GSY Review PC Xbox 360

C’est après un dernier volet en demi-teinte, et surtout avec 2 ans de retard, que Splinter Cell: Conviction débarque enfin sur Xbox 360. C’est donc avec un peu d’appréhension, mais surtout beaucoup d’interrogations, que nous nous sommes essayés à ce jeu très attendu par les fans de la franchise.

La série des Splinter Cell est, sans l’ombre d’un doute, l’un des emblèmes majeurs de la première Xbox, avec un Chaos Theory qui figure aisément dans le Top 5 de la plupart des possesseurs du bon vieux parpaing de Microsoft. Double Agent, sorti au début de cette génération et développé par Ubisoft Shanghai, n’avait pas vraiment su convaincre, en particulier à cause d’un changement radical dans la manière de jouer - rappelons que la majorité des missions se déroulait de jour. Conviction avait été assez rapidement annoncé et présenté à la presse, montrant une nouvelle fois un remaniement complet du style de jeu, comparable cette fois à la série des Jason Bourne. Dans cette version du jeu, Sam Fisher devait se servir des éléments du décor pour éliminer ses proies et passait de l'état de chasseur à celui de fugitif. Il faut croire que cette approche fut un désastre, puisque le jeu que nous avons maintenant entre les mains est finalement un semi retour aux sources, et, comme vous allez le voir, il fait aussi bien la part belle à l’action qu’à l’infiltration.

Conviction se veut la suite directe des évènements de Double Agent, où l’on apprenait la mort accidentelle (ou l’est-elle vraiment ?) de la fille de Sam Fisher, et où notre héros se voyait contraint d'assassiner son seul ami et supérieur à Echelon 3, Lambert. C’est donc un Fisher changé et marqué au plus profond de son âme que l’on contrôle dans ce nouvel opus : plus bourru, plus fataliste, mais surtout, infiniment plus violent. Fini l’infiltration pure et dure, Sam Fisher se moque d’être repéré ou non car il n’a plus qu’un seul et unique but : découvrir la vérité sur la mort de sa fille et la venger.

Dévoilées à l’E3 dernier, les scènes d’interrogatoires sont un parfait exemple de ce changement. Là où dans Chaos Theory un simple flingue posé sur la tempe d’un ennemi suffisait à le faire parler, il faut ici souvent malmener sa victime en lui frictionnant énergiquement le visage sur les différents éléments du décor, jusqu'à le faire parler et obtenir les renseignements désirés. Des scènes spectaculaires et particulièrement bien réalisées, qui ont de plus l'avantage de donner le ton et la nouvelle orientation de l'ambiance du titre dès le début du jeu.


Le gameplay lui-même a donc évolué, pour s’orienter vers un habile mélange entre la furtivité à l’ancienne et l’action pure et dure. Les aficionados de l'infiltration parfaite, celle faite au nez et à la barbe de gardes qui n'ont aucune conscience de la présence de Fisher, n’y trouveront assurément pas leur bonheur. Mais pour les autres, cette évolution du gameplay sera sans doute accueillie avec une quasi bénédiction. Fisher se montre en effet beaucoup plus maniable avec une arme - ou à mains nues - qu’auparavant, et le nouveau système de couverture et la manière dont le héros passe d’un point de couverture à un autre est une belle innovation. En tant que joueur occasionnel, et surtout peu adroit dès qu'il s'agit d'être discret, cette nouvelle orientation est pour moi la bienvenue, même si l’on ne peut que regretter qu'il soit désormais impossible de déplacer les corps de ses ennemis, ce qui peut parfois rendre hasardeux certains assassinats à distance.

Toutefois, même si le changement est important par rapport à l'élitisme des trois premiers opus de la série, il est impossible de jouer à ce jeu sans se montrer pour le moins prudent, voire même totalement silencieux pour certaines séquences. Les ennemis sont en effet très sensibles aux passages de Fisher dans la lumière, et donneront immédiatement l’alarme à la moindre faute. Et déclencher l'alerte est très fréquemment synonyme de mort dans les quelques secondes qui suivent. Impossible donc de la jouer 100% action, il faut toujours planifier ses mouvements et ne sortir de l’ombre que pour se débarrasser discrètement d’un garde qui bloque le passage. Tout ceci est d'autant plus vrai dans le niveau de difficulté réaliste où les patrouilles sont beaucoup plus alertes qu'en mode normal ou facile.


Chaque ennemi tué de manière silencieuse donne le droit d'utiliser l’une des nouveautés les plus controversées de Conviction : la possibilité de Marquer et Exécuter vos cibles. Il est en effet possible de marquer un certain nombre (de 2 à 4 selon l’arme et ses upgrades) d’ennemis, et de les éliminer immédiatement d’une simple pression sur Y, à partir du moment où ils sont à portée de tir cela va de soi. Cette nouvelle fonctionnalité aurait pu rendre le jeu beaucoup trop simple si les designers ne l’avaient pas prise en compte lors de la création des niveaux. Dans la dernière partie du jeu, il est en effet rare de rencontrer un groupe d’ennemis dont on puisse disposer intégralement avec l'option Marquer et Exécuter. Les survivants sont bien entendus particulièrement dangereux après une attaque pareille, et avant d'agir, il faut donc bien prendre en compte les avantages et les inconvénients d’une telle approche. L'observation devient donc importante, et il faut savoir choisir la meilleure approche pour éviter de succomber sous le nombre.

Il n’est pas rare de rencontrer une dizaine d’ennemis au sein du même lieu, aussi, un savant mélange entre infiltration, action silencieuse et bourrinage est indispensable pour espérer survivre. L’IA des adversaires est globalement convaincante, et il arrive fréquemment de se retrouver nez à nez avec un garde qui a eu la bonne idée de nous contourner pour nous prendre à revers. L'approche de la partie infiltration du jeu rappelle d'ailleurs beaucoup celle de Batman : Arkham Asylum, puisque Fisher peut jouer avec les nerfs de ses adversaires lorsqu'il parvient à éliminer certains d'entre eux tout en restant parfaitement invisible. L'IA simule alors la panique et la paranoïa qui monte chez les adversaires, on les sent plus nerveux, ils se mettent à tirer un peu n'importe où en espérant toucher sa cible, à crier etc.


Conviction est un jeu où les temps morts sont très rares, et où la grande majorité des éléments du décor est là pour une bonne raison : donner un chemin alternatif à Fisher, selon que le joueur ait envie d'opter pour une approche silencieuse, ou plus musclée. Cela a pour conséquence de rendre le jeu extrêmement compact et intense, et rares sont les moments où l’on peut réellement souffler. Les développeurs ont pris la décision de ne pas faire de remplissage en multipliant les actions répétitives, une intention louable mais qui rend le jeu plutôt court, malgré la bonne dizaine de niveaux qu'il faut parcourir pour en venir à bout. Nous avons terminé le jeu en 7h30 la première fois, en difficulté moyenne, puis une deuxième fois en 7h, en difficulté réaliste. C’est en effet bien court, surtout qu’il n’y a pas vraiment de raison de recommencer le jeu, en dehors de la possibilité de terminer le jeu dans une difficulté supérieure. Et pourtant, ces quelques heures nous auront fait voir du pays, de Malte à Washington et sa banlieue, en passant par l'Irak. L'aventure nous aura également proposé un maximum de variété dans les situations : des missions d'infiltration/action, une séquence 100% action, ou encore un passage très réussi de course poursuite à pied au Lincoln Memorial pour ne citer que quelques exemples et vous laisser un maximu de surprises. Une variété qu’on ne retrouve d'ailleurs pas si souvent dans d'autres titres, et qui fait honneur au savoir faire d’Ubisoft Montréal.


La courte durée de vie du mode Solo se veut compensée par un mode coopératif, doublé de modes Live (jouables pour certains en solo). Ce mode coopératif, se déroulant avant les évènements de l’histoire principale, est très réussi et se révèle une excellente surprise. On pouvait certes s’y attendre après celui de Chaos Theory, même si certains joueurs n'ont pas hésité à émettre quelques doutes lorsque fut officiellement annoncé l'abandon du fameux mode Spies Vs Mercs des opus précédents. Il rajoute entre 4 et 5 heures de jeu, et les modes supplémentaires, comme le mode Chasseur - où l’on doit tuer furtivement une dizaine de cibles, seul ou à deux - permettent de prolonger le plaisir de façon relativement conséquente. Petit détail d'importance, le mode Infiltration n'est pas disponible dès le départ et se débloque grâce au système Uplay d'Ubisoft - système de récompenses instauré sur Assassin's Creed 2. Moyennant 40 points (points que l'on acquiert en progressant dans le jeu), vous pourrez donc vous essayer à ce mode qui oblige le(s) joueur(s) à traverser une carte entière sans être repéré(s) une seule fois. Les acheteurs de l'édition collector pourront par contre économiser ces quelques points pour les dépenser sur autre chose grâce au code fourni avec le jeu. Au final, même si les modes coop sont très réussis, on ne peut que regretter la disparition de l'excellent mode Spies vs Mercs qui avait fait les beaux jours de la série depuis Pandora Tomorrow.


Chaos Theory restera dans les mémoires comme l’un des titres les plus aboutis graphiquement de la Xbox, et reste aujourd’hui encore particulièrement agréable pour les yeux. Conviction se devait donc de mettre la barre très haut, et même s’il n’atteint pas les mêmes sommets que son ancêtre, on peut tout de même affirmer qu’il reste un jeu à la réalisation très aboutie. Les effets d’ombre et de lumière, essentiels pour un jeu de ce genre, sont particulièrement soignés, avec en particulier un SSAO (plus d'info ici) rendant les éclairages extrêmement réalistes. Il est toutefois un peu regrettable que la majorité du jeu se déroule en noir et blanc, les équipes d'Ubisoft ayant fait le choix d'utiliser ce passage au noir et blanc pour indiquer au joueur que Fisher est invisible aux yeux de ses ennemis. Le framerate est globalement très bon, avec toutefois un peu de tearing de temps à autre. L’aliasing se fait discret grâce à des éclairages assez doux, et seul un niveau se déroulant exclusivement en plein jour montre réellement les faiblesses du moteur à ce niveau.

Verdict


Splinter Cell : Conviction est un très bon jeu, court mais particulièrement intense. Certains fans de la série seront sans doute déçus par la disparition de l’infiltration pure et dure au profit d’un style plus hybride entre infiltration et action. Les autres joueurs quant à eux sauront certainement apprécier ce titre à sa juste valeur. Les modes coop et autres modes alternatifs rajoutent une durée de vie appréciable, et notre seul véritable regret concerne l’étrange absence du mode Spies vs Mercs.
Comme on ne voudrait pas manquer à nos vieilles habitudes, on termine bien sûr par notre vidéo des 10 premières minutes de l'aventure.

klone
klone
Commentaire du 13/04/2010 à 12:18:45
Belle review agrémenté de non moins jolis vidéos merci Blim²! Perso il y aurait eu le mode Spies vs Mercs je l'aurait pris à la sortie, du coup là ça attendra une période creuse... (en occase surement)
En réponse à
ABSOLUS74 - B.B
ABSOLUS74
Commentaire du 13/04/2010 à 12:21:58
En voilà un test qui "l'est bon et bien parlé".

Ca semble techniquement pas mal, bien pensé avec de la nouveauté et quelques oublis un peu préjudiciables, mais accessible au plus grand nombre.

Et le coop semble fort sympathique, donc c'est parti pèpère.
En réponse à
arno66
arno66
Commentaire du 13/04/2010 à 12:22:11 En réponse à klone
Et tu l'aurais pris sur PS3, bougre d'andouille?!
En réponse à
Soxea974
Soxea974
Commentaire du 13/04/2010 à 12:32:31
Plus que 2 jours a attendre sa ne ce sera pas long!
En réponse à
augur - Tkazual
augur
Commentaire du 13/04/2010 à 12:35:06
Très bonne review merci, ça me rend d'autant plus impatient d'y jouer, miam! :)
En réponse à
cryoakira
cryoakira
Commentaire du 13/04/2010 à 12:35:32
Joli test. Entièrement d'accord avec ce qui est écrit. Cela dit, j'ajouterai que le changement autour du déplacement des corps implique, pour moi, encore plus de "discrétion". Le problème, c'est qu'en effet, si on butte l'adversaire à distance, on ne peut plus dissimuler le corps. Cela dit, l'alternative est de le chopper au corps à corps pour le prendre en bouclier humain, puis de l'emener dans un coin sombre pour l'achever. Du coup, c'est u npetit challenge en plus pour ceux qui aiment l'infiltration pure.

Et en coop, il y a vraiment pleinde petit trucs sympa, comme lorsque l'équipier se fait prendre en otage.
En réponse à
3333
3333
Commentaire du 13/04/2010 à 13:07:34
Ils ont vraiment du mal avec certaines animations de Sam (trop mal décomposés les corps à corps et les déplacements latéraux accroché à une balustrade...).

Et puis le coup du passage au noir et blanc... fausse bonne idée on voit tchi.
Pour profiter des graphismes c'est pas vraiment l'idéal (mais peut-être que c'était justement ça l'idée après tout :D).

PS: désolé Driftwood si je ne fais pas preuve de positive attitude ^^ :lorie:
En réponse à
bosozoku - Viré pour faute grave
bosozoku
Commentaire du 13/04/2010 à 13:57:36
"L'élitisme des 3 premiers opus" ? ^^
Blim².. sale bourrin ! :D

Espérons qu'un jour ils reviennent sur leurs décision concernant le vrai multi, car c'estabsolument dommage comme amputation.
dieu que le plaisir des affrontements Merco' contre voleurs était grand.

ps: Bon, Berhta, tu as toujours tes collants noirs ? ^^''
En réponse à
fredeur
fredeur
Commentaire du 13/04/2010 à 14:15:05
Il n'était pas du tout en demi-teinte le Double Agent. C'est même le meilleur du lot (même si il ne provoquait pas une grosse baffe comme le premier, et qu'il était décevant graphiquement pour de la 360, par rapport au 3).
En réponse à
Soda - Tourist Trophy
Soda
Commentaire du 13/04/2010 à 14:15:51 En réponse à arno66
Posté par arno66
Et tu l'aurais pris sur PS3, bougre d'andouille?!
Moi oui, milles fois oui ! Dès qu'il sort sur la machine de Sony, je fonce.
En réponse à
comette
comette
Commentaire du 13/04/2010 à 14:18:34 En réponse à 3333
Posté par 3333
Ils ont vraiment du mal avec certaines animations de Sam (trop mal décomposés les corps à corps et les déplacements latéraux accroché à une balustrade...).

Et puis le coup du passage au noir et blanc... fausse bonne idée on voit tchi.
Pour profiter des graphismes c'est pas vraiment l'idéal (mais peut-être que c'était justement ça l'idée après tout :D).

PS: désolé Driftwood si je ne fais pas preuve de positive attitude ^^ :lorie:
d'accord avec toi pour le système d'ombre et lumière.
En réponse à
3333
3333
Commentaire du 13/04/2010 à 14:34:18 En réponse à comette
Non mais même pour les anims "à la main"; moi ça me fait penser aux bruitages à la bouche :D

Enfin bon chacun ses attentes vis à vis de ce Conviction...
Moi j'avais espéré un peu mieux pour un jeu 2010, après un Double Agent en demi teinte (surtout là pour essuyer les plâtres de la next gen à mon avis), et surtout par rapport à ce qu'ils réussissaient à faire du temps de la première Xbox, c'est à dire le top du top du moment.

Après, si on rajoute à ça la nouvelle orientation qui me convient pas trop, ainsi que (et même surtout) la faible durée de vie, alors que c'est justement à ce moment là qu'ils décident de supprimer le mode multi... :s
En réponse à
arno66
arno66
Commentaire du 13/04/2010 à 14:39:22 En réponse à Soda
C'était une private joke pour Klone, eu égard au nombreuses soirées passées avec lui sur le multi.
En réponse à
fredeur
fredeur
Commentaire du 13/04/2010 à 15:02:34 En réponse à 3333
Faudrait m'expliquer ce qu'il avait de décevant dans Double Agent. C'était enfin un Splinter Cell avec une histoire qui impliquait le joueur, un Sam Fisher plus humain et la fin de la succession monotone de missions avec des objectifs peu clair.
Le fait d'être un double agent, c'était quand même extrêmement plaisant.
Et là dans le nouveau, jouer un espèce de Jason Bauer très éloigné du Sam Fisher que je connaissais, ça me déçoit. J'aurais limite préféré que Ubi lance une nouvelle franchise avec ce nouveau Splinter Cell.
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 13/04/2010 à 15:07:52 En réponse à fredeur
Posté par fredeur
Et là dans le nouveau, jouer un espèce de Jason Bauer très éloigné du Sam Fisher que je connaissais, ça me déçoit. J'aurais limite préféré que Ubi lance une nouvelle franchise avec ce nouveau Splinter Cell.
Justement ca va dans la continuité de Double agent ce coté Jason Bourne puisque comme Jason il se retrouve tout seul avec une vengeance à assouvir.Il est clair qu'un agent énervé dans ce style ne prend pas de pincette.
En réponse à
ABSOLUS74 - B.B
ABSOLUS74
Commentaire du 13/04/2010 à 15:13:07
Ben, le Double Agent, une mission sur deux au sein du JBA, c'était vraiment pas bon. Des phases molles et franchement inintéressantes sur ce niveau, vraiment le plus mauvais SC à mon sens.
En réponse à
thisky
thisky
Commentaire du 13/04/2010 à 15:21:17
hum, j'ai regardé deux videos , et je le trouve très "action". il est où le temps où je m'infiltrais dans le phare de Chaos Theory ??

on peut aimer la nouvelle version, mais franchement, ce n'est plus le sam fisher qu'on a connu.
En réponse à
CaptainTARASS - Lapin blanc
CaptainTARASS
Commentaire du 13/04/2010 à 15:24:06 En réponse à thisky
On le répète depuis des mois que c'est plus orienté action... Même Ubi ne s'en cache pas, et c'est encore souligné dans la Review.
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 13/04/2010 à 15:27:11
Et l'infiltration est toujours présente au joueur de trouver les manières de bien l'a pratiquer.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 13/04/2010 à 15:31:32
Moi ce que je ne comprends pas, ce sont les gens qui se plaignent de devoir faire le jeu en noir et blanc. Il est sans doute dommage qu'Ubi ne propose pas une option pour désactiver cela, mais dans tous les vieux Splinter Cell, on passait l'essentiel de son temps en vision nocturne (en noir et blanc d'ailleurs :p) et les tests faisaient déjà la remarque qu'il était dommage de ne pas pouvoir profiter des graphismes à cause de cela. Bizarrement, ceux qui critiquent Conviction pour le noir et blanc sont des fervents adorateurs des anciens opus. :???:

Le double Agent avait changé cela (en bien d'ailleurs) mais on perdait l'ambiance Splinter avec des niveaux qui n'étaient pas dans le noir pour la plupart. Je suis par contre d'accord avec Fredeur, Double Agent était excellent. le premier Splinter où on se sentait concerné par l'histoire, des choix à faire qui influaient sur l'histoire, le côté undercover avec les passages dans la base des terroristes où il fallait essayer de voler des infos etc...
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 13/04/2010 à 15:36:53 En réponse à Driftwood
Ouai mais dans les autres Splinter on avait justement le contrôle des lunettes,pour bien voir ou se trouve la lumière c'est bien pratique.Dans ce Conviction on a pas le choix et du coup parfois on a du mal a bien voir ou se trouve la limite pour avancer dans le noir.
En réponse à
Aure04 - Echangiste
Aure04
Commentaire du 13/04/2010 à 15:40:30 En réponse à Driftwood
Dans Double Agent, au Congo, on avait des lunettes de soleil, et ça c'était la classe :D
En réponse à
cryoakira
cryoakira
Commentaire du 13/04/2010 à 15:43:00 En réponse à ABSOLUS74
Posté par ABSOLUS74
Ben, le Double Agent, une mission sur deux au sein du JBA, c'était vraiment pas bon. Des phases molles et franchement inintéressantes sur ce niveau, vraiment le plus mauvais SC à mon sens.
En même temps, ce sont ces phases qui rendaient la partie emotion intéressante. Pour une fois, on se sentait impliqué et Sam passait pour autre chose qu'un "robot" dont la seule aspérité émotionnelle était d'avoir une fille que l'on avait du voir 15 secondes dans le premier opus.
Comme Fredeur, je trouve que DA (en version next gen parce que les adaptations old gen étaient ratées) est excellent, avec ses moments bien dramatiques et ses niveaux vraiment très variés.
En réponse à
thisky
thisky
Commentaire du 13/04/2010 à 15:54:07 En réponse à face2papalocust
Posté par face2locust
Et l'infiltration est toujours présente au joueur de trouver les manières de bien l'a pratiquer.
Avoue quand même que ce n'est pas la priorité du jeu. j'ai même l'impression d'un discours qui tend à sauver le coté infiltration "par principe" pour ne pas éloigner certains joueurs.

Sur la démo, comme les videos du test, on voit bien que l'action prime.
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 13/04/2010 à 16:01:19
Tant mieux on peut enfin se la jouer action sans difficulté(parce que dans les autres c'était du suicide) et avoir le choix de se l'a jouer pur infiltration.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
X360
Edité par
Ubisoft
Developpé par
Ubisoft Montreal
Patreon

135 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • notourious67

    notourious67 Il y aura le premier trailer de la série Halo au game awards [url] (il y a 1 Jour)

  • Soda

    Soda @XRacer: c’est un scénario écrit pour la série Netflix ^^ (il y a 2 Jours)

  • XRacer

    XRacer @Soda: ça va se jouer sur la dernière course. (il y a 3 Jours)

  • Soda

    Soda Cette fin de saison en F1 est folle : Vivement demain ! (il y a 4 Jours)

  • GTB

    GTB @Driftwood: Leur département juridique devrait participer au QA par ex, vu qu'ils s'ennuient au point de faire des claim ds tous les sens (le label musical Starrocks par ex...trop proche de Rockstar) (il y a 4 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood @GTB: ils feraient mieux de soigner leurs remasters. (il y a 5 Jours)

  • GTB

    GTB It Takes Two sous le coup d'une Trademark Claim de la part de Take Two. Ils ont pété une durite les gars. (il y a 5 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood L'annonce n'a pas l'air de passionner grand monde mais on rappelle que l'on sera en direct sur Hitman 3 à 21h00 pour 45 minutes de présentation du dernier volet de la trilogie. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Une vidéo maison de gameplay par Toutatis

  • Mercredi 8 décembre 2021
  • Driftwood

Les 20 premières minutes de White Shadows

  • Mardi 7 décembre 2021
  • Driftwood

GSY Review : La campagne solo de Halo Infinite

  • Lundi 6 décembre 2021
  • Driftwood