l'orientation voulue par les développeurs.

Le gameplay se montre quant à lui un peu plus inspiré, même si la formule reste globalement inchangée. Les combats au tour par tour sont un poil moins lents et plus techniques que dans les précédents opus, avec une gestion du placement des combattants intéressante et un système d'utilisation d'objets s'étoffant au fil de la progression. Si Ayesha affrontera sa première créature toute seule, elle pourra très vite compter sur les protagonistes rencontrés en chemin pour l'épauler, l'équipe ne pouvant toutefois contenir que trois personnages au maximum. Les systèmes d'alchimie et de récolte d'ingrédients, limités mais sympathiques, sont toujours de la partie, ainsi que la gestion serrée du calendrier. Il ne faudra en effet pas perdre de temps à papillonner inutilement, les requêtes d'alchimie comportant des dates butoirs à respecter. Un aspect original qui peut plaire comme déplaire aux joueurs friands d'exploration et de balades, qui risquent de se sentir très vite frustrés par ce carcan temporel... d'autant que le monde est vaste et les indications de destinations assez vagues ! Le contenu reste néanmoins au rendez-vous, avec nombre de quêtes annexes et des idées originales comme les "points de mémoire" à glaner lors du périple d'Ayesha, indispensables pour booster ses capacités et celles de ses acolytes.



Moe-délisation

Sur le plan graphique, là encore, la déception est de mise. Les modèles des personnages se montrent certes fins et détaillés avec un rendu très dessin animé, mais les décors sont modélisés dans une 3D plus que sommaire, aux textures floues et à la modélisation géométrique. Ce triste constat n'empêchera pourtant nullement le jeu de ramer fréquemment, de manière totalement aléatoire, l'effet de flou silenthillesque de certains décors et les animations médiocres parachevant un tableau visuel très en deçà des capacités de la PS3. Heureusement, la direction artistique mignonne et travaillée comblera les amateurs de kawaï en tout genre ; on regrette seulement que la partie technique rende aussi peu hommage aux designs. Notons également une palette de couleurs toujours assez terne et triste, marque de fabrique de la série depuis son passage sur PS3.

L'ambiance sonore ne sera hélas pas non plus source de louanges. En effet, entre des doublages anglais très inégaux (voire à la limite du supportable pour l'héroïne) et des ritournelles musicales répétitives et pénibles sur la longueur, la tentation de baisser le son du téléviseur se fait de plus en plus prégnante au fil de la partie. Précisons que les voix japonaises ne sont pas incluses sur le disque (un comble pour un support Bluray), et que les nombreux textes sont intégralement en anglais, et vous comprendrez qu'Atelier Ayesha risque d'avoir bien du mal à trouver son public chez nous, surtout en cette période chargée en sorties de jeux de qualité.



Impressions


Difficile d'être enthousiaste après ces quelques heures passées sur le dernier né de la série des Atelier... Malgré un système de combat gagnant en puissance et en technicité au fur et à mesure du jeu, on ne peut que regretter des graphismes d'un autre âge et une narration qui ne met pas du tout en valeur les enjeux pourtant intéressants de l'histoire. Lésé de surcroît par une localisation discutable, le titre de Gust n'est décidément pas la meilleure introduction possible au monde du RPG alchimique, qui semble avoir bien du mal à retrouver son lustre d'antan. Non dénué de qualités mais perclus de maladresses, Atelier Ayesha satisfera uniquement les fans de la licence. Néanmoins, une remise en question de l'orientation de la série s'impose d'urgence pour espérer rassembler davantage de joueurs à l'avenir.

Tous les commentaires

Commentaire du 13/03/2013 à 20:08:05
C'est con, mais j'aime beaucoup l'artwork...
Commentaire du 13/03/2013 à 20:22:40
La remise en question de la serie ca serait bien qu'elle passe comme pour le Rorona par une traduction FR car avec tous ces termes tirés de l'alchimie et tous ces ingredients moi je seche.

Donc pas d'achat pour ma part comme pour le Meruru et le Totori
Commentaire du 14/03/2013 à 09:54:09
Ouais,ca a l'air de stagner fortement cette série,dommage ca aurais pus etre rafraichissant

Quoi de neuf ?
  • davton
    davton @Bigquick: c'est encore trop cher je pense :p (il y a 4 Heures)
  • Bigquick
    Bigquick Battleborn va passer Free-to-Play. XD (il y a 4 Heures)
  • DJOJO843
    DJOJO843 @GTB: malheureusement non il a été annoncé et ne devrait plus tarder , c est surtout pour éternal sonata que je rêve ;) (il y a 5 Heures)
  • GTB
    GTB @DJOJO843: Blue Dragon l'est déjà il me semble. (il y a 5 Heures)
  • DJOJO843
    DJOJO843 Lost odyssey rettrocompatible , vivement blue dragon et pourquoi pas eternal sonata !!!! Oui je rêve ;) (il y a 5 Heures)
  • LC71
    LC71 @DJOJO843: super merci....c et fait :) (il y a 6 Heures)
  • CraCra
    CraCra merci, c'est fait (il y a 7 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a 10 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Livestream The Division en anglais ce soir à 21h15 (version PC si tout va bien). (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Programme chargé aujourd'hui. Gravity Rush Remastered atterrira dans la journée, notre preview de Far Cry Primal à 18h avec des vidéos, enfin The Witness devrait avoir droit à quelques extraits PS4. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood En principe, nous vous donnons rdv demain soir 20h30 pour jouer à Just Cause 3. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer