GSY Review PC Xbox 360 PS3

Dix ans après une relecture surprenante des aventures d'Alice au Pays des Merveilles, American McGee revient à ses premières amours avec Alice: Madness Returns, sorti sur PC, Xbox 360 et Playstation 3 il y a maintenant 10 jours. Une bonne idée tant on garde un mauvais souvenir de Bad Day L.A. Sa récente incartade sur PC avec American McGee's Grimm s'en sortait un peu mieux malgré un format épisodique très court (30 minutes en moyenne par épisode) mais l'ensemble restait tout de même très moyen. Qu'en est-il donc du grand retour de la très perturbée Alice ? Pour la réponse, suivez le lapin blanc.

Alice in Chains

Alice n'est pas une enfant comme les autres. La malheureuse a perdu ses parents dans l'incendie de leur maison et le traumatisme qui en a résulté l'a affecté au plus profond de son être. En proie aux pires cauchemars, Alice doit de nouveau replonger dans les méandres de son psyché afin d'en ressortir les souvenirs de ce qui est arrivé, seul espoir de comprendre un jour comment cette tragédie a pu se produire. Le pays des merveilles devient donc le reflet de tout le mal-être de la jeune fille, raison pour laquelle la mort rôde dans chaque recoin de cet étrange univers. Prisonnière d'illusions de plus en plus macabres, le salut d'Alice est donc entre les mains du joueur, mais l'est-il vraiment ?

Généralement conté sous la forme de séquences en 2 dimensions présentées à la manière d'un spectacle de marionnettes en papier, le scénario de Madness Returns se délie pour mieux enchainer l'héroïne loin d'une réalité de plus en plus fragile. Un style graphique réussi à peine gâché par l'ignoble compression des vidéos qui laisse apparaître un quadrillage très disgracieux en arrière plan. À cela s'ajoutent bien sûr des cinématiques utilisant le moteur du jeu, mais malgré tout très respectueuses du design des scénettes en 2D. Le casting de voix est, de plus, une franche réussite, tout particulièrement en V.O où l'accent 'so British' des différents protagonistes sied à merveille à leur personnalité déjantée. Tout juste pourra t-on peut-être reprocher à Alice son manque d'implication émotionnelle face aux événements qu'elle rencontre. Le flegme britannique sans doute...

Alice ça glisse, ça saute et ça frappe

Il y a indéniablement quelque chose de très old school dans le gameplay de Madness Returns. Une très bonne chose par certains côtés, mais aussi une régression sur d'autres plans malheureusement. On se réjouira donc de retrouver un genre de plus en plus délaissé à l'heure où le FPS règne en maître; un genre qui ne saurait exister sans ses sauts planés, ses triples sauts ou ses plateformes mobiles, voire invisibles. Précision et timing sont donc requis pour appréhender les dangers qui se dressent devant vous, dans la grande tradition des jeux qui ont formé notre jeunesse.

Les niveaux regorgent donc évidemment de zones cachées et d'items à collecter (souvenirs, bouteilles, etc) qui ne se révèlent au grand jour que grâce à la capacité d'Alice à rapetisser. Si, dans cet état (atteint en maintenant la touche Lb), la jeune fille ne peut plus sauter ni se défendre, il lui permet de voir des plateformes autrement invisibles à l'œil nu ou de dévoiler des passages secrets. Des indications sur le chemin à suivre apparaissent également lors de ces changements de perspective, même si ces dernières sont finalement superflues compte tenu de la linéarité des niveaux traversés. Les commandes répondent globalement bien, et si l'on ne fait pas trop cas des quelques bugs de collision étranges (alors qu'aucun objet ne vient pourtant barrer votre route), on évolue avec un réel plaisir dans l'inconscient torturé de la jeune Anglaise.

Bien sûr, à une époque où la liberté est le mot d'ordre, on pourra regretter la structure fermée et indépendante de chaque niveau, ce qui interdit d'y revenir pour découvrir les objets cachés. De même, on pourrait aussi dire que les mécaniques de gameplay manquent d'originalité ; on court, on saute, on abaisse un levier, on glisse le long d'un toboggan, on tire un nouveau levier, etc. Mais sans rien inventer, Madness Returns invite aux mêmes voyages que des Conker Bad Fur Day ou Psychonauts, même s'il leur emprunte aussi en passant certaines maladresses (on pense par exemple au jeu de la caméra ou au level design à l'ancienne – merci les murs invisibles). L'hommage aux classiques des jeux de plateforme atteint même son paroxysme lorsque le titre de Spicy Horse passe en 2D pour quelques courts (mais très sympathiques) passages clin d'œil au pays du soleil levant, mère patrie de nombreuses icônes du genre.

Le pays des merveilles étant fréquenté par des créatures aussi étranges qu'hostiles, il faudra immanquablement prendre les armes pour espérer survivre. Fort heureusement, Alice peut compter sur un arsenal, qui, en plus d'être original, n'oublie pas d'être efficace. Le couteau de boucher fait bien sûr son grand retour mais s'accompagne aussi cette fois d'un cheval bâton en bois (qui correspond aux attaques puissantes mais lentes), d'un poivrier (pour les attaques à distance – il permet aussi d'assaisonner les groins cachés qui révèlent certains items cachés), d'une théière (faisant office de lance grenades des merveilles) et d'une ombrelle (très pratique pour renvoyer les projectiles ennemis). Toutes ces armes peuvent bénéficier d'améliorations que vous pouvez acheter si vous avez les dents assez longues, ou plutôt assez nombreuses, puisqu'il s'agit en fait de la monnaie du jeu.

Une fois encore, le système de combat reste très classique, avec la possibilité de locker son adversaire (LT) et d'esquiver les coups (touche Rb). Certains ennemis demandent une tactique particulière et un peu de patience avant de pouvoir les terrasser. Aussi, les affrontements, s'ils manquent sans doute un peu de profondeur (ne vous attendez pas à pouvoir enchainer des combos complexes façon God of War ou Bayonetta), ne sont pas désagréables pour autant. Sauf bien sûr, quand la caméra décide de s'en mêler, ou plus exactement de s'emmêler les pinceaux. En effet, le système de lock ne rend pas toujours l'action très lisible, et il arrive fréquemment que certains adversaires se trouvent hors cadre. Comme Alice peut tout à fait se mesurer à plus de 6 ennemis à la fois, il faut obligatoirement rester très mobile pour éviter les mauvaises surprises. Pas évident non plus de choisir la bonne cible, le jeu ayant tendance à locker la mauvaise dans les moments les plus tendus.

Lorsque la santé d'Alice ne tient plus qu'à un fil, vous entrez en mode rage pendant quelques instants (le jeu prenant alors une teinte noir et blanc du plus bel effet) pour vous donner une chance de renverser la situation à votre avantage. S'il ne faudra pas espérer pouvoir triompher de tous vos adversaires pendant ce bref état de grâce, il pourra cependant vous permettre de tenir suffisamment longtemps pour récupérer un peu de votre précieuse vie. Le combat classique ne sera cependant pas votre seule occupation au pays de la folie puisque, par souci de diversité, le jeu vous propose également des séquences de shoot them up à scrolling horizontal, quelques puzzles simples, voire même un mini-jeu musical assez succinct de temps à autre. Pas forcément inoubliables, voire même parfois plutôt dispensables, ces petits changements dans le gameplay ont au moins le mérite de ne jamais durer trop longtemps. Heureusement, ils réservent tout de même quelques agréables surprises, de celles qui ne risquent pas de vous mettre en boule. Quoique...

Alice au pays des 7 merveilles du monde ?

Plutôt que d'attaquer cette partie de l'article consacrée au rendu visuel par un état des lieux de la technique pure, commençons déjà par parler de la direction artistique que j'ose qualifier de grandiose. Qu'il s'agisse du monde lui-même ou des personnages qui le peuplent, difficile de ne pas se laisser emporter dans ce voyage aux limites de la raison. Tantôt coloré et très fourni, tantôt industriel ou plus épuré, l'univers traversé se visite comme la galerie d'un peintre impressionniste. Est-ce la raison pour laquelle le train train quotidien du pays des merveilles va justement être bousculé par un train maléfique ? Ce train symbole des avancées mécaniques que Monet avait si bien su dépeindre dans ses toiles. Mais je m'égare... Ce qu'il faut surtout retenir de l'aspect visuel de Madness Returns, c'est qu'il a très clairement quelque chose d'unique, de dépaysant et d'inquiétant à la fois, et qu'il vaut largement le détour quand on arrive à saturation des univers réalistes généralement servis dans les productions actuelles. Pour faire simple, Madness Returns a plus de Burton que le dernier Alice sorti au cinéma, et là, tout est dit.

Techniquement, tout dépendra de la version du jeu à laquelle vous aurez la chance de jouer. Sur PC, la haute définition affichée, l'absence d'aliasing et les divers effets supplémentaires (comme PhysX par exemple) permettent de véritablement mettre en valeur la direction artistique du titre. Certes, les textures n'affichent pas toutes un rendu exceptionnel, loin de là même, mais, en toute subjectivité, cela ne nuit en rien au plaisir des yeux. Le framerate est étrangement bloqué à 30 images par seconde, mais un petit tour dans le fichier config vous permettra d'y remédier. Quelques légers ralentissements peuvent cependant se faire sentir, voire même quelques micro-freezes un peu aléatoires, mais globalement l'expérience de jeu reste très bonne. Sur consoles, le bilan est automatiquement un peu plus terne. Crénelage plus marqué (la version 360 ne possède pas d'anti-aliasing), framerate plus bas à 30 images par seconde (stable la plupart du temps même si quelques ralentissement peuvent survenir - surtout sur PS3), image un peu moins nette. De légères différences donc, mais malgré tout, pas de quoi crier au scandale ; le jeu reste en effet plutôt réussi graphiquement, grâce notamment à l'impeccable direction artistique.

Verdict


En vous avouant sans la moindre honte que les quinze heures passées sur Alice: Madness Returns m'auront enchanté de bout en bout, je suis bien sûr conscient d'aller à contre-courant de nombreux tests. Des tests pour qui les défauts du jeu auront pesé trop lourd dans la balance pour les convaincre pleinement. Pourtant, tout à fait conscient de ses lacunes, reconnaissant complètement que certains niveaux sont en effet moins inspirés que d'autres, je n'ai pu faire autrement que de prendre beaucoup de plaisir à plonger dans un univers aussi travaillé. Avis donc aux amateurs du genre, ce second opus des aventures de la jeune Alice mérite amplement de se faire une place de choix dans votre ludothèque, non par défaut faute de mieux pour passer l'été, mais tout simplement parce qu'il s'agit d'un très bon jeu. Un vrai coup de cœur qui donne envie de fermer les yeux sur ses petits travers. Par quelle folie voudriez vous manquer cela ?

Un dernier point rapide pour terminer cet article en beauté. On ne pouvait omettre de préciser que les versions Xbox 360 et Playstation 3 ont la bonne idée de proposer une version téléchargeable du premier opus sorti en 2001 sur PC. À noter qu'un pack proposant les deux jeux existe aussi sur PC pour le même prix. Un bonus on ne peut plus appréciable, même si la maniabilité du titre a irrémédiablement pris un petit coup de vieux. Je vous laisse donc profiter des 10 premières minutes de ce petit bout de passé, histoire de vous laisser aller à un petit brin de nostalgie.

Note :

Nous pensions pouvoir vous proposer au moins une vidéo de la version 360 mais EA n'a toujours pas pu nous faire parvenir une version du jeu. Voilà plus d'une semaine que le test basé sur la version PC est prêt, n'en pouvant plus d'attendre, le voici donc. Désolé pour ce retard, mais nous n'en sommes malheureusement aucunement responsables.
Orfeo
Orfeo
Commentaire du 27/06/2011 à 16:31:23
Review, ma foi assez complète, n'ayant qu'un PC bureautique, mon choix se portera donc sur la version 360 (en dépit du test honteux de GK).
En réponse à
virtuahunter
virtuahunter
Commentaire du 27/06/2011 à 16:48:10
Ton test confirme mes impressions!!prochain achat!
En réponse à
Madness7
Madness7
Commentaire du 27/06/2011 à 16:55:47
Excellent jeu fait sur ps3 pour ma part (merci les réductions ^^ ).

Par contre j’ai eu la mauvaise surprise de constater qu’il manque des textures sur la version ps3, rien de gênant mais bon à signaler.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 27/06/2011 à 17:07:14 En réponse à Madness7
Posté par Madness7
Excellent jeu fait sur ps3 pour ma part (merci les réductions ^^ ).

Par contre j’ai eu la mauvaise surprise de constater qu’il manque des textures sur la version ps3, rien de gênant mais bon à signaler.
Oui c'est vrai, mais à côté de cela la version PS3 dispose d'un simili AA.
En réponse à
kinroux
kinroux
Commentaire du 27/06/2011 à 17:14:56
Esthétiquement sublime et techniquement propre sur PC, je pense m'y plonger dès les prochains jours. Très bonne surprise ce jeu.
En réponse à
Madness7
Madness7
Commentaire du 27/06/2011 à 17:28:39 En réponse à Driftwood
Franchement j'aurai préféré prendre la version 360 qu'un jeu avec un "simili AA" mais des chutes de framerate plus prononcé, et des textures manquantes, pour un jeu de ce genre ça fait un peu mal quand meme.

Vivement le jour ou les développeurs ou les machines permettront d'avoir un rendu identique peu importe le support.

Ça reste quand meme un jeu à faire malgré ses défauts, mais pas au détriment d'un prix trop élevé (sur console), la rejouabilité et la durée de vie n'étant pas son point fort.
En réponse à
Saumon17
Saumon17
Commentaire du 27/06/2011 à 17:45:36
En tout cas j'hésitais à me le prendre à la vue des différents tests mais là tu m'as quelque peu rassuré. Il est vrai que le jeu semble receler quelques défauts mais l'ambiance est quelquechose de très important pour pouvoir s'immerger à 100% dans un jeu et là c'est une ambiance de folie.

PS : A quand un petit concours pour ce jeu?
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 27/06/2011 à 17:46:50 En réponse à Saumon17
Déjà qu'on n'a pas encore réussi à avoir un exemplaire console pour nous de la part d'EA alors faire un concours... :/
En réponse à
Saumon17
Saumon17
Commentaire du 27/06/2011 à 17:50:13
C'est vraiment dommage en tout cas merci pour ce test!
En réponse à
ABSOLUS74 - B.B
ABSOLUS74
Commentaire du 27/06/2011 à 18:00:59
Parfaite Review, tout ce que j'y ai ressenti ou remarqué y figure. De ce fait, rien à ajouter, mais plutôt souligner la très bonne qualité du titre, bien mal noté effectivement par la majorité des sites. Dommage, ne passez pas à côté...
En réponse à
halfdead
halfdead
Commentaire du 27/06/2011 à 19:47:18
Question :
j'ai reçu ma copie (360) mais pas encore joué (j'attends d'être au calme^^), par contre j'ai téléchargé le jeu original (McGee) mais je ne le retrouve pas dans ma liste de jeu XBLA : Ne peut-on y jouer uniquement que dans le jeu retail !!? Ou alors ai-je foiré un truc ?
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 27/06/2011 à 19:54:24 En réponse à halfdead
On ne peut y jouer que via le jeu retail en effet.
En réponse à
Jaipur
Jaipur
Commentaire du 27/06/2011 à 20:02:09 En réponse à Driftwood
Ca veut dire qu'on est obligé d'acheter Madness Returns pour jouer au premier?
En réponse à
xabix
xabix
Commentaire du 27/06/2011 à 20:08:02 En réponse à halfdead
Tu es obligé de la lancer depuis le menu du jeu. ;)

Review tout simplement parfaite et réaliste du jeu. BRAVO.
Le passage sur les oeuvres de Monet m'a bien fait rire. ;)
En réponse à
halfdead
halfdead
Commentaire du 27/06/2011 à 21:00:26
Il m'avait semblé qu'American McGee's Alice était un un titre XBLA alors qu'en fait c'est une extension dixit le Market !
Toutes mes confuses ! Et merci d'avoir répondu !
Je vais m'y plonger dès demain, après tout le bien que j'ai pu en lire ici ^^
En réponse à
skiwi - Ranma ½
skiwi
Commentaire du 28/06/2011 à 15:19:50
Excellente review, du beau boulot ! :)

La direction artistique est effectivement vraiment géniale, rien que pour ça le jeu en vaut la peine ! ^^

Ah oui, juste un truc : Bad Day L.A. n'est pas sorti sur consoles il me semble, je crois que le dernier jeu d'American McGee hors PC était Scrapland sur Xbox. Enfin je crois ^^

Edit @Driftwood : il avait été annulé je crois, en tout cas c'est ce que je vois et ^^

Edit 2 : arf, grillé par Game2k ! :D
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 28/06/2011 à 15:20:47 En réponse à skiwi
Posté par skiwi
Excellente review, du beau boulot ! :)

La direction artistique est effectivement vraiment géniale, rien que pour ça le jeu en vaut la peine ! ^^

Ah oui, juste un truc : Bad Day L.A. n'est pas sorti sur consoles il me semble, je crois que le dernier jeu d'American McGee hors PC était Scrapland sur Xbox. Enfin je crois ^^
T'es sûr ? Pourtant : http://www.gamersyde.com/game_736_fr.html
En réponse à
Game2k
Game2k
Commentaire du 28/06/2011 à 15:23:59 En réponse à Driftwood
La sortie sur Xbox fut annulée.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 28/06/2011 à 15:24:55 En réponse à Game2k
Posté par Game2k
La sortie sur Xbox fut annulée.
Ah mince. -_-'
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC X360 PS3
Edité par
Electronic Arts
Developpé par
Spicy Horse
Patreon

135 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Elidjah

    Elidjah @Blackninja: Excellent le style, j'espère que cela restera ingame et pas simplement sur le trailer. Bref, pour moi c'est un gros oui (j'étais fan de Underground) (il y a 18 Heures)

  • Blackninja

    Blackninja @kinghonk: l'effet cell shading renforce le côté réaliste et avec Criterion à la baguette j'ai confiance (il y a 21 Heures)

  • kinghonk

    kinghonk @Blackninja: Je viens de voir le trailer et ouais ca peut etre très sympa si ils font le truc à fond. (il y a 21 Heures)

  • Blackninja

    Blackninja Le Need for Speed claque bien comme il faut, ça donne envie pour une fois. (il y a 21 Heures)

  • GTB

    GTB @kinghonk: C'est pas si vilain ^^; mais tu vois que ce remake met un bon coup de jeune l'air de rien. (il y a 1 Jour)

  • kinghonk

    kinghonk @GTB: Je préfère garder mes souvenirs intacts! ^^ ^^ (il y a 1 Jour)

  • GTB

    GTB @kinghonk: Ca aurait pu être mieux, mais il y a clairement du bon boulot. Relance une vidéo de DS 2008 tu verras c'est pas du tout la même ^^. (il y a 2 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Il est de nouveau possible de télécharger les vidéos sur le site. Désolé pour le mois et demi de panne. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

GSY Review : le casque RIG 800 PRO HX

  • Vendredi 7 octobre 2022
  • davton

GSY Offline : Arrêt sur le Steam Next Fest

  • Vendredi 7 octobre 2022
  • Driftwood

GSY Preview : The Invincible

  • Jeudi 6 octobre 2022
  • Driftwood