GSY Review PC Xbox 360

Développé par le studio ukrainien 4A Games, composé d'anciens membres de l'équipe responsable de STALKER, Metro 2033 est sorti la semaine dernière dans une relative discrétion si on le compare à d'autres titres bien plus médiatisés. Adapté du roman éponyme de Dmitri Glukhovsky, le jeu propose au joueur de plonger dans l'univers du métro moscovite, une aventure éprouvante à plus d'un titre comme vous allez pouvoir le constater. Les vidéos et l'avis de la rédaction à l'intérieur, juste après le clic.

Tout commence alors que Artyom, le héros que vous incarnez, et un autre survivant font route vers la surface pour rejoindre une mystérieuse tour. Après quelques mauvaises rencontres permettant de se faire au maniement du personnage principal, ils parviennent enfin dans un Moscou dévasté et irradié plus hostile qu'une ferme remplie de célébrités en mal d'attention. Une courte mise en bouche qui se termine sur une confrontation musclée et apparemment perdue d'avance et qui démontre les efforts de mise en scène que 4A Games a accomplis pour immerger le joueur dans ce monde post-apocalyptique. De façon assez classique, pour connaître la suite des évènements, il faudra au préalable vivre les aventures qui ont amené Artyom dans cette terrible situation, une huitaine d'heures qui seront riches en péripéties et en rencontres diverses et variées.


Huit jours plus tôt donc, Artyom coule des jours plutôt paisibles dans la station qui lui sert de maison depuis sa naissance, un foyer bien modeste regroupant un certain nombre de survivants d'un hiver nucléaire sans précédent. Cette première partie de l'aventure est l'occasion de découvrir l'une des petites communautés qui peuple le jeu, ainsi que des lieux empreints d'une forte mélancolie. Ici, chacun vaque à ses occupations, discute de choses et d'autres, adoucit ses mœurs en écoutant de la musique, bref, survit comme il peut. Une vraie impression de vie se dégage de ces instants, et pourtant, reste cette impression de solitude extrême, cette détresse palpable qui pèse sur les épaules d'une race humaine forcée à se terrer dans les profondeurs de la terre.

Malgré toute la claustrophobie qui va de paire avec le lieux qui sert de cadre à l'histoire, on ne peut s'empêcher de repenser à l'ambiance de STALKER, notamment lorsque, au détour d'un couloir, des accords de guitare se font entendre, couvrant par là même les cris des bébés ou ceux des blessés. Attention cependant à ne pas prendre Metro 2033 pour une sorte de suite spirituelle du titre de GSC Game World ! Il n'est en effet nullement question d'un environnement ouvert où le joueur est plus ou moins libre d'aller où bon lui semble. Le titre de 4A Games est un jeu complètement linéaire qui entre dans la catégorie des FPS couloir, et, si le joueur pourra être amené à choisir de s'acquitter ou non de certaines bonnes actions, il restera sur des rails des prémices de l'histoire jusqu'à son dénouement.


Linéaire dans sa structure, Metro 2033 essaie de proposer un maximum de variété en alternant les missions plus axées sur l'action, avec celles misant tout sur l'ambiance ou encore l'infiltration. Dans le même esprit, le joueur pourra, soit être accompagné par un ou plusieurs survivants qui pourront alors lui prêter main forte, soit se retrouver seul face au danger et à ses choix. En résulte une impression de ne jamais vraiment faire la même chose. On évite alors de tomber trop vite dans la monotonie, et ce même si les quelques scripts n'ont pas l'efficacité de ceux des maîtres en la matière, j'ai nommé Infinity Ward. Les passages qui demandent d'utiliser ses armes succèdent donc à des moments plus calmes où le joueur parcourt des zones inquiétantes à l'affût du moindre bruit suspect, et les passages dans les différentes stations que Artyom sera amené à traverser proposeront une pause bienvenue pour souffler un peu, refaire le plein de munitions et investir dans un équipement plus adapté.

Sachez à ce propos que la monnaie du jeu prend la forme de munitions d'avant guerre, plus efficaces dans les combats que celles fabriquées par les survivants, mais surtout seule possibilité pour acheter de nouvelles armes, des kits de soin, des réserves d'oxygène pour votre masque à gaz etc. En cas de pénurie extrême en pleine mission, il sera donc possible d'utiliser les précieuses réserves, mais cela ne sera pas sans conséquences pour la suite. On prend donc vite l'habitude de fouiller les moindres recoins de l'environnement à la recherche des balles qui pourront nous sauver la vie au moment où une meute de mutants fera son apparition. Globalement, en cherchant bien, on ne se retrouve jamais à court en mode normal. Ayant terminé le jeu en mode difficile, je peux par contre vous affirmer que certains passages vous feront froid dans le dos tant les réserves manquent vite dans ce niveau de difficulté. La traversée de la bibliothèque avec ses bibliothécaires un peu intransigeants sur le silence ne se fera par exemple pas sans douleur, et il ne faudra pas hésiter à prendre ses jambes à son coup, en espérant que cela suffise à calmer leurs ardeurs.


Si le jeu demeure très classique dans sa forme, il se permet tout de même un peu d'originalité dans la gestion de certaines parties de l'inventaire. En effet, qu'il s'agisse de la lampe électrique ou des lunettes de vision nocturne que l'on peut récupérer au cours de l'aventure, il faudra régulièrement s'arrêter pour les recharger de manière à pouvoir continuer à en profiter pleinement. De plus, lors de certains passages en surface (ou dans des zones irradiées du métro), il faudra prendre garde à l'état de votre masque à gaz, seul rempart entre votre survie et une mort atroce. À mesure que Atryom prend des coups ou se fait toucher par balles, le masque se fend petit à petit jusqu'au moment où le changement devient vital, forçant le joueur à fouiller les environs à la recherche d'un masque en état de marche. De la même façon, assurez vous toujours d'avoir suffisamment de réserves en oxygène avant une sortie, la respiration lourde d'Artyom se chargeant de vous rappeler qu'elles arrivent à leur terme. Le genre de détails qui ajoutent à la tension ambiante et qui renforce vraiment l'atmosphère déjà forte du jeu.

Autre exemple de cette envie d'apporter quelques idées pour donner un peu d'originalité au jeu, la rencontre avec un enfant qu'Artyom transportera sur son dos le temps de le ramener à ses proches. Cette séquence change complètement la maniabilité du titre avec une plus grande inertie des mouvements, rendant la visée encore plus délicate. 4A Games n'a pas non plus oublié de truffer l'environnement de pièges divers, qu'il s'agisse de trous dans le sol entraînant une chute fatale, de grenades déclenchées par une corde sur laquelle on marche malencontreusement, ou même des pièges que ne renieraient pas un aventurier confirmé comme Indiana Jones. La prudence est donc de mise, d'autant plus qu'il est tout à fait possible de désamorcer la plupart d'entre-eux.


Graphiquement, le titre de 4A Games n'a pas à rougir de la concurrence, et ce malgré un budget qu'on imagine bien plus modeste que la majorité des grosses productions actuelles. Les effets de lumière dynamiques sont très bien gérés, les textures plus qu'honnêtes et la modélisation des décors et des différents personnages (ou monstres) suffisamment détaillée pour que l'immersion soit totale. Les effets graphiques comme la fumée volumétrique, les fissures sur le masque à gaz ou la buée qui s'y infiltre à mesure que l'oxygène vient à manquer, tout est au service de l'ambiance et s'intègre parfaitement à l'univers. On peut regretter un trop grand nombre de clones parmi les PNJ qu'on rencontre dans les villes, des animations de monstres un peu raides ou des répliques qui se répètent, mais globalement, on a affaire ici à un titre suffisamment léché pour vous satisfaire amplement.

La jouabilité quant à elle est bien plus sujette à la critique : les sensations de tir ne sont pas toujours excellentes, et si les différentes armes sont plaisantes à l'usage, la visée n'est pas toujours des plus aisées. On remarque aussi une certaine incohérence dans la gestion des collisions, puisque parfois une seule balle (ou couteau de lancer) dans la tête suffit à abattre un garde, alors que la fois suivante, elle ricochera sur son casque et le mettra en état d'alerte maximale, ruinant par la même occasion votre incursion toute d'infiltration vêtue. Certains passages où le joueur est libre de tenter une approche discrète deviennent du coup parfois très irritants, et donnent vite envie de jeter le pad en orbite avec Spoutnik tellement le dépit est grand. On se résout alors à terminer la mission façon Rambo, ce qui n'a rien d'aisé si on choisit le mode difficile soit dit en passant. Dans le même genre, les check-points étant automatiques (et souvent assez éloignés les uns des autres), il peut arriver qu'ils se déclenchent à un très mauvais moment (à l'instant même où un garde qui vous surprend par exemple).

L'IA n'est pas non plus exemplaire, avec des réactions tantôt logiques, tantôt plus surprenantes, mais très honnêtement, il n'y a pas de quoi la jeter sous le métro non plus - surtout en comparaison avec la plupart des autres titres du genre. Vers la fin du jeu, il m'est cependant arrivé de pester contre un coéquipier un peu lent qui n'arrêtait pas de se faire massacrer (amenant un joli game over) car il était programmé pour avancer prudemment (le sprint étant pourtant une solution bien moins dangereuse pour survivre). Dans cet exemple, ce n'est pas tant l'IA qui est à blâmer que la séquence elle-même qui est rendue difficile par le respawn incessant des ennemis qui arrivent de tous les côtés et qui nous oblige à rester près de notre compagnon. Malgré cela, il faut dire que ces moments de frustration sont finalement assez rares dans le jeu et que la progression reste agréable.


Verdict


Comme je le disais en introduction, la plongée dans l'univers de Metro 2033 est éprouvante. Par son atmosphère et son ambiance bien sûr, par ses imperfections sources de quelques énervements, par son sujet également, même si on aurait apprécié avoir une trame narrative encore plus poussée avec un tel background. Rappelant des jeux aussi variés que FEAR, Bioshock, Half Life² (les personnages attachants en moins), Fallout, STALKER ou même le mésestimé et sans doute déjà oublié Call of Cthulhu: Dark Corners of the Earth, Metro 2033 plaira avant tout aux joueurs qui aiment les jeux d'ambiance et qui ont envie de tenter un survival horror imparfait par son gameplay, mais bourré de bonnes idées et de bonnes intentions. Peut-être pas inoubliable, mais malgré tout potentiellement marquant pour peu que vous soyez sensible à l'atmosphère qu'il distille, Metro 2033 mérite qu'on s'y attarde pour les 8/10 heures qui sont nécessaires pour le terminer. Et qui sait si une fois fini, vous n'aurez pas envie de retenter l'aventure un peu différemment pour découvrir une fin alternative. Car après tout, rien ne vous oblige à être la même personne la deuxième fois.

rekator
rekator
Commentaire du 26/03/2010 à 09:29:06
J'ai l'impression que tu as le même sentiment que moi, avec un plus gros budget (et donc plus de play-test), le jeu aurait pu être un sacré hit (du moins il y a le potentiel). On verra s'ils font la suite du livre soit Metro 2034. Et bien d'accord en difficile l'infiltration n'est pas aisée, lancer ses couteaux au bon moment (soit pas quand le garde bouge de deux centimètres ce qui fait que le couteau tape dans son arme… c'est limite de la simu d'infiltration sur ce point). Pour l'IA j'ai l'impression que par moment elle bloque (genre un process qui tourne en rond), bon on pourrait dire que cela simule le comportement humain ;), par contre l'IA ne réagit pas de la même manière pour la même situation.
En réponse à
CaptainTARASS - Lapin blanc
CaptainTARASS
Commentaire du 26/03/2010 à 09:49:27
Merci Drift, reste à savoir s'il il lui restera un créneau dans mon planning, et c'est pas gagné.
En réponse à
Aure04 - Echangiste
Aure04
Commentaire du 26/03/2010 à 10:04:47
Sympa, je le ferais surement un peu plus tard dans l'année.
En réponse à
ABSOLUS74 - B.B
ABSOLUS74
Commentaire du 26/03/2010 à 10:12:53
Je le trouve immersif, prenant, et très bien réalisé. Par contre, à l'instar d'un Condemned 2, il est parfois bien trop sombre, avec une visée effectivement imprécise, des ennemis tantôt débiles, tantôt pris de pouvoirs divinatoirs, et surtout "increvables" après jets de grenades et chargeurs entiers dans la caboche. Et les tests qui le disent facile n'ont pas dû y jouer. C'est un des FPS les plus durs que j'ai pû faire.

A part ça, ras, fluide à 95 pour cent, propre sur lui et immersif, c'est un bon p'tit jeu.
En réponse à
thisky
thisky
Commentaire du 26/03/2010 à 11:15:56
j'étais attiré par ce jeu pour son ambiance.
La lecture des différents tests et avis montrent que le gameplay est râté. l'IA increvable et tutti quanti ne servent en rien le plaisir.
Donc ce sera sans moi, je ne suis pas adepte du lancer de manette dans le salon avec jurons parce que des développeurs ne savent pas dépasser une ambiance pour en faire une expérience sympathique.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 26/03/2010 à 11:21:00
Le gameplay n'est pas raté, encore faut-il prendre la peine de lire un peu ce que j'ai écrit. Même chose pour les crises de nerfs, il ne faut pas exagérer, à moins d'avoir deux mains gauches, elles ne sont pas fréquentes à ce point.

L'IA n'est pas non plus increvable, mais le manque de munitions dans le mode difficile peut compliquer la tâche quand on rechigne à utiliser les balles qui servent en principe au troc. Après, les humains comme les monstres ne sont pas plus longs à abattre que dans certains jeux de guerre pourtant très plébiscités.

Le jeu n'est pas parfait, c'est un fait. Mais le gameplay n'est pas moins bon qu'un jeu comme The Darkness, il est même à mon avis limite meilleur pour peu qu'on se donne un peu la peine de le maîtriser.
En réponse à
ABSOLUS74 - B.B
ABSOLUS74
Commentaire du 26/03/2010 à 11:22:59
Disons et je dis ça pour moi, que forcièrement, les parties de jeu en sous-sol sont vraiment mais alors vraiment trop sombres. Tu luttes contre des ennemis que tu distingues à peine, du coup, tu balances ton stock de munitions pour rien, et tu recommences le même passage au moins dix fois, c'est vrai que c'est mortellement frustrant voir grosse prise de tête. Et en plus, cette même IA est d'une robustesse défiant les lois de la composition humaine. Je joue par tranche de 1 à 2 heures, sinon, c'est vrai, à cause d'un gameplay pas toujours logique, tu satures. Sinon, l'ambiance est bien là, dommage.

Eh oui, c'est bien meilleur qu'un Darkness, sans nul doute.

Je ne critique pas le test, chacun son ressenti. ;)
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 26/03/2010 à 11:26:04 En réponse à ABSOLUS74
Même Bioshock n'est pas un modèle d'ergonomie à la manette. La partie shoot n'est pas exempte de défauts et pourtant, le jeu a fait un carton. Non vraiment, je pense qu'il faut essayer d'aller au delà des préjugés pour Metro 2033, parce que le jeu mérite le détour et n'est certainement pas désagréable à jouer.

Pour ce qui est de la robustesse des ennemis, encore une fois, quand je vise correctement, je n'ai pas l'impression d'avoir affaire à des êtres invincibles, loin de là. De plus, dès que tu récupères les lunettes de vision nocturne, le problème de la luminosité n'en est plus un. ^^
En réponse à
ABSOLUS74 - B.B
ABSOLUS74
Commentaire du 26/03/2010 à 11:28:26
Oh mais je le parcours sans déplaisir, vraiment. Je le trouve juste frustrant sur quelques points. Je n'irais surtout pas jusqu'à le déconseiller, bien au contraire, mais la tâche est ardue, petits joueurs s'abstenir.

Et pour l'IA, j'ai peine à la mettre au sol souvent, sauf à bout portant, et encore, avec un tir ultra précis et un bon fusil à pompe. Le truc aussi qui m'a saoûlé, c'est qu'à chaque fois que tu changes d'arme dans la panique, et que le monstre te saute dessus comme un débile, celle-ci n'est jamais rechargée comme par hasard. de ce fait, tu perds du temps à le faire, et souvent, c'est le Game Over. Le système de changement d'arme est à mon sens pas au top du tout.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 26/03/2010 à 11:31:27 En réponse à ABSOLUS74
Je me suis quand même plus énervé sur le passage de la salle des ordinateur du premier Modern Warfare que dans Metro. :D

Mais c'est vrai que le jeu assiste moins le joueur que d'autres titres (check points moins réguliers, pièges fatals quand on ne prend pas garde, phases d'infiltration bien ardues si on opte pas pour l'équipement adéquat - ce qui reste logique malgré tout).
En réponse à
GatoChoc
GatoChoc
Commentaire du 26/03/2010 à 12:33:24
Merci pour le test et les vidéos très sympas. J'me le prendrai certainement d'occaz. En ce moment, il n'a pas de place dans mon emploi du temps vidéo-ludique...
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 26/03/2010 à 12:35:01
Excellente Review. Bon bah je me le ferai un de ces quatres celui-là. (Juillet, période vide il me semble).
En réponse à
bangy78
bangy78
Commentaire du 26/03/2010 à 12:56:54
Perso, moi c'est l'univers que je trouve très bon. L' histoire est vraiment bien bon j'ai pas encore finis mais les rouges et fachos !!!! pfiuffff
Y a des passages bien ficellés !
En réponse à
spawn
spawn
Commentaire du 26/03/2010 à 13:43:24
J'ai eu un coup de coeur incroyable pour ce jeu en le découvrant dernièrement, alors que je n'avais rien lu/vu à son sujet. Une incroyable surprise en ce qui me concerne.
En réponse à
biloo
biloo
Commentaire du 26/03/2010 à 13:48:35
Merci Drift, voilà l'article qui finit de me convaincre dans l'idée que j'avais de l'acheter rapidement. joli travail :p
En réponse à
roro13
roro13
Commentaire du 26/03/2010 à 16:02:29
Très content de cette review. Mon avis rejoint celui de Driftwood.
Metro est un jeu à ambiance, et à mettre dans la même catégorie qu'un Bioshock.
Pour le gameplay, je dirais que là ou certains sont surpris, c'est que le gameplay est plus orienté PC, le jeu est bien plus dur que la majorité des FPS consoles pur jus. Pour l'obscurité, cela ne m'a jamais handicapé (contraste/gamma ?) pour peu que l'on pense à bien recharger sa lampe torche, et la pénombre participe à l'ambiance.
Je trouve que Metro est très proche du genre Survival à l'exception de quelques phases de shoot pur et dur.
Ma surpise de 2010 (pour le moment ;p)
En réponse à
thisky
thisky
Commentaire du 26/03/2010 à 18:45:13 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Le gameplay n'est pas raté, encore faut-il prendre la peine de lire un peu ce que j'ai écrit.
Ma remarque portait sur plusieurs tests en lecture croisée, pas spécifiquement sur la lecture de celui-ci dont je n'ai lu que la conclusion.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 26/03/2010 à 19:20:45 En réponse à thisky
Je comprends tout à fait que certains aient du mal, mais franchement, il n'y a rien d'insurmontable. À ce moment,; préfère la version PC à la souris, plus maniable. :)
En réponse à
ABSOLUS74 - B.B
ABSOLUS74
Commentaire du 26/03/2010 à 20:46:25
Un clavier et une souris, je meurs......Les pc me filent des boutons, c'est pas humain ce duo.

Peace, peace. ;))
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 26/03/2010 à 20:48:22 En réponse à ABSOLUS74
Je suis comme toi, mais pour les autres, ce n'est pas forcément le cas. :p
En réponse à
Kane62
Kane62
Commentaire du 27/03/2010 à 00:37:23
Je pense bien que je vais me laisser tenter lorsqu'il sera en occasion: je trouve que l'ambiance et les bruitages (comme les voix qui resonnent dans les tunnels, etc...) ont l'air vraiment en béton (d'après les vidéos de gameplay) et ça, ça me plait !
En réponse à
3333
3333
Commentaire du 27/03/2010 à 01:19:46
Déjà pris pour ma part (faut juste que je trouve le temps de m'y mettre, avec tout ce qui sort en ce moment...), mais merci pour ce test qui donne envie; je sens que je vais me régaler ;)
En réponse à
rekator
rekator
Commentaire du 27/03/2010 à 09:15:55 En réponse à roro13
Oui, c'est un des points à prendre en compte lorsque l'on joue à Metro 2033, ce que certain appel un système de tir imprécis, j'ai plus l'impression que c'est l'inverse, faut vraiment être sûr de son tir et c'est pas parce que l'adversaire est devant toi à 3 mètres que tu vas faire mouche! ;) De plus le rendu graphique du tir des armes fait que dans le noir des tunnels, on est un peu beaucoup ébloui, ce qui est logique, mais n'aide pas à savoir où est l'adversaire. Pas fait attention s'il y a une différence entre les munitions "artisanales" et celles de grade militaires sur ce point. Faut aussi prendre en compte que certaines armes sont rafistolées .
@Drift: Chapeau bas pour l'avoir fini en difficile Perso, je suis passé en normal lors de la traversée de la ligne de front, après plus de deux heures de tests en mode 100% Ninja car plus beaucoup de munitions, j'ai abandonné! Et le niveau avec les amibes faut être blindés de munitions pour être sûr de détruire leur base, déjà en normal c'est ardu, un peu de Lost Planet!. Mais effectivement moins énervant qu'un MW.;)
En réponse à
pierrex2
pierrex2
Commentaire du 27/03/2010 à 11:55:42
Merci pour ce test, cela confirme bien mon intention de passer par la location pour ce titre.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC X360
Edité par
THQ
Developpé par
4A Games
Patreon

198 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • bosozoku

    bosozoku @Driftwood: Elle est bien. J'essuie ton verre ? (il y a 8 Heures)

  • Dazman

    Dazman @Driftwood: ah non.....xD (il y a 9 Heures)

  • skiwi

    skiwi @Driftwood: c'est très fin ^^ (il y a 10 Heures)

  • Driftwood

    Driftwood @Soda: il a rendu son dernier souffle (il y a 11 Heures)

  • Soda

    Soda David Prowse est mort (L’homme sous le costume de Dark Vador). :/ (il y a 12 Heures)

  • BlimBlim

    BlimBlim Nous serons live sur Immortals Fenyx Rising à partir de 21h15, rejoignez nous sur twitch ou [url] (il y a 2 Jours)

  • notourious67

    notourious67 @bosozoku: 😂😂 (il y a 2 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Live ce soir 27 novembre pour présenter Immortals Fenyx Rising (il y a 2 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Attention à l'avalanche de contenu dès 12h00, ça va piquer. (il y a 2 Semaines)

  • Driftwood

    Driftwood Live pour Astro's Playroom tout à l'heure dès 16h15. On devrait aussi être en direct ce soir sur le nouvel AC. Plus d'infos dès que possible. (il y a 3 Semaines)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Immortals Fenyx Rising en replay

  • Samedi 28 novembre 2020
  • Driftwood

Des vidéos et un live pour Immortals Fenyx Rising

  • Vendredi 27 novembre 2020
  • Driftwood

Watch Dogs: Legion sur PS5 en HDR

  • Mardi 24 novembre 2020
  • Driftwood