GSY REVIEW | Vita Mardi 29 mai 2012 | 17:00

Gamersyde Review :
Resistance Burning Skies

Gamersyde Review : <br>Resistance Burning Skies

Après une sortie en grande pompe avec un line-up aussi éclectique que solide, la Vita connaît depuis quelques semaines une accalmie pour le moins décevante. Le calme avant la tempête de l'imminent E3 2012 ? Peut-être, mais en attendant d'en savoir plus sur le futur de la machine à moyen et long terme, le mois de juin permettra au moins de lui redonner quelques couleurs avec deux titres édités par Sony. Premier à ouvrir le bal, Resistance: Burning Skies nous a permis de vérifier si la portable aux deux sticks est véritablement adaptée au genre FPS. Pour tout savoir sur notre sentiment à l'égard de ce nouveau volet de la série inventée par Insomniac, il suffit de nous suivre à l'intérieur.




Après l'excellente surprise qu'avait été pour nous Resistance 3, nous attendions ce premier épisode Vita avec une certaine impatience, mêlée, il faut bien l'avouer, d'une appréhension assez facile à comprendre. La série avait-elle encore d'autres histoires à raconter ? La Vita pourrait-elle retranscrire correctement l'état de panique et de chaos d'une société américaine en proie à l'invasion des Chimères ? Enfin, allait-on vraiment pouvoir retrouver le confort de jeu des FPS sur consoles de salon ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre sans plus attendre.



Les gens bons en danger

L'histoire de Burning Skies nous ramène quelques années en arrière, alors que les Chimères débarquent sur les terres de l'Oncle Sam. Après avoir pris le contrôle de toute l'Europe, voilà donc la terrible menace aux portes de la paisible ville de Bayonne (New Jersey) et de New York. Contée par le biais de vidéos horriblement mal compressées, l'évolution des événements ne laisse que peu de doutes quant aux chances de survie de l'être humain. La bataille sera rude, l'espoir infime, mais la résistance ne lâchera rien, et tout cela va commencer avec vous. C'est dans le rôle de Riley, pompier de son état, que vous serez cette fois confronté à l'ennemi extraterrestre, le temps d'une aventure qui s'étalera sur six niveaux. D'abord motivé par son simple instinct de bon samaritain, Riley fera tout pour retrouver sa femme et sa fille, qu'il pense en sécurité dans l'un des camps protégés par l’armée. On s'en doute assez vite, l'histoire prendra une tournure bien plus personnelle, mais il faudra pour cela attendre le dernier tiers du jeu. Dans l'ensemble, on regrette le manque d'ampleur de cette campagne qui, malgré quelques tentatives pour toucher le joueur (on pense à deux scènes en particulier), peine à passionner. Il faut dire que le classicisme du scénario et le manque d'originalité des situations sont pour beaucoup dans ce sentiment mitigé. Burning Skies est à l'image de ces films à succès que l'on tente d'adapter à la télévision, plein de bonnes intentions, mais limité par les moyens.



Armes de joie

La force de ce Resistance Burning Skies tient en deux mots : arsenal et jouabilité. Un peu moins nombreuses que dans Resistance 3, les armes de ce Burning Skies (au nombre de 8) sont assez similaires à celles que l'on connaît déjà. On retrouve bien sûr les fameux Bullseye et autres Auger, mais les petits nouveaux sont très fidèles à leurs aînés. Le nouveau fusil sniper (le Sixeye) permet par exemple de coller une bombe à déclenchement manuel sur le dos d'un ennemi. Le lance-roquettes demande de verrouiller ses cibles en les touchant au préalable via l'écran tactile. Le Hunter est, lui, équipé d'un drone très pratique lorsqu'on le lâche en pleine bataille. On vous laisse découvrir le reste comme des grands ! Au corps à corps, Riley n'hésite pas à user de sa hache (en appuyant sur l'icône correspondante à droite de l'écran), un outil de travail bien pratique quand il s'agit de repousser les assauts massifs de chimères sauvages. On peut également compter sur les grenades (humaines) et les mines (chimériennes), qu'il suffit de glisser délicatement vers l'endroit désiré pour lancer (le jeu passant alors au ralenti pour plus de précision). Un système de couverture est également disponible et fonctionne assez bien, qu'il s'agisse de jaillir de sa cachette pour arroser l'ennemi ou déposer une grenade à ses pieds. Sans être forcément très original, l'arsenal propose donc une assez bonne variété, mais il est néanmoins rageant de ne pas toujours pouvoir trouver assez de munitions pour certaines armes.



Comme dans tout bon Resistance qui se respecte, l'armement, en plus de s'étoffer avec le temps, est entièrement upgradable - à condition de mettre la main sur les petits cubes bleus prévus à cet effet. On perd donc le système mis en œuvre dans le troisième volet, un système qui rappelait celui de la série Ratchet & Clank, les améliorations obtenues dépendant entièrement de la fréquence d'utilisation de l'arme. Chacun des 8 joujoux disponibles ici a droit à pas moins de 6 upgrades, mais, car il y a un mais, impossible de les activer tous en même temps. Il est en effet obligatoire de se limiter à deux améliorations fonctionnelles, et donc de bien choisir celles qui seront les plus profitables selon la situation. Prenons l'exemple du Auger : cette arme très pratique (puisque permettant de voir et tirer à travers les murs) pourra donc bénéficier d'un triple tir cumulé à un stock de munitions plus important, ou pourquoi pas un bouclier amélioré. Mais si, plus tard, profiter d'une cadence de tir élevée vous semble plus avantageux, rien ne vous empêche de sacrifier votre tir multiple, le temps de quelques combats. En plus d'offrir un bon éventail de possibilités, et surtout un équipement à la mesure de l'adversité, ces améliorations donnent aussi l'occasion de profiter du design modifié de chaque arme, celui-ci variant en fonction de vos choix. Une petite touche cosmétique sympathique, l'ajout d'une lunette de visée devenant alors évident d'un simple coup d’œil.



Uncharted avait su prouver que l’apport d'un deuxième stick était un plus non négligeable, Resistance Burning Skies le confirme, en proposant le premier FPS véritablement jouable sur une console portable. Les contrôles sont donc à la fois naturels et efficaces pour n'importe quel habitué du genre, et l'absence d'aide à la visée (si l'on excepte peut-être la hitbox plus généreuse avec les armes qui tirent en rafales) ne se fait aucunement sentir. Tout juste peut-on regretter le fait que Nihilistic Software n'ait pas jugé bon d'utiliser la fonction gyroscopique de la console pour permettre au joueur de corriger sa visée plus précisément. Par contre, vous l'aurez compris, l'écran tactile est, lui, largement mis à contribution (tirs secondaires uniquement), pour un résultat pas toujours très ergonomique. On vous laisse imaginer la difficulté à utiliser la fonction lance grenades de la Carbine en se déplaçant pour éviter les tirs ennemis, tout en essayant de viser avec le stick droit. Non-mutants s'abstenir... Autre maladresse, le sprint demande de tapoter le pavé arrière deux fois, mais la touche bas du pavé directionnel offre heureusement une alternative plus efficace à cette fonction. Si ce n'est cette utilisation du tactile un brin abusive, les sensations sont donc très bonnes et la progression agréable. Le retour à un système de santé régénératrice évite à la fois crises de nerfs et baisses de rythme, mais n'incite plus autant à la prudence, du moins dans les deux premiers niveaux de difficulté (il en existe quatre).



Malgré tout, en jouant à ce nouveau volet, on ne peut s'empêcher de remarquer le manque flagrant de variété dans les situations. Les séquences se suivent et se ressemblent en effet beaucoup trop, au point que la progression en devient de plus en plus lassante. Là où Resistance 3 nous servait des séquences fortes et nous amenait à rencontrer des personnages parfois imprévisibles, Burning Skies se contente de proposer une succession de combats contre les mêmes chimères du début à la fin. Nihilistic nous fait pourtant croire au meilleur quand le premier boss gigantesque fait son apparition à la fin du deuxième niveau, mais lorsque le tête-à-tête prend fin une minute plus tard (en mode normal), on se dit alors que la bataille n'avait finalement rien d'épique. Reste alors l'espoir de retrouver plus grande résistance face au boss suivant, mais il faudra pour cela attendre la fin du jeu. Le deuxième boss se fera donc largement attendre, et si, pour cet affrontement, il vous faudra un brin de patience, c'est surtout dû au fait qu'aucune mise à couvert (ou presque) n'est possible face à lui. Le genre de séquence que l'on risque donc de refaire bon nombre de fois, en pestant sur le système de checkpoints qui oblige à retraverser le long couloir précédent à chaque fois (et écouter encore le même dialogue). Et puisque l'on aborde le délicat problème des sauvegardes, il faut savoir que Burning Skies utilise des checkpoints "éphémères" qui ne sont actifs qu'à partir du moment où l'on ne quitte pas la partie. De véritables sauvegardes existent bien évidemment, mais attention à ne pas éteindre la Vita avant d'avoir vu le message vous en informant, sous peine de devoir recommencer certains passages délicats.



Resist-rance

La lassitude se ressent également dans les différents environnements, ces derniers manquant clairement d'inspiration. Entrepôts, bases diverses, ruelles, égouts, docks, laboratoires, on ne peut pas dire que tout cela respire l'originalité. Hélas, la partie graphique ne parvient pas à compenser cet aspect, puisque les décors affichent un rendu bien décevant pour un titre édité par Sony. On veut bien reconnaître que Wipeout et Uncharted avaient placé la barre haute, mais même en tenant compte de cela, difficile de ne pas s'étonner devant la pauvreté des textures et la modélisation quelque peu anguleuse des décors. La gestion des effets de lumière laisse également à désirer, avec des éclairages souvent trop saturés en extérieur, mais surtout, l'impression d'un rendu désespérément plat. La palette de couleurs n'est pas spécialement plus engageante, avec une surabondance de tons marrons qui n'a rien de particulièrement flatteuse. Seul le passage sur le pont George Washington parvient un peu à tirer son épingle du jeu, d'une, parce que les teintes y sont moins ternes, et de deux, parce qu'il propose un peu autre chose. Déjà présent dans Uncharted, l'aliasing ne se fait pas non plus oublier, sauf dans les passages plus sombres, et à ceci, il faut ajouter quelques légers problèmes de pop-up. Le jeu n'est pas non plus exempt de ralentissements, mais ils ont au moins la bonne idée de ne pas impacter la bonne jouabilité du titre. Enfin, on note une IA assez inégale, tantôt agressive ou prudente, tantôt complètement aveugle et passive.



Verdict


Efficace de part son gameplay, Resistance Burning Skies ne parvient malheureusement pas à se hisser au niveau des jeux de lancement de la machine. Uncharted Golden Abyss avait su allier graphismes impressionnants, gameplay sans faille et histoire engageante, le titre de Nihilistic Software n'a pas eu, semble t-il, les moyens de ses ambitions. Décevant, aussi bien techniquement que scénaristiquement, Resistance Burning Skies réussit tout de même à rassurer quant à la bonne tenue de la Playstation Vita en matière de jouabilité FPS. Une maigre consolation tant l'actualité de la console est calme depuis quelques mois, mais on y voit tout de même la promesse de titres plus aboutis à l'avenir. En attendant, si vous êtes vraiment accroc au genre, et pas trop regardant sur les graphismes et le scénario, le menu reste un minimum divertissant le temps de quelques heures, à défaut d'être très excitant. On rappelle aussi qu'un mode multijoueur (Deathmatch, Team Deathmatch et Survival) est également au programme pour les plus motivés.

Cinématiques
Cutscenes in-game
Gameplay #1
Gameplay #2
Gameplay #3
Boss
Environnements

Tous les commentaires

Commentaire du 29/05/2012 à 17:26:14
Bon ben tant pis, j'attendrai Gravity Rush alors...
Commentaire du 29/05/2012 à 18:01:39
Comme d'habitude et pour ne pas changer, excellente review ! :)

C'est pas avec celui-là que je vais nourrir ma Vita, par contre... :(

J'attendrai une baisse de prix, c'est dommage qu'ils ne l'aient pas plus soigné.
Commentaire du 29/05/2012 à 18:31:28
espérons qu'ils oseront un "Killzone" sur cette console !
Commentaire du 29/05/2012 à 18:56:24
C'est assez surprenant de lire les tests français parus, ou les tests anglo-saxons. Jv.com assassine tout bonnement le jeu (chose qui me semble quand même très exagérée), quand ign se range plutôt sur un avis assez proche du nôtre. à côté de celan GT n'hésite pas à lui coller un 8.1/10 (que je ne comprends vraiment pas :p) et CVG monte jusqu'à 7.9/10 (qu'est-ce-qu'ils me font rire avec leurs dixièmes de points à tout va :p).
Commentaire du 29/05/2012 à 19:08:10
Avec la Vita j'attends une experience proche de ce qui se fait sur console de salon. Comment dans ce cas la ne pas assassiner un jeu avec des scripts pourris, une I.A inexistante, une qualité graphique bancale et passons sur les fioritures tactiles. Nova3 qui pourtant ne reinvente pas le genre est bien meilleur sous tout les aspects .
Commentaire du 29/05/2012 à 20:16:53
Je ne comprend toujours pas Sony. POURQUOI donner le développement de ce jeu à un studio tel que Nihilistic Software qui nous a pondu quelques jeux PSN moyens et des daubes sortis en boîte.
M'enfin, ce qui est fait est fait...
Commentaire du 29/05/2012 à 20:53:35
Bon ben, ça ne sera pas mon premier FPS sur VITA.
Je mise beaucoup sur Bioshock maintenant, en espérant avoir des news à l'E3 semaine prochaine...
Commentaire du 29/05/2012 à 20:53:44
La review Vita que j'attendais le plus, merci mon Drift ! Je le ferai après Uncharted, malgré tout....
Commentaire du 29/05/2012 à 21:16:00 En réponse à Supraime
Posté par Supraime
Je ne comprend toujours pas Sony. POURQUOI donner le développement de ce jeu à un studio tel que Nihilistic Software qui nous a pondu quelques jeux PSN moyens et des daubes sortis en boîte.
M'enfin, ce qui est fait est fait...
Probablement parce qu'Insomniac travaille sur un projet PS3, comme Guerrilla, Sucker Punch, et tous les studio first Party de sony. Bien qu'il me semble avoir lu qu'insomniac se lançait dans le multi-plateformes.
Commentaire du 29/05/2012 à 21:34:07 En réponse à deepbluesea
Je crois qu'Insomniac ne développera plus exclusivement sur PS3.
Commentaire du 29/05/2012 à 21:37:00 En réponse à Driftwood
Et que Resistance 3 serait le dernier Resistance.
Commentaire du 29/05/2012 à 21:51:53 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Je crois qu'Insomniac ne développera plus exclusivement sur PS3.
Il semblerait qu'en fait, ils continuent de développer des titres multi ET des exclus PS3.
Commentaire du 29/05/2012 à 22:05:30
Excellente review. Plus qu'à espérer adorer Gravity Rush parce que sinon, les futurs mois vont être très très calmes...
Commentaire du 29/05/2012 à 22:15:01 En réponse à Sanantonio
Posté par Sanantonio
Excellente review. Plus qu'à espérer adorer Gravity Rush parce que sinon, les futurs mois vont être très très calmes...
je peux te dire que tu ne le regrettera pas, c'est de loin le meilleur titre vita. Une perle de design.
Commentaire du 29/05/2012 à 22:18:46
J'ai jamais été fan de la série, mais j'aurais pu être tenté histoire d'avoir un peu d'action sur Vita. Je vais clairement passer mon tour..

J'espère qu'on aura de bonnes annonces à l'E3 et sinon, vivement Gravity Rush :)

Par contre, pas un mot sur le multi?
Commentaire du 29/05/2012 à 22:39:34 En réponse à Djoey154
Je n'ai jamais réussi à trouver une partie, je n'ai sans doute pas essayé aux bonnes heures. :/
Commentaire du 29/05/2012 à 23:03:53 En réponse à deepbluesea
Posté par deepbluesea
Il semblerait qu'en fait, ils continuent de développer des titres multi ET des exclus PS3.
Peut être mais Insomniac a déclaré ne plus vouloir faire de développement exclusif à une console.
Dans tous les cas, leur prochain jeu sur lequel ils sont occupés actuellement, c'est Overstrike, titre multi édité par EA, qui devrait être présent à l'E3.
Commentaire du 29/05/2012 à 23:41:11
Merci pour la review Drift
A prix doux je pourrais quand meme etre bien tente.
Commentaire du 30/05/2012 à 01:36:00 En réponse à chris_lo
Posté par chris_lo
espérons qu'ils oseront un "Killzone" sur cette console !
C'est prévu en effet ;) Mais je pene se que le premier vrai FPS sera Black Ops II en novembre.
Commentaire du 30/05/2012 à 09:12:08
oui un CoD ce sera déjà pas mal !

en plus, on sera hyper tranquille en multi comme personne n'a cette console^^
Commentaire du 30/05/2012 à 13:57:00 En réponse à Sanantonio
pour l'avoir testé je peux te garantir que tu ne seras pas déçu!!
...et le boss de insomniac a dit faire des jeux multi plateforme avec ea partners comme des exclus édités par sony...
Commentaire du 31/05/2012 à 05:51:35 En réponse à Game2k
Posté par Game2k
Peut être mais Insomniac a déclaré ne plus vouloir faire de développement exclusif à une console.
Dans tous les cas, leur prochain jeu sur lequel ils sont occupés actuellement, c'est Overstrike, titre multi édité par EA, qui devrait être présent à l'E3.
Comme je le disais... Multi ET exclu PS3. (-;

http://www.gamekult.com/actu/ratchet-and-clank-qfo...
Commentaire du 31/05/2012 à 09:14:07 En réponse à ajkula
Posté par ajkula
pour l'avoir testé je peux te garantir que tu ne seras pas déçu!!
Il me tarde, t'imagine même pas ! :)
Commentaire du 31/05/2012 à 11:46:27 En réponse à Supraime
Posté par Supraime
Je ne comprend toujours pas Sony. POURQUOI donner le développement de ce jeu à un studio tel que Nihilistic Software qui nous a pondu quelques jeux PSN moyens et des daubes sortis en boîte.
M'enfin, ce qui est fait est fait...
Le soucis c'est pourquoi adapter cette serie sur VIta. Deja qu'elle a du mal a décoller sur PS3..alors sur un support castré, avec des dev & un budget "moyen" fallait s'attendre a pas grand chose. Ce qui est dommageable car le feeling/design des armes et plutot bon...Mais ca s'encroute sous un bagage technique moisi.

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • bosozoku
    bosozoku Alors.. après avoir fermé le jeu X fois, les touches remarchent... mais... pas la souris ! :D Ensuite, tout rentra dans l'ordre. (il y a 7 Heures)
  • xdr
    xdr @bosozoku: pourquoi pas jouer à guitar hero au volant tant que t'y est! :p (il y a 7 Heures)
  • rekator
    rekator @bosozoku: c'est pas un bug, c'est la difficulté Oldschool.^^ (il y a 8 Heures)
  • bosozoku
    bosozoku Ah bah en fait, non. Au chapitre 2, fichu bug, aucunes touches ne répond (hormis le clic gauche de la souris).... est-ce bien normal... ? :D (il y a 9 Heures)
  • bosozoku
    bosozoku C'est plutôt sympa la démo Steam de Evil Within. (il y a 9 Heures)
  • Dazman
    Dazman @Soda: bye bye Roger :( (il y a 10 Heures)
  • marctheboss
    marctheboss Ok ça va, ça a été assez vite. (il y a 11 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Rdv ce soir 21h30 pour 45 minutes avec le Master Chief. Les premiers arrivés auront droit au livestream gsy en 60 fps. (il y a 2 Jours)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv dès demain matin 8h01 pour notre review et nos vidéos direct feed de Sunset Overdrive. Bonne nuit aux noctambules ! (il y a 5 Jours)
  • Driftwood
    Driftwood Ce lundi 20 octobre, les non anglophobes qui veulent revoir le début de Sunset Overdrive commenté cette fois en anglais par nos soins pourront nous retrouver sur Twitch à 21h30. (il y a 1 Semaine)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview de Far Cry 4 et nos vidéos direct feed capturées sur place. (il y a 2 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood On vous rappelle qu'un live DriveClub est prévu ce soir sur la chaîne twitch GSY vers 21h30. Préparez vos questions. (il y a 3 Semaines)
  • Game2k
    Game2k Vous pouvez suivre toutes les conférences GamesCom 2014 sur GSY. (il y a 11 Semaines)
  • Driftwood
    Driftwood Journée riche aujourd'hui puisqu'à 15h, vous aurez droit à nos vidéos PC de GRID Autopsort, tandis qu'à 18h, ce sera au tour de la review de Soldats Inconnus. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer