GSY Review PS4 Xbox One Switch PC

Broken Sword 5: The Serpent's Curse a fait une dernière escale sur Nintendo Switch il y a maintenant deux semaines, l'occasion de retrouver George Stobbart et Nico pour un nouveau mystère qui débute après le meurtre du propriétaire d'une galerie d'art. On vous laisse découvrir notre avis sur le portage, juste après le clic de rigueur.
Note : Contrairement à nos extraits PC et Xbox One, la vidéo Switch ne montre pas le début de l'aventure mais un passage assez avancé de la première partie du jeu, qui révèle potentiellement quelques éléments importants de l'enquête.

Bon clic bon genre

Quand Broken Sword (Les Chevaliers de Baphomet) est arrivé en 1996, la fièvre des jeux d'aventure Point and Click commençait déjà à baisser, les joueurs cherchant de plus en plus à atteindre le nirvana des salles d'arcade dans le confort de leur salon. L'arrivée de la 3D et les nouvelles sensations qu'elle procurait était aussi pour beaucoup dans le dénigrement progressif des jeux en 2D, aussi beaux pouvaient-ils être. Malgré cela, en à peine deux épisodes sur Playstation et PC, George Stobbart avait réussi à se tailler un nom auprès de légendes du genre comme Guybrush Threepwood par exemple. Depuis quelques années, le retour sur le devant de la scène des jeux en 2 dimensions grâce aux développeurs indépendants, mais aussi aux artistes d'Ubisoft Montpellier (qui sont parvenus à ramener Rayman à ses origines après quelques volets en 3D), a fait évoluer les mentalités de nombreux joueurs. Sur PC et consoles, on trouve également de plus en plus de titres Point and Click de qualité, comme la saga Deponia, mais aussi Cognition, The Raven (qui a eu droit à un remaster il y a peu), ou encore The Book of Unwritten Tales. Les anciens maîtres du genre y reviennent d'ailleurs eux aussi, Ron Gilbert ayant signé son retour avec Thimbleweed Park il n'y a pas si longtemps. Quoi de plus normal donc que de voir Charles Cecil revenir à ses premières amours alors que les deux premiers opus de la série ont remporté un franc succès sur les téléphones et tablettes tactiles (on vous renvoie d'ailleurs à notre vénérable review de la version Android du premier jeu).

L'addiction à la Nico team

Dix-sept ans après les premières aventures de George Stobbart, voilà donc notre blondinet à l'accent américain prêt pour un nouveau périple en compagnie de la jolie Nico. Le principe de jeu reste évidemment inchangé, avec un mélange d'énigmes et de dialogues, et ce cinquième volet ne cède pas à la trop grande facilité en ne proposant pas de surligner en un clic tous les objets interactifs présents à l'écran. Il faut donc méticuleusement promener un curseur un peu partout pour être sûr de ne rien laisser passer, le stick analogique faisant office de souris quand on pratique le jeu sur sa télévision. En mode portable, il est possible de profiter des fonctionnalités tactiles de la console de Nintendo, même si nous attendions une ergonomie et une précision plus abouties dans cette configuration. Un système d'indices est disponible pour éviter aux joueurs peu habitués au genre de tourner trop longtemps en rond, mais les vieux routards du genre auront intérêt à l'éviter pour se garantir une meilleure durée de vie. Composé de deux parties sorties à quelques mois d'intervalle, The Serpent's Curse commence par un préambule qui ne vous fera pas voyager énormément au départ et ne vous proposera pas un réel challenge. Située dans la région parisienne, cette première moitié permet néanmoins de retrouver l'ambiance si chère à la série et l'excellente écriture du studio, dont l'humour est toujours aussi bien maîtrisé. La seconde partie du jeu témoigne d'un changement probablement dû aux retours du premier épisode. Le ton devient nettement plus sérieux et les énigmes se font plus retorses. En ressort l'impression d'une œuvre à deux visages qui ne parvient jamais à trouver l'équilibre des premiers volets. Fort heureusement, on y retrouve bien évidemment une partie du casting connu pour satisfaire les amateurs de fan service. De plus, les nouveaux personnages ne sont pas en reste, et sont plutôt fidèles à l'esprit Broken Sword.

Carrey d'as

Si les plus jeunes trouveront certainement la mise en scène de certaines cinématiques assez anachronique (l'introduction par exemple), il est impossible de ne pas apprécier à sa juste valeur le jeu des acteurs qui donnent vie à George, Nico et aux autres protagonistes. Entièrement doublé en anglais et en français (avec la possibilité d'opter pour la langue de sous-titres de son choix), ce cinquième volet conserve tout le charme des opus en 2D. Pour ne rien gâcher, Emmanuel Curtil (Jim Carrey, Matthew Perry, Clark Kent/Superman dans Lois & Clark :Les Nouvelles Aventures de Superman, ou encore Mark-Paul Gosselaar à l'époque de Sauvés par le Gong pour les vieux) a même repris même son rôle et campe à merveille un Stobbart à l'humour particulièrement piquant. Le reste du casting est tout aussi bon, avec de vrais doubleurs professionnels que l'on peut entendre à la télévision et au cinéma, et on ne peut que se féliciter de voir le soin que lequel la localisation a été faite. Rappelons tout de même que la grosse majorité des jeux du genre peuvent au mieux compter sur un simple sous-titrage. Visuellement, les décors dessinés à la main sont réellement magnifiques, bien que parfois un peu trop statiques à notre goût, et les personnages en 3D imitent assez bien le rendu 2D. On vous avoue cependant qu'on leur préfère toujours les bons vieux sprites animés à l'ancienne, l'un des points forts des versions Playstation et PC de l'époque. Une nostalgie qui ne touchera évidemment pas les plus jeunes joueurs, qui profiteront du rendu très net des différents tableaux très colorés du jeu.

Verdict


L'arrivée du cinquième épisode des Chevaliers de Baphomet sur Switch n'est sans doute pas une énorme surprise compte tenu de la disponibilité du titre sur la plupart des plateformes, dont la PS Vita, mais il aura néanmoins pris son temps. Il est donc d'autant plus dommage de ne pas avoir cru bon remanier quelque peu la maniabilité tactile et à la manette de manière à rendre l'expérience plus agréable et intuitive. Le jeu reste heureusement agréable à suivre, pour son ambiance et ses personnages avant tout, mais il souffre toujours de la décision d'en avoir fait un titre épisodique, ce qui avait forcé l'équipe de développement à découper le jeu en deux parties. En résulte l'impression de vivre une aventure segmentée qui s'est adaptée au retour des joueurs, au lieu d'être pensée comme un tout insécable. Avec ses petites vidéos bonus ajoutées pour l'occasion, cette nouvelle édition essaie de séduire les fans qui seraient passés à côté ces dernières années, avec l'argument majeur d'une aventure qui tient dans la poche (ou presque), on souhaite donc bon vent à notre Américain préféré, que l'on aimerait beaucoup retrouver pour un sixième épisode.
  • Les plus
  • Broken Sword dans la (très grande) poche
  • Plutôt joli
  • Le charme de la série agit toujours
  • Les petits bonus ajoutés pour l'occasion
  • Les moins
  • Pas le meilleur épisode de la série
  • Ergonomie perfectible en portable comme en docké
  • L'aventure souffre de son développement en deux temps
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE
Edité par
Revolution Softw...
Developpé par
Revolution Softw...
Patreon

232 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @KenHobbit: retournage par qui? (il y a 10 Heures)

  • KenHobbit

    KenHobbit par contre vis à vis du discours tenu à propos des stores fermés il y a 7 - 8 ans c'est un des plus beaux retournages de veste de l'industrie ^^ (il y a 20 Heures)

  • KenHobbit

    KenHobbit mais c'est justement pour cela qu'il faut de la concurrence, en offrant du choix au éditeurs. Ensuite comme tu dis chacun choisit en selon ses besoins. je vois moi aussi l'arrivée d'epic d'un bon oeil (il y a 20 Heures)

  • KenHobbit

    KenHobbit @sweeney bah si on prend Apple ou Google store comme exemple (et même steam je pense) un éditeur est totalement soumis aux éventuels changements, qui sont très rares (il y a 20 Heures)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd Les éditeurs ont signé un deal avec Epic avec une répartition des recettes 88/12, c'est du troll digne d'internet (et de la méconnaissance) que de croire qu'Epic peut faire n'importe quoi avec ça. (il y a 1 Jour)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @GTB: Et alors ? Epic n'enferme ni les clients ni les éditeurs. C'est la distribution, tout le monde fait ce qu'il veut. (il y a 1 Jour)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @Bigquick: C'est surtout un cafouillage d'Epic. C'est eux qui offraient les 10€ de rabais mais les choix de distribution des éditeurs invalidaient sûrement cela. Ça ne remet pas en question le modèle. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Vidéo d'Out There: Ω The Alliance

  • Dimanche 19 mai 2019
  • davton

On revient en live avec 2 invités !

  • Mercredi 15 mai 2019
  • Driftwood

Le retour des GSY Lives ce soir

  • Mardi 14 mai 2019
  • Driftwood