GSY Review PC PS4 Xbox One

Après un désert tennistique de plusieurs années, nous avons connu en 2018 la sortie simultanée de deux nouvelles licences  : tout d’abord le très décevant Tennis World Tour (pour rester poli) et le prometteur AO International Tennis. Ce dernier a d'ailleurs eu droit à une suite, qui a peu fait parler d’elle malgré quelques évolutions apparemment bienvenues. Aujourd’hui nous allons passer au crible Tennis World Tour 2, pour le meilleur et pour le pire.

Enfants de la balle

Le jeu propose une sélection de 25 tennismen pro en activité dont 20 des 30 premiers actuels, excusez du peu. Il faut ajouter chez les femmes 11 tenniswomen également renommées pour compléter le tableau. On retrouve en outre pas moins de 4 joueurs représentant l’hexagone : Monfils, Paire, Mladenovic et Garcia. C’est donc un excellent roster de départ qui nous est proposé là ! À titre de comparaison, la référence Top Spin 4 ne proposait "que" 18 hommes (dont 8 n’étaient déjà plus en activité à l'époque) et 7 femmes. Pour ceux ayant précommandé le jeu vous aurez en bonus Marat Safin et Gustavo Kuerten. Le pass annuel inclus dans la Ace Edition du jeu doit apporter son lot de nouveaux joueurs et joueuses officiellement licenciés, qui débarqueront dans les mois qui viennent. Les stars de la petite balle jaune sont parfaitement reconnaissables mais la modélisation reste perfectible et les animations faciales sont peu convaincantes. Quand Roger sourit, il y a tout de même de quoi prendre peur ! Chaque joueur dispose de deux tenues, sauf les légendes et Fognini bizarrement. Il est notamment appréciable de pouvoir choisir d'équiper Caroline Garcia d'un bandeau ou d'une casquette, le genre de détail que les fans apprécient beaucoup.

Vous pourrez assouvir votre passion du tennis à travers le monde en 20 lieux différents pour un total de 23 courts, New York proposant pas moins de 4 stades distincts. La Ace Edition ajoute Roland-Garros (3 courts), Madrid, Halle et le Tie Break Tens, portant le total à 24 lieux et 29 courts. C’est un peu moins que les 37 destinations de Top Spin 4, qui avaient chacune leur personnalité, mais cela reste tout à fait acceptable pour varier les plaisirs. Pour ne rien gâcher, les terrains de TWT2 sont également réussis, avec des ambiances propres à chacun. Concernant les modes de difficulté, il y en a 6 au total  : le mode normal donne déjà du grain à moudre quand on débute, aussi peut-on supposer que le mode expert s'annonce un peu velu... Notez également qu’il est possible de changer la difficulté de l’IA en plein match dans le menu PAUSE. C’est une bonne chose pour ajuster le jeu à sa convenance, surtout quand on se retrouve en grande difficulté. Enfin, sachez que le Hawk Eye a été implémenté dans le jeu, ce qui apporte une touche supplémentaire de réalisme et des moments épiques quand on déjuge (à juste titre) un arbitre qui s’était trompé en notre défaveur à un moment clé du match.

Séances d’exhibitionnisme

Tennis World Tour 2 vous propose bien évidemment le classique mode exhibition qui vous permettra de défier l’IA ou des amis en local, que cela soit en simple ou en double, avec au choix les 36 joueurs licenciés, mais aussi tous les joueurs que vous aurez créés. Sachez qu’il est même possible de jouer avec l'un de nos avatars contre une autre de nos créations. Le jeu offre en outre la possibilité de modifier le revêtement du terrain que vous aurez choisi. De l’herbe à Dubaï vous paraît étrange ? Mettez du ciment ou bien de la terre battue ! Par ailleurs vous pourrez choisir de disputer votre match le jour ou la nuit, choisir une météo tempérée, humide ou chaude… ou jouer avec le toit quand le court en est doté (Philippe-Chatrier et le OWL Arena). Ces conditions influent sur les vitesses de balle et sur l’endurance. L’altitude est également prise en compte, augmentant la vitesse de balle et réduisant l’endurance. Beaucoup de choses sont donc paramétrables et cela ouvre des possibilités intéressantes. À noter que si vous lancez un match exhibition, une sauvegarde automatique vous propose de reprendre le match en cours lors de la prochaine session. À priori, il existe un slot de sauvegarde pour un simple et un autre pour un double. La partie en cours enregistrée est effacée si vous lancez un nouveau match d'exhibition. C’est un très bon point qui mérite d’être souligné et copié dans les autres jeux, tous sports confondus !

Je sais tes matchs

Dans le mode tournoi on retrouve tout d’abord la création de tournois personnalisés. Tout est paramétrable : nombre de matchs jusqu’à 7 (donc départ en 1/64ème de finale), 1/3/5 sets par match, 3 ou 6 jeux par set, dernier set au tie-break ou avec deux jeux d’écart ou en Super Tie Break. On peut choisir les terrains et les conditions sur chaque tour du tournoi. Si l’envie vous prend de jouer un 64ème sur herbe à Wimbledon un soir avec de l’humidité dans l’air, puis enchaîner sur un 32ème de finale à Marrakech en plein soleil sous une chaleur de plomb, vous pouvez ! Vous pouvez sélectionner vos joueurs créés ou des joueurs officiels. Les tennismen et tenniswomen inventés par les développeurs que l’on rencontre en carrière compléteront la sélection si vous participez à une compétition disposant de plus de places que de joueurs officiels. Les autres tournois de ce mode sont visiblement liés à l’édition Ace du jeu. Le Tie break tens se limite à une sélection de 8 joueurs seulement et les matchs y sont rapides, puisqu’il s’agit d’un Super Tie Break. Les joueurs servent donc à tour de rôle et chaque point compte pour 1. Le premier à 10 points remporte le match ! Simple et efficace. Le second tournoi inclus dans l'édition Ace n’est ni plus ni moins que Roland-Garros, qui avait fait l'objet de la version spéciale du premier épisode ressortie quelques mois après.

Se faire Oscar Otte

L'Académie de tennis est le tutoriel du jeu. Elle vous apprendra les rudiments du tennis et vous expliquera comment fonctionne le système de jeu. On en fait vite le tour mais c’est un passage indispensable si l'on veut réussir à faire un service digne de ce nom. Il est cependant dommage de ne pas pouvoir enchaîner les leçons et de devoir systématiquement revenir au menu principal pour sélectionner la suivante. D'autant que certaines d'entre elles ne durent vraiment pas longtemps...

Tennis World Tour Operator

Dans le menu Mon Joueur, on trouve l’éditeur d’avatar puisque, comme nous l’avons vu plus haut, il est possible de créer plusieurs joueurs. Malheureusement l’éditeur de Tennis World Tour 2 est pour le moins raté. Vous disposez de 10 avatars de base qui sont en fait des "types" : type afro-américain, asiatique, européen... Malgré les possibilités offertes pour effectuer des modifications pour les yeux, les joues, la couleur de peau, la forme du menton, etc. on se retrouve avec des variations assez mineures des 10 personnages initiaux. Pour couronner le tout, on ne vous aide pas avec des lèvres rangées de petites à grandes ou de grosses à fines... Non, non, et non ! C’est un vrai bazar pour s'y retrouver, probablement pour cacher les redites de certaines options. On trouve par exemple trois fois le même style de retour de service sous trois noms différents. Pourquoi ? Les différents services ou le style de frappe sont aussi très limités en nombre. Tout cela est très dommageable et il y a fort à parier que personne ne pourra réaliser le joueur dont il rêve et que cela rendra l’identification à sa création très difficile. Top Spin 4 faisait tellement mieux à l’époque ! Et ce ne sont pas les tenues proposées qui rattraperont le coup. Seulement 8 petits shorts de mauvais goût, du moins pas au nôtre. On débute avec un seule modèle de chaussures sélectionnable, le choix des t-shirts est limité à deux au départ, en deux couleurs… On ne peut même pas décider de mettre une casquette ou un bandana. Seules les raquettes présentent un panel riche avec des marques officielles. Notez que ces mêmes raquettes ont des caractéristiques qui améliorent ou baissent vos capacités. Attention à bien les choisir donc. L’autre point noir de cet éditeur, c’est que les joueurs fantaisistes qui complètent ceux de l'IA de la carrière sont issus de ce même outil. Ils sont donc tous plus ou moins les mêmes et cela gâche un peu le plaisir. Allez, finissons par un bon point tout de même. Une fois validé, nous pouvons revenir dans l’éditeur et modifier encore notre avatar, celui-ci n’étant pas définitivement figé, comme cela se voit souvent dans l’immense majorité des jeux.

Un jeu à la carte

À l’instar du premier opus, ce Tennis World Tour 2 reprend le système de cartes de son aîné qui fait la spécificité de cette série. Il s’agit d’ajouter à votre personnage des bonus temporaires, ou au contraire des malus à votre adversaire. Alors sur le principe, avoir un bonus, cela peut avoir du sens et trouver une explication crédible  : avoir plus de puissance pourrait s’expliquer par une boisson énergisante, gagner de l’endurance par un appel au kiné et améliorer la précision de son service pourrait s'obtenir en se concentrant spécifiquement à un moment clé du match. En revanche, l’idée du malus sur l’adversaire nous laisse très dubitatifs. En outre, ce système de cartes propose des bonus parfois trop situationnels et/ou aux effets mineurs ou inintéressants. Par ailleurs, en activant 4 fois la même carte puissance en mode entraînement avec Nadal, nous avons vu des coups d’une puissance hors-norme, vraisemblablement irréaliste. On touche donc ici la limite de l’exercice. L’idée de base est bonne, mais la réalisation est, à notre sens, ratée. Et il n’est pas possible de désactiver ce système de cartes, si bien que vous jouerez forcément contre une IA qui utilise ces "artifices". À noter toutefois que l’activation de ces cartes n’est désormais plus automatique, car déclenchée par le joueur, même en plein rallye. C’est donc bien plus intéressant d’un point de vue stratégique.

Le revers de la médaille

Le mode "Magasin" vous propose tout simplement d’acheter des packs de cartes façon "Panini" grâce à la monnaie du jeu que vous gagnez en disputant des matchs ou réalisant des défis. Cependant, les packs de cartes maxi booster coûtent un bras, ce qui oblige à jouer excessivement longtemps pour les acquérir. Y aurait-il donc des micro-transactions en argent sonnant et trébuchant à venir sur le store ? Peut-être... mais pour l'instant cependant, rien de ce genre à l'horizon !

Une carrière dans les cordes

Au lancement, vous aurez le choix entre 4 types de carrière. Vous pourrez donc opter pour des matchs courts que vous pourrez redémarrer en cas de besoin ou des matchs courts que vous ne pourrez pas relancer, mais il vous sera aussi possible de choisir des matchs longs sans possibilité de retry ou même des matchs longs sans le moindre indicateur à l'écran. À la fin de chaque année, vous pourrez changer pour l’une ou l’autre de ces options. Le principe de la carrière repose sur une division de l’année en 24 parties. Tous les 15 jours vous pourrez participer à un tournoi (généralement parmi une sélection de deux), faire un match exhibition, vous entraîner pour gagner de l’expérience (en fonction du niveau de réussite du défi proposé), vous reposer pour regagner de l’endurance, recruter un entraîneur (qui apporte un bonus dans une compétence) ou un agent (qui fournit un bonus sur l’expérience ou l’argent gagnés) ou enfin faire un exercice (analyse vidéo, natation…) qui procure un bonus d’une compétence (+5) pendant 2 mois. On sacrifie donc 2 semaines de son calendrier pour avoir un petit coup de pouce sur une statistique, proposée aléatoirement, pendant les deux mois suivants. Cela paraît peu intéressant de prime abord.

Nous restons assez sceptiques sur la façon de dissocier les différentes possibilités d’action. Si vous recrutez un entraîneur la quinzaine où on vous propose cette option, vous perdez donc 15 jours de l’année d’un coup et la possibilité de participer à un tournoi. C’est un choix pour le moins discutable. On ne comprend d'ailleurs vraiment pas en quoi il est impossible d’organiser une exhibition (on parle d’un seul match) et le recrutement d’un entraîneur en plus de la programmation d’un entraînement. La mise en œuvre est donc, à notre sens, trop restrictive, un tournoi n’étant pas à mettre au même niveau que la participation à un simple match amical ou au visionnage d'une séance vidéo… Malheureusement, cela casse complètement la gestion du calendrier et il ne fait aucun doute qu’il va falloir faire une croix sur un bon nombre de tournois pour pouvoir recruter les entraîneurs et agents nécessaires à la progression de notre joueur. Par ailleurs, à quoi bon vouloir faire un match exhibition si l'on peut s'inscrire à un tournoi à la place ? Pourquoi imposer des choix impossibles et irréalistes ? Peut-être se privera-t-on de l’occasion d’enrôler un bon entraîneur 4 étoiles si l'on préfère jouer un grand-chelem qui tomberait la même quinzaine... Une gestion à la semaine aurait été plus judicieuse, quitte à ne proposer que des tournois toutes les deux semaines (hors grand-chelem bien sûr), nous permettant d’alterner les matchs et ce qui se passe en-dehors de la compétition.

Autre choix étrange, la gestion de son endurance semble importante puisque chaque match vous coûtera 2 % de votre jauge, la distance du voyage n’étant pas prise en compte. Aussi, il est difficile de comprendre pourquoi on ne récupère que 15 points d’endurance quand on choisit de se reposer et rien du tout quand on signe un nouvel agent ou que l’on fait une séance d’exercice vidéo qui ne demandent aucune dépense d’énergie. D’autant que lorsque l'on approche ou que l'on dépasse les 50  % de fatigue, on apprend qu’il faut se reposer sous peine de risquer une blessure. Or, quand on parvient au bout d’un tournoi à 7 tours, on aura fini par consommer 14 % d’énergie… quasiment autant qu’un repos de 15 jours ! Autant dire qu’enchaîner les tournois ne sera pas possible. À la fin de la saison, nous avons remarqué que Borna Coric avait perdu 18 matchs, ce qui signifie qu’il avait donc participé à au moins 18 tournois, et vu le nombre de victoires (68), on peut se demander comment c’est possible vu le système qui s’applique à notre avatar. Avec un tel nombre de matchs, il aurait dû manquer 12 quinzaines et donc ne pouvoir participer qu’à 12 tournois ! À moins que cela n’évolue lorsque le joueur créé devient plus fort ? Tout cela manque de clarté... Quant à l’évolution de notre joueur, elle se résume à indiquer si l'on veut mettre des points en attaque, défense ou précision. La répartition des points dans les 8 caractéristiques de notre personnage se fait automatiquement en fonction de l’orientation choisie. Rien de transcendant donc et on ne maîtrise pas vraiment les domaines dans lesquels on veut améliorer notre compétiteur. La seule option qui permet réellement de choisir où l'on veut avoir des points se trouve du côté des raquettes de tennis (cadres, cordes, antivibrateur et grip du manche) que l’on débloque au fur et à mesure de notre progression - qui donnent des bonus mais aussi des malus ici ou là.

Malgré le nombre d'heures que nous avons accumulées, nous n'avons pas pu avancer beaucoup dans la carrière et il nous a fallu simuler un certain nombre de matchs pour être certains de voir comment se déroulait une saison. Ce qui est certains cependant, c'est que la progression de notre joueur semble assez lente. À moins que nous n'ayons pas fait ce qu’il fallait pour engranger assez d’expérience rapidement. Conséquence de tout cela, en mode normal avec notre débutant, on se retrouve à perdre très vite les matchs, même contre le premier venu, ceci n’aide donc ni à maintenir la motivation intacte, ni à progresser rapidement. Notez qu’à la fin de la saison, on vous propose de revoir complètement votre archétype, ce qui permet de redistribuer totalement les points et donc de changer de style de joueur. On peut également changer l’aspect physique du joueur avec l’option "chirurgien esthétique". Enfin, si vous avez accès aux deux joueurs de légende que sont Kuerten et Safin, ils seront implémentés dans la carrière. Pour les puristes, voilà qui peut rapidement gâcher le plaisir, ces joueurs étant partis à la retraite depuis bien longtemps...

Mario Tennis

Et puisque l'on parle d'immersion, évoquons sans plus attendre le problème des animations. C’est en effet un point très perfectible du jeu tant elles ne respirent pas toutes le tennis et manquent cruellement de variété et de liant. Les transitions entre les courses et les frappes sont parfois inexistantes ce qui ruine l’impression de fluidité. Sur ce point Top Spin 4 était vraiment très bon en son temps ; il est dommage de constater que Tennis World Tour 2 en est encore loin, car après tout, c’était il y a bientôt 10 ans. Pire, certaines balles sortent de la raquette avec une vitesse et une trajectoire qui ne collent pas avec le coup exécuté ! Si vous aimez les slices qui partent à la manière d'un missile, vous allez être servi, mais le réalisme en prend un sacré coup au passage. D'une manière générale, les déplacements sont bien trop mécaniques et ne ressemblent pas toujours aux accélérations de tennisman. Pire, pour courir plus vite il faut utiliser la gâchette droite, ce qui donne juste lieu à une simple accélération des animations, façon Mario... Cependant, il est important de préciser que la mise à jour 1.03 déployée quelques jours après la sortie du jeu apporte déjà son lot d’améliorations. Ce n’est pas encore ça, il reste encore du chemin à parcourir, mais on progresse doucement.

Le gameplay Safin

Côté gameplay, on retrouve un système de frappe avec timing et deux types de frappes : les coups précis et les coups puissants, un système qui a largement fait ses preuves dans Top Spin 4. Sur le papier on part donc sur d’excellentes bases. Malheureusement encore une fois, la réalisation pêche. Les coups précis sont censés rentrer dans le court mais cela n'empêche pas d'envoyer une balle largement dans le couloir parce que l'on a déclenché le coup trop tôt. Problème, même quand on a visé très légèrement sur le côté en usant de l'analogique, cela n'empêche pas forcément la balle de sortir. C’est totalement contradictoire avec le type même de frappe choisi. Qu’une frappe puissante ratée sorte, on peut le comprendre, on a pris un risque et on le paie si on l'a mal exécutée, mais là, ces coups précis devraient normalement être plus sécurisés et il n’en est rien. Ce problème a toutefois tendance à disparaître avec les joueurs de haut niveau (normal nous direz-vous). Le système de timing manque aussi de lisibilité et on peine à enchaîner les frappes bien ou parfaitement timées. Sachez en plus qu'en frappant la balle deux fois de suite un peu tôt, vous aurez quasiment toutes les chances de la mettre dans le filet ou hors du court. De même, dans certaines situations pourtant très favorables, on met la balle dehors ou dans le filet alors qu’il n’y avait aucune prise de risque de notre part. C’est un peu trop punitif en début de carrière où les pertes de points finissent par dégoûter de jouer avec son personnage fraîchement créé. L’avantage est que les échanges ne s’éternisent pas, contrairement à Top Spin 4 où certains étaient interminables...

Le système de service est nouveau et s’exécute en deux temps. Tout d'abord, on doit appuyer au bon moment pour qu’une balle qui se déplace de droite à gauche soit placée le plus au centre d’un cercle. C’est ce qui va déterminer la précision du service. Dans un second temps, on appuie sur le bouton du style de service choisi (slicé, à plat, lifté), l’avatar lance la balle en l’air et on doit relâcher au moment où la balle passe dans un autre cercle placé au plus haut de la trajectoire de ladite balle. Cet aspect impacte la puissance de votre service. En soit cela n’est pas très difficile, même si réaliser un service parfait demande évidemment du jugé. Cela dit nous n'avons pas le sentiment que ce système apporte quelque chose de particulièrement intéressant à ce qui existait déjà dans les jeux de tennis. Le système de service de Jimmy Connors Tennis, sur Super Nintendo, était par exemple excellent, puisqu'il consistait à placer un cercle dans le carré adverse, cercle dont la trajectoire suivait une courbe de haut en bas, à l’image de la balle que le serveur lance en l’air. Plus on voulait faire un service rapide, plus le cercle se déplaçait rapidement. Tout résidait dans la capacité du joueur à placer ce cercle au bon endroit en une fraction de seconde. Cela demandait un peu de doigté pour réussir de très bons services, mais il était aussi tout à fait possible de servir sans prendre de risque. Bref, un bon compromis que l’on n’a plus retrouvé depuis fort longtemps dans les jeux de tennis. Toutefois, pour comparer avec un jeu plus récent, nous préférons le système de TWT2 à celui d’AO International Tennis 1, qui était bien plus difficile à prendre en main.

Concernant les déplacements, ils sont en grande partie automatisés et comme dit plus haut, pour aller plus vite, il faut appuyer sur la gâchette droite. Cela n’apporte hélas rien au jeu... Depuis quand un jeu de tennis a-t-il besoin d’un bouton course pour permettre aux joueurs de se déplacer plus vite ? Monter à la volée, ou pire, tenter une diagonale deviennent un véritable chemin de croix. Les joueurs sont lents et on a l’impression que les développeurs n’ont pas prévu qu'un joueur puisse vouloir se déplacer en biais sur un terrain de tennis. Sur cet aspect, notre référence Top Spin 4 peinait également il est vrai, mais il est dommage de ne pas être parvenu à l'améliorer. La physique de balle ne nous a pas convaincus non plus : les trajectoires sont trop tendues la plupart du temps et certains coups sont trop puissants pour être réalistes. Il n’est donc pas rare de se retrouver en fâcheuse posture, de réaliser un coup défensif du bout des bras, ce qui n'empêche pas la balle de partir à pleine vitesse et de faire un coup gagnant pleine ligne. Les amortis sont également trop faciles à réaliser et l’IA se trouve très souvent en difficulté face à cette situation. De temps en temps, malgré un appui sur le bouton et une balle clairement à portée de raquette, notre joueur ne réagit pas, comme s'il était paralysé. Là on espère vraiment qu'il s'agit d'un bug du jeu et qu'il sera corriger. Regardez nos captures et vous pourrez le constater par vous-mêmes. Autre source d'agacement, la plupart des smashs en revers réalisés dos au filet par l’IA finissent par être des coups gagnants, la balle fusant alors comme un boulet de canon. Même si on réagit vite ou que l'on anticipe, notre joueur regarde la balle passer sans rien tenter. De plus, les différences entre les surfaces ne sont pas assez franches à notre goût, ce qui permet de jouer partout de la même façon. Les aspects climatiques (dont on pouvait attendre un effet sur les conditions de jeu) ne se ressentent pas, du moins dans notre expérience. Au bout du compte, les promesses ne sont donc pas vraiment tenues. Le rythme des échanges est en revanche très bien géré, et malgré tous les défauts évoqués plus haut, on se prend finalement au jeu. Il faut dire que les années de disette que nous avons connues ne nous permettent pas d’être trop exigeants. Mais quel plaisir de remporter un échange tendu, de monter au filet de de réussir une amortie décisive ! Quel plaisir de porter l’estocade après un rallye usant ! Certains coups donnent franchement le sourire et ça c’est important et il fallait le souligner.

Je danse le M'IA

Malheureusement, malgré un grand nombre de joueurs, on ne constate pas réellement de différences dans les situations de jeu et les variations de stratégie. À part Nishikori et un ou deux joueurs non licenciés de la carrière, qui m’ont proposé des échanges où il jouaient parfois systématiquement tous les coups sur notre revers de manière compulsive, nous n’avons pas senti de différence entre les adversaires, ou alors elles étaient peu marquantes. Kachanov a fait semblant de monter au filet à un moment donné dans un match, restant étrangement au milieu du court, et c’est à peu près tout. L’IA n’aime vraisemblablement pas le jeu à la volée (on la comprend d'ailleurs car il est encore perfectible). Et puis parfois, pour ne pas dire assez souvent, elle nous renvoie un lob du fond du court de manière inattendue alors que nous sommes également en fond de court. Ce coup arrive donc comme un cheveu sur la soupe et gâche le plaisir, d’autant que nous n’avons pu faire aucun smash sur ces balles hautes... Nos infructueuses tentatives se sont soldées par des balles dans le filet ou bien largement dehors, un comble. Autre problème, déjà rencontré sur Top Spin 4, plus on sert bien, plus on subit des retours fulgurants, ou comment notre maîtrise du jeu finit par se retourner contre nous. Du coup, faire un service basique devient plus rentable, ce qui est un véritable non-sens tennistique. Il faut tout de même mettre à son crédit que l’IA fait des fautes directes de manière plutôt réaliste. Les points ne se gagnent donc pas que sur des balles gagnantes, un plus pour le réalisme. Bon, il est vrai que l'IA fait pour l’instant encore un peu trop de doubles fautes au service, mais la mise à jour 1.03 a semblé amoindrir ce petit défaut.

Verdict


Sur le papier, et en faisant abstraction du passif de la série, ce jeu promettait d’être très intéressant. Avec un roster de très haut niveau, des conditions climatiques et d’altitude affectant les matchs, des tournois personnalisables et un système de jeu basé sur les timings, sans compter un nombre de terrains satisfaisant et un système de cartes apportant des bonus (ou malus à l’adversaire) permettant d’envisager une approche stratégique des matchs ou de certaines situations, le jeu mettait la barre très haut. Malheureusement, la réalisation n’a pas suivi... Le système de déplacement en grande partie automatisé, les animations hachées ainsi que le système de timing un poil trop exigeant rendent la gestion des frappes trop hasardeuse, voire punitive, si vous ne jouez pas avec un Zverez, un Nadal ou un Federer. Ajoutez à cela une IA à la peine et un éditeur de personnage honteux et vous comprendrez notre déception. Pourtant, on se surprend à continuer à jouer pour savourer ces petits moments où le jeu tutoie l’excellence suite à un coup croisé parfait que l’on arrive à placer sur la ligne du couloir après avoir tenu tête à l’adversaire. Le genre de moment qui permet d'exprimer pleinement sa satisfaction. On sert également souvent le poing après une volée amortie du plus bel effet, et puis, gagner un point que l’on pensait perdu sur une balle jugée bonne par l’arbitre, grâce à l'intervention du hawk eye qui vient confirmer qu'elle était bien sortie de quelques millimètres, ça fait toujours son petit effet. Vous l’aurez compris, le jeu alterne le bon et le moins bon. Au final, Big Ant a fait un bien meilleur travail que Breakpoint sur ce deuxième opus de la série, même s'il leur reste encore du pain sur la planche. Néanmoins, le studio ayant déjà montré son sérieux sur le suivi d'AO Tennis (régulièrement mis à jour avec des améliorations tangibles de gameplay), l'optimisme est de mise pour ce Tennis World Tour 2. Avec un passe annuel qui assure l’arrivée de futurs joueurs, nul doute que le jeu subira des modifications notables dans les mois qui viennent. Si cette suite n’est pour l’instant pas encore pleinement satisfaisante en l’état, ce malgré quelques fulgurances, il pourrait bien devenir un véritable bon jeu de tennis avec le temps. La série Top Spin a connu des évolutions importantes entre chaque opus avant de parvenir à un dernier volet franchement réussi, mais il serait temps que son quatrième épisode ait enfin droit à un digne successeur. Même si ce Tennis World Tour 2 ne l'est pas encore, la série prend pourtant une meilleure tournure qu’à ses débuts et il faudra vraisemblablement compter sur elle à l’avenir. En attendant, on tient probablement là le meilleur jeu de tennis de ces deux dernières années sur console. Si vous aimez la discipline et que vous êtes prêts à lui passer ses défauts, il vaut la peine de s’y essayer.
  • Les plus
  • Système de frappe basé sur les timings vraiment plaisant...
  • De très nombreux joueurs officiels en activité...
  • Des conditions climatiques et d’altitude variées...
  • Certaines séquences qui sentent bon le tennis...
  • Des matchs bien rythmés quand on arrive à enchaîner les bonnes frappes
  • Le plaisir de réussir de jolis coups
  • Les doubles enfin présents
  • La promesse que Big Ant va suivre son jeu et l’améliorer
  • Le jeu à la volée enfin plaisant avec la version 1.03 (même si monter au filet est toujours aussi délicat)
  • Les moins
  • … mais difficile à maîtriser et trop punitif avec des joueurs faibles
  • … mais qui jouent tous pareil
  • … mais que l’on ne ressent pas vraiment
  • … mais d’autres qui chagrinent franchement
  • Un éditeur de personnage indigne d’un jeu actuel
  • Une IA pour le moment décevante
  • Une physique de balle à revoir
  • Les amortis, trop faciles et souvent gagnants
  • Un mode carrière pas très intéressant et manquant de cohérence

4 images

  • GSY Review : Tennis World Tour 2 - 4 images
  • GSY Review : Tennis World Tour 2 - 4 images
  • GSY Review : Tennis World Tour 2 - 4 images
  • GSY Review : Tennis World Tour 2 - 4 images
SweeneyTodd - Undercover Modocop
SweeneyTodd
Commentaire du 30/09/2020 à 18:22:07
Merci pour cette review qui fait toujours un peu mal malgré ton optimisme Altanyx ! 

J'avoue qu'entre les cartes bonus et le manque de crédibilité des anims des joueurs et de la balle, j'aurais du mal à m'amuser sur le jeu je pense. 

Quoi qu'il en soit, espérons des suites mieux pensées ! Peut être que le troisième jeu du studio sera le bon !
En réponse à
Altanyx
Altanyx
Commentaire du 30/09/2020 à 19:06:45
Si on joue avec les joueurs officiels, ça se passe plutôt mieux. Et j'ai fait quelques matchs bien sympathiques. Après je ne suis pas certain que je m'y investisse beaucoup, en tout cas pour le moment. Mais la première mise à jour a fait du bien. Le jeu sera suivi pendant toute la durée de l'annual pass, donc il devrait s'améliorer. Sur AO Tennis, Big Ant sortait des mises à jour très régulièrement, si bien que certains se plaignaient de devoir s'habituer à nouveau au gameplay légèrement modifié et que ça perturbait leur carrière. Je mise une pièce que ce jeu sera bien meilleur dans quelques mois, de quoi se lancer réellement dedans. En attendant, je pense que je m'amuserais bien dessus de temps en temps. Car en match, quand on enchaîne bien c'est assez prenant pour qui aime le tennis (c'est mon sport favori). 
En réponse à
rouge - et Noir
rouge
Commentaire du 30/09/2020 à 20:51:41
Merci pour la review, pour l'instant je vais me contenter de regarder Roland Garros.
En réponse à
Soda - Tourist Trophy
Soda
Commentaire du 30/09/2020 à 21:16:58 En réponse à rouge
Posté par rouge
Merci pour la review, pour l'instant je vais me contenter de regarder Roland Garros.
Courage alors ! :D
En réponse à
Altanyx
Altanyx
Commentaire du 01/10/2020 à 12:57:32
Hier soir, le jeu a freezé. Si en plus la stabilité n'est pas au rendez-vous, ça commence à faire beaucoup...

Et puis avec Monfils, j'ai bien du mal à trouver le bon timing. Pour moi il me semble qu'il faille appuyer ou relâcher si on a chargé le coup, juste au moment où le bras, armé, va entamer va entamer sa course pour frapper la balle. Et quand on voit les animations, ben parfois on a du mal à voir quand taper. Et quand on essaie de ne pas se concentrer sur notre joueur mais sur la balle et ressentir le feeling du bon moment, c'est dur. D'autant qu'en essayant de frapper plusieurs fois de la même manière, au même moment, on passe de "trop tôt" à "parfait" ou à "trop tard" sans trop comprendre pourquoi. Le timing a l'air hyper serré. Et pourtant avec Zverev, j'ai mis Kyrgios à l'amende, toujours en difficulté normale. Je ne comprends pas. :(
En réponse à
rouge - et Noir
rouge
Commentaire du 01/10/2020 à 13:23:13 En réponse à Soda
lol ! C'est vrai que les conditions ne sont pas favorables mais hier le match de Zverev VS Herbert était bien !
En réponse à
Altanyx
Altanyx
Commentaire du 04/10/2020 à 16:47:09
Après quelques matchs supplémentaires j'arrive désormais à gagner facilement en difficile. Je viens de mettre 6-2 / 6-0 à Dimitrov avec Bautista Agut. L'IA n'est pas très intéressante. Et on manque de possibilités de jeu. La balle ne peut pas aller partout sur le terrain. Je crois que c'était déjà comme ça sur Top Spin 4. Autrement dit, si on fait un slice parfait tout à gauche long il ira forcément toujours au même endroit ou alors la variation est assez peu perceptible. Je ne crois pas qu'on puisse faire des coups un peu à gauche, mais seulement gauche/centre/droite. Et si on fait un coup un peu raté alors cela donne moins d'angle et de force. Cela est particulièrement visible en entrainement où j'ai eu toutes les peines du monde à atteindre un endroit précis du terrain qu'il fallait viser. En fait je le faisait avec un coup à plat et il fallait utiliser un slice... Ce système de coup est donc trop restrictif et on se sent vite "coincé" dans ses envies de variation de jeu.

En revanche le fait d'avoir une réelle influence des coups réussis et des coups ratés sur le déroulement de l'échange est une franche réussite. Si on loupe un ou deux coups on laisse l'opportunité à l'adversaire de prendre le dessus voire de finir le point. Et inversement réussir deux coups bien ou parfaits consécutifs peuvent vous assurer le point rapidement. Les échanges ne durent pas trop longtemps, un peu comme ce qu'on peut voir en réalité. C'est le point fort du jeu, à n'en pas douter.

Je regrette qu'on ne puisse pas faire un personnage à soi tout de suite avec le nombre de points maximum à distribuer car la carrière a l'air vraiment, mais vraiment longue pour augmenter son personnage. En plus on gagne toujours que 200 point d'xp quelle que soit la longueur des matchs ou leur difficulté... Et puis vu comment le jeu est punitif en début de carrière, ça ne donne pas vraiment envie de s'y mettre. Je crois que je lancerai le jeu de temps en temps uniquement pour faire un petit match exhibition ou peut-être un tournoi.

Apparemment Tennis Elbow 4 devrait arriver sur PC en 2021 et le créateur du jeu estime qu'il y a 90 % de chance qu'il parvienne à le porter sur Xbox vu la proximité de l'univers Xbox avec Windows. Voilà un nouvel espoir d'avoir ENFIN un jeu de tennis qui fasse l'unanimité. En attendant, je me serai bien refait un peu de Top Spin 4...
En réponse à
Altanyx
Altanyx
Commentaire du 07/10/2020 à 19:00:59
Pour ceux qui suivent un peu le jeu, une mise à jour a été publiée hier sur PS4 et aujourd'hui sur Xbox. On peut désactiver les cartes en mode exhibition, ce qui est un bon point tellement je trouve ce système de carte discutable. 

Les slices sont moins rapides, sauf parfois bizarrement, mais certains coups ne sont pas ceux qui correspondent à la touche sur laquelle on appuie, ceci expliquant peut-être cela. L'IA fait beaucoup moins de fautes au service et réalise plus d'aces. 

Bon, je n'ai pas testé longtemps (un seul set contre Tsitsipas), mais en tout cas ça va dans le bon sens. Comme je le pressentais, Big Ant suit le jeu et va l'améliorer petit à petit. Il y a donc un bon espoir de finir avec un vrai bon jeu et pas seulement un jeu juste moyen en attendant mieux.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE SWITCH
Edité par
Nacon
Developpé par
Big Ant Studios
Patreon

224 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • bosozoku

    bosozoku Tout ça, c'est de la faute de Xavbern et Le Fourbe ! Ils repassent, et tout dégénère ! (il y a 15 minutes)

  • GTB

    GTB @DJOJO843: de qui parles-tu? (il y a 3 Heures)

  • DJOJO843

    DJOJO843 @GTB: sauf qu ils ne font rien de tout ça ils disent tout et son contraire et sincèrement on est tjrs pas préparé mais apres c est sur c est pas leur faute c est pas eux qui prennent les décisions (il y a 4 Heures)

  • GTB

    GTB mais oui il y a eut des erreurs (le 1er tour en mars par ex, pure connerie ça). (il y a 4 Heures)

  • GTB

    GTB @face2papalocust: Ayant suivi de près ce que disait la science, c'était pas simple d'avoir un discours limpide...parce qu'on ignorait bcp de choses sur ce trucs (et on en ignore encore bcp). (il y a 4 Heures)

  • face2papalocust

    face2papalocust @GTB: Non mais ça le soucis dès le début ils ont pas voulu faire trop peur.Le discours ça touche et c'est grave surtout les personnes fragiles c'etait débile et faux en plus. (il y a 4 Heures)

  • GTB

    GTB @DJOJO843: c'est faciles de cracher sur les politiques, mais ils doivent jongler entre les la complexité sanitaire, la volonté des gens, la situation économique etc... (il y a 4 Heures)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Watch Dogs: Legion en live sur PC dès ce soir

  • Mercredi 28 octobre 2020
  • Driftwood

GSY Review : Pikmin 3 Deluxe

  • Mercredi 28 octobre 2020
  • davton

GSY Review : Watch Dogs: Legion

  • Mercredi 28 octobre 2020
  • Driftwood