GSY Review PC

Dans le petit monde très "genrifié" du jeu vidéo, il devient rare de devoir expliquer en détail le concept d'un titre que l'on teste. Amateurs d'expériences originales, soyez les bienvenus dans la simulation de survie Orwelliene, Paranoia: Happiness is Mandatory.

Inspiré du jeu de rôle papier éponyme, Paranoia nous lâche dans le complexe Alpha, un microcosme peuplé d'humains clonés et dirigés par le tout puissant Ordinateur. Ce véritable "Big Brother" espionne constamment la populace, punissant d'un sanglant reboot ceux qui enfreignent les règles (ou ne sont pas heureux), qu'ils soient pris sur le fait ou dénoncés par leurs bienveillants congénères. Mais là où le fameux roman 1984 de George Orwell distillait une ambiance déprimante, Paranoia joue à fond la carte de l'humour noir, saupoudrant sa société totalitaire d'une bonne dose d'absurdité administrative et de crétinisme congénital. Le résultat est franchement drôle avec des conversations surréalistes et des situations ubuesques qui décrocheront de nombreux sourires à ceux qui prennent le temps de lire les nombreux dialogues. Mieux encore, cette dimension ne se contente pas d'être un simple contexte, elle façonne véritablement l'expérience, mais nous y reviendrons.

Metro – Parano - Dodo

Sur un plan strictement mécanique, Paranoia évoque un RPG classique : on y choisit son avatar, investit quelques points dans des statistiques puis entreprend des quêtes épaulés par des compagnons. On explore un monde en 3D isométriques, discutant avec des PNJ, activant des mécaniques, trucidant des ennemis lors de combats disposant d'une pause active et récupérant du loot avant de reprendre sa quête. Néanmoins, le jeu de Cyanide diverge sur plusieurs points. Sa structure s'avère très rigide, chaque jour débutant par un briefing auprès de l'Ordinateur qui vous confie une enquête précise dans un lieu spécifique. On choisit ses compagnons, on récupère son équipement, on obtient une petite quête secondaire et on accomplit sa mission avant de venir faire son rapport. Puis au dodo. Cette progression ultra linéaire de vos actions et de l'intrigue s'apparente plus à un jeu d'aventure qu'à un RPG ouvert et risque d'en frustrer certains.

Cafteur en chef

Cela dit, le jeu possède bien une dimension role play car vous devrez constamment faire des choix difficiles. Comme évoqué dans l'introduction, il s'agit d'un jeu de survie et pour éviter de vous faire "rebooter" par l'ordinateur, il va falloir la jouer fine. Suivre les règles, se montrer obséquieux, retord, parfois prendre le risque de transgresser des ordres puis se confesser, sans oublier de dénoncer les dérapages de vos compagnons avant qu'ils ne dénoncent les vôtres. Autant on peut repartir d'un checkpoint en cas de mort "normale", autant une exécution par l'Ordinateur grille définitivement l'un de vos 5 ou 6 clones disponibles. Il en résulte une expérience de jeu assez unique, déroutante, qui nécessite un temps d'adaptation mais se révèle vraiment amusante, voire inquiétante. C'est fou de voir à quelle vitesse on peut devenir sadique et manipulateur.

Motivation is mandatory

S'il se contentait de cette dimension narrative, Paranoia serait facile à recommander. Malheureusement, les combats y occupent une place non négligeable. Ces derniers ne sont pas bien passionnants. Les compétences offensives et les armes sont peu nombreuses, les ennemis plutôt stupides. Certaines mécaniques manquent de clarté au départ et l'on se heurte ponctuellement à des pics de difficulté. De façon globale, les limitations budgétaires pèsent sur l'expérience et seuls les joueurs véritablement attirés par cet univers original feront l'effort de passer outre.

Verdict


Paranoia souffre d'une schizophrénie sévère. D'un côté, une dimension narrative maîtrisée, drôle, originale, qui offre un role play vraiment atypique. De l'autre, des combats patauds et une réalisation à petit budget. Or il vous faudra impérativement endurer l'un pour profiter de l'autre. La question que vous devez vous poser est donc, "suis-je suffisamment motivé pour cela" ?
  • Les plus
  • Un univers amusant
  • Des dialogues et des situations absurdes
  • Du role play sadique et manipulateur
  • Les moins
  • Des combats pas très intéressants
  • Manque de moyens (variété des environnements, doublages ponctuels…)
  • Pas toujours clair dans ses mécaniques
cryoakira
cryoakira
Commentaire du 13/02/2020 à 17:27:43
Bizarrement, je lisais que le jeu a disparu de l'EGS...
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE
Edité par
Bigben Interactive
Developpé par
Black Shamrock
Patreon

224 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Dazman

    Dazman @Driftwood: j'en ai pas noté assez pour que ça me dérange pourtant. En tout cas le jeu est énorme, tellement de possibilités... (il y a 3 Jours)

  • Blackninja

    Blackninja @Driftwood: LBP c'est pas le jeu le plus maniable du monde, il y avait déjà beaucoup de maladresses (il y a 3 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood @Dazman: il y a quand même quelques soucis de maniabilité, ce qui est un peu couillon pour une création de Media Molecule. :) (il y a 3 Jours)

  • Dazman

    Dazman Énorme coup de cœur pour l'aventure solo de Dreams.... Sublime :) (il y a 3 Jours)

  • Bigquick

    Bigquick @face2papalocust: ah ok ! ^^ Je verrai ça un peu plus tard j'ai d'autres jeux sur le feu. ^^ (il y a 5 Jours)

  • face2papalocust

    face2papalocust @Bigquick: sur Pc j'en sais rien je l'ai fait sur la One et r.a.s il etait nickel. (il y a 5 Jours)

  • ikhnaton

    ikhnaton Je me suis fait rembourser le jeu y'a quelques jour sur steam en me disant "15 balles c'est trop"... Bon ben voilà c'est le bon prix là :D merci pour l'info xD (il y a 5 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

GSY Review : The Suicide of Rachel Foster

  • Lundi 17 février 2020
  • Driftwood

Vous ne rêvez pas, Dreams est enfin disponible

  • Vendredi 14 février 2020
  • Driftwood

Vidéo Switch de Snack World

  • Jeudi 13 février 2020
  • davton