GSY Vidéo PS4 Xbox One PC

Project CARS 2 arrive en fin de semaine sur PC, PS4 et Xbox One mais nous avons déjà eu l'occasion de nous essayer au jeu sur la dernière console de Sony. Notre version PC backée n'étant plus disponible, nous devrons attendre la sortie officielle du titre de Slightly Mad Studios avant de pouvoir vous la présenter avec le matériel adéquat (au volant donc). On espère cependant que la finition sera nettement plus soignée sur PC et Xbox One, car très clairement, la mouture PS4 Pro déçoit à plus d'un titre. Explications.
Note : Notre sélection de vidéos représente notre expérience sur PS4 Pro telle que nous l'avons vécue ces derniers jours. Nous n'avons à aucun moment essayer de prendre le titre en défaut mais il nous semblait important de ne pas occulter les détails qui fâchent. Chaque séquence provient des longues sessions d'enregistrement que nous avons effectuées depuis vendredi dernier.

Important


N'ayant pas vraiment eu assez de temps (et de courage) pour déceler toutes les qualités et défauts du jeu, l'article qui va suivre n'est en aucun cas à considérer comme une review en bonne et due forme. Il s'agit de simples impressions détaillées basées sur notre expérience passée au contact de la version PS4 Pro du titre de Slightly Mad Studios.

Courts circuits

Project CARS 2 s'annonçait pourtant sous les meilleures auspices, avec un contenu enrichi qui allait permettre au jeu de SMS d'élargir l'horizon déjà plutôt vaste de ses aficionados. En complément des nombreuses disciplines déjà présentes dans le premier épisode, cette suite s'attaque en effet à un terrain que seul Gran Turismo s'évertuait à intégrer dans ses différents volets GT2, une approche audacieuse entreprise dans une optique totalement pluridisciplinaire. On retrouve donc ici des courses sur la terre, la neige et la glace, qui viennent s'ajouter aux compétitions plus classiques sur l'asphalte des circuits. Cela permet par conséquent aux ambiances météorologiques de gagner encore plus en variété, et d'offrir au joueur une liberté de choix jamais vue dans un jeu du genre. Comme par le passé, jusqu'à quatre slots de météo peuvent être intégrés à une course, avec des conditions prédéfinies à l'avance, ou laissées au hasard selon les envies, leur enchaînement pouvant être réglé en temps réel, en accéléré ou en les calquant sur le déroulement de l'épreuve. On aurait certes apprécié que ce chiffre soit revu à la hausse, mais cela laisse néanmoins un éventail de possibilités confortable à même de pimenter les affrontements comme il se doit. Comme dans le volet précédent, il est également possible de sélectionner l'heure exacte à laquelle se déroule la course ainsi que la vitesse de défilement du temps, mais les saisons viennent également jouer un rôle, en modifiant certains paramètres et le paysage environnant. Ainsi, en automne, les feuilles des arbres délaissent le vert estival pour habiller les abords de la piste de teintes plus ocres. Il est toutefois dommage de ne pas être allé au bout de cette idée en proposant des arbres totalement dénudés en hiver. Un détail sur lequel on ne s'étendra pas inutilement, car au petit jeu des variations d'ambiances et de conditions de course, Project CARS 2 tient la dragée haute à tous ses concurrents, et de loin.

Même du côté des circuits, la proposition de SMS semble vouloir damer le pion à ses adversaires directs. Le chiffre annoncé a en effet de quoi faire rêver, avec pas moins de 60 lieux uniques et 140 tracés (ou déclinaisons) différentes. De quoi faire tourner la tête aux habitués des jeux de course, qui sont souvent demandeurs d'un nombre de circuits plus conséquent. À y regarder de plus près cependant, une bonne partie de l'offre de PCARS 2 va assez logiquement piocher dans le contenu étendu du premier opus. On retrouve en effet l'intégralité des pistes disponibles dans l'épisode précédent, ainsi que celles qui avaient été ajoutées par le biais des divers DLC, dont les tracés historiques de Monza ou de Spa par exemple. Le circuit imaginaire en Ecosse fait donc lui aussi son retour, ce qui devrait ravir les joueurs qui n'avaient pas remis la main à la poche dans les mois qui avaient suivi la sortie du premier jeu. Pour les autres, il faudra plutôt se tourner vers les tracés de Rallycross pour trouver les nouveautés les plus majeures. Pourtant, on ne peut pas s'empêcher de regretter le manque de tracés sur la glace et l'absence totale de nouvelles spéciales dans l'esprit de celles de la côte d'Azur et de la Californie. Après l'annonce de l'arrivée de modèles tout-terrain, on espérait pourtant voir fleurir ce genre d'épreuves, mélangeant asphalte et terre à la manière d'un jeu de rallye. À croire que SMS se les réserve pour de futurs DLC (et donc de futures rentrées d'argent). Si les courses de Rallycross sont vraiment réussies, rien ne justifie à nos yeux le choix de ne proposer aucune nouvelle course Point A - Point B. Alors bien sûr, pour compenser cela, on se voit tout de même offrir quelques circuits supplémentaires, comme Long Beach pour n'en citer qu'un, mais dans l'ensemble, il n'y a pas un énorme bouleversement dans la liste des tracés.

Écriture SMS

Reste qu'au petit jeu de la comparaison de l'offre de circuits, Project CARS 2 garde la tête face aux ténors que sont Forza et Gran Turismo, ce que le jeu entend aussi faire dans son mode carrière. Avec une telle diversité de sports mécaniques, cette suite donne une grande latitude au joueur, en le laissant choisir dans quelle discipline il veut débuter. Plusieurs niveaux sont donc proposés, mais le jeu n'impose jamais de commencer au bas de l'échelle. Si le karting ne vous intéresse pas, vous n'êtes absolument pas obligé de subir le championnat qui lui est consacré, et vous pouvez opter pour des catégories de véhicules plus puissantes. SMS a néanmoins tenu à bloquer les deux niveaux les plus élevés de leur "arbre des sports mécaniques", afin de donner un minimum de motivation à ceux qui s'engageront dans une longue carrière de pilote. Chaque discipline a le droit à une rapide présentation via une sympathique vidéo, qui peut être visionnée avant de faire son choix définitif, pour encore plus de flexibilité. Une fois le contrat signé, les choses sérieuses commencent avec, si vous le souhaitez, la gestion des essais et des qualifications pour chacune des courses. Les règles de chaque type de discipline étant scrupuleusement respectées, il vous faudra aménager de bonnes plages de temps libre pour vous mettre dans les bottes d'un vrai pilote. Certains paramètres sont heureusement modifiables avant une course, comme le niveau de difficulté et d'agression de l'IA, voire même le nombre de tours. Des événements spéciaux aux thèmes différents (sur invitation ou en fonction de votre affinité avec un constructeur) ponctuent également la progression du mode solo. S'il ne faudra pas vous attendre à une carrière scénarisée ou mise en scène par le biais de scènes cinématiques, il y a suffisamment de diversité dans les styles de conduite et dans les approches des sports mécaniques pour maintenir l'intérêt pendant un bon moment.

D'autant que les 180 voitures disponibles au lancement participent également à cette forte impression de variété. On y retrouve évidemment une partie du catalogue de l'opus précédent, mais on note aussi l'arrivée très appréciable de nouveaux modèles, et surtout de nouveaux constructeurs, comme Ferrari et Lamborghini. Des packs DLC sont d'ores et déjà annoncés pour compléter la liste avec, entre autres, des modèles exclusifs, pour un total qui devrait avoisiner les 200 véhicules au final. Ce qu'il faut préciser en revanche, c'est que tout le contenu du lancement est une nouvelle fois disponible dès le départ, et on peut donc accéder à toute la liste de voitures dans le menu Custom Event, qui permet de confectionner ses courses de A à Z. Une fois de plus, difficile de nier les efforts consentis par SMS pour donner le maximum de liberté au joueur dans l'organisation de ses courses, mais on se demande pourquoi il n'est pas possible de créer son propre championnat solo en marge du mode carrière. Il est par contre sympathique de pouvoir accéder à des filtres prédéfinis qui limitent l'offre de voitures et de tracés à une discipline pour gagner du temps. Dans le même esprit, on peut également sélectionner sa propre liste de favoris, à laquelle on accédera en un seul clic. Cette grande malléabilité de création d'épreuves se retrouve évidemment dans la partie multijoueur, qui permet d'affronter jusqu'à 15 adversaires humains, mais autorise aussi d'ajouter des pilotes contrôlés par l'IA pour compléter la grille de départ. Pour le reste, tout est totalement paramétrable, jusqu'au choix de diffuser sa course en direct, mais il n'existe à priori aucune option pour organiser un championnat privé personnalisé avec ses amis. Enfin, il est toujours possible de prendre des photos ou d'enregistrer le replay de ses courses, le tout étant accessible via l'onglet Communauté de l'accueil, qui rassemble aussi toutes les statistiques du joueur sur le jeu.

Vincent Péries

Si en termes de contenu, Project CARS ne surprend pas énormément, il ne déçoit pas, et il en va globalement de même pour la conduite. Avec un choix d'aides à la conduite paramétrables, de l'assistance totale à la désactivation complète, en passant par les aides authentiques de chaque modèle, il n'est pas difficile d'adapter le jeu à son niveau. Il faut toutefois préciser que l'utilisation des aides authentiques ne rend pas toujours la maniabilité beaucoup plus abordable, et il n'est pas rare de perdre le contrôle de certaines motorisations dans les virages, même parmi les moins puissantes. Il faudra donc mesurer ses appuis sur le frein et l'accélérateur, tout en n'hésitant pas à rétrograder pour reprendre du grip et empêcher le tête-à-queue. Malgré tout, la conduite de Project CARS 2 possède toujours ce petit côté crispant qui, sur certains modèles, oblige à conduire sur des œufs. Cet aspect se voit d'ailleurs exacerbé sur la neige (certains tracés connus ou moins connus sont disponibles dans une version enneigée), ou pire, sur la glace. Cette dernière devrait même être source d'une bonne dose de frustration si vous ne vous acquittez pas de l'entraînement nécessaire avant de vous essayer au circuit Mercedes-Benz, très étroit, et où la moindre sortie vous bloque irrémédiablement dans la neige. Sous la pluie, avec la gestion dynamique des zones gorgées d'eau, gare à l'aquaplanning, qui ne vous fera aucun cadeau. Cela rappelle assez logiquement les sensations ressenties dans Forza 6 il y a deux ans, à la différence près qu'ici rien n'est figé, ce qui implique que la présence de flaques peut évoluer si la pluie persiste sur plusieurs tours. Avec un tel tableau de louanges dressé, vous vous demandez sans doute en quoi Project CARS nous a déçus dans sa version PS4. Eh bien pour faire simple, quasiment tout le reste.

Tout d'abord, la gestion du modèle physique lors des collisions laisse toujours à désirer, avec des voitures très légères que l'on peut pousser comme si elles ne pesaient presque rien. On retrouve également les problèmes liés aux véhicules de bas châssis, comme dans les classes de type Formule A/B/C, qui ont une nette tendance à soulever l'arrière des voitures qu'elles percutent et à passer en dessous. Et puisque l'on parle des collisions, comment ne pas mentionner les manquements trop fréquents de l'IA, qui nous fonce trop souvent dessus quand on est devant elle, ou qui se retrouve coincée dans un embouteillage au premier virage encombré. Même en augmentant son niveau de difficulté à son maximum et en baissant son agressivité, cela ne modifie quasiment en rien son comportement sur la piste, et les sorties de route provoquées par les contacts avec l'IA sont légion. Il n'y a rien de plus énervant que se retrouver dans le décor quand un adversaire plus rapide qu'un Vincent Perrot en dragster nous heurte en pleine ligne droite, alors qu'il peut tout à fait nous doubler par la gauche ou la droite. Nombreux sont les jeux du genre qui souffrent ponctuellement de ce genre de défaut, mais il nous semble que la frustration ressentie dans Project CARS 2 est autrement plus importante que chez la concurrence. Seul avantage à tout cela, l'IA n'est jamais à l'abri d'un accident avec les autres pilotes, ce qui apporte beaucoup en termes d'immersion, dans le sens où l'issue des courses n'est jamais totalement gravée dans le marbre. Nous trouvons aussi la gestion de la difficulté sur la neige très surprenante, dans le sens où les concurrents dirigés par l'IA semblent avancer à la vitesse d'un Parisien au volant dès qu'il tombe trois flocons - malgré un niveau de 100 sur 120 (voir vidéo). Autre problème lié au moteur physique, la gestion de certains contre-braquages sur la neige, bien trop brusques à l'écran pour être totalement crédibles, du moins à la manette.

Pluie de critiques

Non content de ne pas avoir corrigé les problèmes de gameplay qui handicapaient déjà le premier épisode, Project CARS 2 n'est pas exempt de bugs, et souffre également d'un sérieux manque de finition. Ainsi, nous avons pu remarquer que le jeu "oublie" souvent de réparer les dégâts (visuels) de la voiture du joueur lorsqu'il relance une course (même plusieurs fois de suite). On a même droit à quelques gouttes sur le pare-brise après avoir interrompu une course au milieu d'une averse pour recommencer l'épreuve, qui débutait pourtant en plein soleil. Plus ennuyeux, attendre un peu trop longtemps avant de lancer le ralenti de sa course peut très bien faire disparaître les voitures lors de sa diffusion. On se retrouve alors à regarder une piste remplie de voitures invisibles, dont on peut juste entendre les moteurs vrombissants. Nous pensons également que le circuit de Monaco sous la pluie est rendu totalement injouable à cause d'un bug qui inonde le tunnel d'eau au point de rendre son passage impraticable (sauf pour l'IA bien sûr). Il nous est également arrivé de ne pas pouvoir allumer les feux de notre véhicule en pleine nuit, après avoir pourtant assigné une touche du pad à cette fonction. À ce sujet, il est important de préciser que bon nombre desdites fonctions ne sont pas affectées aux touches de la manette, à commencer par les essuie-glaces, pourtant très utiles en vue cockpit. Comme ils sont de plus totalement manuels, on vous laisse imaginer notre tête la première fois que la pluie s'est mise à tomber. Très clairement, SMS s'est contenté de copier-coller le menu PC sur consoles, et celui-ci propose donc énormément de possibilités de configuration. Seul problème, à moins de pouvoir brancher un clavier à la machine (ce que nous n'avons pas testé), les 3/4 de ces options sont inutilisables par un joueur console, à moins d'en sacrifier d'autres. Objectivement, ce n'est pas particulièrement gênant, car les actions les plus importantes ne sont pas si nombreuses après tout, mais tout de même. Plus ennuyeux, le manque de réactivité de l'interface du jeu, qui semble souffrir de latence quand on se déplace dans les menus. Pénible. On apprécie en revanche les nombreuses options toujours disponibles pour paramétrer le jeu, les vues et leur dynamisme (la vue casque notamment) et même certains effets. Il est même possible de désactiver les rétroviseurs, ce qui, vu leur rendu très 1995, n'est peut-être pas une si mauvaise idée.

Ce qui nous amène tout naturellement à parler de la réalisation du titre, fer de lance de bien des jeux du genre sur consoles. Dans l'ensemble, Project CARS 2 jouit d'une image plus nette, cette impression étant accentuée par la résolution en 1440p dont profite la version PS4 Pro. Malgré tout, il est difficile de voir une quelconque amélioration dans la modélisation des circuits et des décors déjà présents dans le premier volet. L'herbe nous a certes paru plus soignée, mais pour le reste, le rendu semble très proche de ce à quoi nous avions eu droit il y a deux ans et demi. On note d'ailleurs toujours quelques petits effets de pop-up disgracieux sur les abords des circuits, de même que de très nombreux clignotements épileptiques des ombres sur les décors, pendant les phases de gameplay et les ralentis. Des ralentis qui, bien que limités à 30 images par seconde cette fois, sont loin de rivaliser avec ceux de Forza et Gran Turismo visuellement - malgré des points de vue bien choisis reconnaissons-le. Ce qui manque également cruellement, ce sont les traces normalement laissées par les voitures sur les surfaces meubles, comme la terre ou la neige. Si l'on a tout de même quelques sympathiques effets de particules à se mettre sous la dent, aucune marque n'apparaît sur la piste, ce qui a tendance à exacerber l'impression de voir les voitures (superbes soit dit en passant) glisser sur le sol. Peu d'amélioration notable sur les gouttes de pluie qui perlent sur le pare-brise, qui semblent être restées très proches de celles de la mise à jour d'août 2015 sur le premier Project CARS. Nous serons cependant moins sévères à l'égard des diverses projections d'eau, de neige ou de terre, qui sont suffisamment réussies pour être immersives quand on suit le peloton. Il ne faut en revanche pas être trop regardant sur la qualité des reflets dans les flaques d'eau, très pixélisés sur consoles. En dépit de ces diverses concessions, Project CARS 2 ne parvient pas ni à éviter les problèmes de tearing récurrents, ni les ralentissements occasionnels, parfois difficilement explicables d'ailleurs. Même en forçant la console en 1080p, nous n'avons pas réussi à obtenir des performances parfaites sur la machine de Sony. Le résultat n'en est pas pour autant aussi critiquable que l'on pourrait le penser, le jeu maintenant dans l'ensemble un bon framerate, même dans les conditions les plus extrêmes de mauvais temps, ce dont peuvent attester nos vidéos d'analyse.

Premières impressions


On était en droit d'en attendre plus de Project CARS 2, pas forcément en termes de contenu, mais plutôt du côté de sa finition moyenne et de son moteur physique, toujours perfectible. On peut en effet difficilement pardonner la présence des mêmes défauts que dans le précédent volet, surtout compte tenu du fait que le jeu n'a pas énormément évolué graphiquement. Avec ses problèmes d'IA et ses bugs, cette suite donne l'impression d'être arrivée trop vite, alors même que Forza 7 et GT Sport sont sur le point de sortir pour lui donner un peu de fil à retordre. Quand tout se déroule parfaitement bien, Project CARS 2 peut être particulièrement agréable à jouer, mais malheureusement, ses problèmes de conception et de finition viennent régulièrement se rappeler au bon souvenir du joueur pour contrebalancer les bonnes impressions qu'il peut laisser. Un bilan très mitigé pour le moment, que l'on espère voir s'améliorer au fil des mises à jour à venir, mais qui devrait sans doute freiner les ardeurs de certains acheteurs day one. En ce qui nous concerne, à moins que les autres versions du jeu proposent un bilan plus équilibré, on vous conseillera plutôt d'attendre sagement quelques patchs et les retours de la communauté avant de vous lancer.
  • Les plus
  • Plutôt joli et propre pendant les phases de jeu
  • Excellente modélisation des voitures
  • Des sons de moteurs au top
  • Bon rendu des dégâts
  • De nombreuses disciplines et donc beaucoup de variété
  • Des circuits comme s'il en pleuvait... nus sur les galets
  • Météo dynamique, cycle jour/nuit, circuits changeant selon la saison
  • Un nombre de voitures honnête
  • Ferrari et Lamborghini sont au menu
  • Le Rallycross, très sympa
  • 1440p sur PS4 Pro
  • Des performances en hausse par rapport au premier volet
  • Le HDR c'est toujours bon à prendre
  • Sensations de conduite globalement bonnes
  • Le pad mieux implémenté cette fois
  • Certains tracés sont disponibles en version enneigée
  • Les moins
  • Un jeu qui peut vite devenir crispant
  • Une IA qui se croit dans Project Auto-tamponneuses
  • Certaines collisions encore étrangement gérées
  • L'exigence de la conduite sur neige/glace/pluie va déplaire à certains
  • Pas de nouvelles spéciales (Point A-Point B)
  • Un peu Project CARS 1.5 techniquement
  • Pas de traces de roues sur la terre et la neige
  • Du tearing sur PS4 Pro et de très légères baisses de fps
  • Des environnements un peu datés
  • Des clignotements des ombres dans le décor
  • La voix dans la manette sature et ne peut passer par les haut-parleurs
  • Les essuie-glaces non assignés par défaut (et pourtant manuels)
  • Le bruit des pneus bien trop fort (et pas spécialement réussi)
  • La latence dans les menus et les chargements longs, longs, longs
  • Manque de finition dans l'ensemble
  • Des bugs, dont certains datent du premier volet
  • Les ralentis en 30 fps, d'accord, mais ils pourraient être plus beaux
  • Aucune traduction des voix dans le jeu (tutoriel, ingénieur de course)

Le cas Monaco

Si nous avons quelque peu insisté sur le cas du circuit de la Côte d'Azur (SMS ne détenant pas la licence pour l'appeler par son vrai nom), c'est qu'il existe dans Project CARS depuis le premier opus. Ce qui ressort de nos expérimentations, c'est que rien n'a changé depuis 2015. En poussant le nombre de concurrents au maximum, il est impossible pour l'IA de ne pas créer un énorme carambolage dès la première ligne droite. En se limitant à 20 (le chiffre actuel en Formule 1), les choses s'améliorent nettement, mais il subsiste des comportements erratiques qui causent des accidents avant le premier virage. Nous avons aussi remarqué que l'IA n'hésite jamais à nous rentrer dedans, au moment du départ, pendant un virage ou une ligne droite. Les accumulations de voitures dans les virages les plus serrés ont également tendance à ralentir le rythme plus que de raison, par rapport à ce que l'on a l'habitude de voir en compétition officielle du moins. Enfin, on s'étonne de voir le tunnel du circuit aussi inondé, le vrai restant bien au sec en principe. Le fait qu'il soit de plus pratiquement impossible de maintenir une trajectoire rectiligne dans ce passage inondé, alors même que la conduite sur route mouillée sur le reste du tracé ne pose pas de problème particulier, est également assez surprenant.

Mode photo

  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
  • Project CARS 2 en vidéos PS4 maison - Mode photo
sebmugi73
sebmugi73
Commentaire du 18/09/2017 à 15:33:46
bon bin c'est pas le jeu parfait (que certains clamaient) mais je sens que je vais m'amuser un peu avec le mode photo..avant GT sport ;) merci pour les vidéos
En réponse à
JA_Chan - Yooossshhh
JA_Chan
Commentaire du 18/09/2017 à 16:34:23
En réponse à
Kayjiro
Kayjiro
Commentaire du 18/09/2017 à 16:45:10
C'est reparti pour une série de patch...
Comme le précise si bien Driftwood, il est arrivée trop vite.
Un grand merci pour l'excellence de cet article !
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 18/09/2017 à 16:54:34 En réponse à JA_Chan
C'est le même problème que dans le premier. Ça passe une fois, mais là, c'est inacceptable.
En réponse à
JeanPote
JeanPote
Commentaire du 18/09/2017 à 20:34:24
N'oublions pas Assetto Corsa les amis.
En réponse à
joy
joy
Commentaire du 18/09/2017 à 21:05:12
Même avec beaucoup de défauts, je vais le prendre et faire l'impasse sur Forza 7, car niveau gameplay, communauté en ligne, PCARS 2 me semble être celui qui me correspond le mieux.
Même si il faudra passer par des MAJ pour avoir un jeux au top.
En réponse à
JA_Chan - Yooossshhh
JA_Chan
Commentaire du 18/09/2017 à 21:48:05 En réponse à JeanPote
En réponse à
chris_lo
chris_lo
Commentaire du 18/09/2017 à 23:09:07
je pense pas que FM7 et GTS seront complètement exempts de bugs niveau IA notamment, mais c'est clair que là PCARS2 se fout un bon gros boulet au pied.

heureusement on sait que le suivi est long et constant sur ce genre de jeux, mais c'est frustrant de passer à la caisse day-one et se de retrouver face à ça.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 18/09/2017 à 23:34:21 En réponse à chris_lo
Le suivi du premier n'a jamais résolu les problèmes de l'IA (comme ce que l'on voit à Monaco), donc bon...
En réponse à
Blackninja
Blackninja
Commentaire du 19/09/2017 à 05:24:38
Le jeu me semblait déjà fade mais c'est encore pire à en lire cette preview...Faut quand même être motivé pour passer à la caisse pour ça.
En réponse à
MadDemon
MadDemon
Commentaire du 19/09/2017 à 06:54:35
La fin du live m'a bien refroidi hier soir. Effarant !!!
En réponse à
JeanPote
JeanPote
Commentaire du 19/09/2017 à 18:37:15 En réponse à JA_Chan
Oui toujours suivi par les développeurs. Les DLC sont excellents.
En réponse à
Stephammer
Stephammer
Commentaire du 20/09/2017 à 01:24:15
J'ai l'impression de revivre l'époque NFS Shift 1 > Shift 2... Avant c'était EA qui poussait le studio et maintenant c'est Namco. Je le prendrai car à coté de ça, l'ambiance sonore et la conduite sont au top. Mais c'est pas beau... peut être pour permettre l’affichage d'un grand nombre de concurrents.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE
Edité par
Bandai Namco Ent...
Developpé par
Slightly Mad Stu...
Patreon

224 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • notourious67

    notourious67 @Dazman: va voir tes mp dazou (il y a 5 Heures)

  • Blackninja

    Blackninja @ikhnaton: Je suis à la fin et ouai... tuerie. (il y a 20 Heures)

  • ikhnaton

    ikhnaton chef d'oeuvre/20 (il y a 22 Heures)

  • ikhnaton

    ikhnaton Ptain Doom Eternal, c'est énorme ! Le frénésie des combats + jeu de plateforme, ça fonctionne tellement bien ! Le tout dans des décors épique (il y a 22 Heures)

  • Dazman

    Dazman Joyeux anniversaire à Havocks :) (il y a 1 Jour)

  • czouper

    czouper je dis pas qu'ils ont raison dans son établissement de noter sévèrement mais c'est la réalité aujourd'hui. Avec le controle continu qui va compter pour 40% ça va surement changer (il y a 1 Jour)

  • czouper

    czouper @Driftwood: ma femme est complétement d'accord avec toi... leurs élèves ont d'habitude 3 à 4 points de plus au BAC que durant l'année (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Le DLC Sam's Story de Metro Exodus en HDR

  • Samedi 4 avril 2020
  • Driftwood

On revient sur Gears 5 PC en HDR

  • Samedi 4 avril 2020
  • Driftwood

L'intro de Resident Evil 3 en HDR

  • Vendredi 3 avril 2020
  • Driftwood