GSY Review PC PS4 Xbox One Switch

Resté assez discret depuis sa première présentation en 2016, State of Mind s'apprête enfin à débarquer sur nos machines, et nous vous conseillons vivement de jeter un œil à la review et aux vidéos qui suivent. Amateurs de jeux d'aventure narratifs et d'anticipation, voici assurément un titre à ne pas manquer cet été.
Version testée : PC.

State of Mind d’or

Le futur et ce qu’il nous réserve, une thématique classique que l’on croise régulièrement dans la littérature, le cinéma et les jeux vidéo, et qui connaît un certain boom depuis quelques années. Il faut dire que les auteurs les plus connus s’intéressent de plus en plus à la question par le prisme des dérives technologiques que l’on peut imaginer à partir des progrès d'aujourd'hui. Qu’ils parlent de transhumanisme, d’intelligence artificielle ou de robotique, chacun semble vouloir donner sa perspective sur un avenir généralement annoncé comme particulièrement sombre pour l'humanité. De fait, on ne s'étonnera pas outre mesure de constater que le monde imaginé par Martin Ganteföhr ne va pas particulièrement bien, comme un malade souffrant d'un mal que plus rien ne parvient à apaiser.

En 2048, les guerres et les tensions internationales se succèdent, la pollution a largement dépassé les seuils dangereux pour la santé, l’homme est de plus en plus souvent remplacé par les robots et les androïdes. Dans ce capharnaüm social, politique et scientifique, Richard Nolan est l’un des rares journalistes à dénoncer la course folle vers le tout numérique, que certains voient comme une sorte d'échappatoire. Marqué par une histoire personnelle qui lui a façonné un caractère bien trempé, Nolan débute l'aventure à l'hôpital, où il est conduit à la suite d’un accident de voiture. À son réveil, il réalise que le choc lui a fait perdre une partie de sa mémoire. Plus ennuyeux, sa femme Tracy et son fils James ont quitté l'appartement familial, et c’est un robot domestique qui le lui apprend à son retour à la maison. Lui qui n’a jamais pu supporter la présence de ces machines qu’il méprise profondément, il ne comprend pas pourquoi sa femme la lui impose en plus de son départ surprise chez ses parents. Les choses ne vont pas très fort dans son couple c'est vrai, mais tout de même, cela commence à faire beaucoup.

Parallèlement, Adam Newman est un homme en apparence comblé. Sa femme Amy, bien que très occupée par son travail, se soucie de son bien-être, et son fils John, malgré une santé fragile, est un bon garçon. Pourtant, son destin va être particulièrement lié à celui de Richard, à commencer par cet accident dans lequel il a lui aussi été impliqué. Ces deux personnages ne seront pas les seuls que vous serez amené à incarner au cours des dix heures que dure l'aventure, mais ils restent les deux protagonistes que vous suivrez le plus souvent. À la manière de GTA V, vous serez même libre de passer de l’un à l’autre à pratiquement n’importe quel moment, la progression de l’un étant totalement dépendante à celle de l'autre. Vous nous connaissez, pas question d’en dire davantage sur l'intrigue du jeu, passionnante à suivre de bout en bout. On se contentera de vous dire qu’après avoir croisé Martin Ganteföhr pendant la Gamescom 2016, nous avions des attentes importantes à ce niveau et qu’elles n’auront pas été déçues.

Berlin l’Enchanteur

Première raison à cela, la direction artistique de State of Mind est une pure merveille. Mélangeant habilement une modélisation réaliste du décor et un rendu très polygonal des personnages ou de certains éléments du paysage, le jeu affiche une plastique reconnaissable au premier coup d'œil. Berlin, New-York, City5, on voyage assez peu dans le jeu mais on le fait bien, avec des ambiances incroyablement bien restituées que soulignent de bien jolies séquences cinématiques. Ces dernières, en plus d'être parfaitement mises en scène, nous renvoie directement au début des années 90 et et aux avancées de développeurs comme Éric Chahi et Paul Cuisset, le tout dans un écrin bien plus à même de faire frémir les générations actuelles. Courtes mais toujours cadrées avec minutie, ces cutscenes servent généralement à présenter une nouvelle zone, des zones assez limitées en taille, mais néanmoins vivantes. PNJs, circulation, débarquement de robots policiers par hélicoptère, le soin apporté à l'environnement est tel que l'on y croit dur comme fer.

Deuxième point fort, la bande son possède assurément tous les arguments nécessaires pour illustrer comme il se doit le propos du jeu. Pour commencer, la bande originale sied parfaitement à l'univers cyberpunk créé par Martin Ganteföhr, et nous a même souvent surpris par ses qualités orchestrales ou la justesse de ses sonorités aux couleurs plus mélancoliques. Le doublage anglais, dont on craignait qu'il ne soit pas à la hauteur dans une telle production, confirme tout le bon travail dont est habituellement capable Daedalic dans le domaine, malgré des dialogues trop statiques dans leur mise en scène et quelques acteurs/actrices moins convaincants. Un vrai soulagement tant des acteurs mal dirigés auraient pu faire sombrer l'ambitieux navire narratif de Martin Ganteföhr. D'autant que le scénario est véritablement réussi, l'écriture des personnages ayant fait l'objet du plus grand soin. Richard Nolan n'est pas forcément le héros lisse que l'on a l'habitude de trouver dans notre médium, mais l'on s'y attache malgré tout à mesure qu'il évolue et que l'on apprend à le connaître. La découverte de son passé a d'ailleurs une grande importance dans la construction narrative du jeu.

Mais qu'en est-il alors de l'aspect ludique de State of Mind ? Sans aller jusqu'à dire qu'il s'agit bien là d'un jeu à gameplay, il serait mal avisé de le comparer aux productions Telltale. Tout d'abord, si le jeu propose bel et bien des choix cruciaux en fin d'aventure, il ne fait pas reposer toute sa narration sur cela. Ensuite, bien que très accessible, State of Mind prend un malin plaisir à varier les séquences de jeu. Hacking (trop basique mais jamais envahissant), infiltration pour les nuls Blim, exploration, recherche d'indices sur ordinateur, les situations évitent généralement toute redondance. On aura bien évidemment l'occasion de revenir dans certains lieux à des fins scénaristiques (les appartements des deux personnages principaux par exemple), mais d'une manière générale, tout semble naturel et logique dans les allées et venues des héros. Et puis il y a toutes ces petites surprises de situations de jeu, que l'on taira ici pour ne pas vous enlever le plaisir de les découvrir par vous-même. Ce n'est pas qu'elles proposent un réel challenge, au contraire, mais jusqu'au bout de l'aventure, on se fera régulièrement surprendre par les situations de jeu.

Verdict


Avec l'effervescence du genre narratif depuis quelques années, il est bien naturel de se montrer méfiant face à un nouveau-venu, quand même il a le bon goût de ne pas proposer ses services en abusant encore d'un modèle épisodique. Sauf que voilà, State of Mind n'a pas besoin d'étaler son intrigue pour plusieurs mois pour faire parler de lui en bien, il arrive sans crier gare en bon outsider qu'il est pour mettre au tapis bon nombre de ses vaillants adversaires. Artistiquement génial, doté d'un scénario accrocheur, le jeu de Martin Ganteföhr n'est pas qu'une simple alternative possible au genre, c'est un brillant exemple à suivre, qui parvient à imiter l'élégance cinématographique des cadrages de ses cinématiques mieux que n'importe quel jeu Telltale à ce jour. Un vrai hommage aux œuvres de science-fiction de la littérature et du cinéma que vous seriez bien inspiré de déguster comme il le mérite avant l'indigestion annoncée des jeux de la rentrée.
  • Les plus
  • Un univers immersif
  • Un scénario et une écriture de qualité
  • DA et graphismes sublimes
  • Les cinématiques
  • Bande son
  • 10 heures de jeu passionnantes
  • Notre coup de cœur de l'été !
  • Les moins
  • Le mini-jeu de hacking vraiment trop basique
  • Pas d'effort de mise en scène pendant les dialogues
  • Deux passages mal optimisés sur PC
  • Jamais difficile
guts_o - Chauffeur de salle
guts_o
Commentaire du 13/08/2018 à 17:14:28
Il a l'air bien sympa en effet.
En réponse à
SweeneyTodd - Undercover Modocop
SweeneyTodd
Commentaire du 13/08/2018 à 18:04:57
C'est ajouté à la liste de souhait, rien que le test m'a suffit et les quelques extraits que j'ai eu le temps de regarder m'ont définitivement donné envie.
En réponse à
Dazman - Stade Falloir
Dazman
Commentaire du 13/08/2018 à 19:48:08
Je ne conaissais pas ce jeu, maintenant je le veux ;)
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 13/08/2018 à 20:22:57
Ça donne envie tout ça. C'est cool que le jeu soit à la hauteur sur la narration.
En réponse à
MadPchhit
MadPchhit
Commentaire du 15/08/2018 à 23:14:27
Je prends !!
J'avais raison du coup, c'était ce jeu que Drift encensait dans la shoot?
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE SWITCH
Edité par
Daedalic Enterta...
Developpé par
Daedalic Enterta...
Patreon

154 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • rouge

    rouge @Soda: Comme quoi la pression était énorme, c'est preque dingue qu'il perd que 6-4,6-4,6-4 quand on voit le match qu'il fait. C'est vrai que la finale dame était netemment plus intéssante niveau jeu. (il y a 2 Jours)

  • Soda

    Soda Incroyable / Djoko qui passe a coté de sa finale et rate donc le GC... Bravo à Medvedev, il a su faire son match mais bordel, qu'est ce que c'était pauvre en beau jeu ce match (il y a 3 Jours)

  • TheDud

    TheDud plutôt d'accord avec Xracer à propos de gow à cela prêt que je ne trouve pas Horizon 2 next gen non plus (cf l'aliasing relevé par DF et bien visible quand on regarde le trailer en 4k sur TV) (il y a 6 Jours)

  • XRacer

    XRacer Je suis curieux de voir la version ps4 de HZ 2 et surtout de ce GOW mais j'en attendais beaucoup. C'est vrai que ça reste cross. Que ça serra un peu plus haut techniquement malgré tout (très timide). (il y a 6 Jours)

  • XRacer

    XRacer @elbourreau: On pourrait dire que Flying simulator les asset cassent pas trop brique à un canard par exemple. y a pas que ça. Et ceux de ce GOW sont clairement sur le standard ps4 (il y a 6 Jours)

  • XRacer

    XRacer @elbourreau: D'affirmer des chose sans avoir du concret pour.Ou parfois la qualification. Et puis, ça n'a aucun sens de dire les assets explosent (en quoi polys, etc... ?),ça dépends du type jeu aussi (il y a 6 Jours)

  • elbourreau

    elbourreau @XRacer: Je vois pas ce qui est présomptueux, mais si ca te fait plaisir. (il y a 6 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood L'annonce n'a pas l'air de passionner grand monde mais on rappelle que l'on sera en direct sur Hitman 3 à 21h00 pour 45 minutes de présentation du dernier volet de la trilogie. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

GSY Preview : Sherlock Holmes Chapter One

  • Jeudi 16 septembre 2021
  • Driftwood

Lost in Random en vidéo Gamersyde

  • Jeudi 16 septembre 2021
  • Driftwood

GSY Review : Aragami 2

  • Mercredi 15 septembre 2021
  • Driftwood