GSY Review PC

Fate Hunters, Neoverse, Nowhere Prophet, Second Second, SteamWorld Quest, Trials of Fire, Grand Guilds, Griftland, Ring of Pain... depuis le succès du génialissime Slay the Spire, les jeux solo de cartes à collectionner se déversent en un flot continue sur nos PC. Pour se faire une place au soleil, il ne suffit plus d’imiter le maître. Un constat que Louis Rigaud, le créateur d'Iris and The Giant, a clairement intégré.

Au premier regard

Il suffit d'un coup d’œil pour tomber sous le charme de cet univers à la fois enfantin et mélancolique. La jeune Iris que l'on incarne n'est guère à l'aise avec ses congénères et semble affronter ses angoisses en se réfugiant dans un monde onirique peuplé d'ennemis imaginaires l’empêchant de gravir une imposante structure. Le style des dessins, très épuré, presque naïf, est rehaussé de couleurs vives qui confèrent au jeu une identité visuelle unique. L'histoire, bien que basique, est distillée de façon régulière à travers des dessins ou des petites séquences animées qui renforcent l'onirisme de l'aventure. Ce n'est certes pas l'essentiel pour un jeu de ce type, mais cela reste un atout non négligeable sachant que, comme dans tout rogue-lite, le concept vous amènera à recommencer encore et encore votre périple, chaque échec impliquant de repartir du départ.

Au suivant !

La bonne nouvelle, c'est qu'Iris and the Giant fait aussi preuve d'originalité au niveau du gameplay. Par certains cotés, il s'agit d'une variante "Space Invader" du jeu de carte. Chaque niveau oppose Iris à des vagues d'ennemis au-delà desquels se situe une ou deux issues. Lorsqu'un ennemi est éliminé, l'élément qui était derrière lui avance d'un rang, qu'il s'agisse d'un autre ennemi, d'un piège, d'un trésor, de gemmes ou autre. Évidemment, il existe de nombreux types d'ennemis. Certains ne peuvent attaquer que lorsqu'ils sont au premier rang, d'autres vous agressent à distance, quelques uns profitent d'immunité à la magie ou aux armes. On trouve aussi des invocateurs, des mini-boss, des super balaises, des planqués, des voleurs... Pour vous défendre, vous disposez de cartes aux effets variés. La hallebarde balaye le premier rang d'un coup, alors que la vague de feu calcine une colonne. L'arc touche n'importe quel adversaire, l'épée permet d’enchaîner plusieurs coups, le fouet de ramener un élément au premier rang, l'éclair grille tous les ennemis du même type, la vague fait sauter les protections...

Carte jetable

Plus on progresse, plus on découvre d'adversaires et de cartes. Comme ses pairs, Iris and the giant permet aussi de débloquer des bonus permanents facilitant les tentatives suivantes, sous forme de souvenirs activables (en nombre limité) et d'amis imaginaires nécessitant d'accomplir certains défis. Néanmoins, contrairement à d'autres jeux du genre, la survie n'est pas qu'une question de points de vie. Ici, quasiment chaque carte disparaît une fois utilisée et il faut donc constamment s'approvisionner, que ce soit en fouillant des coffres, en volant des ennemis ou en faisant certains sacrifices. Iris, à chaque prise de niveau, peut obtenir des bonus qui durent le temps d'une tentative ou obtenir quelques cartes de plus. Un choix parfois délicat, ce qui nous amène aux faiblesses du titre. On peut évidemment comprendre qu'un jeu visiblement développé par un seul homme soit modeste, n'offrant qu'un personnage unique et des cartes aux synergies très limitées. Il faut simplement en être conscient. Mais à l'heure où j'écris ces lignes (le jeu est souvent patché), c'est avant tout l'équilibrage du jeu qui pose problème. Le concept même du jeu entraîne parfois des réactions en chaîne extrêmement violentes et le caractère aléatoire des tirages peut donner lieux à des situations épuisant rapidement la réserve de cartes, faute d'avoir LA carte nécessaire pour s'en sortir. Espérons que des ajustements viendront balancer la chose pour rendre l'expérience plus homogène.

Verdict


Vous l'aurez compris, Iris and the Giant n'a ni la prétention ni les moyens de devenir la nouvelle obsession des fans de deck building. Néanmoins, son principe original et son univers très attachant mérite le détour. Les amateurs du genre y passeront un bon moment et cela constitue même un point d'entrée très accessible pour les néophytes où les jeunes joueurs. Une bonne pioche.
  • Les plus
  • Univers visuels.
  • Variation original du genre.
  • Accessible.
  • Les moins
  • Pas vraiment de synergie entre les cartes.
  • Difficulté un peu trop aléatoire en l'état.
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 02/03/2020 à 23:19:50
J'ai un problème avec les principes de rogue-lite, mais le design et le côté accessible me tente. Je le mets en wishlist, il pourra me faire patienter Griftland.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC
Patreon

224 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • samnite

    samnite @SweeneyTodd: On parle bien de jeux là ? :p (il y a 19 Heures)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @samnite: Ah bah parfois le physique ça a du bon :) (il y a 19 Heures)

  • samnite

    samnite Bordel, S-E qui envoi FFVII en avance, je vais l'avoir après tout le monde mon demat... (il y a 22 Heures)

  • Driftwood

    Driftwood @TheDud: merci (il y a 1 Jour)

  • TheDud

    TheDud Ke viens de remonter le quoi de neuf rapidos pour voir si tout le monde allait bien et j'ai vu pour Drift...Condoléances. (il y a 1 Jour)

  • kinghonk

    kinghonk World war z offert sur Epic game store et il est vraiment très sympa. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @samnite: ouvre un topic et on en parle si tu veux ^^ (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Vidéos Switch de Saints Row IV Re-Elected

  • Mardi 31 mars 2020
  • davton

La-Mulana 1 & 2 en vidéos sur Switch

  • Mardi 31 mars 2020
  • davton

Un peu de Breakpoint en HDR

  • Lundi 30 mars 2020
  • Driftwood