GSY Review PS5 Xbox Series X PC PS4 Xbox One

La période d'Halloween étant propice à l'horreur, les retardataires qui auraient manqué Resident Evil Village il y a environ un an et demi vont avoir une chance de se rattraper avec la Gold Edition qui arrive cette semaine et qui propose du contenu additionnel. Gamersyde ressort les armes pour vous donner un verdict essentiellement centré sur le DLC Les Ombres de Rose, qui pourra aussi intéresser les possesseurs du jeu de base désireux de dépenser quelques euros supplémentaires pour accéder à la Winters Expansion.

Verdict


Ajout potentiellement attendu des fans de Resident Evil, la vue à la troisième personne des remakes de RE2 et 3 arrive enfin dans RE Village pour celles et ceux qui souhaitent revivre (ou découvrir) l'aventure de cette façon. Comme le jeu original avait été développé en tenant compte du corps d'Ethan (le fameux body awereness), les animations du personnage existaient déjà et c'est donc sans surprise que l'on peut constater qu'elles ne dépareillent pas avec celles des remakes. La maniabilité ne souffre pas non plus du changement de perspective puisque la logique de développement était de toute façon de conserver le même genre de jouabilité avec une vue subjective. L'un des avantages est que maintenant, on est vraiment bien certain d'avoir activé le sprint en voyant l'animation du personnage changer, même si sa vitesse de pointe n'a pas bougé d'un iota. La visée procure des sensations identiques à celles de RE2 et 3, et seul le retournement rapide du personnage fonctionne un peu moins bien visuellement. N'ayant pu tester la version Xbox Series X à sa sortie initiale, nous ne savons pas si la VRR permettait déjà de profiter du ray tracing sans perdre en fluidité, mais nous pouvons au moins vous assurer que c'est le cas maintenant. En revanche, nous ne savons pas si Capcom a pris le temps d'implémenter la technologie dans la version PS5, qui était indéniablement plus saccadée quand on activait le ray tracing en mai 2021.

En plus du contenu supplémentaire ajouté au mode Mercenaires, dont nous ne parlerons pas ici, la Gold Edition inclut le tant attendu DLC "Les Ombres de Rose" (disponible séparément pour 19.99€), qui met en scène la fille d'Ethan Winters dans ce qui peut tout à fait être considéré comme un épilogue au jeu de base. Sans en dire trop sur les tenants et les aboutissants du scénario de RE Village, la jeune fille est dotée de certains pouvoirs qui la tiennent à l'écart des autres. Plus précisément, c'est elle qui préfère éviter de se lier à ses camarades de classe, ce qui ne manque pas de la faire passer pour la fille bizarre de l'école. Victime de harcèlement, elle ne semble pas vraiment pouvoir s'épanouir dans sa vie de tous les jours, et quand on lui propose une potentielle solution pour se débarrasser de ses pouvoirs, elle n'hésite pas. Son contact dans l'escouade de Chris Redfield a beau lui assurer qu'elle ne risque rien en visitant les souvenirs de Miranda grâce à sa connexion avec le Megamycete, on n'est absolument pas surpris de voir la vie de Rose menacée dès son arrivée dans le château de Dimitrescu.

Parce que oui, c'est dans cette "accueillante" demeure que la jeune fille va tout d'abord évoluer à la recherche du cristal censé la guérir de son état hybride. C'est d'ailleurs sans doute l'aspect qui décevra le plus si vous êtes plutôt intéressé par la découverte de nouveaux décors. Sur les trois à cinq heures que dure l'aventure, vous ne verrez en effet qu'une majorité de lieux déjà traversés, même si cela permet aussi de se repérer plus rapidement (et tant pis ce n'est pas forcément très logique narrativement parlant). Ceci étant dit, RE oblige, le chemin est souvent relativement bien balisé, avec des accès bloqués par une substance vivante assez immonde ou les habituels seaux/clefs/objets qui permettront d'ouvrir les portes fermées. Côté gameplay, les capacités que Rose tient du Megamycete apportent un peu de sang neuf, à la fois dans l'exploration (on peut se débarrasser de la substance organique rougeâtre en visant des sortes de plantes), mais aussi dans les combats.

En effet, Rose devient rapidement capable de bloquer l'avancée d'un adversaire en le gelant sur place quelques instants grâce à un pouvoir de lumière qui lui donne le temps de l'aligner bien tranquillement, ou de le contourner si les munitions viennent à lui manquer. Un ajout bienvenu qui fonctionne d'autant mieux que "Les Ombres de Rose" nous font réellement plonger dans l'horreur la plus totale. Les créatures et leurs râles sont absolument infâmes, leurs attaques au corps-à-corps font vraiment froid dans le dos et l'ambiance qui en ressort est très clairement un atout de ce DLC, avec des passages vraiment réussis. Malheureusement, ce sont aussi les monstres qui seront la source de quelques frustrations, Rose se trouvant parfois un peu démunie face à ses adversaires, sauf si vous optez pour la fuite. À cela s'ajoute le fait que sa capacité de gel des ennemis demande aussi à être rechargée en consommant de la sauge blanche. Comme "Les Ombres de Rose" s'appuie également sur un passage d'infiltration où la moindre erreur amène la mort, ne vous attendez pas à un déferlement d'action propice au défouloir débridé comme vers la fin du jeu principal.

Sans être très surprenant de par son intrigue, ce DLC ose s'aventurer sur un chemin assez peu emprunté par la série puisque certaines séquences seront parfois un peu plus intenses émotionnellement parlant. Rose n'est pas totalement seule dans le cauchemar dans lequel elle est entrée de son plein gré. Elle est en effet guidée par un certain Michael qui lui laisse des messages lumineux dans le décor et lui fait même apparaître des objets fort utiles, comme des munitions pour le pistolet ou des flacons de soin. Cette présence, aussi impalpable soit-elle, allège quelque peu le sentiment de solitude de la jeune fille, qui affronte néanmoins les évènements avec le courage propre aux héros de la série. Avec "Les Ombres de Rose", on voyage dans le subconscient d'une adolescente de seize ans qui n'a jamais vraiment connu son père et qui cherche des réponses. La volonté de Capcom de vouloir clore l'arc narratif commencé avec RE7 dans ce DLC est aussi logique que louable, mais on se demande maintenant quelle direction va pouvoir prendre la série avec le neuvième épisode. Pour le savoir, il faudra encore attendre un peu, mais la licence étant posée sur de bons rails depuis quelques années, on ne s'inquiète pas vraiment pour elle. Et puis l'arrivée dans quelques mois du remake de Resident Evil 4 saura bien nous faire patienter.

  • Les plus
  • Ambiance réussie
  • Les pouvoirs de Rose
  • La conclusion de l'arc Winters
  • Réalisation toujours aussi solide
  • Bon timing pour Halloween
  • Les moins
  • Redite côté décors
  • Pas forcément très long
  • Parfois frustrant

Retrouvez maintenant notre review du jeu original

Rappelons que notre review était basée sur la version Playstation 5 du jeu à une époque où la VRR n'était pas disponible sur la machine de Sony.

En piteux Ethan

Parler de miraculé en évoquant Ethan Winters, héros malgré lui du septième opus, ne serait clairement pas exagéré. Pour sauver sa femme disparue, il n’aura pas hésité à traverser les USA et à braver les pires dangers. Quoi de plus normal donc que de profiter de la quiétude retrouvée de son foyer, même si pour cela il aura fallu que le couple émigre dans un lointain pays d’Europe de l’Est. Reste que cet exil forcé leur aura permis de donner naissance à une adorable petite fille, Rose de son prénom. Un préambule tout en douceur qui ne va évidemment pas durer. On est dans un Resident Evil on vous le rappelle. Alors que tout semblait s’annoncer sous les meilleurs auspices, le bonheur fragile du couple s’écroule quand un commando armé débarque chez eux en pleine nuit et les entraîne de force dans une camionnette. Malheureusement pour eux, les ennuis ne font que commencer. Un terrible accident plus tard, Ethan reprend conscience dans le froid glacial d’une nuit opaque et il n’y a plus personne aux alentours pour lui expliquer ce qui s’est passé. S'ensuit alors une histoire abracadabrantesque comme on les aime, qui va emmener Ethan sur les traces de sa fille, kidnappée par de sombres individus aux intentions obscures.

Tout cela va bien évidemment l’entraîner jusqu’au petit village de montagne qui donne son nom au jeu, dans une ambiance assez différente de celle du précédent volet. Plus Resident Evil que la première partie du 7, ce nouvel opus fait irrémédiablement penser au quatrième, où Léon débarquait lui aussi dans une bourgade pas spécialement joyeuse. Mais limiter l’inspiration de Village à ce seul épisode serait une grossière erreur, tant on comprend bien vite que les développeurs avaient surtout à cœur de rendre hommage aux meilleurs épisodes de la série - à commencer par la trilogie originale. À défaut de manoir ou de commissariat, on se retrouve donc dans un village, qui va non seulement donner une unité de lieu à l’intrigue, mais aussi faire office de hub principal. La galerie de méchants a aussi été pensée dans la plus pure tradition de la série, y compris dans leurs comportements cabotins ou dans leur excès de confiance. À ce sujet, on vous avoue avoir un peu tiqué face à certaines réactions que l’on qualifiera de moyennement cohérentes dans le premier tiers du jeu. On est tout disposés à accepter l’idée qu’un personnage comme Heisenberg laisse une chance à Ethan en le lançant dans une course poursuite contre la mort pour s’amuser un peu. Mais quand un autre ennemi clef, furieux contre le héros, ne l’achève pas dans la seconde alors qu’il en a l’occasion, c’est déjà un peu moins crédible. Il s’agit certes du lot de bien des méchants, au cinéma comme dans les jeux vidéo, mais tout de même.

Pas de quoi fouetter un chat malgré tout, car pour qui connaît un minimum la série, il serait un peu déplacé de l’attaquer sur sa narration et ses personnages très caricaturaux. C’est un peu comme avec Ethan d'une certaine manière. Sa motivation est logique et on comprend parfaitement ce qui l’amène à traverser tout ce qui se dresse sur son chemin. En revanche, soyez prêt à le voir souffrir comme jamais pour y parvenir. Comme sur le grand écran, les héros de jeux vidéo ont l’habitude de s’en prendre plein la figure, mais là, dès le début de l’aventure, le pauvre Ethan va en voir de toutes les couleurs. Bon, si vous n’avez pas trop la mémoire courte, vous devriez vous rappeler qu’il n’avait déjà pas été beaucoup épargné dans Resident Evil 7. Suite oblige, il fallait donc bien placer la barre un peu plus haut. Du coup, on s’attache autant à lui que nos adversaires apprennent à le détester, même si ses répliques fleurent bon le cliché du film de série B. Au bout du compte, et même si ce n’est pas ce qui motive la plupart des joueurs dans un Resident Evil, on ne s’ennuie pas une seconde dans cet univers rocambolesque bourré de références et saupoudré de ce petit zeste de kitch qui fait partie intégrante de l’ADN Resident Evil. Il faut dire que Capcom maîtrise parfaitement le sens du rythme et ne lésine pas sur les passages d'anthologie pour maintenir le tempo idéal pour l'aventure.

Ethan la lumière

Nous évoquions plus haut l’unité de lieu, un élément qui revient régulièrement dans la plupart des volets précédents, pour ne pas dire tous. De fait, le village dans lequel Ethan arrive pour sauver sa chair et son sang va faire office de centre névralgique où l’on reviendra régulièrement. Voyez-le comme une sorte de hub, qui permet d’accéder aux différentes zones de mission, ce qui se fait dans la plus pure tradition de la franchise. Vous allez donc avoir besoin des bonnes clefs pour ouvrir les portails qui vous mèneront à la section suivante, et accessoirement vers le boss des lieux. Le village va aussi s’ouvrir petit à petit, soit parce que l’on aura besoin d’y chercher un objet utile pour la quête principale, soit parce que l’on se sentira l’âme d’un explorateur pour partir à la recherche d’équipements spéciaux ou de nouvelles armes. Le jeu conserve donc une structure très linéaire, ce qui s’inscrit parfaitement dans les gênes de la série. Mais attention pour les complétistes en herbe, car en dehors du village lui-même, il est impossible de revenir dans les zones de mission une fois terminées. Chacune d’entre elles est unique, à la fois dans son traitement graphique et dans ce qui va s’y dérouler, mais il faudra en profiter tant que vous y êtes. Au final, l’expérience s’avère bien plus variée qu’il n’y paraît au départ, tout comme l’ambiance d'ailleurs, qui peut radicalement changer d'un endroit l'autre parfois. On pense notamment à la maison de Donna Benneviento, qui propose une séquence pas piquée des vers dont on taira le contenu pour vous laisser la surprise. Ce qu’il faut retenir, c’est que Capcom a vraiment soigné la progression de son jeu pour s’assurer que le joueur ne s’y ennuiera jamais.

S’il existe une forme de contenu annexe, avec des zones (nouvelles ou non) où rôdent des monstres uniques à tuer ou des trésors à dénicher, ne vous attendez pas à voir Ethan se lancer dans des missions secondaires pour venir en aide aux villageois. Le jeune père est là pour une seule et unique raison, et il entend bien mener sa quête jusqu’au bout, sans trop dévier de celle-ci. Ceci étant, l’exploration est toujours au cœur de l’expérience Resident Evil, la carte permettant toujours de s’assurer que l’on a manqué aucun item. Pour celles et ceux qui l’ignoreraient, tous les lieux clos qui apparaissent en bleu ont été entièrement nettoyés, tandis que la couleur rouge indique qu’un ou plusieurs objets doivent encore y être ramassés. Rien de bien nouveau sous le soleil, mais depuis que la série a adopté cette idée, nombreux sont ceux qui se sont éternisés dans une pièce, refusant de partir avant d’avoir enfin tout trouvé. Et on parle d’expérience… Ce qui est en revanche nettement plus révolutionnaire dans cet épisode, c’est la disparition pure et simple des coffres (magiques) où l’on pouvait stocker son surplus d’inventaire. Ce choix est d’autant plus surprenant au départ qu’ils étaient bel et bien présents dans RE7. N’allez pourtant pas croire que Village abandonne la gestion d’inventaire à base de cases. Il est donc toujours nécessaire de réorganiser les objets que l’on transporte pour faire de la place pour une nouvelle arme, voire de sacrifier quelques munitions ou flasques de soin pour obtenir quelques cases vides en plus. Pour se débarrasser d’une arme qui ne sert plus à grand chose quand on en a trouvé une plus efficace, la revente (pour presque rien) au marchand du coin est la seule option.

Duke Gluten Forever

Duke, Duc en français, a beau avoir quelques kilos en trop, il va vous suivre où que vous alliez et vous alpaguer régulièrement pour vous offrir ses services. Sa présence rappelle immanquablement celle du marchand de RE4 et son célèbre “What are you buyin’?”, mais il en va de même pour tout le système économique du jeu. En tuant des ennemis, vous allez pouvoir récolter des ressources (herbes, liquide désinfectant, munitions) mais aussi de l’argent, voire des trophées (les restes cristallisés de vos adversaires), que vous pourrez ensuite revendre à Duke. À cela s’ajoutent les pierres précieuses qui peuvent se cacher dans le décor (soyez attentif à leur éclat), mais aussi des objets (qu’il faut parfois combiner entre-eux pour en obtenir plus d’argent) que l’on va découvrir si l'on prend le temps de bien fouiller les zones que l’on traverse. Auprès de Duke, vous pourrez évidemment acheter de nouvelles armes (le stock se renouvelle jusqu’à la fin du jeu), divers plans pour pouvoir crafter vos propres munitions (ou mines et autres explosifs), des accessoires pour votre arsenal, etc. C’est également cet étrange personnage qui modifiera vos pistolets, fusils et lance-grenades, vous donnant l’occasion d’en améliorer l’efficacité (puissance, vitesse de recharge, taille du chargeur, etc.), le tout sur plusieurs niveaux que l’on débloque en avançant dans l’aventure.

Mais Duke n’est pas qu’un habile marchand, il est aussi un cuisinier hors-pair ! Resident Evil Village instaure donc un tout nouveau système de “chasse”, qui consiste à massacrer poissons, poules et cochons pour ramener de la matière première à la food-roulotte de cet imposant personnage. Il ne vous aura pas échappé que nous avons utilisé de gros guillemets pour évoquer la chasse. Il faut dire que ces animaux ne sont pas difficiles à trouver pour la plupart (il en existe quelques-uns, plus rares, dont l’emplacement est indiqué sur une photo qu'il faut trouver au préalable), et encore moins à abattre. Pour la plupart, un bon coup de couteau en position accroupie et la basse besogne est terminée. Pas très classe, mais au moins c'est efficace. La ferme se rebelle parfois quand on fait face à une chèvre ou un cochon, mais par rapport aux autres ennemis que vous allez devoir affronter, c’est vraiment du menu fretin. Présenté ainsi, cet aspect du jeu peut sembler aussi cruel que gratuit, et fondamentalement, il l’est. Reste que si vous arrivez à mettre de côté vos scrupules pour récupérer de la viande, Duke pourra vous concocter des mets plus ou moins raffinés dont l’effet sera permanent. Il existe en effet plusieurs plats qui vont vous permettre d’augmenter votre santé, votre résistance aux coups quand vous vous protégez, et même votre vitesse de déplacement. Et croyez bien que ces améliorations du personnage ne vous seront pas de trop dans le dernier tiers de l’aventure, même en mode standard.

La chute du vampire roumain

Voilà enfin le moment de passer un peu à l’action et d’évoquer tout l’aspect shoot de ce nouveau Resident Evil. Alors pour commencer, on vous conseille de passer par les options du jeu et de pousser la sensibilité de la visée et son accélération au maximum pour rendre Ethan un peu plus réactif. Certains se satisferont peut-être du réglage par défaut bien sûr, mais nous pensons que Village gagne à être joué en appliquant ces petites modifications. Ceux qui le souhaitent peuvent tenter la fonction gyroscopique mais on ne peut pas dire que nous ayons été spécialement convaincus par l’expérience. Pour revenir au contenu du jeu lui-même et aux sensations manette en main, Resident Evil Village s'inscrit dans la droite lignée du précédent, mais il arrive avec une petite nouveauté bien dissimulée. Ethan peut donc compter sur l’arsenal classique que l’on trouve habituellement dans la série, et en cela, on pourrait sans doute formuler quelques regrets, et il peut toujours se protéger des coups en utilisant ses bras pour faire bouclier. Ce qui n’est (hélas) pas expliqué via le moindre tutoriel (on peut le lire dans une note à priori), c’est que l’on peut désormais repousser un ennemi et le frapper, un clin d’œil à Leon et son coup de pied sauté dans RE4. Pour ce faire, il faut tout d’abord maintenir la touche de bloc (L1/Lb), puis au moment de l’impact la relâcher avant de réappuyer dessus immédiatement. Une manipulation qui peut ne pas sembler très naturelle au départ, mais qui est finalement très facile à placer. Le problème, c’est que comme elle n’est pas mise en avant dans le jeu, nous l'avons totalement occultée pendant nos 13 heures de jeu (d’après le compteur de sauvegarde, qui sous-estime généralement le temps réel passé à jouer). Pourtant, pour avoir eu l'occasion de relancer certaines séquences depuis, on peut vous dire que c’est une arme de défense diablement efficace et qu'il ne faut absolument pas la négliger.

Pour le reste du gameplay, on retrouve peu ou prou la même chose que dans le précédent volet, à ceci près que certains ennemis sont plus mobiles. Leurs esquives font irrémédiablement penser à celles des villageois de RE4, mais certaines créatures peuvent également bondir très haut, jusqu’à vous rejoindre sur un toit alors que vous pensiez être bien à l’abri. L’une des grandes forces de Resident Evil Village, c’est clairement la taille de son bestiaire et sa variété. Tous les lycanthropes ne sont pas du même type, on trouve plusieurs sortes de morts vivants, des vampires (ou assimilés) dans le château Dimitrescu, ainsi que d’autres monstruosités (parfois bien glauques) dont on ne dira rien pour vous préserver au maximum. Dans les deux premiers tiers de l’aventure en mode standard, les munitions abondent, au point que l’on peut se débarrasser de tout le monde sans se poser de questions, du moins tant que l’on fait face à des adversaires que l’on peut tuer. À la manière du père Baker dans RE7, quelques-uns des ennemis du jeu vous obligeront à prendre vos jambes à votre cou à plusieurs reprises, mais l’aspect infiltration a finalement été totalement abandonné. Prenez garde tout de même, car si vous pensez que cet épisode va être une vraie promenade de santé, vous vous trompez. Dans le dernier tiers, les assauts de monstres sont de plus en plus fréquents, le surnombre faisant généralement monter la pression d'une bonne dizaine de crans. On a beau avoir un ou deux barils explosifs rouges à portée de tir, quelques munitions qui traînent par-ci par-là, on vous promet que l’issue des combats semble tout à coup beaucoup moins évidente. On finit par s’en sortir on vous rassure, mais disons que cette dernière partie de l’aventure s’amuse à mettre le couteau sous la gorge du joueur et que c’est extrêmement efficace. Heureusement que le changement d'arme à la volée est d'une rapidité à toute épreuve, en plus de permettre quelques actions bien classes !

Parlons un peu des boss maintenant si vous le voulez bien. Sans trop en dire, on peut vous assurer qu’ils valent tous le coup d'œil, que ce soit dans leur design, leur mise en scène ou la manière dont se déroule les affrontements eux-mêmes. De plus, contrairement au volet précédent, dans lequel on devait faire face à plusieurs formes du même personnage au cours de l’aventure, on est ici toujours confronté à de nouveaux adversaires, ce qui participe grandement au sentiment de variété que nous évoquions plus haut en parlant du bestiaire. Sortir victorieux de ces passages n’est certes pas un exploit en mode standard, mais le jeu parvient tout de même à les rendre épiques, à nous faire croire que la tâche va être rude. La meilleure tactique est de toujours rester suffisamment mobile et de maintenir un minimum de distance entre son adversaire et soi, mais certains combats demandent aussi de se mettre à l'abri lors de certaines attaques (Ethan est gentil, il a tendance à nous le rappeler) ou de trouver ce qui va permettre de fragiliser le boss (et donc de le tuer). Ces séquences ne sont pas toujours très longues, mais elles rythment bien la progression et donnent un sentiment d’accomplissement évident une fois terminées. Même le face-à-face le plus simple du jeu (l'avant-dernier boss pour ne pas le nommer) est totalement jubilatoire, et que dire du final en apothéose où les chœurs vont vous porter tout au long d’un épuisant combat. Et puis il y a aussi quelques surprises ! On sent bien que le studio de développement a voulu frapper fort sur cet aspect, en créant des ennemis dotés d’une forte personnalité et en les mettant admirablement bien en scène jusqu’à leur dernier souffle. Du bon jeu vidéo à l’ancienne comme on les aime !

L'homélie Winters

Avec un moteur comme le RE Engine, pas de surprise sur la marchandise. On ira même jusqu'à dire que la messe est dite ! On peut certes regretter le manque d’interactions physiques avec le décor (en dehors des vitres ou des barils explosifs, tout reste très statique), mais visuellement, cet épisode est une vraie réussite. On note bien quelques traces d’aliasing sur les dorures des pièces du château, mais entre le travail abattu sur la modélisation des différents lieux et celui sur les éclairages, on a vraiment droit à de superbes tableaux. Certains intérieurs délabrés du village nous ont même fait penser à Metro Exodus, qui reste aujourd’hui encore une sacrée référence dans sa version PC. Le seul défaut graphique qui nous chagrine un peu tient au pop-up un brin exagéré parfois. Nous l’avions déjà noté dans la démo du jeu, qui se passait il est vrai dans le village en extérieur, mais la version finale ne corrige malheureusement pas le tir à ce niveau. Autant on peut le comprendre sur des éléments distants, autant c’est largement moins excusable (et d’autant plus visible) quand il s’agit de petites stalactites qui pendent du bord d'un toit à moins de deux mètres du personnage. La possibilité d’activer ou non le ray tracing est une bonne chose, d’abord parce que cela permet d’éviter de subir trop de ralentissements quand on s'en passe, et ensuite parce que ceux qui ne sont pas sensibles aux fluctuations du framerate pourront profiter d’éclairages affinés (la résolution basse des reflets et leur relative rareté nous incitent à les laisser de côté au moment d’évoquer les bienfaits de la technologie). Reste que de notre point de vue, l’apport du ray tracing ne justifie pas de perdre quelques précieuses images par seconde. En le désactivant, l’expérience est fluide en quasi toutes circonstances, avec quelques accroches ci et là quand le jeu charge de nouveaux assets.

La bande son ne déçoit pas, pas plus que le doublage un peu kitch (anglais sous-titré ou français intégral), mais on persiste à trouver que le son de la plupart des armes manque de peps et que cela tend à leur donner moins d’impact que dans d'autres titres. Mais pour trouver une vraie semi-déception concernant l’aspect "technique" global, il faut finalement se tourner vers l’implémentation trop timide de la DualSense de Sony. Évidemment, si vous y jouez sur Xbox ou PC, vous pourrez au moins vous en réjouir. Après Returnal, qui mettait parfaitement à profit les vibrations et les gâchettes adaptatives de la manette PS5, on espérait que le partenariat entre les deux géants japonais allait permettre de rendre l’expérience encore plus immersive. Au bout du compte, ce n’est pas vraiment le cas. Certaines armes proposent bien une plus grande résistance de la touche L2 quand on passe en mode visée, mais en dehors de cela, c’est le minimum syndical. Le dernier Call of Duty avait pourtant montré ce qu’il était possible de proposer dans un FPS et cela augurait du meilleur pour ce RE Village. Même du côté des vibrations, on ne peut pas dire que nous ayons noté quoi que ce soit de bien différent par rapport aux sensations avec un pad "classique". Et comme évoqué plus haut, ce n’est pas l'ajout de la gestion du gyroscope (que l’on ne peut pas utiliser en complément des sticks analogiques) qui va donner une vraie plus-value à la version PS5. Cela n’a rien de dramatique en soi, et loin de nous l’idée d’en faire toute une montagne, mais on espère quand même que les qualités spécifiques de cette manette ne transparaîtront pas uniquement dans les exclusivités Sony à l’avenir. Rien n'est moins sûr cependant...

Verdict


En résumé, ce nouveau volet est un peu la synthèse de tout ce que la série a fait de bien depuis ses débuts : une unité de lieu qui permet de se les approprier petit à petit, une ambiance réussie fidèle à la saga, un système de jeu qui s'appuie sur la survie et l'action avec un soupçon de crafting, et un sentiment de progression rendu possible par l'acquisition d'un arsenal toujours plus efficace. On n'oublie évidemment pas les personnages “bigger than life”, comme on dit en anglais, les nombreux moments d'anthologie face aux boss et le final en apothéose. Difficile de faire la fine bouche avec ce nouveau volet donc, sa conclusion nous ayant rendu très curieux de découvrir ce que Capcom nous réserve à l'avenir. En attendant, l'éditeur japonais confirme tout le bien que l'on pense de lui depuis quelques années maintenant, et ce n'est pas Resident Evil Village qui viendra ternir sa réputation d'acteur indispensable du milieu.

Review vidéo de RE Village

Sopikey
Sopikey
Commentaire du 27/10/2022 à 05:10:59
Ca fait un moment que j'ai envie de me relancer dans la série. Le premier sur PlayStation est toujours un de mes meilleurs souvenirs du jeu vidéo, les suites moins et j'ai lâché l'affaire après le 4. Mais le remake de RE2 est vraiment très sympa et motivant pour continuer.

Ce qui m'embête c'est que RE1 n'a pas eu droit a un remake. Ok il y a bien Rebirth, mais aujourd'hui il est tout moche et lourd comparé aux versions modernisées. Est-ce que Capcom prévoit de s'en occuper?

Est-ce que RE7 a aussi une option pour jouer en vue à la troisième personne?
En réponse à
Blackninja
Blackninja
Commentaire du 27/10/2022 à 09:05:54 En réponse à Sopikey
RE1 est toujours aussi bon à mes yeux.
Si tu veux avoir un aperçu de ce que pourrait donner un remake il y a un dlc dans le 5 qui reprend une partie du manoir.
En réponse à
Sopikey
Sopikey
Commentaire du 27/10/2022 à 12:32:53
Quel timing, je viens de voir qu'un projet fan-remake du RE1 gamecube est presque terminé, une démo vient de sortir. Même si c'est gratuit j'imagine que Capcom va leur tomber dessus, mais en attendant une version officielle ça pourrait peut-être le faire https://recvfanremake.webnode.es/en/resident-evil-...
En réponse à
skiwi - Ranma ½
skiwi
Commentaire du 27/10/2022 à 12:50:06
Merci pour cette review ! Pour info, la version physique de cette Gold Edition sera constituée du blu-ray du jeu de base, le DLC étant juste un code de téléchargement. Une déception quand on se souvient que tout était sur le disque pour la version Gold de RE 7...
En réponse à
Blackninja
Blackninja
Commentaire du 27/10/2022 à 14:17:58 En réponse à skiwi
N'achète pas COD MW2...
En réponse à
Patreon

135 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • DJOJO843

    DJOJO843 Y a un nouveau match de déployé aujourd’hui 22go hier 12 go aujourd’hui autant que jouer au jeu c est pas pour aujourd’hui depuis hier j ai pu y jouer que 1h … faut le temps de download (il y a 19 Heures)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @face2papalocust: j'ignorais cette info aussi! (il y a 21 Heures)

  • face2papalocust

    face2papalocust @SweeneyTodd: Ces problèmes ont mit en avant une news que je ne connaissais pas Sony est venu aider le studio au développement...bon une sortie dans le game pass c'est mal barré.:/ (il y a 21 Heures)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @GTB: Oui pareil, je juge la réception plutôt bonne! Dommage pour les soucis techniques sur PC et Xbox cela dit mais ça sera vite régler je pense (il y a 21 Heures)

  • Bigquick

    Bigquick P'tite pause musicale avec le nouveau Metallica : [url] (il y a 22 Heures)

  • GTB

    GTB @skiwi: J'irai pas jusque très mitigé, sur metacritic il est qd même dans la fourchette 75-80%. Bien mais imparfait semble être ce qui ressort. /!\ la version steam se fait défoncer à cause de pb tech (il y a 1 Jour)

  • skiwi

    skiwi @face2papalocust: oui, c'est très mitigé globalement. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Il est de nouveau possible de télécharger les vidéos sur le site. Désolé pour le mois et demi de panne. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Notre vidéo Switch de FRONT MISSION 1st: Remake

  • Mercredi 30 novembre 2022
  • davton

Les 15 premières minutes de Need for Speed Unbound

  • Mercredi 30 novembre 2022
  • Driftwood

GSY Review : The Knight Witch

  • Lundi 28 novembre 2022
  • Driftwood