GSY Review Switch

C’est le 8 octobre que la nouvelle Nintendo Switch OLED sera disponible sur le marché et elle sera accompagnée par la sortie de Metroid Dread. Nous allons faire d'une pierre deux coups en vous donnant notre ressenti sur la nouvelle console de Nintendo mais également en vous proposant le test du nouveau jeu de MercurySteam.

La Nintendo Switch - Modèle OLED

Secret de Polichinelle, l’arrivée d’une nouvelle version de la Nintendo Switch était au cœur de nombreuses rumeurs depuis plusieurs mois, c’est donc avec un effet de surprise légèrement amoindri que l’annonce s’est faite en juillet dernier. En revanche, les spécifications de la machine étaient attendues et, contrairement aux bruits de couloirs qui faisaient de leurs rêves une réalité, cette nouvelle itération de la console phare de Nintendo se place sous le signe de la révision plutôt que de la révolution. Pas de 4K, de DLSS géré par une puce Nvidia ou autre fantasmes de joueurs avides de puissance, la nouveauté principale sera donc un écran OLED. Légèrement plus grand avec ses 7 pouces (contre 6.2 pouces sur l’ancienne Switch), l’apport visuel est indéniable sur les quelques jeux que nous avons lancés. De Luigi’s Mansion 3 à Zelda Breath of the Wild, en passant par Xenoblade Chronicles 2, on pourra apprécier les contrastes bien plus marqués et des noirs évidemment bien plus saisissants par rapport à un écran LCD classique.

Les 0.8 pouces supplémentaires peuvent sembler anecdotiques mais là encore, on apprécie rapidement cette surface d’affichage supplémentaire, d’autant plus qu’elle ne rend pas la console beaucoup plus grande et grosse qu’elle ne l’était auparavant. En effet, elle ne gagne que quelques millimètres en longueur et un peu plus de 20 grammes (297 grammes pour le modèle original, 320 grammes pour le modèle OLED), tant et si bien que l’on ne remarque pas vraiment de différences au niveau de la prise en main lorsque l’on manipule la machine. On soulignera tout de même plusieurs autres changements : le stockage interne par exemple, qui passe de 32 Go à 64 Go, ou encore la présence d’un nouveau dock doté (enfin) d’un connecteur RJ45 pour brancher votre console directement sur votre connexion internet filaire - de quoi abandonner le Wifi lorsque vous jouez en mode docké. Visuellement, le dock garde une forme assez similaire à l’ancien avec quelques modifications subtiles de-ci de-là, mais sachez que la console est bien compatible avec l’ancien dock, et inversement, l’ancienne Switch peut tout à faire être insérée dans le nouveau dock.

Autre différence flagrante au niveau de la béquille située à l’arrière de la console. Sur la première version, nous la trouvions bien trop fragile et peu stable, en plus de devoir faire avec un manque de véritables réglages pour placer la console dans la position désirée. Cette nouvelle béquille est totalement différente : elle fait la taille de la console, améliorant de facto la stabilité de l’ensemble, mais elle est également inclinable à souhait pour placer l’écran dans la position idéale face à vous. Bien entendu, nous ne pouvons pas encore statuer sur la solidité de l’ensemble, mais cette béquille semble plutôt robuste à première vue et nettement plus utile qu’auparavant. La partie sonore propose un rendu qui nous semble un peu plus clair, même si nous ne savons pas si les haut-parleurs ont été modifiés ou s'il s'agit simplement de leur placement dans la console. Un mot enfin sur les Joy-Con qui semblent être les mêmes qu’auparavant, ce qui est tout de même assez fâcheux quand on connaît leur manque de fiabilité. On laissera donc le soin aux personnes plus douées que nous pour le démontage pour vérifier si ces manettes ont fait l’objet d’une modification pour éviter le drift des sticks analogiques.

Avec un tarif de 349€, cette nouvelle Nintendo Switch - Modèle OLED possède donc des arguments pour faire craquer les joueurs, mais il faut tout de même réfléchir à son investissement selon votre cas. Si vous possédez déjà une Switch, les nouveautés ne nous semblent pas suffisantes pour craquer pour cette nouvelle version, et encore moins si vous jouez 99% du temps en mode docké. En mode portable, l’apport de l’écran OLED est indéniable mais là encore, cela nous semble insuffisant pour justifier l’investissement supplémentaire. Ceci étant dit, cela peut s’envisager si vous aviez prévu de prendre une deuxième console par exemple. En revanche, si vous ne possédez pas encore la console, la question se pose clairement : meilleur écran, stockage interne doublé ou encore la présence d’une nouvelle béquille qui n’a plus rien d’un gadget… Reste le tarif de l’ancien modèle, trouvable un peu partout aux alentours de 270€ qui pourrait faire pencher la balance. Au final, si le budget n’est pas un frein, nous vous conseillerons de vous orienter vers ce modèle OLED.

Metroid Dread

Pour accompagner l’arrivée de cette nouvelle Switch, Nintendo a prévu le retour d’une de ses licences phare : Metroid. Depuis 2017 avec Metroid: Samus Returns sur 3DS, la communauté rongeait son frein et attendait avec grande impatience le retour de la fameuse chasseuse de primes Samus Aran. Après avoir éradiqué le parasite X, Samus est confrontée à une nouvelle menace sur la planète ZDR. La Fédération Galactique va recevoir des signalements étranges, ce qui va l’amener à envoyer des robots extrêmement puissants appelés E.M.M.I. (pour Explorateur Mobile Multiforme Interplanétaire) sur la planète. Malheureusement, peu de temps après leur arrivée, les E.M.M.I. vont cesser toutes communications, et c’est donc Samus qui sera envoyée sur place pour découvrir le fin mot de l’histoire. Suite à un habile tour de passe-passe dans le scénario qui justifiera la perte des nombreuses capacités de Samus, vous comprendrez alors très vite que l'héroïne en armure n’est plus forcément la chasseuse sur cette planète, mais plutôt la proie…

Le déroulement du jeu est plutôt classique, vous traverserez de nombreuses zones à la recherche des améliorations de l'héroîne tout en combattant les ennemis divers et variés qui vous feront face. De base, Samus se déplace plutôt rapidement, mais hormis une glissade utile pour se faufiler dans certains passages et des missiles qui possèdent une puissance de feu supérieure par rapport à votre rayon classique, vos possibilités resteront limitées. On notera tout de même une mécanique importante avec la riposte, qui vous permettra de vaincre vos ennemis après une parade : en appuyant sur le bouton X au bon moment (matérialisé par une sorte de flash jaune sur l’ennemi), vous allez parer l’attaque ennemie et vous pourrez instantanément déclencher une frappe de riposte dévastatrice. Mais au fur et à mesure de votre progression, vous allez débloquer tout un tas de nouvelles capacités utiles pour les combats, comme des missiles plus puissants ou un rayon à dispersion plus efficace, mais aussi pour vos déplacements.

Vous pourrez, entre autres, vous accrocher sur certaines surfaces pour grimper ou vous déplacer à l’horizontale sur le plafond, déclencher une accélération après une course d’élan, vous transformer en boule morphing pour vous faufiler dans les espaces étroits, utiliser diverses combinaisons vous octroyant différentes résistances ou encore avoir recours à un radar à impulsion qui pourra détecter les blocs cachés dans le décor. Metroid Dread est d’ailleurs fidèle à ses origines car toutes ces améliorations vont débloquer des zones sur la carte, parfois complètement nouvelles, mais également situées dans des lieux que vous aurez déjà visités. Sur ce point, le jeu fait globalement un bon travail pour ne pas perdre le joueur dans un dédale de couloirs à la recherche de la prochaine destination. Comment allez-vous nous demander ? Eh bien tout d’abord en permettant de comprendre rapidement l’utilisation d’un nouveau pouvoir par le biais de tutoriel bien présenté, mais également en vous mettant rapidement face à des situations qui demandent de mettre à profit ces fameux nouveaux pouvoirs.

En plus de la classique exploration présente dans les anciens opus de Metroid, vous traverserez des zones spécifiques qui sont protégées par les fameux E.M.M.I. Plusieurs possibilités vous seront offertes pour vous camoufler ou passer sans vous faire remarquer, mais si vous êtes repéré par l'un de ces robots très puissants et rapides, vous serez alors pris en chasse et votre seule solution immédiate sera de fuir le secteur au plus vite. Si par malheur vous entrez en contact avec un robot, une séquence rapide se déclenchera et vous demandera de réagir très vite : vous pourrez éventuellement éviter la mort si vous contrez l’attaque au bon moment en appuyant sur le bouton X, au moment du fameux flash dont nous parlions à propos de la riposte. Si vous réussissez, vous aurez droit à un petit moment de répit pour vous échapper très rapidement. Cependant, le timing sera extrêmement serré et l’échec sera sanctionné d’un Game Over instantané. Heureusement, des checkpoints sont activés avant chaque passage dans ces zones très dangereuses, vous ne serez donc jamais trop pénalisé même en cas de morts nombreuses.

La maniabilité étant très instinctive et quasi instantanée, on s’amuse très rapidement en progressant tout en assimilant les nouvelles possibilités offertes par les améliorations que l'on trouve dans des coins souvent bien cachés. Les déplacements se font sans heurts et les combats contre les adversaires de base sont aussi très réussis, sans toutefois atteindre les excellents moments passés face aux boss, qui sont l'occasion de combats mémorables. Il faudra souvent bien comprendre les patterns de votre assaillant pour en venir à bout, et ne pas redouter de mourir encore et encore pour revenir au combat dans la foulée. Parfois découpés en plusieurs phases, ces combats sont très dynamiques et vraiment plaisants, avec une mention spéciale pour le dernier affrontement du jeu qui, bien qu’assez difficile, nous aura marqué par son excellente exécution. Sachez tout de même que comme pour les rencontres avec les E.M.M.I., un checkpoint se trouve quasi systématiquement à chaque fois avant votre combat, vous n’aurez donc pas de craintes à avoir sur ce point.

Graphiquement, le jeu est très propre et fluide la plupart du temps, même si nous avons pu remarquer des chutes de framerate dans certaines situations où l’écran est surchargé d’effets visuels. Heureusement, cela n’arrive quasiment jamais lors des phases de gameplay mais plutôt lors de certaines cinématiques ou quand une explosion se déclenche. Notez que nous avons constaté ces ralentissements aussi bien en mode docké qu’en mode portable. L'aliasing assez léger estgénéralement plus perceptible sur grand écran et moins visible sur celui de la Switch, mais cela n’a rien de rédhibitoire. Les musiques se font assez discrètes la majeure partie du temps et c’est surtout au niveau de l’ambiance sonore globale que le jeu se montre efficace. Les bruitages pendant les combats rajoutent notamment beaucoup de dynamisme aux affrontements. Un dernier mot sur la durée de vie du jeu si vous le voulez bien. Le compteur visible à la toute fin du jeu nous a annoncé 9h de jeu, mais cela ne comprend pas tous les passages précédents un game over, sans compter que nous n’avions obtenu qu’environ 60% des objets récupérables dans les niveaux. En fonction du type de joueur que vous êtes, il faudra donc rajouter plusieurs heures de jeu par rapport à nous. De plus, un mode difficile se débloque après la fin de l’aventure, un mode que nous n’avons pas eu le temps de tester en pronfondeur, mais qui saura certainement proposer un challenge de taille aux plus chevronnés d’entre vous si l'on se base sur la résistance que les boss nous ont opposée dans notre première partie.

Verdict


Après une attente trop longue à notre goût, Samus Aran est enfin de retour dans ce Metroid Dread, qui représente un incontournable de la ludothèque Nintendo Switch. Mis à part quelques petits soucis techniques, la découverte de la planète ZDR aura été un plaisir de bout en bout : une exploration bien ficelée, des combats efficaces, notamment lors des affrontements contre les boss, très dynamiques, une sensation parfois oppressante lors des rencontres avec un E.M.M.I. agressif, le jeu ne manque pas d’atouts pour convaincre le joueur. Sachez tout de même que Metroid Dread se veut parfois assez difficile et que, même si nous avons trouvé cette difficulté bien dosée et que nous n’avons jamais pesté contre la maniabilité ou une mort que l’on aurait pu qualifier d’injuste, certains y trouveront peut-être à redire. Vous voilà prévenu.
  • Les plus
  • Le mélange 2D/3D efficace
  • La maniabilité au poil
  • Une bonne durée de vie
  • La difficulté au rendez-vous
  • 60 FPS en mode docké ou en mode portable
  • Le sentiment de montée en puissance progressive de Samus
  • Les combats de boss excellents …
  • Les moins
  • … mais peut-être pas assez nombreux
  • Quelques ralentissements ponctuels
  • Des environnements parfois un peu vides
Amo
Amo
Commentaire du 06/10/2021 à 21:11:38
Hâte de m’y coller et de tester cette nouvelle switch ! Vivement vendredi ! 
Quand tu parles de challenge un peu relevé, ça reste surmontable avec un peu de persévérance ?
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 06/10/2021 à 22:07:20
Au départ, il ne m'a pas fait forte impression ce Metroid. Finalement, il se défend bien.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 07/10/2021 à 00:21:25
Trop de jeux Nintendo achetés auxquels je n'ai finalement jamais beaucoup joué par manque d'intérêt, dont le Zelda HD de l'été dernier. Il n'y vraiment que deux exclus que j'ai appréciées, BoTW et Luigi's Mansion. Pour le reste, ce n'est vraiment plus pour moi... J'avais bien aimé le Metroid Prime de la GC, mais je n'ai jamais pratiqué les originaux, dont celui-ci se veut l'héritier donc je n'ai pas d'affect pour la série. Vivement BoTW 2 du coup.

Quant à la console, j'aurais pu m'y intéresser si elle avait profité d'un gain de puissance, mais vu le tarif pratiqué et le manque de fiabilité du hardware (enfin des sticks surtout), je passe aussi mon chemin. :x
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 07/10/2021 à 00:37:35 En réponse à Driftwood
La Switch peut aussi être une bonne petite boite à indés (qui s'y vendent très bien) transportable. Mais quand on a un PC et pas spécialement d'attrait pour le côté portable...
Le coup des sticks ça me bute. Ça semble très répandu, et Nintendo ne font rien. Pire, chaque nouvelle version de la console conserve les mêmes sticks et les problèmes qui vont avec oÔ.
En réponse à
davton - Tortue Géniale
davton
Commentaire du 07/10/2021 à 02:11:35 En réponse à Amo
Posté par Amo
Quand tu parles de challenge un peu relevé, ça reste surmontable avec un peu de persévérance ?
Rien d'insurmontable, en gros il y a quelques passages plus corsés ou il faudra être un peu plus habile, et des boss avec des patterns qu'il faudra bien comprendre. Si tu es persévérant, ça va passer. 
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 07/10/2021 à 07:23:46 En réponse à GTB
Oui je sais, mais parfois tu dois aussi supporter des problèmes de performances ou de maniabilité en mode portable (les Joy-Con ne sont vraiment pas précis et agréables pour moi) sur les jeux indés. Du coup, c'est pour ça que je place beaucoup d'espoir dans le projet de Steam.
En réponse à
Luffy
Luffy
Commentaire du 07/10/2021 à 14:04:15
Ayant déjà une Switch, ce sera juste Metroid pour moi.
Il a l'air excellent !!!!
En réponse à
skiwi - Ranma ½
skiwi
Commentaire du 07/10/2021 à 14:29:22
Vu le nombre de metroidvania de qualité sortis en indés à moins de trente euros, le tarif de Dread fait un peu mal au fondement, surtout vu la durée de vie (apparemment correcte certes, mais pas exceptionnelle). J'attendrai de le trouver d'occase.
En réponse à
eskyves - n comme noob
eskyves
Commentaire du 07/10/2021 à 18:34:13
Ohh la nouvelle Switch Oled à 350 balles...je pense que je vais plutôt prendre le Steam deck 
En réponse à
Blackninja
Blackninja
Commentaire du 08/10/2021 à 14:16:30
Mon petit cadeau 🎁 pour mes 40 piges.
J'ai pu en trouver une blanche ce matin avec Dread.
Un bien beau modèle, l'écran est magnifique et les finitions sont enfin au niveau.
En réponse à
Cunning20Fox
Cunning20Fox
Commentaire du 08/10/2021 à 17:42:32 En réponse à eskyves
Déjà précommandé ? 
J'ai cru lire quelque part que les précommandes passées aujourd'hui seraient honorées au deuxième trimestre 2022. 
En réponse à
Bourru
Bourru
Commentaire du 09/10/2021 à 22:44:27
A ce rythme le Steam Deck risque de rendre la Switch assez vite obsolète d'autant que d'ici-là les émulateurs Switch auront encore progressé. Et ce n'est pas seulement pour la puissance que le Deck a l'avantage mais aussi et surtout pour la possibilité d'importer sa ludo Steam, ses jeux Gog, ses jeux rétros, ses émulateurs et de les conserver dans le temps. Les éco-systèmes fermés ont de moins en moins de sens pour le joueur de nos jours. Les consoles ne sont pas encore mortes (et elle sont certainement loin de l'être) mais elles sont mortes sur le plan du concept et de la rationalité.

Pour Metroid Dread, je ne doute pas une seconde de l'avis de Davton qui est un fin gourmet c'est certainement un jeu intéressant mais face à Metroid 3 ou même à Metroid Fusion, je trouve qu'il lui manque un truc. Le jeu n'est pas développé en interne et ça se sent.

 Au lieu de réaliser des jeux opportunistes comme Three Houses, ça devrait être à Intelligent System de réaliser les Metroid 2D.
En réponse à
regal58
regal58
Commentaire du 10/10/2021 à 12:03:55
Très bon Metroid pour le moment mais alors je sais pas si c’est mes souvenir, mon dernier date du remake sur gba mais je me trouve très linéaire pour le moment avec l’impossibilité de revenir dans certaine zone quand on le souhaite. Après c’est sûrement voulu pour l’équilibrage du jeu mais bon plutôt étrange comme sensation pour les 3 première heures en tous cas. 
En réponse à
skiwi - Ranma ½
skiwi
Commentaire du 11/10/2021 à 00:09:43 En réponse à regal58
Il me semble que c'était un peu pareil dans Fusion... mais mes souvenirs datent aussi !
En réponse à
roreaver
roreaver
Commentaire du 17/10/2021 à 17:47:09
metroid, vraiment très bon (même si un ORI me touche bien plus). Pour la console un gros gros oui. Perso j'adore et je suis d'autant plus frustré que le steam deck ne soit pas OLED. Franchement ca va faire mal quand vais retourner sur du LCD... 
En réponse à
Patreon

156 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Driftwood

    Driftwood @CraCra: c'est tous les jours la journée du bot. C'est juste que je fais le ménage vite et que c'est souvent côté anglais. Et c'est hyper relou de devoir m'occuper de ça. (il y a 1 Jour)

  • GTB

    GTB Bon bah Inscryption est un bon prétendant au GOTY. Et j'ai pas encore vu toutes les surprises. (il y a 1 Jour)

  • CraCra

    CraCra C'est la journée du bot ? Je pense qu'il y en a encore un sur le topic FC6 (il y a 1 Jour)

  • CraCra

    CraCra GTA III Definitive édition le 07/12 dans le PS Now (il y a 2 Jours)

  • CraCra

    CraCra GTA San Andreas Definitive édition le 11/11 dans le GP (il y a 2 Jours)

  • CraCra

    CraCra Grand Theft Auto: The Trilogy trailer [url] (il y a 2 Jours)

  • bosozoku

    bosozoku @GTB: Un macaron, ça se mange, môsieur ! C'est tout. :Goinfre: (il y a 3 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood L'annonce n'a pas l'air de passionner grand monde mais on rappelle que l'on sera en direct sur Hitman 3 à 21h00 pour 45 minutes de présentation du dernier volet de la trilogie. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Riders Republic en vidéo Xbox Series X

  • Dimanche 24 octobre 2021
  • Driftwood

Présentation de The Eternal Cylinder

  • Samedi 23 octobre 2021
  • Driftwood

WRC 10 accueille enfin la Belgique

  • Samedi 23 octobre 2021
  • Driftwood