GSY Review PC PS4 Xbox One

En complément de nos nombreuses vidéos de gameplay, nous revenons comme promis avec notre critique de SnowRunner, le tout nouveau jeu de Saber Interactive (World War Z, mais aussi les portages Switch de Witcher 3, Call of Chtulhu et Vampyr) . De quoi vous faire une meilleure idée de ce qui vous attend, surtout si vous n'avez jamais eu l'occasion de vous frotter à MudRunner, sorti il y a déjà 3 ans. En bonus, une dernière vidéo présentant un véhicule déjà créé par la communauté.

Remorque et Mindy

Le trailer de lancement avait beau esquisser l'idée d'un cadre narratif en pastichant quelque peu Death Stranding et son monde post-apocalyptique, SnowRunner ne compte pas vous raconter d'histoires. Enfin, disons plutôt qu'il ne va rien faire pour les mettre en scène, vous laissant le soin d'être le propre réalisateur de vos exploits (et de vos échecs). Il faudra donc vous imaginer routier insomniaque dévoué à son travail, obligé de délaisser sa femme Mindy le temps de rendre service aux autres, car il n'existe pas plus grande urgence que de venir en aide à ceux que les conditions météo difficiles ont mis en difficulté. Dans le Michigan par exemple, ce sont les fortes inondations qui ont paralysé l'état, allant jusqu'à couper certaines bourgades du reste de leur comté lorsque les ponts ont cédé à cause des torrents d'eau ou que les glissements de terrain ont totalement bloqué les routes et les accès à la ville. En Alaska, les habitants sont certes plus habitués aux caprices du temps, mais ils n'en ont pas moins besoin du dévouement des conducteurs de l'extrême, dont vous faites partie évidemment. Heureusement, vous ne croiserez ni Robin Williams ni Al Pacino sur votre route, SnowRunner ne versant pas dans le polar dramatique façon Christopher Nolan. Quant à la région de Russie dans laquelle vous officierez, vous comprendrez rapidement qu'un endroit aussi isolé soit obligé de faire appel à vos services pour livrer du matériel (on ne se limite plus au bois désormais, la variété est de mise) ou dégager les véhicules embourbés, entre autres. Des histoires, vous allez donc en vivre, mais à la manière de tout bon bac à sable qui se respecte, c'est vous qui ferez office de conteur, c'est vous qui, à l'issue de chaque session de jeu, aurez bien des choses à raconter. SnowRunner ne s'embarrasse donc d'aucun scénario, tout juste propose-t-il une rapide mise en contexte par le biais d'un court briefing de mission à lire prestement. Aucune voix, aucun personnage à proprement parler, le jeu de Saber Interactive ne se risque jamais à s'aventurer sur ce genre de pente glissante, il reste droit dans ses pneus, visant à vous faire vivre une expérience jusqu'au-boutiste qui va vous amener à explorer un monde vaste et désolé.

Il y a du forage dans l'air

Le principe de SnowRunner est simple. Le jeu débute alors que vous êtes à bord d'un pick-up américain (le Chevrolet CK1500 pour les connaisseurs), un véhicule de la catégorie éclaireur qui va vous permettre d'explorer la (première) carte (sur quatre) de Black River, avant de pouvoir trouver un camion et commencer votre travail de livraison pour de bon. Comme dans de nombreux jeux proposant des zones un minimum ouvertes, toute la map de la zone où l'on arrive pour la première fois est entièrement masquée par une sorte de brouillard de guerre, qui se lève une fois que l'on arpente les lieux ou que l'on atteint l'une des nombreuses tours de guet du secteur. Empruntée à la série Assassin's Creed, cette mécanique un brin désuète aujourd'hui sert cependant plutôt bien le propos du jeu, qui s'appuie énormément sur l'exploration et la découverte de contrats, de pièces d'amélioration pour les différentes classes de véhicules, de remorques ou de nouveaux camions. Chaque découverte d'une tour d'observation donne lieu à une courte (mais sympathique) cinématique offrant un rapide aperçu des environs, avant de libérer la carte de son brouillard et d'y ajouter les divers points d'intérêt des alentours. Pour les amateurs de balades virtuelles, cet aspect reconnaissance du jeu est indéniablement l'un des points forts de SnowRunner. Avec comme ennemi principal la méconnaissance du terrain et les conséquences qu'elle peut entraîner, il est dangereux de se lancer dans une livraison sans avoir au préalable pris le temps de partir en reconnaissance. La carte est certes détaillée, mais il ne faut surtout pas vous fier à la manière dont les tracés sont représentés, sous peine de vous retrouver en bien mauvaise posture une fois sur place au volant de votre camion. Car si les véhicules de type éclaireur sont relativement capables de faire fi des pièges du terrain (encore que nous verrons bientôt que le pick-up de départ est loin de pouvoir franchir tous les obstacles), il n'en va pas de même pour les gros camions, surtout celui que vous utiliserez pendant les premières heures.

En effet, en l'absence d'une motorisation à quatre roues motrices et de pneus pensés pour les surfaces meubles, il est bien difficile (pour ne pas dire impossible parfois) d'éviter de s'embourber sur certains itinéraires. Or, avant de pouvoir accéder aux pneus tout-terrain de votre camion, vous allez devoir monter votre niveau de pilote, ce qui implique de réaliser des tâches, de remplir des contrats, ou de découvrir de nouveaux lieux (par exemple). Sachant qu'il vous faudra atteindre le niveau 8 pour être en mesure d'acheter ce type de pneus (une restriction assez surprenante trouvons-nous), il va s'en passer des heures avant que vous ne puissiez aborder sereinement certains passages. D'autres améliorations pourront néanmoins vous aider dans votre tâche, puisque la boîte de vitesse, les suspensions ou le moteur peuvent être modifiés, vous permettant de passer en vitesse lente et de bloquer le différentiel pour éviter de rester bêtement coincé à quelques mètres de votre objectif (ça sent le vécu...). Ceci étant dit, comme votre premier camion ne peut compter sur la motricité off-road adéquate, une livraison gardera toujours une bonne part de risque. Combien de fois avons-nous lamentablement raté le contrat qui nous liait à une ferme locale parce que le sol de la propriété était complètement détrempé ? Et n'allez pas croire qu'un rapide tour au concessionnaire (accessible via votre garage) vous permettra d'acquérir rapidement un camion off-road, à moins de faire des économies drastiques et de parvenir à enchaîner les contrats juteux avec succès. On vous conseille d'ailleurs plutôt de faire preuve d'un peu de patience car vous finirez par en trouver un au hasard de l'une des maps, comme pour toutes les classes de véhicule du reste. En attendant, il faudra bien faire avec le camion de base, sur lequel on peut placer différents types d'accessoires (remorques, citernes, grues, etc.) en fonction des besoins de la livraison, mais qui vous demandent également d'investir une partie de votre pécule. Il est donc important de ne pas négliger les missions du jeu, même si certaines obligent assez rapidement à récupérer le matériel dans des entrepôts difficiles d'accès.

Encore une fois, c'est là que l'exploration de la carte devient primordiale, car dans notre cas, pour avoir un peu trop rapidement relégué cet aspect au second plan pour nous consacrer uniquement au travail rémunéré, nous n'avons pas découvert le tunnel qui mène de Black River au barrage de Smithville avant un bon moment, et cela nous a fait perdre un temps précieux. Rapide explication. Assez vite dans les contrats proposés sur la carte de Black River, on nous a demandé d'aller chercher du matériel dans un entrepôt assez mal placé, car encadré par des chemins boueux ou des routes coupées (à cause de ponts écroulés ou d'éboulis de pierre), que l'on ne pouvait réhabiliter sans avoir accès aux ressources disponibles dans ce fameux entrepôt. Seulement voilà, une fois la zone du barrage découverte, nous avons réalisé qu'il était tout à fait possible de nous fournir auprès d'une entreprise locale et de rapatrier les matériaux dont nous avions besoin jusqu'à Black River. Chaque destination (Michigan, Alaska, Taïmyr) se décompose en 4 cartes (enfin 3 pour la Russie), accessibles (après un rapide temps de chargement) via des tunnels qui n'apparaissent sur la carte qu'une fois découverts. Seul problème, si les contrats d'une zone restent consultables quelle que soit la map où l'on se trouve, il n'en va pas de même pour les tâches (des jobs qui se concentrent plus sur la réparation ou la récupération en général), ce qui oblige à suivre l'une d'elles avant de quitter la zone où elle se trouve. Sans cela, impossible d'afficher les matériaux dont on a besoin et l'entrepôt adéquat sur la carte. Expliqué ainsi, cela peut sembler un peu confus, et le jeu l'est d'ailleurs parfois (nous vous expliquerons pourquoi d'ici peu), mais au final, ce qu'il faut retenir c'est que le jeu laisse une certaine liberté pour accomplir les différents objectifs, et qu'il ne faut donc pas oublier que l'on peut toujours trouver son bonheur ailleurs (tant que l'on ne quitte pas l'état ou le pays bien sûr – il est impossible de se rendre en Alaska pour emmener des ressources en Russie par exemple).

Loin des jeux qui se parcourent à un rythme effréné, SnowRunner invite à prendre son mal en patience, la progression (celle qui débloque le contenu du jeu en gagnant des niveaux de chauffeur, mais également celle, plus littérale, qui est au centre de chaque déplacement) étant plutôt lente en général. Un problème ? Pas le moins du monde, car au contraire, c'est justement aussi ce qui fait le sel de l'expérience. Sans ces déplacements contrariés par le relief et les surfaces, le sentiment d'accomplissement qui survient dès que l'on parvient à surmonter un obstacle ou à valider sa mission serait quasi absent. La majeure partie du plaisir que l'on prend dans SnowRunner vient donc surtout des bâtons qu'il met un point d'honneur à nous mettre dans les roues. Quand débute l'aventure, le moindre déplacement est à prendre comme un défi, à la fois parce que l'on découvre un environnement inconnu que l'on ne s'est pas encore approprié, mais aussi parce que l'on ne possède pas encore tout l'équipement dont on a besoin. À ce titre, il faut préciser que les possesseurs de l'édition Premium (qui inclut le Season Pass) verront l'exploration des premières heures nettement facilitée s'ils utilisent le véhicule éclaireur offert pour l'occasion. En ce qui nous concerne, ce dernier n'ayant été ajouté à notre version que quelques jours après la réception du code, nous avons vécu le début du jeu comme n'importe quel acquéreur de la version standard et cela ne nous a jamais empêché de progresser. On ira même jusqu'à dire que nous avons tiré une grande satisfaction à voir notre Chevrolet s'améliorer avec le temps, jusqu'à devenir la jumelle quasi (il n'y a pas de GMC Sierra Grande dans le jeu) parfaite de la voiture de Colt Seavers. Tout aussi rebondissante que cette dernière avec ses suspensions surélevées et ses énormes pneus, elle ne nous permet hélas pas des envolées aussi lyriques que son modèle. Cela n'enlève cependant rien au moteur physique du jeu, particulièrement impressionnant quand on se penche un peu sur la gestion des suspensions, de la déformation des surfaces, de l'adhérence (la glace ça glisse, le feu ça brûle et l'eau ça mouille), et même de l'environnement lui-même. En effet, branches et pierres réagissent au passage des différents engins, les arbustes se plient quand on leur roule dessus, se cassent quand on y accroche le treuil et qu'ils ne sont pas assez solide pour supporter le poids d'un camion, bref, on s'y croirait.

Treuil de pauvreté

Demandez-le aux connaisseurs, Spintires et MudRunner (une version améliorée du jeu original qui ajoutait, entre autres, une vue cockpit) souffrait d'un habillage assez rustique, avec des menus austères et peu ergonomiques qui obligeaient d'ailleurs souvent à utiliser la souris en complément de la manette sur PC. Si tout n'est pas encore parfait dans SnowRunner, les améliorations sont notables, à commencer par le design nettement plus agréable à l’œil des menus. Mieux, l'accès à toutes les options relatives aux véhicules se fait naturellement via la touche haut du pavé directionnel, ce dernier servant ensuite à naviguer entre les différentes fonctionnalités (treuil, réserve d'essence, caisse à outils, grue, changement de camion, retour au garage, etc.). Autre amélioration notable, le visuel a fait un bond en avant pour le moins impressionnant. La distance d'affichage est incroyable, le jeu regorge de détails, comme tous les débris qui jonchent les routes par exemple, les textures sont particulièrement détaillées et le jeu dispose d'un cycle jour/nuit très réussi (que l'on peut contourner à tout moment en changeant instantanément l'heure de la journée sur la carte si les livraisons de nuit vous effraient). Pour ne rien gâcher, le retour au garage est instantané, sans loading, les écrans de chargement entre chaque map (ou destination) sont rapides et nous n'avons rencontré aucun bug majeur pendant notre phase de test. Mentionnons aussi la présence d'une vraie vue cockpit cette fois, avec une modélisation assez précise des intérieurs des différents véhicules et (sur PC) la présence de rétroviseurs fonctionnels. Tout cela fait de SnowRunner un titre nettement plus attirant pour un public pas forcément intéressé par les jeux du genre, d'habitude réservés à une frange très précise de joueurs passionnés. Cela ne veut pas pour autant dire que ces derniers se sentiront lésés par ce nouvel épisode, qui demande tout de même un réel investissement pour le dompter pendant les premières heures de jeu. Dans le même temps toutefois, tout ne sera clairement pas du goût des deux camps, car novices comme spécialistes vont devoir y mettre un peu du leur pour passer outre les quelques lacunes fonctionnelles du titre.

Malgré des efforts pour rendre SnowRunner plus ergonomique, on vous met au défi de ne pas vous arracher quelques cheveux pour comprendre certaines choses, même si de nombreuses informations sont données par le biais des (nombreux) tutoriels écrits qui s'affichent au début du jeu. Par exemple, lorsque vous déciderez de changer de région pour découvrir l'Alaska ou la Russie, vous risquez au moins une fois d'arriver à destination sans vos véhicules fétiches. Les changements d'état (ou de pays) s'effectuant à partir du garage, il faut toujours bien penser à "conserver" les camions déployés (vous avez plusieurs emplacements à votre disposition dans le garage) que vous désirez emmener en appuyant sur la touche X (ou carré). Sans cette manipulation, vos véhicules resteront garés dans le Michigan, vous obligeant à revenir les récupérer... La gestion des contrats et tâches est également assez perfectible tant il n'est pas toujours simple de s'y retrouver dans le menu. Il arrive que l'on découvre un objectif en se promenant, qu'on le déclenche en roulant dessus (on vous conseille aussi d'appuyer sur la touche A pour confirmer sa découverte), sans pouvoir le retrouver ensuite dans le récapitulatif des missions. De plus, au départ, on ne comprend pas forcément qu'un contrat repéré grâce à une tour de guet oblige à se rendre sur place pour le valider, alors qu'il peut pourtant apparaître dans la liste du menu. Cette idée de devoir absolument rouler sur la zone limitée où se trouve le contrat est d'ailleurs assez ridicule parfois. Prenons l'exemple d'une voiture embourbée que nous devions ramener à une ferme. La tâche apparaissait bien dans le menu mais n'était pas sélectionnable et, à ce stade du jeu, nous n'avions pas encore compris qu'il fallait qu'elle le soit pour la suivre et la terminer. Nous nous sommes laborieusement approchés du véhicule à secourir tout en gardant nos distances, le terrain étant gorgé d'eau, puis, péniblement, nous sommes parvenus à extirper la voiture de son piège (non sans nous être nous-mêmes embourbés à plusieurs reprises) et à la ramener à la ferme. Une fois sur place, impossible de terminer la livraison. Nous avons alors dû retourner (sans la voiture en panne) à son emplacement initial pour valider la mission, avant de devoir revenir la récupérer pour lui faire faire les 30 cm restants. Rageant...

On pourrait aussi citer le treuil capricieux quand il s'agit de trouver un point d'ancrage et que les arbres aux alentours sont très nombreux, ou encore le fait qu'il faille penser à autoriser son utilisation sur les véhicules de ses amis en mode coopératif, sans quoi il est impossible de se secourir les uns les autres. Pourquoi ne pas avoir mis cette option par défaut ou, au moins, ne pas avoir mis en avant l'information lorsqu'on lance une partie multijoueur pour la première fois ? On trouve aussi dommage que tous les joueurs de la session soiebt obligés de lancer la mission de leur côté pour que les objectifs s'affichent bien à l'écran pour tout le monde, ou encore qu'il soit impossible de partager des points de repère manuels sur la carte, rendant impossible le partage d'itinéraire en amont d'une sortie. On imagine bien que ces différents points pourront faire l'objet de mises à jour futures, mais au regard du reste, il est tout de même un peu dommage de devoir souligner ces manquements. Et des manquements, les habitués de MudRunner vont peut-être en trouver quelques autres. En l'absence d'un mode simulation, il n'est plus nécessaire de faire attention à la panne sèche (le jeu incorpore toujours une gestion de l'essence et de la consommation) puisque l'on peut se téléporter au garage au moindre ennui. Dans MudRunner, il fallait revenir au garage pour prendre un nouveau véhicule et partir dépanner le précédent. De même, si rien ne nous empêche de faire défiler les heures de la journée via le menu pour éviter de rouler de nuit, on aurait trouvé intéressant d'inclure un mode ôtant cette option pour les puristes. C'est d'ailleurs ce qui va très probablement arriver puisque les développeurs de Saber Interactive ont évoqué un mode hardcore, qui devrait être ajouté plus tard. Bien que certains amateurs de MudRunner n'aient pas toujours apprécié de devoir passer par la case réparation de leur véhicule à la moindre embardée, nous trouvons également la gestion des dégâts un peu trop laxiste. Sans avoir été toujours particulièrement vigilants, nous n'avons jamais endommagé notre véhicule suffisamment pour en être pénalisé au cours de notre trentaine d'heures jeu. Dans un titre qui mise autant sur l'aspect quasi survivaliste de son gameplay, c'est peut-être un peu regrettable. Enfin, difficile de ne pas faire grise mine en constatant l'absence d'impact de la météo sur l'environnement, que la pluie ne rend pas plus ou moins boueux. On aurait aussi adoré que SnowRunner inclue une gestion de la température dans les régions enneigées, tout comme il aurait été souhaitable que le dosage de l'accélération et du freinage soient gérés plus subtilement (en l'état on dirait que seul le choix du rapport compte, pas le degré de pression sur la gâchette). Du chipotage nous direz-vous, mais le jeu nous a tellement convaincu que nous le souhaiterions parfait à tous les niveaux.

Verdict


Avec SnowRunner, les développeurs de Saber Interactive donnent enfin ses lettres de noblesse au genre plus ou moins né à la sortie de Spintires en 2014. Beau, vaste, riche en contenu, ce nouvel épisode voit les choses en grand pour s'attirer les regards du public et on lui en saurait gré. En résulte une expérience plus accessible, avec des menus plus ergonomiques et une prise en main moins contraignante, même si tout n'est pas encore rose à tous les égards. Ainsi, il n'est pas toujours facile de comprendre comment faire telle ou telle chose, ou s'il est même possible de le faire, ce qui pourra occasionner un peu de frustration chez les nouveaux venus. Dans le même temps, l’approche un peu plus grand public de cette suite fera peut-être grincer quelques dents du côté des spécialistes de MudRunner, qui regretteront peut-être le système de dégâts assez laxiste et l'absence de certaines fonctionnalités au lancement, comme la glace qui se brise ou le chargement de troncs. Pour autant, il nous semble impossible d'en tenir rigueur au jeu de Saber Interactive, qui se présente comme une vraie bouffée d'air frais dans un paysage vidéoludique souvent monotone. Si vous aimez les jeux d'exploration, si vous êtes de ceux qui aiment prendre leur temps, si vous aimez les beaux paysages, voilà un rendez-vous à ne pas manquer en cette période pourtant peu propice à l'évasion. Loin de s'enliser dans son concept, SnowRunner se hisse au sommet de son art avec un certain panache, une preuve supplémentaire que Focus a le nez fin dès qu'il s'agit de dénicher les poids lourds de la catégorie jeux de niche.
  • Les plus
  • Le sentiment d'évasion
  • Les grands espaces à portée de pad
  • Un contenu pléthorique
  • L'exploration à son paroxysme
  • La coopération
  • 3 destinations, 11 cartes à découvrir
  • Déformation de terrain très poussée
  • Moteur physique réussi
  • Cycle jour/nuit, météo variable
  • Zen, dépaysant et addictif
  • Plus accessible que les épisodes précédents
  • Gestion des mods (sur PC, au lancement, mais également prévue sur consoles plus tard)
  • Les moins
  • Pas encore 100% user friendly
  • La météo n'a pas d'incidence sur le gameplay
  • La BO qui tourne en boucle au bout de 10 minutes
  • Quelques problèmes de performances
  • Système de dégâts trop permissif
  • Dosage de l'accélération et du freinage analogiques au second plan
  • Les mains en mode Parkinson en vue cockpit
  • Il manque quelques fonctionnalités au lancement (dont le mode hardcore/simulation)
Sopikey
Sopikey
Commentaire du 29/04/2020 à 03:21:12
Et bien je partage complètement ton avis. J'ai été surpris par le niveau de difficulté proposé d'entrée de jeu avec deux véhicules complètement inadaptés à l'environnement de départ. Ca risque de décourager les nouveaux venus. Et même quand on est habitué à MudRunner on se vautre lamentablement avant de réaliser que les véhicules ne sont pas tous équipés de pneus tout-terrain par défaut :D 
En vérité il m'a fallu un certain temps d'adaptation, et je trouve que le dosage de l'accélérateur est moins précis - ou moins important, je ne saurais dire. Après un moment de tribulations j'ai décidé de commencer une nouvelle partie "propre". Et là j'ai trouvé le Khan39 du season pass dans mon garage, ce qui change la vie au tout début et permet d'explorer beaucoup plus rapidement.
Une fois les nouveautés et différentes subtilités assimilées, impossible de retourner aux volets précédents tellement SnowRunner améliore quasiment tout de fort belle manière.
En attendant le mode Hardcore je n'utilise pas la téléportation. Et j'imagine que de petits mods sympas vont rapidement venir, en particulier un qui change le comportement des mains sur le volant serait bienvenue.
En réponse à
MadDemon
MadDemon
Commentaire du 29/04/2020 à 08:08:55
Et sur ps4 pro on a pas de feu de recul blanc pas de feu stop non plus. Vite une mise a jour car sur pc tous ces effets de lumières y sont... 
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 29/04/2020 à 09:14:59
J'ai évoqué l'absence de subtilité dans le dosage de l'accélération et du freinage dans le Offline (du coup je l'ai ajouté dans l'article car cela m'était sorti de la tête au moment de l'écrire ^^). Pour le 4x4 du DLC je me demande s'il n'est pas bloqué un certain temps pour ne pas trop faciliter les premières heures, tu l'as trouvé dès le début ? 
En réponse à
Zorgalouf
Zorgalouf
Commentaire du 29/04/2020 à 09:38:16
Ya quoi de plus dans le Season Pass à part un véhicule de départ?
OK, j'ai trouvé tout seul comme un grand :
SnowRunner - Season Pass
Le Season Pass vous donnera accès au skin exclusif Sabertooth pour le Derry Longhorn 4520 ainsi qu'à tous les ajouts des 4 phases de contenu à venir : nouveaux camions, nouvelles cartes à explorer, contenus additionnels et plus encore !
Déjà disponible :
• Derry Longhorn 4520 Sabertooth Livery
• Pack High Roller
• Loaded Dice Vinyl Wrap
• Scorched Vinyl Wrap
• True Colors Vinyl Wrap
Bientôt :
• Phase 1 « Search & Recover » (Chercher et récupérer)
• Phase 2 « Explore & Expand » (Explorer et développer)
• Phase 3 « Locate & Deliver » (Localiser et livrer)
• Phase 4 : Nouvelle extension
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 29/04/2020 à 09:56:41 En réponse à Zorgalouf
En réponse à
Sopikey
Sopikey
Commentaire du 29/04/2020 à 10:43:19 En réponse à Driftwood
Au départ je n'avais pas le 4x4 bonus du season pass, ni le Navistar en bonus de préco. Au bout de quelques heures quand j'avais bien compris comment tout fonctionnait j'ai décidé de recommencer du début, et là une fois arrivé au premier garage j'ai trouvé mes véhicules bonus. Ils sont peut-être bloqués pendant un certain temps de jeu, ou bien peut-être un problème de synchro des DLCs?
En réponse à
Zorgalouf
Zorgalouf
Commentaire du 29/04/2020 à 11:28:08
C'est un poil embetant cette histoire d'accélération quand même, c'était bien dans Mudrunner de pouvoir justement accélérer en finesse sans avoir a jouer du levier de vitesse. Bon, c'est pas rébarbatif on dirait, mais dommage. 
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 29/04/2020 à 11:51:38 En réponse à Zorgalouf
C'est surtout surprenant pour un jeu qui se veut simu. Du coup, je trouve que tu n'as qu'à maintenir la gâchette d’accélération enfoncée tout le temps. Le freinage c'est pareil, même si c'est moins grave, c'est un peu on/off donc quand tu roules sur la route les pneus crissent direct.
En réponse à
augur - Tkazual
augur
Commentaire du 29/04/2020 à 12:08:20 En réponse à Zorgalouf
Posté par Zorgalouf
C'est un poil embetant cette histoire d'accélération quand même, c'était bien dans Mudrunner de pouvoir justement accélérer en finesse sans avoir a jouer du levier de vitesse. Bon, c'est pas rébarbatif on dirait, mais dommage. 
Je me suis sorti de situations extrêmes dans snowrunner en jouant sur l'accélérateur, mais je me suis aussi dit que ça semblait moins flagrant qu'avant.

Pour le frein ça donne un peu une sensation on/off, pas eu vraiment l'occasion d'en jouer de finesse, mais sur le verglas d'Alaska c'est bien rigolo! :D

Le système de monnaie est cool, car on peut tout revendre au même prix qu'on les a acheté. Du coup on peut tenter des combinaisons et on risque moins de galérer pour l'argent.

@Drift : Dans ton live tu avais bien le 4x4 du DLC de dispo, la valeur indiquée était la valeur de revente et non d'achat.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 29/04/2020 à 12:28:46 En réponse à augur
Oui je m'en suis rendu compte après, mais on va dire que comme ça, je n'ai pas donné l'impression que le jeu était facile. :D
En réponse à
Zorgalouf
Zorgalouf
Commentaire du 29/04/2020 à 14:20:14 En réponse à augur
OK. De toute façon, je me le prends dès que je récupère ma console.
En réponse à
Kayjiro
Kayjiro
Commentaire du 29/04/2020 à 16:34:08
Merci Drift pour cette excellente review... 

Petite question à augur, comment se comporte la version Ps4 (pro) ?

Merci.
En réponse à
augur - Tkazual
augur
Commentaire du 29/04/2020 à 18:12:51 En réponse à Kayjiro
Posté par Kayjiro
Merci Drift pour cette excellente review... 

Petite question à augur, comment se comporte la version Ps4 (pro) ?

Merci.
Sur PS4 Fat, très bien, je n'ai remarqué qu'une chute notable de framerate en coop dans une zone très ouverte et relativement dense, sinon nickel pour l'instant.

Par contre de nombreux écrans bleus en sortie de carte sur PS4 fat, genre nombreux quoi. :(
En réponse à
Kayjiro
Kayjiro
Commentaire du 29/04/2020 à 20:24:05 En réponse à augur
Merci Tkazu 
En réponse à
MadDemon
MadDemon
Commentaire du 29/04/2020 à 20:31:39 En réponse à augur
Idem sur ps4 pro Tkazu. Et aussi le probleme des feux de signalisation inexistant
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE
Edité par
Focus Home Inter...
Developpé par
Saber Interactive
Patreon

224 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • Jaipur

    Jaipur @Soda: on en connaiît déjà 2^^ (il y a 1 Jour)

  • Soda

    Soda @Piteur_Parcoeur: :o (il y a 1 Jour)

  • Piteur_Parcoeur

    Piteur_Parcoeur Présentation de la Ps5 (enfin des jeux) jeudi 04/06 a 22h heure FR (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood @Bigquick: elle y est peut-être, faudrait que je regarde, mais ce n'est pas par défaut en tout cas. (il y a 3 Jours)

  • Bigquick

    Bigquick @Driftwood: je vois pourquoi, et ça me semble logique vu le gameplay, mais ça aurait été bien d'avoir l'option. (il y a 3 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood @Bigquick: oui ça marche bien, c'est juste bizarre que la caméra ne suive pas le personnage alors qu'on le bouge au stick. (il y a 3 Jours)

  • Bigquick

    Bigquick @Driftwood: Shadow Tactics était très bien adapté au pad il me semble. ^^ (il y a 3 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Nos vidéos de Those Who Remain

  • Vendredi 29 mai 2020
  • Driftwood

La splendide démo de Spiritfarer en 4K

  • Jeudi 28 mai 2020
  • Driftwood

La démo de Destroy All Humans! en vidéo

  • Jeudi 28 mai 2020
  • Driftwood