GSY Review PS5 Xbox Series X PC

Après la vertigineuse incartade Jusant en décembre dernier, DON'T NOD revient avec Banishers: Ghosts of New Eden, leur ambitieux action-RPG prévu à la base pour le mois de novembre 2023. Un report et quelques mois plus tard, voilà le titre enfin prêt à sortir juste à temps pour la Saint Valentin. Et quand on sait à quel point l'amour est au centre de toute l'intrigue, on se dit que le studio n’aurait pas pu mieux choisir la date de son rendez-vous galant avec les joueurs.
Note : Notre court GSY Offline Review ne dévoile que le tout début de l'aventure et ne contient donc aucun spoiler. Il en est de même pour notre vidéo de gameplay, qui montre certes des personnages plus avancés, mais ne dévoile aucun pan important de l'intrigue et assez peu de paysages au final. La galerie se veut, elle, un peu plus généreuse à ce niveau, soyez donc prévenus.

Savoir aimer - © Florent Banni

Nouveau monde, 1695. Au sein de la petite communauté de colons de New Eden, le désespoir et la peur semblent avoir établi leur quartier. Une étrange malédiction a en effet frappé la bourgade, au point de pousser le révérend local à faire appel à des disciples et amis restés en Europe. Pour l'aider à faire face au Cauchemar, nom donné à un fantôme particulièrement remonté contre les habitants du village et de ses environs, Charles Davenport a demandé à Antea Duarte, dont il fut jadis le mentor, et Red mac Raith, celui qu'elle a formé pour la seconder et dont elle est tombée amoureuse, de le rejoindre en Nouvelle-Angleterre au plus vite. La jeune femme n’est pas dupe, alors qu'ils se rapprochent enfin des côtes nord-américaines, elle sait pertinemment que la tâche qui les attend sera de taille. Comment en effet pourrait-il en être autrement si l'homme qui lui a tout appris n’a pu se défaire lui-même de la créature qui hante New Eden ?

Antea et Red sont bannisseurs, leur mission est de libérer les vivants du poids des morts qui ont décidé de s’attarder à leurs côtés au lieu de trouver la paix. Le monde imaginé par DON’T NOD verse donc complètement dans l'occulte, et cela influence inévitablement l’atmosphère générale du titre et son intrigue, toujours teintée de la plus désemparante des mélancolies. Si vous avez suivi un minimum la communication autour du jeu, vous n'êtes pas sans savoir qu’un événement tragique va rapidement précipiter le couple dans une situation impossible. Éperdument amoureux l’un de l’autre, ils vont en effet voir leur lien inébranlable mis à l'épreuve de la plus terrible des manières. Dans des circonstances que nous tairons pour vous en laisser la surprise, Antea va perdre la vie sous les yeux de Red, dont le salut viendra tout d'abord d’une mystérieuse main tendue, puis du spectre de sa bien-aimée, qui l’accompagnera dans son périple contre vents et marées. Déchirés entre leur envie de rester ensemble et le serment qu’ils ont prêté en tant que bannisseurs, ils vont devoir faire un choix impossible, que le joueur devra décider pour eux.

Cela ne surprendra personne, l'écriture de Banishers: Ghosts of New Eden est de très grande qualité, et une fois de plus, les développeurs de DON’T NOD prouvent toute l’étendue de leur talent dès qu'il s'agit de raconter une histoire prenante. Au fil des heures, on apprend non seulement à comprendre le lien très fort qui unit les deux héros, mais aussi les parcours cabossés de tous les personnages que l'on croise, souvent à plusieurs reprises, au cours de l’aventure. Comme dans un certain Vampyr, le studio s’est attaché à donner une histoire à chacune des âmes que l'on rencontre. Aussi, même si le jeu prend la forme d’un véritable road trip, le fait que l'on gravite dans une zone géographique limitée (mais attention, pas petite pour autant) et que l'on peut toujours revenir dans des lieux déjà traversés pour y retrouver celles et ceux à qui l’on est déjà venus en aide (et voir où ils en sont), permet de tisser des liens avec eux. Personne n’est donc totalement anonyme dans le monde de Banishers: Ghosts of New Eden.

Tomber Red

Jeu DON’T NOD oblige, toute votre aventure sera jalonnée de choix qui vous demanderont de bien peser le pour et le contre, et finiront par décider du dénouement de l'intrigue. En fil rouge, l’enquête qui les amènera à comprendre les raisons qui ont poussé le Cauchemar à se manifester à New Eden et le face-à-face final qui leur permettra de vaincre ce redoutable fantôme. En chemin cependant, il vous faudra mettre à profit vos talents de bannisseur pour venir en aide à la population locale et récupérer l’essence dont Antea a besoin pour se maintenir sous sa forme spectrale. Bien sûr, les décisions que vous prendrez à l’issue de ces différentes affaires de hantise feront pencher la balance de l'intrigue d’un côté ou de l'autre. N’ayant pas envie de vous dévoiler exactement de quoi il retourne, nous resterons vague à ce sujet, mais disons que l’on retrouve ici un système de jeu qui n'est pas sans rappeler celui de Vampyr, dans lequel on était libre de tuer certains PNJ pour faire progresser son personnage plus rapidement, non sans conséquences sur le monde environnant évidemment.

L’approche est ici un peu différente, mais il y a à l’évidence un lien de parenté. Sacrifier, bannir ou élever, tels seront les choix qui s’offriront à vous à chaque fois. Pour résoudre les cas de hantise, il s’agira tout d’abord de rechercher divers indices en plusieurs endroits et d’interroger les personnes concernées pour découvrir ce qu’elles cachent, et par là même, comprendre pourquoi un fantôme rôde autour d’elles. On écoutera ponctuellement les échos du passé, on fera apparaître les spectres tourmenteurs pour entrer en contact avec eux, tout cela grâce à des rituels qui demandent certaines ressources. Au cours de l'aventure, on découvrira plusieurs de ces rituels, qui auront différents usages. On retrouve ici l’ADN des jeux DON’T NOD, qui n’hésitent généralement pas à laisser la place aux dialogues pour permettre d’étoffer le lore et l’univers dans lequel on évolue. Au moment du choix final, l'innocence ou la culpabilité sont plus faciles à établir que dans Vampyr, et le dilemme résidera surtout dans le choix de sacrifier ou non quelqu'un qui ne le mérite pas forcément. Le fait de diriger deux héros (le passage de l’un à l’autre se faisant via le bouton Y/Triangle) donne l’occasion d’utiliser les capacités spectrales d’Antea, pour repérer un objet caché par exemple, ou dégager la voie quand des rochers ou un tronc d’arbre bloquent le chemin. Dans les zones envahies par les brouillards mouvants, qui apparaissent dans certaines situations lorsqu'un fantôme se manifeste, Red sera incapable de se déplacer sans les yeux de sa compagne, qui prendra alors le relais pour le guider jusqu'à la source de la brume, avant de la faire disparaître.

Entre deux joutes verbales, nos bannisseurs sont bien obligés de croiser le fer avec les esprits malins qui errent sur les terres désolées de la Nouvelle-Angleterre. Là où Vampyr s’inspirait ouvertement des productions From Software, en incluant une jauge d’endurance, Banishers: Ghosts of New Eden se la joue plutôt "Ghost" of War. Comme avec Kratos, il est ainsi possible d’enchaîner esquives et coups (faibles et forts) sans compter, ce qui donne aux affrontements un dynamisme accru (le placement relativement proche de la caméra derrière le personnage y participe aussi). Utiliser les attaques puissantes permet de charger la jauge de bannissement de Red qui, une fois pleine, donne la possibilité de lancer une frappe spéciale capable de renvoyer un fantôme dans les limbes (ou d'entamer sérieusement sa barre de vie). Le feedback des attaques portées étant réussi, les combats s’avèrent très satisfaisants dans l’ensemble. Sans surprise, les coups puissants peuvent être chargés en maintenant la gâchette droite pendant quelques secondes. Pratique pour percer la défense d’un adversaire qui bloque les frappes de Red.

Avec LB/L1, on peut bien sûr faire de même pour se protéger, mais pour éviter les dégâts, il faut absolument parer au moment où le coup porte, le contre donnant alors une fenêtre pour lancer une contre offensive. Une fois encore, le feeback (visuel et sonore) très percutant de cette parade la rend très plaisante à utiliser, à condition de trouver le bon timing. Antea ne reste bien sûr pas les bras ballants pendant les affrontements puisque, d’une simple pression sur la touche Y/Triangle, elle peut intervenir et utiliser ses propres capacités (que l’on débloquera au fur et à mesure), comme le bond, une attaque qui la projette sur la cible de son choix, ou une manifestation qui déclenche une explosion puissante repoussant ses adversaires. Sachant que ses attaques aux poings infligent plus de dégâts aux corps possédés (les fantômes peuvent investir les carcasses sans vie restées dans la nature), passer de l’un à l’autre des personnages devient vite très important. Chaque attaque portée par Antea consomme des points d’Esprit, qui se régénèrent avec les attaques de Red, ajoutant à la nécessité de tirer profit de la complémentarité des deux héros. De même, en progressant dans les différents arbres de compétences, des combos intégrant les deux personnages deviendront accessibles. Ces derniers seront soit totalement automatiques (après un certain nombre d'enchaînements de Red), soit interactifs en obligeant le joueur à appuyer sur la touche Y/Triangle au bon moment.

De son côté, Red s’appuie sur deux armes de corps-à-corps (un sabre et un boutefeu - sorte de torche) qu’il utilise en même temps, mais il finira aussi par récupérer un fusil d’époque, bien utile pour toucher les ennemis à distance. Attention cependant, le rechargement de l’arme (qui demande simplement de maintenir la gâchette gauche de visée) nécessite un peu de temps, et même s’il est possible de donner un coup de crosse quand un adversaire s’approche un peu trop près, il faut toujours rester vigilant vis à vis de ce qui se passe à l'écran. En combinant la course avec un coup faible, le bannisseur écossais lance une attaque d’estoc tandis qu’en enchaînant une frappe puissante après le sprint, cela déclenche une attaque sautée assez dévastatrice. Pour le reste, les affrontements se déroulent de manière somme toute classique, avec souvent différents types d’ennemis à gérer en même temps, et des indicateurs à l’écran pour savoir quand un ennemi est sur le point de nous frapper. Comme un certain Atreus, Antea donne parfois de la voix pour nous avertir de ne pas rester sur place quand un adversaire lance une attaque de zone.

En complément du menu fretin, on croisera également quelques boss sur notre chemin, mais ne vous attendez pas à la profusion d’un jeu comme Elden Ring. C’est d’ailleurs l’un des reproches que l’on peut formuler à l’égard du jeu, le relatif manque de variété du bestiaire. Cela s’explique assez largement par le fait qu’un studio comme DON’T NOD, aussi talentueux soit-il, ne peut en aucun cas concurrencer les grosses pointures du genre, qui disposent généralement de bien plus d’effectifs, de temps et d’argent pour réaliser leur vision. Fondamentalement, ce n’est pas spécialement gênant dans le sens où l'équilibre combat-exploration est plutôt bien géré, mais comme les développeurs ont cru bon habiller leur monde de nombreux combats optionnels en arène (les activités spectrales) où l’on affronte plusieurs vagues de monstres (ou certains boss déjà croisés), celui ou celle qui sera tenté de tout faire, ou qui voudra récupérer certaines ressources spécifiques pour améliorer son équipement, finira peut-être par voir poindre un soupçon de redondance. Rien de dramatique, mais DON'T NOD retrouve ici les travers habituels de la plupart des jeux en monde ouvert.

Pas que Banishers: Ghosts of New Eden se présente réellement sous la forme d’un open world de jeu AAA, mais une fois toute la carte dévoilée, il permet néanmoins de s’y déplacer librement sans le moindre écran de chargement. En fait, la structure même du jeu se veut assez classique. Comme nous l'avons déjà évoqué, la progression de l'intrigue s’apparente celle d’un road movie, où l’on va avancer petit à petit dans le monde en découvrant régulièrement de nouveaux lieux, jusqu’à parvenir à notre objectif final. À la manière d’un The Last of Us, on alterne donc entre les zones purement linéaires, où seuls quelques petits passages permettent de s'écarter de sa route pour récupérer ressources ou objets divers, et les espaces plus étendus où l’exploration prend une part plus importante, et où l'on pourra croiser des personnages ayant besoin de notre aide. À la différence de la série de Naughty Dog cependant, tous les endroits que l’on traverse sont connectés les uns au autres, ce qui nous ramène une fois encore à la structure d’un certain God of War. Dans ce monde, on trouve évidemment des zones optionnelles pour satisfaire les amateurs de loot et de puzzles environnementaux. Ces derniers ne sont pas nécessairement très variés, mais ils remplient parfaitement leur rôle et s'appuient aussi bien sur l'observation que sur l'adresse. Sachez cependant que les cas de hantise secondaires vous emmèneront généralement dans ces lieux inexplorés pour justifier leur existence d’un point de vue narratif. Au-delà du fait que ces enquêtes soient intéressantes à découvrir d’un point de vue narratif, on vous invite donc à prendre votre temps pour les faire, ce qui vous obligera à revenir régulièrement en arrière (elles s'ajoutent sur la carte de temps en temps).

D’autant que votre curiosité pourra vous permettre de dénicher de nouveaux équipements pour Red et Antea, et de les améliorer grâce à toutes les ressources que vous trouverez dans la nature ou dans dans les coffres. Chaque tenue dispose d’un look et de statistiques spécifiques, pour favoriser les attaques au corps-à-corps ou à distance par exemple, et comme la carte indique généralement ce que l'activité octroie en guise de récompense, on sait toujours vers quoi on se dirige. Même s’il est vrai que nous sommes souvent tombés sur du matériel qui nous intéressait moins que celui que nous avions déjà renforcé, l'intérêt est réel si vous avez envie d'essayer d'orienter votre duo un peu différemment. Pour changer d'équipement ou le modifier, il vous faudra en revanche vous arrêter à un feu de camp, et il en va de même pour l'utilisation des points d’expérience acquis par les deux héros (chacun dispose des siens) dans l’un des arbres de compétences disponibles. Une boucle de gameplay et une construction du monde qui ne surprendront donc personne, mais qui restent diablement efficaces. Et puis rien que pour le plaisir de découvrir de nouveaux paysages, l'exploration vaut la peine d'être vécue. Attendez-vous malgré tout à vous glisser régulièrement entre deux parois pour atteindre la zone suivante, et ne soyez pas surpris de constater un marquage régulier à la peinture sur les falaises que l'on peut escalader. Classique on vous dit.

Fissa Duarte

Rassurez-vous, après avoir détaillé toute la structure de Banishers: Ghosts of New Eden et ses mécaniques de jeu, nous n’allons pas nous attarder trop longuement sur la partie technique. Tournant sous Unreal Engine 5 (d'après ce qui nous a été dit), le nouveau titre de DON'T NOD affiche un rendu globalement excellent compte tenu de son statut de double-A. Dès les premières minutes, on comprend que le studio est passé au niveau supérieur : modélisation des visages, mise en scène, décors, toute la réalisation témoigne aussi bien de l’ambition des équipes qu’elle respire l'amour du travail bien fait. En comparaison de leurs précédentes productions, la taille du monde impressionne également, avec une jolie variété de panoramas et une véritable cohésion d’ensemble qui lui donne beaucoup de crédibilité. Tout juste peut-on regretter que, malgré l’utilisation de l’Unreal Engine 5, il faille faire une croix sur les bienfaits de certaines des technologies embarquées par le moteur, comme les Nanites ou Lumen. Assez logiquement donc, les changements de LOD sont bien perceptibles, et on ne note aucune trace de ray tracing au niveau des reflets, par exemple. Cela n'enlève certes rien aux qualités visuelles du jeu, qui reste très beau, mais on aimerait tout de même voir ces technologies mises à l’œuvre de plus en plus régulièrement. Dommage également de constater que le HDR ne soit pas pris en charge, car les contrastes et les couleurs n'en auraient été que plus marquants. Espérons donc au moins une future mise à jour de ce côté.

Sur Xbox Series X et PlayStation 5, Banishers: Ghosts of New Eden propose bien deux modes graphiques. On imagine d'ailleurs que c'est pour cette raison que toutes les fonctionnalités de l’UE5 n’ont pas été intégrées, pour assurer une expérience suffisamment stable à 60 fps. Et c'est d'ailleurs le cas dans la grande majorité des cas en mode Performance. Dans notre expérience, le framerate reste constant en quasi toutes circonstances, nonobstant les petites fluctuations autour des 50/55 fps (invisibles avec la VRR) dans certaines zones d’exploration plus vastes, ou les courtes saccades qui surviennent quand le jeu charge la suite du décor en passant de l’une à l’autre. Évoquons tout de même deux petites mésaventures pendant lesquelles le framerate s'est retrouvé coincé dans les 40/45 fps, nous obligeant à relancer le jeu pour corriger le problème. Comme plusieurs patches ont été mis en ligne depuis, on espère que le problème a été corrigé. Concernant la résolution en mode Performance, elle propose un rendu dynamique qui peut monter jusqu'à 77% de la 4K. Très honnêtement, la qualité d’image n’en souffre pas réellement, surtout si on la compare à celle de la démo de FFVII Rebirth, ce qui fait que l’on aurait tendance à vous conseiller de jouer ainsi pour profiter des bienfaits du 60 fps pendant les combats. Ceci étant dit, le mode Qualité, locké à 30 fps, n’en reste pas moins tout à fait fréquentable si vous préférez jouer en 4K native et avoir le droit à des ombres de meilleure qualité.

Notez tout de même que, quel que soit le mode graphique choisi, toutes les scènes cinématiques et les phases de dialogue seront bloquées à 30 images par seconde, avec d’ailleurs des éclairages plus poussés pour ces dernières. Plus étonnant, et plus discutable également, l’action de bannir un fantôme pendant les combats fait aussi repasser le jeu à 30 fps quand on y joue en mode Performance. On suppose que la débauche d’effets de particules explique sans doute ce choix, mais comme le passage brutal (et court) de 60 à 30 est parfaitement visible, on se demande s’il n'aurait pas mieux valu faire quelques compromis graphiques (ou de résolution) pour éviter un changement aussi brusque. On peut aussi souvent remarquer quelques artefacts visuels qui pourraient être dus à la reconstruction dus au FSR2, à moins qu'il ne s'agisse tout simplement d'un effet de rémanence causé par le TAA. Puisque cela semble arriver dans les deux modes graphiques et que cela touche surtout les contours des personnages, c'est tout à fait plausible (le canon du fusil de Red se dédouble quand il le porte à son dos par exemple). Nous n'avons pas évoqué la Xbox Series S jusqu'à maintenant, mais soyez conscients qu'elle ne propose qu'un seul mode graphique en 1080p/30fps. Enfin, il est temps d'évoquer la partie sonore du jeu, qui mérite elle aussi les louanges, ne serait-ce que parce qu’elle offre la possibilité d'y jouer en anglais sous-titré dans notre langue, ou en français intégral, avec un doublage de qualité dans les deux cas. La bande originale est soignée, même si l'on ne peut s’empêcher de la trouver moins audacieuse et plus classique que dans les titres du studio où Olivier Derivière était à la baguette (ce n’est donc pas le cas ici). Trevor Morris n’en a pas moins fait du très bon travail, mais on lui trouve un brin moins de personnalité au final. De plus, son intégration dans le jeu nous semble moins recherchée et réfléchie que l'approche très interactive d'Olivier Derivière, qui s'évertue toujours à lier musique et gameplay de façon totalement organique. Tout cela est évidemment très subjectif, et on ne doute pas que vous serez nombreux à y être plus sensibles que nous. Ce qui est sûr, c'est qu'elle retranscrit parfaitement toute la mélancolie du désespoir qui touche New Eden et ses environs.

Verdict


DON’T NOD s’est donné les moyens de passer un cap avec Banishers: Ghosts of New Eden, dont les origines double-A se font de moins en moins sentir à mesure que le savoir-faire du studio français s’affirme. Si le système de combat et le bestiaire auraient sans doute gagné à être respectivement plus diversifié et varié, notamment du fait de la durée de vie très confortable, nous n’avons vraiment pas boudé notre plaisir en découvrant l’histoire très touchante de Red mac Raith et Antea Duarte. God of War à la française dans un univers très anglo-saxon, Banishers: Ghosts of New Eden mérite donc amplement votre attention, et ce serait faire preuve de bien mauvais esprit que de prétendre le contraire.
  • Les plus
  • Le visuel et la DA
  • L’écriture
  • Les cas de hantise
  • Les sacrifices sont toujours lourds de sens
  • Le scénario qui évolue avec les choix
  • L’action-RPG avec un grand double-A
  • Système de combat plus abouti que par le passé
  • Un vaste monde interconnecté à découvrir
  • Bonnes performances en général
  • Durée de vie conséquente
  • Les moins
  • Manque de variété du bestiaire...
  • ... et des activités annexes
  • Nouveau matériel souvent moins intéressant
  • Répétitions de répliques face aux boss
  • Assez convenu en termes de mécaniques
  • Pas de prise en charge du HDR

GSY Review Offline

Images maison (Xbox Series X)

  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
  • GSY Review : Banishers: Ghosts of New Eden - Images maison (Xbox Series X)
reneyvane
reneyvane
Commentaire du 12/02/2024 à 18:33:19
Les captures du jeu sont magnifiques, on ne dirait pas un simple double-A, chapeau le studio et merci à l'équipe de Gamersyde pour le test.
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 12/02/2024 à 21:49:06
Ça a l'air vraiment pas mal. Il y a de très belles choses dans les screens. Le jeu semble vraiment bien reçu globalement. Je suis content pour Don't Nod. J'avais un peu peur de les voir s'enfermer dans le Life Is Strange-like, et là on les voit explorer différents horizons autant en dev qu'en édition; et ça se passe bien.
En réponse à
Luffy
Luffy
Commentaire du 12/02/2024 à 22:21:39
Test très sympathique à lire !
Je reste perplexe, j’ai vu pas mal d’autres tests qui nuancent un peu celui-ci.
La partie combat et exploration notamment, seraien un frein. Beaucoup de grimpettes, de murs invisibles, des combats pas passionnants, du moins pendants les premières heures, et des ennemis sacs à PV.
Bref, c’est toujours bien de voir plein d’avis, même si celui de Driftwood compte plus que les autres 😁
De toute façon ce début d’année est trop chargé pour moi, je le prendrai plus tard à petit prix.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 13/02/2024 à 09:04:12
Les murs invisibles, si tu penses à ce que dit gagzzz, à part celui qu'il montre dans sa vidéo, je n'ai pas le souvenir d'en avoir vu beaucoup. On en croise dans d'autres jeux de ce genre et c'est rarement évoqué, je trouve donc cela un peu facile de faire une critique sur un point si mineur. Et non, on ne passe pas non plus notre temps à grimper (et quand il le faut ça ne dure que quelques secondes). Pour le reste, tout ce que certains critiquent, je l'évoque aussi (système de combat qui manque de diversité et bestiaire limité, peinture sur les murs pour indiquer le chemin, passages entre les parois pour cacher un chargement) mais je n'en fais pas toute une histoire (question de sensibilité sans doute, ou d'honnêteté intellectuelle vu que les gros AAA font pareil et qu'on ne le leur reproche pas). 

Banishers est nettement plus ouvert qu'un FFVII Remake ou un FFXVI en termes d'exploration, son monde fait même moins artificiel et moins décor de théâtre. En mode normal, je n'ai pas spécialement trouvé que les ennemis étaient des sacs à PV (pas plus qu'ailleurs du moins), et même si le système de combat aurait pu être plus profond et varié, tout dépend ce que tu en fais aussi (comme souvent). Je le trouve plus solide et plus pêchu que celui de Vampyr, mais oui, il n'est pas irréprochable. Ça reste une production AA, donc il faut aussi en tenir compte. Reste que l'écriture et l'intrigue dépassent pas mal de grosses pointures et que, pour moi, cela compense ces petits défauts.  
En réponse à
Luffy
Luffy
Commentaire du 13/02/2024 à 09:10:15 En réponse à Driftwood
Merci pour ces précisions !
J’avoue que l’histoire m’intrigue pas mal et je n’ai aucun doute sur la qualité d’écriture.
Je pense pouvoir passer outre le reste, si ce n’est pas rédhibitoire comme tu me le dis. Je te fais confiance.👍🏻
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 13/02/2024 à 09:19:13 En réponse à Luffy
Ça semble l'être pour certains, mais encore une fois, tout dépend des sensibilités. Pour moi FFVII Remake a été une expérience très décevante parce qu'il n'y avait aucune exploration et que les décors que l'on traversait étaient peu variés et peu dépaysants. Comme je n'ai pas été happé par son histoire et que le système de combat m'a plus agacé qu'autre chose (les esquives ne servaient pas à grand chose malgré le simili temps réel), alors que tout le monde a crié au génie. J'hésite nettement plus à acheter Rebirth que je vais hésiter à faire le prochain DON'T NOD du coup. Mais tout cela n'engage que moi, davton a adoré FFVII (et ce n'est pas le seul). Au fait, j'avais édité mon message précédent au sujet de la grimpette. :) 
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 13/02/2024 à 09:25:48
Et pour le coup, par rapport à toutes ces grosses productions qui calent leur histoire sur des rails, c'est agréable d'avoir droit à un jeu de ce genre où l'on est maître de la destinée des personnages que l'on croise. Pour avoir relancé certaines séquences pour faire d'autres choix et sacrifier des gens, il y a de réelles conséquences sur le monde et cela met franchement mal à l'aise d'avoir pris une telle décision. 
En réponse à
Luffy
Luffy
Commentaire du 13/02/2024 à 12:26:43
Merci pour toutes ces précisions encore une fois ^^
Ça fait très envie ! Je vais sûrement le faire plus tôt que prévu 😅😂
En réponse à
davton - Tortue Géniale
davton
Commentaire du 13/02/2024 à 15:00:58 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Pour moi FFVII Remake a été une expérience très décevante parce qu'il n'y avait aucune exploration et que les décors que l'on traversait étaient peu variés et peu dépaysants. 
Pourtant il y avait pleins de panoramas sympas, et comme on restait dans Midgar je ne vois pas trop ce qu'ils pouvaient nous proposer de différent côté exploration vu que la première partie de FF VII est très linéaire. Sur Rebirth j'imagine que ça sera beaucoup plus varié.
Posté par Driftwood
Comme je n'ai pas été happé par son histoire et que le système de combat m'a plus agacé qu'autre chose (les esquives ne servaient pas à grand chose malgré le simili temps réel), alors que tout le monde a crié au génie. 
L'histoire ça passe ou ça casse clairement, mais pour les combats je suis de nouveaux en désaccord car la garde et l'esquive sont très utiles et je préfère clairement ce système ou tu ne peux pas tout éviter à celui de FF XVI (où tu peux quasi tout dodge sans trop d'efforts). De là à dire que c'était du génie c'est certainement exagéré, mais ce système de combat était je trouve une bonne façon de mettre à jour l'Active Time Battle de l'opus original.
Posté par Driftwood
Mais tout cela n'engage que moi, davton a adoré FFVII (et ce n'est pas le seul). Au fait, j'avais édité mon message précédent au sujet de la grimpette. :) 
Comme tu dis c'est une histoire de sensibilités de chacun mais je pense tout de même que tu n'avais pas réussi à prendre le coup avec l'utilisation des gardes/esquives, ça t'as pourri l'expérience et tu as complètement focus la dessus car tu en parles systématiquement dès qu'on évoque FF VII Remake.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 13/02/2024 à 15:04:58 En réponse à davton
Pour le manque de variété, c'est surtout le découpage du jeu en trois parties que je critique. La partie à Midgar, ce n'était pas ma préférée dans l'original.
En réponse à
Blackninja
Blackninja
Commentaire du 13/02/2024 à 15:55:10 En réponse à Driftwood
10 ans pour faire la trilogie et 20 pour refaire l’épisode 6, c’est assez dingue.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 13/02/2024 à 16:51:47 En réponse à Blackninja
Il suffirait de faire un remake façon Star Ocean 2 et ça prendrait moins de temps (tout en étant très bien quand même). ;)
En réponse à
TheDud
TheDud
Commentaire du 14/02/2024 à 01:35:06
Une review qui donne bien envie ! Je le ferai des que je trouve le temps c'est à présent sur !
En réponse à
YukiNoSai
YukiNoSai
Commentaire du 14/02/2024 à 12:07:52
Merci pour le test.
En général j'apprécie ce genre de jeu, mais les combats semblent manquer de sensations.
Alors je ne sais pas comment c'est rendu manette en mains, mais au visuel ça donne l'impression de taper dans du vent. Très souvent l'épée ne touche pas l'adversaire, et les coups qu'ils reçoivent n'entraînent parfois aucune animation, qu'on les tape ou pas les ennemis réagissent de la même façon (de ce que j'ai vu c'est plus ou moins vrai selon le type d'ennemi).

C'est dommage car le reste donne plutôt envie; de loin il est un peu à god of War ce qu'est a Plague tale à last of us ^^
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 14/02/2024 à 14:13:22
Je n'ai pas vraiment eu cette impression là en jouant. Ça n'a pas le feedback d'un God of War avec la hache bien sûr, mais ça n'est pas ça le problème. Pour moi, ça vient plus du fait que le manque de variété du bestiaire et des attaques finit par les rendre très routiniers à cause de la bonne durée de vie du jeu. 
En réponse à
SweeneyTodd - Undercover Modocop
SweeneyTodd
Commentaire du 04/03/2024 à 18:22:23
J'arrive un peu tard sur cette review mais merci, très sympa à parcourir. Ce sera probablement le prochain jeu que je ferai, l'écriture et l'univers me font de l'oeil. Vraiment dommage pour le non support du HDR, curieux de voir si ça me manquera en jeu après toutes ces années à m'y être habitué!
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC XBSX PS5
Edité par
Focus Entertainm...
Developpé par
DON'T NOD
Patreon

135 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Soda

    Soda @Driftwood: au top! Rien ne presse, il sera disponible sur Xbox Séries plus tard :) (il y a 22 Heures)

  • face2papalocust

    face2papalocust Kingdom Come Deliverance 2 c'est officiel enfin un jeu qui me hype. (il y a 1 Jour)

  • GTB

    GTB @Driftwood: preneur d'un petit retour/impression vite fais aussi sur celui-là :). Rien ne presse par contre. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @Soda: on a reçu une clef. Faut juste que je trouve le temps de m'en occuper car j'ai deja quelques trucs sur les bras. (il y a 1 Jour)

  • kinghonk

    kinghonk @Soda: je l’attends celui là. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @Soda: nope (il y a 2 Jours)

  • Soda

    Soda @GSY : vous avez pu tester le dernier jeu de Moon Studios ? Il est dispo sur Steam en Early acces (il y a 2 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Il est de nouveau possible de télécharger les vidéos sur le site. Désolé pour le mois et demi de panne. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Nos vidéos PC de Ereban: Shadow Legacy

  • Samedi 20 avril 2024
  • Driftwood

Kingdom Come: Deliverance II annoncé

  • Vendredi 19 avril 2024
  • Driftwood

Notre vidéo PC de Between Horizons

  • Dimanche 14 avril 2024
  • davton