GSY Review Xbox Series X

Road 96 est disponible depuis l'année dernière sur Nintendo Switch et PC, et pour accueillir comme il se doit l'arrivée des versions Playstation 4, Playstation 5, Xbox One et Xbox Series S|X, nous vous proposons notre review ainsi qu'une vidéo de gameplay en 4K capturée sur Xbox Series X.

Troubles de l'élection

Rien ne va plus à Petria, pays fictif (très proche des USA par sa topographie et la majeure partie de ses accents) où se déroule Road 96. La situation est telle que la nation dirigée par un certain Tyrak voit sa jeunesse tenter de passer la frontière pour fuir ce qu'elle considère comme une dictature. Tous les jours, des milliers d'adolescents tentent leur chance au péril de leur vie, traqués par la police qui, quand elle les rattrape, les ramène chez leurs parents (au mieux) ou les conduit à un endroit que l'on appelle "La Fosse". C'est du moins ce qui se dit de manière non officielle... L'arrivée prochaine de nouvelles élections ne fait pas grand chose pour apaiser les tensions, même si la candidate Flores semble porter en elle l'espoir d'une société plus juste. Les Brigades Noires, un groupe de rebelles que le gouvernement en place accuse d'un attentat meurtrier dix ans plus tôt, continue le combat à sa manière, en émettant sur les ondes pour contrer les abus de pouvoir de Tyrak. Au milieu de tout ce bazar, des anonymes. Celles et ceux que le joueur va incarner tout d'abord, mais également les personnes qu'il va croiser sur sa route. Des hommes et femmes sans lien apparent mais que le destin va, pour certains d'entre eux, amener à se rencontrer d'une manière ou d'une autre. Cela, vous allez le découvrir petit à petit au travers des yeux de plusieurs adolescents en fuite dont on ne saura jamais grand chose, si ce n'est parfois la nature de leurs relations familiales (à condition d'appeler leurs parents sur la route). À chaque fois que l'on vous demandera de choisir votre prochaine incarnation, les seules informations dont vous disposerez au sujet des trois ados proposés seront leur niveau d'énergie, leur maigre pécule et leur moyen de locomotion au moment où vous en prendrez le contrôle. Tout le reste ne tiendra qu'à votre bon vouloir et il ira donc de votre responsabilité de leur donner une forme de conscience politique, en choisissant des répliques qui les engagent vers l'un ou l'autre camp, ou en taguant les affiches de l'un des candidats (voire les deux). Un engagement qui finira par avoir un impact sur le vox populi, et donc sur le dénouement. Une manière d'orienter le futur de Petria que certains trouveront peut-être un peu facile, mais il s'agit après tout d'un jeu vidéo. Et puis il ne faut pas sous-estimer l'influence que les actions peuvent avoir à plus grande échelle, ce qui inclut d'ailleurs les arrestations et les décès de certaines de nos incarnations, qui ne termineront pas toujours leur voyage de l'autre côté de la frontière. Du moins, pas celle que l'on croit...

"Arrête un peu de faire le Jacques Tyrak !" Anonyme

Nous en parlions dans l'introduction de l'article, Road 96 se découpe en épisodes, chacun retraçant le parcours de l'un des adolescents jusqu'à la frontière, son arrestation ou sa mort. L'aventure s'étire jusqu'aux fameuses élections opposant Tyrak à Flores, vous laissant donc le temps de tomber sur l'un des huit personnages clefs (dont un duo) qui arpentent les mêmes routes que vous pour diverses raisons. Comme ces rencontres arriveront à plusieurs reprises au cours de l'aventure, cela vous permettra d'en apprendre un peu plus sur leur histoire, jusqu'à atteindre les 100% pour certains d'entre eux (les autres devront attendre le New Game +). Au gré de ces rencontres, on obtiendra jusqu'à six capacités spéciales qui deviendront accessibles à nos futures incarnations : crochetage, intelligence, hacking, énergie, pass gouvernemental et porte bonheur. Pour les débloquer, il suffit parfois juste de côtoyer l'un des personnages secondaires le temps d'une scène, mais il faudra aussi parfois prendre une bonne décision au bon moment (c'est le cas pour l'intelligence par exemple). Chaque road trip entrepris pour échapper au joug du tyran Tyrak se divise en différentes saynètes impliquant souvent l'un des huit personnages secondaires. Le jeu étant construit de façon procédurale, tout le monde ne les découvrira pas forcément les mêmes choses, ni dans le même ordre, ni même dans des environnements totalement identiques - ne vous attendez toutefois pas à des changements majeurs à ce niveau. Ces différents chapitres au sein d'un épisode ont à cœur de proposer des situations variées aux mécaniques de gameplay simples et accessibles : jouer du trombonne en suivant (maladroitement) les lignes mélodiques, éviter le traffic au volant d'une voiture, tirer sur un véhicule, servir de l'essence à une station service, se lancer dans une partie de Pwong (pas d'erreur sur le nom) sur une borne d'arcade, ne pas énerver un inquiétant chauffeur de taxi, etc. Certains de ces mini-jeux font plusieurs apparitions, et même s'ils ne sont pas tous spécialement transcendants à pratiquer, ils se fondent bien dans l'expérience globale et sont surtout très nombreux, en plus d'être parfois surprenants. En dehors de ces activités spécifiques, il faut explorer les petites zones dans lesquelles on se trouve, discuter avec les différents protagonistes et entretenir sa forme en dormant (à la belle étoile ou dans un chambre de motel), en mangeant et en buvant. Pour ce faire, il vous faudra bien sûr quelques pièces sonnantes et trébuchantes, à récupérer dans le décor ou en donnant divers coups de main sur votre route. Dis comme cela, on pourrait croire que Road 96 n'a pas tant de choses que cela à offrir, mais il ne faut pas se fier aux apparences. D'une part, l'écriture des personnages fait que l'on s'attache assez vite à ces âmes en peines, et puis il y a cette ambiance de road movie à l'Américaine et ces surprises (aussi bien en termes de saynètes que de choix scénaristiques) qui font que l'on a toujours envie de relancer un nouvel épisode une fois que l'on en a terminé avec l'un de ces ados. Concernant le potentiel de rejouabilité, il s'appuie sur l'envie de découvrir les arcs narratifs entiers des huit personnages dont nous parlions plus haut. De ce que nous avons pu voir du New Game + et de ce qu'il a à offrir en termes de contenu, le problème semble être que les séquences de jeu ne se limiteront pas à celles manquées dans la première partie. C'est assez dommageable dans le sens où il vous faudra fatalement revivre les mêmes événements une seconde fois dans les scènes déjà jouées. En effet, comme souvent dans le genre narratif, des approches (ou des lignes de dialogue) différentes n'influent pas nécessairement sur l'issue d'une situation, comme nous avons pu le constater. Même si le fait de conserver toutes les capacités spéciales peut donner accès à plus de possibilités la seconde fois, il n'est pas dit que cela suffise à changer radicalement l'expérience.

Je s'appelle Route

Plus stylisé qu'un Life is Strange visuellement, Road 96 s'appuie sur une direction artistique très réussie avec un character design qui fait beaucoup dans l'appréciation que l'on a de ses personnages secondaires. Leurs traits rappellent celui de la bande dessinée, les couleurs foisonnent et les paysages traversés possèdent tous un certain cachet, et si ce n'est l'impression d'une légère redondance des visages des PNJ moins importants, il n'y a pas grand chose à regretter de ce côté. D'un point de vue technique, le bilan est un peu plus mitigé, même si les performances restent correctes. L'apparition un peu tardive de la végétation par terre aurait pu être plus discrète, mais cela n'affecte pas le plaisir de jeu heureusement. Le genre nous a habitués à des bandes originales savamment choisies (on pense encore une fois à Life is Strange) et les Français de Digixart l'ont bien compris. On y retrouve donc des sonorités plutôt variées : électronique, avec des artistes comme The Toxic Avenger ou Robert Parker, folk avec Adrian Gaad ou notre chouchou Mark - Cocoon - Daumail et sa très "catchy" The Road, ou même rock dès que l'on croise le routier John "Papa Bear". Des couleurs très années 90 qui vont évidemment très bien avec l'époque à laquelle se déroule l'aventure, avec des morceaux qui se démarquent suffisamment les uns des autres pour qu'on les reconnaisse au premier coup d'oreille et écoutant la BO en dehors du jeu. On n'ira pas jusqu'à dire que tous les morceaux nous ont absolument conquis, mais comme les goûts et les couleurs ne se discutent pas, difficile d'en tirer la moindre conclusion. Pas de VF pour les dialogues, mais une VOSTFR convaincante dans son ensemble que l'on vous laisse juger sur pièce avec notre longue vidéo de gameplay. Le jeu n'imposant jamais de prendre des décisions rapidement, les moins anglophones d'entre vous ne seront pas pénalisés.

Verdict


Le genre narratif étant désormais bien établi dans notre médium, il n'est pas spécialement utile d'épiloguer pendant des heures sur l'intérêt purement ludique de certaines des mécaniques de gameplay qui s'y ajoutent en général. Road 96 tente une approche un peu différente de la narration dans la mesure où il ne raconte pas tant l'histoire du joueur que celle des personnages qu'il va croiser. Une aventure qu'il vivra au travers des yeux de plusieurs adolescents dont il façonnera les opinions politiques à l'envie, soit de manière collégiale pour influer sur la destinée du pays, soit de façon plus individuelle s'il le souhaite. Le sujet a beau être sérieux et les évènements qui se déroulent dramatiques, avec parfois la mort pour issue, l'ambiance qui se dégage est accrocheuse, tantôt drôle quand on croise deux bandits de la route pas bien malins, tantôt inquiétante quand on est amené à croiser un certain Jarod. Digixart manie avec un certain brio le passage d'une atmosphère à l'autre, avec des personnages qui font évidemment office de caricatures de la société dans laquelle nous vivons. Le pays dans lequel se déroule Road 96 a beau être fictif, il semble pourtant bien familier et résonne avec nombre de préoccupations actuelles dans notre monde. Mais le jeu de Digixart n'a pas forcément vocation à éveiller les consciences politiques de chacun, ce qui prime avant tout est de raconter une histoire, de nous faire découvrir des personnages aux parcours propres et la manière dont ils traversent les événements. Et à ce petit jeu là, le contrat est largement rempli de notre point de vue. Si vous êtes sensible au genre, il ne vous reste donc plus qu'à prendre la route 96 et vous laisser porter jusqu'à son terminus en compagnie de Zoé, John, Stan et Mitch, Fanny, Alex, Sonya et Jarod.
  • Les plus
  • Narration efficace
  • Personnages attachants
  • Approche intéressante de l'histoire
  • Les ambiances qui se dégagent
  • Mini-jeux et situations nombreux et variés
  • La bande originale bien dans le ton
  • La direction artistique
  • Les moins
  • Techniquement imparfait
  • On ne peut pas toujours influer sur l'issue des scènes
  • Quelques erreurs de pronoms parfois
eskyves - n comme noob
eskyves
Commentaire du 14/04/2022 à 16:11:50
Je pense que je vais tenter l'aventure, ça a l'air bien sympathique ce petit jeu!
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 14/04/2022 à 21:16:35
Il fait parti de mon backlog celui-là. Viendra un jour où il sera celui que je lance :).
En réponse à
Elidjah
Elidjah
Commentaire du 12/07/2022 à 20:56:00
Je recommande vivement (j'avais zappé complétement cette review)... J'ai vraiment adhéré à l'histoire, c'est pour moi dans le haut du panier des jeux narratifs. Si, à l'avenir, il y a un autre jeu du même type par ce studio, ce sera day one pour bibi.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 12/07/2022 à 21:54:23 En réponse à Elidjah
Tout aussi narratif mais dans un genre différent, ils avaient fait 11-11 Memories Retold.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE SWITCH XBSX PS5
Edité par
Digixart Enterta...
Developpé par
Digixart Enterta...
Patreon

135 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Driftwood

    Driftwood @Soda: nope (il y a 4 Heures)

  • Soda

    Soda @GSY : vous avez pu tester le dernier jeu de Moon Studios ? Il est dispo sur Steam en Early acces (il y a 6 Heures)

  • reneyvane

    reneyvane La seconde extension de FF16 est disponible sur le PSN de la PS5, elle fait -3go de + que la précédent qui était + linéaire et nécessité d'avoir atteint tel chapitre pour y accéder. (il y a 12 Heures)

  • reneyvane

    reneyvane @MadDemon: Rockstar fait sans doute le minimum pour RDR2 PS5/XSX pour se laisser sous le coude de sortir une version à peine remanier. (il y a 12 Heures)

  • MadDemon

    MadDemon @reneyvane: red dead 2 j'y crois plus pour ma part 😕 (il y a 1 Jour)

  • reneyvane

    reneyvane @MadDemon: C'était aussi un patch promis depuis si longtemps que ça redonne un très maigre espoir pour "Red Dead Redemption 2". (il y a 1 Jour)

  • MadDemon

    MadDemon @reneyvane: j'ai bien peur que ça n'apporte pas grand chose car sur ps4 ou même la pro le jeu était déjà propre je trouve. L'avantage c'est que la maj est gratuite 👍 (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Il est de nouveau possible de télécharger les vidéos sur le site. Désolé pour le mois et demi de panne. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Notre vidéo PC de Between Horizons

  • Dimanche 14 avril 2024
  • davton

Notre vidéo PC de Horizon Forbidden West en 4K

  • Dimanche 14 avril 2024
  • davton

Notre vidéo de la démo d'Akatori

  • Jeudi 11 avril 2024
  • Driftwood