GSY Review PS5 Xbox Series X PC PS4 Xbox One

Aragami avait agréablement surpris son monde à sa sortie initiale en octobre 2016 (eh oui déjà !), même si nous avions rencontré quelques situations cocasses en jouant en coopération avant son arrivée officielle. Quatre ans plus tard voilà Aragami 2, dont le développement a véritablement commencé en 2018 et a dû subir les aléas de la pandémie actuelle. En effet, l'équipe de Lince Works aura dû passer près de la moitié du temps de développement en travail distanciel. Précisons également que s'il s'agit bien d'une suite, cet épisode est conçu pour être apprécié même si l'on n'a pas pu goûter aux joies du premier. Ceci étant clarifié, il est temps de passer à notre verdict !

Vague à larme

Avant toute chose, il n'est pas forcément inutile de rappeler que les Aragami sont des guerriers qui font partie de l'élite mais qu'ils sont hélas des êtres rongés par un mal qui consume leur âme jusqu'à leur faire perdre toute conscience de ce qu'ils ont été. L'Aragami est capable de maîtriser un pouvoir que l'on nomme l'essence de l'ombre, qui lui donne justement la capacité de contrôler l'obscurité. Utilisés par les Akatsuchi pour les aider dans leurs nombreuses conquêtes, les Aragami aspirent à des lendemains meilleurs et veulent se soustraire à leur contrôle. Regroupés dans un village, ils décident de tout faire pour libérer leur clan de la malédiction qui les accable. Vous jouez le rôle de l'un de ces guerriers qui, à chaque retour au village, pourra augmenter des capacités grâce aux points d'expérience acquis et faire quelques emplettes à la boutique du coin. C'est là qu'il trouvera de nouvelles tenues (qui ne confèrent aucun bonus particulier), de l'équipement (bombes fumigènes, shurikens, fléchettes empoisonnées aux effets divers et variés, etc.) et même des bonus passifs à équiper (comme augmenter sa furtivité de 10 %, tout en perdant 10% d'efficacité en attaque en contrepartie, ou augmenter la régénération de la jauge d'endurance, etc.). C'est également au village que l'on se verra confier les nombreuses missions qui vont nous amener à infiltrer les camps ennemis, avec malheureusement l'étrange idée de nous faire retourner tant de fois aux mêmes endroits que l'on a vraiment l'impression de tourner en rond. Pour enfoncer le clou, on nous y envoie pour y faire peu ou prou la même chose : cible(s) à abattre (une, deux, dix voire même vingt-quatre lors d'une mission spécifique) ou à kidnapper, récupération (ou destruction) de ressources, informateur à contacter. Au sein d'une mission, on vous demandera aussi assez régulièrement d'écouter des conversations pour obtenir des informations supplémentaires.

Comme dans le premier épisode, l'approche furtive est largement mise en avant, mais nous le verrons plus tard, le jeu intègre également un système de combat. Là où Aragami 2 essaie un peu de se démarquer de son prédécesseur, c'est en n'obligeant plus son personnage principal à se déplacer dans l'ombre pour progresser. Bien sûr, en restant dans la pénombre, le héros est moins facilement repérable (il peut même devenir totalement invisible quand il ne bouge pas et qu'il reste collé le long d'un mur), mais grâce à son don de téléportation (le shadow dash) qui lui permet d'agripper des rebords (pas trop) éloignés et à son dash plus classique, il se déplace avec bien plus de liberté que son prédécesseur. En effet, plus besoin de rester dans le noir (relatif) du décor pour utiliser les pouvoirs que l'on débloque dans l'arbre de compétences accessible au dojo du village. Cela confère au héros une mobilité accrue, mais dans le même temps, cette contrainte ajoutée au premier épisode lui donnait un peu sa singularité et elle était justifiée par l'univers imaginé par le studio. Désormais, l'Aragami que l'on contrôle n'est finalement pas si différent des personnages principaux des jeux Arkane comme Dishonored ou Deathloop plus récemment. Le plus ennuyeux finalement, c'est que malgré les bonnes sensations ressenties quand on se déplace et que l'on abat ses cibles par surprise, une routine s'installe bien trop vite pour le bien du jeu. Le fait de devoir retourner sempiternellement aux mêmes endroits participe grandement à cette impression, mais le level design ne fait pas grand chose pour éviter cela d'une carte à l'autre. Ainsi, vous allez passer beaucoup de temps sur les toits ou dans les herbes hautes, à assommer ou tuer vos adversaires dans le plus grand secret, ce qui rend la progression très facile pour le joueur un minimum méthodique. La taille conséquente de certaines zones (quand elles sont rendues totalement accessibles au joueur du moins - parfois une sorte de brouillard vous bloque l'accès à certaines parties) est plutôt à ranger du côté des qualités de cette suite, le jeu n'indiquant la localisation de l'objectif qu'une fois que vous en êtes suffisamment près. Seulement voilà, quand cela fait déjà cinq fois que vous explorez les lieux, difficile de ne pas grincer des dents à l'idée de les arpenter une énième fois de fond en comble.

Pourtant, le jeu essaie de proposer des types d'ennemis un brin plus variés que dans l'épisode précédent. Les archers ont laissé la place à des mages capables de lancer des boules de feu, on trouve les gardes en patrouille qui se déplacent et ceux qui ne doivent absolument pas quitter leur poste (et le rappellent oralement à chaque fois que vous leur passez sous le nez et qu'ils réalisent qu'ils ne peuvent pas s'éloigner trop pour vous suivre...) et il y a même des tenues un peu plus variées. Au final cependant, pas de grands bouleversements. L'IA n'est pas toujours très finaude, mais elle peut néanmoins vous repérer si vous n'êtes pas assez attentif, ce qui vous laisse deux options. La première est la fuite, car si vous parvenez à briser la ligne de vue et à vous cacher, vous pourrez attendre que la tempête passe pour mieux revenir à la charge. La seconde est l'affrontement, qui reste gérable à condition de ne pas tenter de combattre plusieurs adversaires à la fois. Le système de combat fonctionne plutôt bien, mais il est difficile de gérer les foules malgré la présence d'un contre qui se déclenche en appuyant sur la touche Y (ou triangle) dans le bon timing. Le joueur et ceux à qui il doit faire face sont soumis à la contrainte d'une jauge d'endurance qui diminue quand on bloque une attaque ou que l'on tente une esquive. Pour cette raison, il est important de savoir bien placer ses parades pour prendre rapidement l'avantage. Il existe des potions pour accroître vos capacités offensives ou défensives de manière temporaire, ce qui peut servir quand on ne vous donne pas d'autres choix que d'affronter un ennemi. Heureusement, la majeure partie des combats est parfaitement évitable. Entre les bruitages hyper dynamiques et les vibrations de la manette, le feedback est plutôt bon, mais il est peu probable que vous vous risquiez aux joutes au katana si vous n'y êtes pas contraint. Aragami 2 délaisse en effet le système de checkpoint du précédent pour donner au joueur deux chances de mourir avant l'échec de la mission. À chaque mort, l'Aragami est ramené au début de la zone sans que cela ne réinitialise pour autant ses actions passées (les guerriers qui vous ont tué restent d'ailleurs sur le qui-vive pendant quelques minutes supplémentaires). Nous n'avons pas trouvé cela très pénalisant, une bonne chose en règle générale, sauf que là, comme la difficulté de base n'est pas très élevée et qu'elle n'est absolument pas modifiable, attendez-vous à assez peu de résistance si vous restez furtif. Ceci étant dit, comme l'aventure nous semble trop longue pour son propre bien, ce n'est pas forcément un défaut...

Verdict


On ne peut s'empêcher de ressortir très déçus de notre expérience sur Aragami 2 qui, par manque d'audace ou de moyens, se cantonne à une formule qui n'évolue jamais vraiment au fil des heures. Impossible dès lors de ne pas ressentir de lassitude avant même d'en avoir atteint la moitié. Quand les développeurs annoncent une durée de vie de quatorze heures mais que l'on a déjà l'impression d'avoir complètement fait le tour de ce qu'il propose au bout de trois heures à peine, on se dit qu'il y a comme un petit problème. Premier coupable, le recyclage régulier de toutes les zones dans lesquelles on nous demande de retourner encore et encore pour accomplir de "nouveaux" objectifs, ces derniers n'incitant jamais de jouer bien différemment des fois précédentes. En imposant plus de contraintes au joueur (ne tuer personne sauf la cible, ne pas se faire repérer une seule fois, etc.), le studio espagnol aurait pu feindre une relative variété de situations, mais au lieu de cela, on tombe rapidement dans une routine qui finit par lasser de plus en plus. C'est bien dommage car pour ce qui est des déplacements et des stealth kills, le jeu procure de très bonnes sensations, sans compter que sa DA et le design de son personnage principal sont une réussite, même s'il est vrai que le volet précédent affichait une personnalité plus marquée. Une suite au gameplay agréable et sympathique dont on espérait bien mieux du côté de sa structure et du plaisir de jeu dans son ensemble, voilà comment résumer notre sentiment à son égard. En parvenant à condenser un peu plus son expérience, à défaut de l'emmener un peu plus loin, le résultat n'en aurait été que meilleur, mais le studio a fait le choix de la quantité sans avoir les moyens de ses ambitions. Même la narration nous semble bien moins maîtrisée que celle de son prédécesseur, qui faisait tout de même l'effort de proposer régulièrement des cinématiques assez stylisées. Ici, l'essentiel des conversations se passe totalement de mise en scène et de doublages. Reste le plaisir de la coopération, qui doit cependant rendre le jeu encore plus accessible qu'il ne l'est déjà, pour ceux à qui l'approche old school du genre manque terriblement. Pour les possesseurs du Game Pass, il y a peu de chance que le jeu vous accroche plus de quelques petites heures, mais on vous invite tout de même à vous y essayer pour profiter de son agréable maniabilité et du côté grisant des déplacements de son personnage.
  • Les plus
  • La liberté de mouvement et leur souplesse
  • Une DA et des graphismes très sympas mais...
  • Les attaques furtives ont du style
  • Le character design et les différentes tenues
  • La taille de certaines maps
  • Le jeu laisse le joueur chercher ses objectifs
  • Les moins
  • Un peu trop facile dans l'ensemble
  • ... les environnements se ressemblent trop
  • Recyclage non-stop des environnements
  • Vite redondant
  • Trop de remplissage
  • Les ennemis animés à 2 fps au loin
  • Quelques bugs visuels et de collision
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 15/09/2021 à 22:31:13
Ah merde, c'est bien dommage ça parce que les Tenchu-like ne sont pas légion. Surtout quand les sensations de gameplay sont là :/. La pandémie et son impact sur le dev expliquent peut-être -en partie- cette structure foireuse. C'est d'autant plus regrettable que cet opus là est à 35 balles (contre les 20€ pour le 1).
En réponse à
Bigquick - Spider_-_-_man
Bigquick
Commentaire du 16/09/2021 à 08:42:54
Merci pour la review, très dommage que ça soit pas à la hauteur, j'avais quelques attentes, au final ça sera sans moi. P'tête que je le testerai quand je reprendrai le gamepass mais j'ai un backlog tellement gigantesque que c'est pas prêt d'arriver.
En réponse à
zero2lyon
zero2lyon
Commentaire du 16/09/2021 à 09:44:12
Ah oui dommage j'avais bien envi de me le prendre :(
Bon ben pas grave je vais retourner jouer les ninjas sur l'ile d'Iki ^^, on verra pour le 3ème opus.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE XBSX PS5
Edité par
Lince Works
Developpé par
Lince Works
Patreon

156 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • bosozoku

    bosozoku @MadDemon: Quand tu vises les les mômes, t'es vicieux. ^^ (il y a 2 minutes)

  • MadDemon

    MadDemon @Luffy: eh oui car c'est bien connu les grands méchants sont Sony et xbox alors que Nintendo s'adresse aux plus jeunes donc forcément c'est des gentils 🤭 (il y a 5 Heures)

  • Luffy

    Luffy @GTB: C'est juste hallucinant ! Et ça passe crème...😑 (il y a 5 Heures)

  • bosozoku

    bosozoku @CraCra: Voilà le secret ! L'emballage ! :Neuf en Boîte: (il y a 1 Jour)

  • GTB

    GTB @Luffy: Nintendo et les prix, ça a toujours été quelque chose. En plus de l'abo, tu peux aussi prendre la manette N64 pour Switch à 50 balles ^^. (il y a 1 Jour)

  • Luffy

    Luffy Nintendo craque avec leur abonnement. (il y a 2 Jours)

  • CraCra

    CraCra The Day Before sur next gen en 2022 (il y a 2 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood L'annonce n'a pas l'air de passionner grand monde mais on rappelle que l'on sera en direct sur Hitman 3 à 21h00 pour 45 minutes de présentation du dernier volet de la trilogie. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde