GSY Review PS5 Xbox Series X PC PS4 Xbox One

Dans la grande famille des JRPG, la série Tales of possède une aura très importante au Japon depuis la sortie du premier épisode en 1995, mais elle aura tout de même mis du temps à se faire une place en Occident, notamment depuis Tales of Symphonia sur GameCube, qui aura été le premier épisode disponible en Europe. Particulièrement attendu par les fans, Tales of Arise sera disponible le 10 septembre sur Xbox One, Xbox Series X|S, PlayStation 4, PlayStation 5 et PC et nous allons vous donner notre avis sur cette nouvelle aventure. Le test a été réalisé sur la version PlayStation 5.

Tales père, Tales fils

La série Tales of en quelques chiffres, c’est donc plus de 25 ans de présence sur de nombreuses générations de consoles, 22 épisodes canoniques, 40 jeux sortis et quasiment 24 millions de ventes au total, sans compter les nombreux produits dérivés comme des romans, des mangas ou des animés. Dans le petit monde du jeu vidéo, Tales of est donc une marque connue et reconnue, mais il aura tout de même fallu patienter un moment avant de voir l'un des épisodes de la série débarquer dans notre beau pays. En effet, c’est en 2003 que Tales of Symphonia arrive sur GameCube au Japon, mais le petit évènement à l’époque sera bien évidemment la sortie un an plus tard du jeu en Europe. En mélangeant de nombreuses mécaniques de gameplay classiques des JRPG tout en apportant un gros dynamisme au niveau des combats, le tout saupoudré de cinématiques penchant très fortement sur l’animé, le jeu trouva immédiatement son public.

Ce dynamisme dans les combats, on le retrouve d’ailleurs depuis le tout premier opus de la série : Tales of Phantasia sorti en 1995 sur Super Famicom. Un épisode qui n’aura malheureusement jamais atteint l’Europe, à part en important le jeu (nous ne parlons évidemment que de la version originale, et pas de la version Game Boy Advance parue en 2006). Contrairement aux Final Fantasy (avec l’Active Time Battle) ou Dragon Quest qui présentent des combats au tour par tour, les Tales of proposent des affrontements en temps réel. Sur le champ de bataille, vous dirigez directement l'un de vos personnages pendant que 3 de vos compagnons se battent également à vos côtés. Tous auront des styles bien différents : les meilleurs combattants seront plus enclins à se battre aux corps à corps avec des armes de mêlée, mais également à distance en utilisant diverses armes à longue portée, d’autres seront très à l’aise pour utiliser la magie et déclencher des sorts dévastateurs, alors que certains seront spécialisés dans les soins et les magies curatives. Ce système de combat - le Linear Motion Battle System de son petit nom - est donc l'une des grandes caractéristiques des jeux de la série, et on le retrouve bien évidemment dans Tales of Arise.

L’autre grande particularité des Tales of est très certainement sa direction artistique et son character design qui, bien qu’ayant évolué au fil des années, garde toutefois une patte bien spécifique que l’on peut généralement reconnaître assez facilement à la sortie d’un nouvel épisode. Chaque épisode se déroule dans un monde différent (sauf pour les suites Tales of Destiny 2 ou Tales of Xillia 2 bien entendu), et pourtant, les traits de certains personnages sont souvent proches d'un opus à l'autre. Plusieurs Character Designers se sont assez logiquement partagés la tâche durant ces 25 années. Kōsuke Fujishima, mangaka reconnu pour Ah! My Goddess ou You're Under Arrest, entre autres, a officié sur Tales of Phantasia, Symphonia, The Abyss ou encore Vesperia. Mutsumi Inomata a quant à lui posé son crayon sur Tales of Graces, Xillia et Zestiria. Enfin, c'est aujourd’hui Minoru Iwamoto qui, après avoir travaillé sur Tales of Zestiria et Berseria, est devenu Character Designer de ce nouveau volet intitulé Arise.

Un autre fait marquant de la franchise en Europe, bien plus proche de notre année 2021, aura clairement été la sortie de Tales of Zestiria en 2015. En effet, le jeu proposa, pour la première fois dans une version majeure de Tales Of, le "Dual Audio", c'est-à-dire le choix entre les doublages japonais et anglais. Une bonne habitude qui sera conservée lors de l’arrivée de Tales of Berseria en 2016, mais aussi de Tales of Arise. Comme vous l’aurez donc certainement remarqué si vous découvrez les Tales of avec ce nouvel épisode, l’histoire de la franchise est très riche, de par le nombre de jeux sortis bien sûr, mais on aussi retrouvé aussi cette richesse dans son évolution globale. Personnellement, je ne me considère absolument pas comme un spécialiste absolu de la franchise, mais Tales of a toujours été une série qui m’a suivi dans mon parcours de joueur attiré par les JRPG. J’avais donc à cœur de découvrir si Tales of Arise allait pouvoir profiter de l’héritage de ses aînés en proposant une formule sans accrocs, une sorte d’aboutissement après 5 longues années passées à patienter depuis Tales of Berseria. Spoiler alert : l'attente n'aura pas été vaine…

La tribu de Dhana

Les évènements de Tales of Arise se déroulent sur la planète de Dahna, 300 ans après un affrontement terrible contre une planète proche : Rena. Sans crier gare, les Reniens vont conquérir Dahna et imposer un règne de terreur, faisant de leur territoire un régime tyrannique gouverné par 5 seigneurs. Après 300 ans de souffrances, la majorité des Dahniens a oublié la notion de liberté, leurs vies se résumant à servir d’esclaves sans aucune possibilité de rébellion compte tenu de la supériorité du peuple de Rena en termes de puissance et d’avancée technologique. Mais pour s'assurer une servitude inconditionnelle des Dhaniens, les Reniens ont également créé artificiellement de redoutables créatures : les Zeugles. Véritables armes biologiques, elles font désormais partie intégrante de l’écosystème de Dahna et certains sont devenus des Zeugles errants, des menaces à prendre très au sérieux. Aujourd’hui, les Dahniens sont appelés les Incrustés, en rapport au Noyau en forme de pierre incrusté sur le dos de leurs mains par les Reniens.

Ces pierres transforment la force vitale d’un habitant en énergie astrale, une énergie qui est transmise directement au vaisseau spirituel de chaque royaume. On trouvera un vaisseau au centre de chacun des 5 royaumes, leur but étant de stocker cette énergie dans un noyau primordial, représentant la source du pouvoir d’un seigneur. Il en existe donc 5 : l’eau, le feu, l’air, la terre et la lumière. Toute cette opération n’aura qu’un seul but : désigner un nouveau souverain, le chef suprême des Reniens, lors du Tournoi de la Couronne qui aura lieu tous les sept ans. Les règles sont simples : le seigneur ayant accumulé le plus d’énergie astrale est désigné vainqueur, tout cela en profitant bien évidemment de la supériorité du peuple Renien sur le peuple Dahnien, en volant l’énergie à la planète et à ses habitants et en les exploitants au maximum.

Comme vous pouvez le voir, la trame principale sur fond d’esclavagisme et de tyrannie n’est pas des plus joyeuses, mais il existe toujours une lueur d’espoir. Au début de l’aventure, vous allez prendre le contrôle de Masque de fer/Alphen dans le royaume d’Orbus Calaglia, un esclave Dahnien malheureusement amnésique qui ne se satisfait pas de la situation actuelle. Sans aucun souvenir, il est pourtant doté d’une caractéristique très spécifique : il ne peut ressentir aucune douleur. Vous allez rapidement découvrir qu’un mouvement de rébellion existe pourtant dans ces terres de désolation : un groupe de résistants se faisant appeler les Corbeaux Rouges dirigés par leur chef Zephyr. Durant cette rencontre, vous ferez la connaissance de Shionne, une Renienne elle aussi dotée d’un pouvoir bien particulier : quiconque la touche se voit en effet infliger de blessures et de douleurs intenses.

Nous ne rentrerons pas dans les détails pour ne pas vous spoiler le scénario, mais durant une évasion, le lien étroit entre les deux personnages vous sera révélé et vous comprendrez alors l’ampleur de la tâche qui vous incombe : essayer de libérer Dahna du joug de Rena en combattant les seigneurs présents dans les 5 royaumes. Tantôt jovials, tantôt tragiques, les évènements que vous traverserez durant l'aventure ne devraient pas vous laisser indifférent. Nous avons en tout cas découvert cette histoire avec beaucoup d’attention et de curiosité, sans aucune lassitude ni sentiment de longueur dans le scénario comme nous pouvons parfois le ressentir dans les JRPG. Il faudra toutefois vous faire à l’idée que les dialogues et autres cutscenes seront assez nombreux. Ce n’est pas un défaut de notre point de vue mais cela pourrait peut-être ne pas convenir à certains joueurs plus intéressés par les mécaniques de gameplay offertes par Tales of Arise.

Mise en œuvre d'artes

Nous vous parlions plus haut du Linear Motion Battle System, un nom bien barbare pour des combats dans un JRPG me direz-vous. Les combats se déclenchent en touchant un Zeugle errant ou un soldat Renien, et vous placeront dans une petite arène dans laquelle vous pourrez vous déplacer librement. Un appui sur R1/RB exécutera une attaque normale, que vous pourrez enchainer pour déclencher des combos au sol ou aériens. Viennent ensuite les artes, des compétences spéciales qui vont vider votre Jauge d’Artes ou JA et qui sont assignées aux touches Triangle/Y, Carré/X ou Croix/A. Vous ne pourrez cependant pas enchainer indéfiniment ces artes, la JA se restaurant au fur et à mesure. Les artes sont découpés en deux catégories : les artes martiaux et les artes arcanes, ces derniers étant généralement plus puissants. Certains artes offensifs vous donneront la possibilité d’envoyer votre ennemi dans les airs, alors que d’autres vous permettront au contraire de les projeter vers le sol.

En gagnant de l’expérience, vous débloquerez de nouveaux artes et découvrirez ainsi de nouvelles possibilités de combos parfois très efficaces, rendant les combats très intéressants si vous vous donnez un minimum la peine de creuser le système de combat. Vous pourrez aussi déclencher des attaques bonus qui sont liées au remplissage de la jauge du même nom, chacun de vos alliés en possédant une. En appuyant sur la croix directionnelle, vous déclencherez cette attaque puissante qui pourra également être combinée à d’autres, aussi ne faudra-t-il pas hésiter à s’en servir. Gardez aussi à l’esprit que même si vous ne contrôlez qu’un personnage à la fois, les autres ne resteront pas dans leur coin à attendre que le temps passe : vous pourrez vous-même choisir qui seront les 4 personnages prenant part au combat et les 2 restants en réserve, mais vous pourrez également leur affecter une stratégie différente ou même changer le personnage que vous dirigez en plein combat.

Par exemple, vous serez libre de déterminer le comportement de vos compagnons en leur demandant de se battre avec modération pour éviter de prendre trop de dégâts, ou de se concentrer sur la guérison. Il existe encore bien d’autres possibilités lors des affrontements, et si le début de l’aventure semble assez lent lorsque vous ne combattez qu’avec deux personnages, les choses vont rapidement changer lorsque d’autres camarades viendront se joindre à vous : l’action devient alors assez intense et l’écran se remplira très rapidement d’innombrables effets divers et variés, allant de la magie de feu destructrice aux coups au corps-à-corps brutaux déclenchés par des artes ou des attaques bonus en pagaille. Voici donc ce qui donne cette substance particulière aux Tales of par rapport aux JRPG au tour par tour plus classiques : ce dynamisme et cette frénésie qui entourent chaque combat, ce côté jouissif lors des joutes les plus relevées alors que l’écran explose de mille feux.

Même si cela se paye parfois par de légers soucis de visibilité lorsque l’écran se retrouve submergé de sorts et d’artes puissants qui déclenchent de nombreux effets à l’écran. Ce n’est toutefois qu’un défaut mineur comparé à la satisfaction que procure un face-à-face avec des ennemis. On ne vous détaillera pas la totalité du système de combat car il y aurait encore énormément de choses à dire, mais vous avez certainement compris que les affrontements font preuve d'une variété très appréciable pour peu que l’on se donne les moyens de les approfondir sans céder à la folie du button mashing. D'autant plus que chaque personnage possède sa propre façon d’attaquer, de défendre ou d’utiliser les artes. Par exemple, Alphen est plutôt spécialisé dans le corps-à-corps, alors que Shionne est une experte du combat à distance et des sorts de guérison. Libre à vous de jouer avec le personnage qui vous attire le plus, tout en sachant que ceux qui vous accompagnent ne seront pas de simples boulets qui attendent patiemment qu’on leur dise quoi faire.

De quoi en faire tout un plat

En dehors des mécaniques liées aux combats, Tales of Arise sait aussi faire dans le plus classique avec des systèmes de progression par expérience, des coffres à trouver pendant votre exploration des différents lieux traversés, ou encore de nombreuses quêtes annexes que vous pourrez trouver un peu partout. Il est important de noter que Tales of Arise n’est pas un open world, il est construit de manière plus traditionnelle, avec des étendues plus ou moins grandes reliées entre elles par un temps de chargement assez court. Une option de voyage rapide est également présente, vous permettant de vous rendre instantanément sur un lieu déjà découvert. Vous pourrez bien évidemment changer d’équipement, votre arme, armure et de nombreux accessoires composant votre panoplie du parfait guerrier, et vous pourrez également découvrir plusieurs tenues pour chacun des personnages.

Vous aurez aussi la possibilité de recourir aux services d’un forgeron pour créer de nouvelles armes et à un orfèvre pour la création d’accessoires, le tout se monnayant contre de l’argent et des matériaux que vous trouverez un peu partout. Un système de cuisine est également de la partie dans les campements ou les auberges, où vous pourrez obtenir des effets bénéfiques temporaires en préparant de bons petits plats. Si les premières recettes sont assez limitées et pauvres en ingrédients, vous en trouverez de nouvelles au fur et à mesure. Vous devrez récolter ce dont vous aurez besoin durant les phases d'exploration mais vous pourrez tout aussi bien faire le plein auprès de marchands. Sachez au passage que certains effets supplémentaires pourront vous être attribués si une personne spécifique de votre équipe s’occupe de la confection dudit plat. Vous pourrez ainsi rallonger la durée d’effet de votre préparation, ou encore obtenir un bonus additionnel en utilisant des aliments supplémentaires dans la recette.

Quelques actions de terrain peuvent également être déclenchées durant vos découvertes. Alphen pourra par exemple absorber l’énergie de certains murs de feu qui bloquent votre passage, alors que Shionne pourra se servir de ses artes de guérison pour soigner les personnages non joueur que vous croiserez de temps en temps. Les complétionnistes chevronnés seront également ravis d’apprendre que des hiboux sont disséminés un peu partout dans le monde et que les récupérer vous permettra d’obtenir des bonus assez intéressants dans un lieu spécifique. Un dernier mot sur la découverte de l’histoire, qui se fait donc généralement par le biais de cutscenes ou de séquences façon animé comme nous l'évoquions déjà au début de cet article, mais également grâce à de petites saynètes que vous pourrez déclencher dans certaines situations en appuyant sur la touche R1/RB : ces conversations complètement optionnelles seront une bonne occasion d’en découvrir plus sur les personnages et leur histoire personnelle, mais elles pourront tout à fait être mises de côté pour celles et ceux qui préfèrent avancer au plus vite dans l’aventure.

Enfin, pour modeler votre progression et la rendre plus ou moins facile, il existe différents modes de difficulté allant du mode "Histoire", qui rend les combats très accessibles et conviendra donc à ceux qui veulent juste découvrir l'intrigue, au mode difficile, qui propose évidemment un challenge bien plus relevé. Sans rentrer dans ce fameux débat sur la difficulté dans un jeu vidéo, nous sommes simplement satisfaits de voir ce genre d’options dans un jeu : ici peu importe votre niveau ou votre capacité à maitriser les systèmes de combat, vous devriez y trouver votre bonheur. L’autre bonne idée étant que vous pourrez modifier ce niveau de difficulté n’importe quand, n’hésitez donc pas faire un tour dans les options si vous butez sur un affrontement trop difficile. De quoi évitez une trop grande frustration si vous avez opté pour une difficulté trop élevée et ne parvenez plus à progresser.

Tales à vivre

Nous avons un peu abordé l’histoire de la série Tales of, fait un tour d’horizon des possibilités offertes par le jeu durant les combats, donné quelques informations sur la progression de vos personnages, mais nous n’avons pas encore abordé la partie technique. Tales of Arise n’est désormais plus développé via un moteur maison mais via l’Unreal Engine 4, légèrement remodelé avec un shader graphique spécifique que les développeurs ont nommé "atmosphérique" afin d’obtenir un rendu proche de l'aquarelle et ne pas perdre l’esprit graphique des anciens Tales of. Le bond qualitatif est assez impressionnant par rapport à Tales of Berseria, aussi bien au niveau des graphismes que des animations. Chaque royaume ayant sa propre ambiance, nous avons beaucoup apprécié la découverte de ces lieux tantôt un peu désertiques, tantôt très hauts en couleurs. Un petit bémol est cependant à évoquer, la distance d’affichage des textures étant assez limitée. En résulte donc parfois une tendance à les faire apparaître assez tardivement. Un détail qui ne gâche heureusement aucunement le plaisir des yeux, même si certains ne manqueront pas de le remarquer.

Mention très bien également pour les pistes musicales du jeu de Motoi Sakuraba, le compositeur historique de la série mais pas que, puisqu’il est aussi à l’origine des quelques belles réussites dans d’autres jeux comme Star Ocean, Golden Sun, Baten Kaitos ou encore Dark Souls. Pour finir, un point assez important est à relever à propos du scénario et de l’intrigue : nous voudrions rassurer les joueurs qui ne connaissent pas vraiment la série en leur disant que non, vous n’avez pas besoin d’avoir joué à l'un des opus précédents, l’histoire étant totalement originale et indépendante des autres Tales of, avec des personnages créés pour l’occasion. D’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore fait, on ne saurait que trop vous conseiller d’essayer la démo disponible sur le store Microsoft ou PlayStation car elle devrait vous donner un bon aperçu des combats avec des personnages assez puissants et de niveaux intermédiaires tout en vous permettant de rencontrer les différents protagonistes, notamment le temps de quelques petites saynètes.

Verdict


N’y allons pas par quatre chemins, Tales of Arise sera sans doute l'un des meilleurs JRPG de 2021. Le jeu de Bandai Namco regorge d’atouts, à commencer par son système de combat très dynamique et assez jouissif, en passant par une superbe réalisation, des thèmes musicaux de qualité et un scénario qui donne envie de continuer à jouer en toutes circonstances. Après 25 ans d’existence, la série Tales of semble atteindre un niveau de maturité et d’expertise dans un genre qui peu parfois sembler faire du surplace. En témoigne d'ailleurs cette prise de risque avec le passage au moteur Unreal Engine 4 qui aura porté ces fruits. On vous recommande chaudement Tales of Arise, et si la flamme du JRPG est toujours intacte au fond de vous, on espère que vous prendrez autant de plaisir que nous à parcourir le monde de Dahna.
  • Les plus
  • Un scénario haletant
  • Une grosse durée de vie
  • Une OST de grande qualité
  • Des personnages charismatiques et attachants
  • Un système de combat profond et intelligent
  • Une superbe réalisation technique…
  • Les moins
  • … même si le retard d’affichage de certaines textures est parfois distrayant
  • La profusion d’effets pendant les combats rend l’action un peu confuse
  • Le côté couloir de certains environnements

Screenshots

  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
  • GSY Review : Tales of Arise - Screenshots
MadPchhit
MadPchhit
Commentaire du 08/09/2021 à 16:34:23
Merci pour le test, ça donne bien envie. 
En réponse à
Dazman - Stade Falloir
Dazman
Commentaire du 08/09/2021 à 16:54:18
J'ai jamais joué a un Tales of mais celui là le donne terriblement envie, et vu les avis je pense qu'il sera miens apres avoir fini Life is Strange TC ;)
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 08/09/2021 à 22:23:26
Bon j'ai plus le temps pour des morceaux aussi gros (et je garde une préférence pour le TpT), mais ce Tales of semble être un excellent cru. Rien que visuellement, il y a du très chouette!
En réponse à
YukiNoSai
YukiNoSai
Commentaire du 09/09/2021 à 09:10:23
Merci pour le test, je prendrai le temps de le lire ce soir. 
C'est la première fois qu'un tales of me fait autant envie (je n'en attendais rien à la base), mais j'ai vraiment du mal avec le clipping qui a l'air quand même vachement présent.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 09/09/2021 à 11:10:52 En réponse à YukiNoSai
Il y en avait aussi dans Scarlet Nexus et ça ne m'a pas empêché d'adorer. :)
En réponse à
Rapido
Rapido
Commentaire du 09/09/2021 à 19:38:18
heureusement que dans les moins comme un certain site de jeux video, vous n'avez pas mis "pas de multi"
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 09/09/2021 à 20:21:17 En réponse à Rapido
Je crois que j'ai vu ça quelque part oui, je ne me souviens pas où mais j'ai trouvé ça complément idiot. :)
En réponse à
davton - Tortue Géniale
davton
Commentaire du 09/09/2021 à 20:32:42 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Je crois que j'ai vu ça quelque part oui, je ne me souviens pas où mais j'ai trouvé ça complément idiot. :)
Pourquoi idiot ? D'anciens épisodes permettait de jouer en multi donc je peux comprendre que ça puisse manquer à quelqu'un  (même si ce n'est pas mon cas, je n'ai jamais fait de Tales of en multi).
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 09/09/2021 à 20:37:10 En réponse à davton
Ah my bad. Ma connaissance des Jrpg est incomplète et pour moi aucun ne se jouait en multi. 
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 09/09/2021 à 20:39:14
En tout cas, il est vraiment salué ce Tale of (87 sur metacritics).
En réponse à
davton - Tortue Géniale
davton
Commentaire du 09/09/2021 à 20:39:23 En réponse à Driftwood
Après c'était peut-être juste pour "râler" d'avoir une fonctionnalités en moins par rapport aux anciens, parce que c'est loin d'être la fonctionnalité qui tue pour moi.
En réponse à
Rapido
Rapido
Commentaire du 10/09/2021 à 19:58:26
Posté par davton
Posté par Driftwood
Je crois que j'ai vu ça quelque part oui, je ne me souviens pas où mais j'ai trouvé ça complément idiot. :)
Pourquoi idiot ? D'anciens épisodes permettait de jouer en multi donc je peux comprendre que ça puisse manquer à quelqu'un  (même si ce n'est pas mon cas, je n'ai jamais fait de Tales of en multi).
je ne pense pas avoir fait tous les tales of mais je n'ai aucun souvenir d'une version multi

edit : autant pour moi, tales of vesperia etait multi coop, j'ai pourtant fait le jeu, je ne m'en etais jamais rendu compte. Apres c'est juste pour les combats, je ne pense pas que ca soit top top
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE XBSX PS5
Edité par
Bandai Namco Ent...
Developpé par
Bandai Namco Ent...
Patreon

156 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Driftwood

    Driftwood @notourious67: j'en ai eu très vite marre de ne rien trouver de nouveau à faire et de toujours faire la même chose. Les jeux avec boucle temporelle, il y en a peu que j'ai aimés. (il y a 22 Heures)

  • notourious67

    notourious67 @Driftwood: :) j'arrive à comprendre qu'on accroche pas, d'ailleurs je lui trouve quelques défauts. Mais j'ai vraiment passé un bon moment . (il y a 22 Heures)

  • davton

    davton @notourious67: pareil, j'ai beaucoup apprécié. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @notourious67: moi j'ai même pas tenu 12 minutes. ^^ (il y a 1 Jour)

  • notourious67

    notourious67 J'ai passé une bonne après midi en compagnie de " 12 minutes " (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @davton: je me demande comment c'est possible vu que la plupart des gros trailers ne sont plus dispos que sur YT. Enfin tant mieux, c'est déjà ça. (il y a 1 Jour)

  • davton

    davton Si Gamersyde devenait une simple chaîne YouTube, je laisserais mes clefs sous le paillasson sans regret. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood L'annonce n'a pas l'air de passionner grand monde mais on rappelle que l'on sera en direct sur Hitman 3 à 21h00 pour 45 minutes de présentation du dernier volet de la trilogie. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

GSY Review : Tails of Iron

  • Vendredi 17 septembre 2021
  • Driftwood

GSY Preview : Sherlock Holmes Chapter One

  • Jeudi 16 septembre 2021
  • Driftwood

Lost in Random en vidéo Gamersyde

  • Jeudi 16 septembre 2021
  • Driftwood