GSY Preview PC

Si les locomotives du jeu de rôle occidental semblent quelque peu avoir déraillé ces dernières années, les fans du genre ont adopté de nouveaux champions compensant des moyens modestes par un amour immodéré des standards d’antan. Pillars of Eternity, Tyranny ou autres Divinity se sont ainsi trouvés un public fidèle et le studio Owlcat Games, en charge d’adapter la licence Pathfinder, compte bien en faire autant avec ce second opus baptisé Pathfinder: Wrath of the Righteous. Faute de temps pour véritablement tester une expérience de cette envergure, nous vous proposons simplement nos impressions s’appuyant sur les premières heures de jeu ce qui, espérons-le, vous donnera un aperçu utile de ce titre par ailleurs bien accueilli par la critique.
Note : Les versions PS4 et Xbox One arriveront normalement en mars 2022.

Comme beaucoup d'univers heroic-fantasy, Pathfinder possède un background particulièrement riche et intriqué qui situe l'intrigue de Wrath of the Righteous dans une longue continuité digne du 10 648ème épisode des Feux de l'Amour. Néanmoins, les événements de départ sont suffisamment simplifiés pour prendre le train en marche. Votre personnage vient de débarquer dans Kénabres, une vaste cité fortifiée qui constitue depuis plusieurs siècles un rempart inébranlable contre les forces démoniques, protégée par un dragon ancestral et une Pierre de garde mystique. Pourtant, un assaut surprise des troupes abyssales parvient à balayer ces défenses en quelques minutes. La ville devient un vaste champ de bataille dans lequel vous devrez survivre avant d'aider la résistance qui s'organise, sans oublier de… suivre vos propres objectifs.

Qui suis-je ?

Car Pathfinder revendique fièrement sa dimension roleplay et ce dès la création de votre avatar. Si les impatients se tourneront vers les 5-6 archétypes préconçus, d'autres passeront des heures à peaufiner leur personnage, fouillant parmi les 25 classes disponibles, les spécialisations, les races, les origines, les religions, les dons, l'alignement moral, les statistiques ajustables ou les familiers pour façonner "leur" héro. Et cette vertigineuse profusion de variables ne se contente pas d'affecter les affrontements, elle impacte aussi les très nombreuses conversations, ouvrant de nouvelles réponses, des réactions décalées ou une vision perspicace de situations équivoques. Soyons clair, la narration est LE point fort du jeu. L'écriture est bonne, la traduction (écrite) française d'excellente facture, les personnages (qu'il s'agisse de PNJ ou de compagnons) sont complexes, originaux, multipliant souvent les facettes qui peuvent les rendre aussi attachants qu'irritants. On s'immerge progressivement dans la mythologie de cet univers qui, sans se départir d'un certain classicisme, n'en demeure pas moins prenante. Derrière la quête principale relativement manichéenne se cachent de nombreuses missions secondaires plus subtiles, abordant des sujets de société et des questionnements personnels, souvent avec une approche ouvertement progressiste. Et bien sûr, vous pourrez influencer le cours des événements par vos choix tout au long de l'aventure.

La guerre vue du ciel

Malgré des moyens limités, le studio Owlcat nous offre un monde agréable à explorer. On reste sur une vue aérienne du champ de bataille, avec un zoom limité qui camoufle la simplicité de certains modèles (ce sont d'ailleurs des illustrations qui servent lors des dialogues). Néanmoins, les environnements 3D sont plutôt réussis avec la possibilité de faire pivoter la caméra pour profiter des architectures. Les créatures rencontrées offrent une belle variété et malgré des animations souvent basiques, les affrontements profitent d'effets visuels prononcés qui dynamisent l'action. Les musiques collent bien à l'ambiance du jeu et les doublages ponctuels (en anglais) s'avèrent de bonne facture. Pour les nostalgiques de l’ère Baldur's Gate, cela suffit largement à s'immerger efficacement dans le monde. Un monde qui offrent d'ailleurs quelques interactions sympathiques lors des phases d'exploration, comme le désamorçage de pièges, l'activation de raccourcis ou l'utilisation d'éléments du décors. Les choses se complexifient cependant lorsque l'on en vient aux combats.

La critique est facile, le critique difficile

Les affrontements reprennent le classique système de la pause active dont j'avoue ne pas être spécialement fan. Je m'en accommode sur des titres comme Dragon Age ou Divinity ayant une approche relativement permissive, mais Pathfinder applique de façon stricte les règles complexes de son équivalent papier (pour rappel, une version customisée de la version 3.5 de Donjons & Dragons). D'un coté, cela apporte une profondeur considérable avec une multitude de sorts intéressants, d'effets modificateurs à prendre en compte, de timing précis et d'utilisations limitées par "jour". De l'autre, cela donne une action très "statistique" où l'on est à la merci de lancés de dès ratés, où les actions urgentes ne sont pas immédiates, où il y a une certaine approximation sur les déplacements, où il faut établir un camp pour se reposer et "recharger" les sorts. Les fans de la licence seront certainement aux anges, malgré quelques soucis de pathfinding dans les environnements étroits (pour un jeu qui s'appelle Pathfinder, c'est dommage…). Les autres seront sans doute moins convaincus. La bonne nouvelle, c'est qu'à l'instar de nombreux éléments paramétrables, il est parfaitement possible d'ajuster la difficulté pour expédier les combats et se focaliser sur l'excellente narration. Reste une dimension gestion de troupes dans la veine d'un Heroes of Might and Magic que je n'ai malheureusement pu essayer, non pas faute de te temps, mais à cause de ce qui ressemble fortement à un bug de la quête principale. Que les traumatisés du lancement de Pathfinder Kingmaker se rassurent, ce second opus profite d'une bien meilleur finition, mais les accidents restent possibles.

Premières impressions



Après une petite dizaine d'heures de jeu, les qualités de Pathfinder: Wrath of the Righteous en matière de narration et de fidélité à la licence ne font aucun doute. L'écriture est bonne, le monde agréable à explorer, la profondeur mécanique indiscutable. Si la qualité se maintient sur l'intégralité de l'aventure, les fans de Baldur's Gate, Icewind Dale et Pillars of Eternity y trouveront leur bonheur. Par contre, je recommande aux amateurs de The Elder Scrolls, The Witcher ou Dragon Age, qui apprécient une action peu plus viscérale et instinctive, de se renseigner plus avant sur les combats avant de franchir le pas.

8 images maison

  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
  • GSY Preview : Pathfinder: Wrath of the Righteous - 8 images maison
Dazman - Stade Falloir
Dazman
Commentaire du 04/09/2021 à 01:48:24
Hou la c'est pas pour moi ce genre de jeu
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 04/09/2021 à 02:22:40
Ca a l'air plutôt bon effectivement! Mais trop gros morceau pour moi. D'autant que je viens tout juste de me prendre Griftlands, qui va me demander pas mal (trop!) d'heures.
En réponse à
Elidjah
Elidjah
Commentaire du 04/09/2021 à 08:50:32
J'y joue sur Mac M1, y'a quand même des bugs incompréhensibles sur cette machine. L'inventaire qui ne s'ouvre pas par exemple, c'est à se demander si ils ont testé ;) Autant sur PC y'a pléthores de configuration à gérer, que là sur Mac...
En réponse à
cryoakira
cryoakira
Commentaire du 04/09/2021 à 16:24:21 En réponse à Elidjah
Visiblement, le Kingmaker était sorti dans un état assez catastrophique donc je redoutai cette suite mais globalement, sur PC, je n'ai pas eu de problème technique à part ce fameux bug qui a bloqué ma progression (mais que d'autres n'ont absolument pas rencontré). Mauvaise pioche pour la version MAC :/
En réponse à
Elidjah
Elidjah
Commentaire du 04/09/2021 à 17:35:31 En réponse à cryoakira
Du coup, je me refais le 1er en "difficile" pour attendre 2/3 mois, que les patches sortent juste pour la fin d'année ;)
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE
Edité par
Owlcat Games
Developpé par
Owlcat Games
Patreon

156 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Driftwood

    Driftwood @notourious67: j'en ai eu très vite marre de ne rien trouver de nouveau à faire et de toujours faire la même chose. Les jeux avec boucle temporelle, il y en a peu que j'ai aimés. (il y a 21 Heures)

  • notourious67

    notourious67 @Driftwood: :) j'arrive à comprendre qu'on accroche pas, d'ailleurs je lui trouve quelques défauts. Mais j'ai vraiment passé un bon moment . (il y a 22 Heures)

  • davton

    davton @notourious67: pareil, j'ai beaucoup apprécié. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @notourious67: moi j'ai même pas tenu 12 minutes. ^^ (il y a 1 Jour)

  • notourious67

    notourious67 J'ai passé une bonne après midi en compagnie de " 12 minutes " (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @davton: je me demande comment c'est possible vu que la plupart des gros trailers ne sont plus dispos que sur YT. Enfin tant mieux, c'est déjà ça. (il y a 1 Jour)

  • davton

    davton Si Gamersyde devenait une simple chaîne YouTube, je laisserais mes clefs sous le paillasson sans regret. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood L'annonce n'a pas l'air de passionner grand monde mais on rappelle que l'on sera en direct sur Hitman 3 à 21h00 pour 45 minutes de présentation du dernier volet de la trilogie. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

GSY Review : Tails of Iron

  • Vendredi 17 septembre 2021
  • Driftwood

GSY Preview : Sherlock Holmes Chapter One

  • Jeudi 16 septembre 2021
  • Driftwood

Lost in Random en vidéo Gamersyde

  • Jeudi 16 septembre 2021
  • Driftwood