GSY Review PS5 Xbox Series X PC

Un peu plus de trois ans après avoir perdu notre innocence dans le premier volet, A Plague Tale: Requiem sonne le glas de la tranquillité pour Amicia et Hugo, dont vous allez enfin pouvoir découvrir la suite des aventures dès demain. Ayant eu la chance de recevoir un code très en avance grâce à Focus Entertainment, nous vous avons préparé une review digne de ce nom pour fêter comme il se doit la sortie de l'un des jeux les plus attendus de cette fin d'année. Vidéos, critique généreuse à l'écrit (avec un texte différent de celui de la review vidéo comme d'habitude), images maison, vous allez pouvoir faire votre marché en fonction de vos envies, le tout sans risque de spoil.

Hugo, frais comme un gardon

Six mois de répit, c'est tout ce dont Amicia, Hugo, Béatrice et Lucas auront pu profiter avant que l'enfer ne les rattrape et ne vienne briser tous leurs espoirs d'une vie normale. Pourtant, quand débute l'aventure, c'est dans la plus totale insouciance que les trois enfants découvrent les ruines d'un château au gré d'une promenade. Une halte ludique qui sert de prétexte pour rendre à Hugo une partie de son innocence perdue : Amicia ayant à cœur de le voir retrouver un peu de son âme d'enfant, elle fait tout pour l'empêcher de trop penser à la menace que pèse encore sur ses jeunes épaules. Son petit frère souffre en effet toujours de la Macula, cette maladie qu'il traîne comme un fardeau depuis sa naissance et qui s'était manifestée de plus en plus fortement au gré de l'avancée de l'histoire dans le premier épisode. Très tôt dans l'aventure, on ressent d'ailleurs tout le désespoir d'Amicia, qui est prête à tout pour le sauver, quel qu'en soit le prix. Le lien qui les unit va d'ailleurs croître tout au long de cette suite très jusqu'au-boutiste, ce qui rendra d'autant plus déchirant certains passages marquants, dans les moments les plus sombres où Hugo pourra parfois perdre courage face à l'apparente inéluctabilité de son état.

Tout comme son prédécesseur, A Plague Tale: Requiem c'est avant tout une histoire, celle de personnages attachants avec qui on apprend à faire corps au point que l'on passe du statut de joueur à celui d'acteur, quand bien même leur destinée est déjà tracée dès le départ par les développeurs. Les nouvelles rencontres que l'on fait dans ce nouveau volet ne déçoivent pas, qu'il s'agisse d'ennemis ou d'alliés, ils sont tous animés de motivations propres qui les rendent profondément humains. A Plague Tale: Requiem, c'est aussi une histoire de confiance, qu'il est toujours difficile d'accorder pleinement, aussi bien pour Amicia que pour nous qui la contrôlons. Bien sûr, nous n'avons jamais notre mot à dire dans la progression de l'intrigue, même si on nous donne une certaine liberté pour aborder les différentes situations de jeu. Tout ce qui arrive dans cette suite, on l'affronte et on le subit avec les personnages, chacun des éléments qui composent le jeu participant au même effort, celui de nous conter cette histoire sans concession qui devrait vous laisser complètement vidé, épuisé, à l'issue de son dénouement. Avec une durée de vie annoncée plus longue que celle d'Innocence, on craignait un peu qu'Asobo ait cédé aux sirènes du remplissage facile, mais il n'en est heureusement rien. Le jeu sait certes prendre son temps, mais il gère son rythme à la perfection et rien de ce qui se passe ne semble superflu. Pour un peu même, on aurait largement signé pour quelques chapitres supplémentaires...

Remuer le couteau dans la Plague

Dans A Plague Tale: Innocence, nous avions déjà souligné à quel point mécaniques, graphismes et sound design œuvraient main dans la main pour servir l'histoire, et c'est sans surprise que l'on retrouve la même approche dans Requiem. Pour celles et ceux qui avaient accroché à l'intrigue et ses personnages, ce qui comptait avant tout c'était leur destin, l'issue de cette course contre la mort débutée dans le domaine des De Rune et qui voit sa conclusion dans ce nouveau volet. Car ne vous-y trompez pas bonnes gens, même si on ne peut jamais être certain de rien, il est impossible de savoir si le studio français compte poursuivre sa série fétiche ou si son final annonce qu'une page va maintenant pouvoir se tourner. On peut d'autant plus se poser la question en sachant que les développeurs bordelais marchent toujours dans les traces de Naughty Dog, dont la formule, aussi excellente soit-elle, a également montré des signes d'essoufflement au fur et à mesure des épisodes d'Uncharted, ou même de The Last of Us. Difficile en effet d'apporter du neuf en termes de gameplay quand une licence est déjà bien établie, la question étant ensuite de savoir si le public a plus envie de suivre de nouvelles aventures pour leurs intrigues que pour leur aspect ludique. Pourquoi ce préambule aux allures de mise en garde malgré un final potentiellement plein de promesses pour l'avenir ? Pour vous prévenir qu'il ne faut pas attendre d'évolutions marquantes du côté des mécaniques de jeu avec A Plague Tale: Requiem.

En ce qui nous concerne, ce n'est en aucune façon un problème, mais pour celles et ceux qui ne jurent que par la nouveauté, le risque d'être déçu est bel et bien présent. Asobo a en effet choisi d'affiner sa proposition, d'améliorer les systèmes déjà mis en place pour le premier épisode, et de continuer sur la même voie, en proposant des séquences relativement variées et intelligemment réparties pour éviter que la lassitude s'installe. On retrouve donc le même mélange entre exploration, collecte de ressources, énigmes simples, infiltration et combat. L'ajout d'une arbalète dans l'arsenal d'Amicia nous faisait craindre un virage bien plus prononcé vers l'action, mais il n'en est rien. Malgré quelques passages obligés où on nous demande de nous défaire de vagues successives d'ennemis et la possibilité d'aborder une zone occupée par des soldats de manière plus frontale, l'accent reste le plus souvent mis sur la discrétion. Les carreaux d'arbalète se font assez rares, on ne peut pas en transporter énormément au départ, et certains ennemis en armure ne peuvent de toute façon pas être inquiétés par cette arme avant de les avoir débarrassés de leur protection métallique d'un tir de fronde bien placé. Cela oblige donc toujours à jongler entre les armes et les différentes recettes d'alchimie que l'on peut combiner avec les pierres ou les pots ramassés, tout en incitant à tirer profit de l'environnement direct. On peut par exemple viser des sacs de salpêtre pour qu'il s'en dégage un nuage de poussière ou des vases remplis d'huile inflammable pour ne citer que deux exemples.

La fragilité d'Amicia (c'est surtout vrai en mode difficile, mais le mode normal ne vous donnera pas beaucoup plus de marge) ajoute beaucoup de tension aux combats qui ne peuvent être évités, mais l'infiltration n'est pas toujours la garantie d'une promenade de santé. Était-ce dû à notre choix de découvrir l'aventure dans le mode de difficulté le plus élevé ? Peut-être. Toujours est-il que nous avons trouvé l'approche discrète plus aboutie que dans le premier épisode. D'une part, les gardes nous ont parfois surpris par leurs rondes, moins figées que dans d'autres jeux, et leur acuité visuelle (même s'ils ne réagissent pas toujours au quart de tour). D'autre part, à la découverte d'un corps, ils deviennent redoutables quand il s'agit de nous débusquer, rendant la traversée de la zone hautement stressante. Rendez-vous compte, même à l'abri dans les hautes herbes, habituellement magiques dans le médium, nous nous sommes fait tuer sans sommation. Entre les gardes qui les fouillent et ceux qui leur mettent le feu, difficile de trouver un coin sûr. Il nous est même arrivé de nous faire surprendre sous une charrette alors que personne ne nous avait vu nous y cacher ! Comme les zones ont tendance à s'élargir à certains moments de l'aventure, qu'elles peuvent parfois être assez longues à traverser, la tension est généralement à son paroxysme pendant les phases d'infiltration et c'est évidemment une excellente chose de notre point de vue. Il est cependant possible de se débarrasser de ses adversaires en prenant un minimum de risque, en utilisant la présence des rats à son avantage, soit en leur créant un passage pour qu'ils atteignent les soldats, soit en éteignant les torches de ces derniers pour qu'ils se retrouvent à la merci des rongeurs. Il est même possible d'étrangler un ennemi avec la fronde (attention, c'est assez bruyant) ou de le poignarder dans le dos. Les couteaux, c'est l'autre nouveauté de cet épisode, une idée empruntée à Naughty Dog et The Last of Us, puisque son utilisation est unique et qu'il peut aussi servir à forcer un établi fermé à double tour pour y récupérer de précieuses ressources.

Trium, vie, rats

Ces ingrédients vont servir aussi bien pour préparer des potions alchimiques que pour améliorer l'équipement d'Amicia. Du côté des possibilités de crafting, Asobo a fait le choix de les réduire par rapport au premier épisode, certaines recettes n'étant plus disponibles. Ainsi, il n'est par exemple plus possible de faire fondre les casques de ses adversaires pour les rendre vulnérables aux attaques de fronde. Plutôt que d'y voir une régression, on préfère considérer cela comme un rééquilibrage des phases d'infiltration ou de combat, qui demandent donc d'adopter des stratégies différentes de celles du volet précédent. Tout le monde ne sera pas d'accord avec nous évidemment, mais très honnêtement, nous n'avons pas ressenti de manque à ce niveau. Des outils utilisés plus ponctuellement ont d'ailleurs été rajoutés en remplacement de certaines de ces recettes, comme la possibilité d'utiliser sa fronde associée à la pyrite pour faire des moulinets enflammés atour d'Amicia afin d'évoluer au beau milieu des rats. Pour le reste, on retrouve l'Ignifer, l'Extinguis, la poix et l'Odoris, qui peuvent être utilisés avec la fronde ou des pots, ces derniers profitant d'un effet de zone bien pratique, bien que temporaire. Asobo a également incorporé une progression transparente du personnage principal en ajoutant trois arbres de compétences totalement linéaires. Au lieu de laisser le joueur choisir celles qu'il souhaite obtenir, il va les débloquer au fur et à mesure en fonction de son style de jeu (parmi trois : prudence, agressivité et opportunisme). L'idée est plutôt bonne, car A Plague Tale: Requiem n'étant pas un action-RPG dans l'âme, il limite le nombre de compétences ainsi que le temps que l'on doit passer dans les menus. Du côté des énigmes, rien de très nouveau puisqu'elles sont encore basées sur la coopération de deux personnages pour progresser dans une zone, que l'on pousse encore quelques charriots (incluant un brasier ou non) et que l'on doit souvent trouver un moyen pour se frayer un passage parmi les nuées de rats en utilisant au mieux le matériel dont on dispose. L'arrivée de l’arbalète amène juste quelques nouvelles interactions, très similaires à celles que l'on trouvait avec l'arc de Lara dans les derniers Tomb Raider (pour se dégager la voie ou déplacer des éléments du décor). Les séquences de poursuite/fuite font aussi leur retour, mais elles sont nettement plus spectaculaires que par le passé, aussi bien visuellement que dans leur mise en scène elle-même. Asobo met alors en avant l'excellence de leur moteur physique pour venir titiller Uncharted sur son terrain, et aussi scriptés soient-ils, ces passages sont un vrai régal.

On ne voudrait surtout pas trop en dire, mais on va partir du principe que vous avez déjà terminé le premier épisode pour évoquer un autre point. Si ce n'est pas le cas et que vous souhaitez découvrir tous les éléments liés au gameplay en y jouant, lisez ce qui suit à vos risques et périls. Dans A Plague Tale: Innocence, on découvrait en effet que la présence des rats était intimement liée à la maladie d'Hugo et que la progression de celle-ci dans son corps lui permettait de les contrôler pour les utiliser à son avantage. Sans véritable surprise, ce pouvoir est toujours d'actualité dans Requiem et il pourra vous rendre la tâche plus aisée dans certaines scènes d'infiltration si vous décidez d'y avoir recours. Cette symbiose avec les rongeurs ne s'arrête pas là cependant, puisque le petit frère d'Amicia peut se servir de leur présence pour "sentir" les adversaires humains et les localiser. Dans les faits, cela se traduit par une vision "magique" qui laisse apparaître les ennemis en surbrillance à travers le décor, à la manière du mode écoute de The Last of Us. N'allez pas croire pour autant que cela rend l'approche discrète trop facile, pour la bonne et simple raison que ce pouvoir n'est pas toujours accessible au cours de l'aventure. Pour commencer, il n'arrive pas tout de suite, et surtout, il ne peut fonctionner que si les rats sont présents aux alentours. Et si vous pensez que cette option relève de la triche pure et simple, rien ne vous obligera jamais à l'utiliser. Dernier point sur lequel nous souhaitions revenir concernant le gameplay, c'est l'inclusion d'une zone plus ouverte, qui lorgne elle aussi sur le travail de Naughty Dog dans Uncharted 4 ou TLOU 2. Si l'aventure demeure complètement linéaire, avec des niveaux construits de telle manière que l'on ne peut jamais perdre de vue son objectif, l'arrivée sur l'île de Lacuna apporte un peu de sang neuf au jeu d'Asobo. Après y avoir débarqué et suivi un itinéraire bien balisé jusqu'au prochain moment clef de l'histoire, Amicia, Hugo et l'un de leurs compagnons de route se retrouvent libre d'arpenter une partie de ce petit morceau de paradis en totale liberté. Asobo a beau nous fournir les clefs pour comprendre où se passera la suite des événements, rien ne nous force à y aller directement. De temps à autre, Hugo nous rappelle bien notre objectif principal, mais il ne le fait heureusement pas systématiquement. On peut donc se laisser aller à flâner en s'émerveillant sur la beauté des paysages, découvrir des établis où on peut améliorer l'équipement d'Amicia ou de petites scénettes narratives (qui deviendront des souvenirs dans l'onglet du menu correspondant) comme on en trouve par ailleurs dans tous les passages plus calmes du jeu. Les plus attentifs devraient même trouver une sorte de mission annexe, une énigme basée sur l'exploration de l'île que nous avons pris beaucoup de plaisir à résoudre (pour obtenir un sympathique cadeau qui plus est). On vous invite donc à prendre votre temps quand vous y arriverez, même s'il est toujours possible de relancer un chapitre terminé (et la section précise qui nous intéresse).

Lacuna Matata

A Plague Tale: Innocence, c'était une pure démonstration du savoir-faire d'Asobo à tous les étages, aussi ne serez-vous pas surpris de lire que sa suite continue d'enfoncer le clou. D'abord, parlons VF, plus magistrale que jamais grâce à son casting et sa direction d'acteur. Les voix de Léopoldine Serre (Amicia), Cécile Gatto (Hugo) et Barbara Tissier (Béatrice) sont soutenues par les autres comédiens et comédiennes (nous n'avons malheureusement pas le détail des noms) qui ont tous fait un travail exemplaire. La version anglaise (accessible à tous moments via le menu pour celles et ceux qui souhaiteraient jouer en vo sous-titrée français) est également de grande qualité, même si l'on continue à lui préférer la VF. Aurélien Piters, toujours aux commandes du sound design, ne déçoit pas non plus avec les bruitages, la spatialisation et le rendu des volumes des espaces traversés, et bien sûr, Olivier Derivière et tous les musiciens ayant participé à l'enregistrement de la BO sont la cerise sur un gâteau qui ne demande qu'à être savouré du début à la fin. Les notes dissonantes du violoncelle accompagnent toujours parfaitement l'arrivée des rats, dont le grouillement dérangeant et sonore est désormais devenu si caractéristique et si effrayant. Les mélodies, les moments où la musique laisse la place aux bruits ambiants, tout est pensé pour rendre l'expérience immersive et tout converge vers un même but : raconter, faire ressentir, sans jamais tomber dans un pathos trop facile à grand renfort de gros plans ou de scènes au ralenti tire-larmes. Mais un ramage, aussi beau soit-il, ne suffit plus toujours à satisfaire un public de plus en plus exigeant, il fallait donc aussi à ce Requiem un plumage à sa mesure. Trêve de suspens inutile, surtout si vous avez jeté un œil à quelques-unes de nos images maison, cette suite parvient à surpasser Innocence en proposant une gestion de la lumière plus réaliste, moins plate pour ainsi dire, tout en augmentant drastiquement le niveau de détail des environnements traversés. Les passages en pleine nature sont saisissants de beauté, le mode photo (disponible dès le lancement) permettant de les immortaliser en quelques secondes. Au passage, Asobo a fait le choix de nous laisser une grande liberté avec cet outil, sans imposer de grandes limitations dans le déplacement de la caméra. On peut même dévoiler les parties du décor qui n'ont pas été modélisées dans une scène puisqu'elles ne sont pas visibles en phase de jeu. Pour celles et ceux qui se passionnent pour le développement et qui aiment comprendre comment sont élaborés les décors qui servent de cadre à un jeu, c'est un peu comme une visite guidée dans les coulisses et c'est vraiment très intéressant.

A Plague Tale: Requiem offre également une très bonne variété en ce qui concerne les environnements, et même quand on a l'occasion de traverser une même zone à plusieurs reprises (les rues de la ville rouge par exemple), il y a toujours un effort pour en modifier l'atmosphère (nuit, pluie, etc.). L'implémentation du HDR apporte aussi beaucoup à l'ensemble, même si le jeu reste superbe sans. Dans les séquences qui se déroulent de jour et dans des environnements chatoyants, les couleurs explosent de mille feux, là où, de nuit, les contrastes avec les sources lumineuses donnent lieu à des tableaux magnifiques. On vous conseille juste de désactiver l'aberration chromatique dans les options pour ne pas ajouter au flou disgracieux qui touche par défaut les bords de l'écran. Vous devriez d'ailleurs pouvoir le constater sur certaines de nos images maison. On précise que c'était déjà le cas dans le premier volet, mais que cela nous avait moins gênés à l'époque. Sur consoles, il faut se passer du ray tracing promis sur PC, dont on ne sait pas encore s'il ne concernera que les reflets ou la gestion de la lumière elle-même. Même si nous avons bien reçu une version PC du jeu en amont de la sortie, nous ne pouvons pas vous en parler pour deux raisons : la première, c'est que le ray tracing ne sera ajouté que pour la sortie du jeu ; la seconde c'est que la 3080 de davton a rendu l'âme après deux ans de bons et loyaux services et qu'elle nous a lâché avant l'arrivée du patch Day One. Sur Playstation 5, ce dernier est normalement disponible au moment où nous écrivons ces lignes, et s'il a peut-être réglé les rares problèmes de stabilité que nous avions pu constater, il n'a pas réussi à corriger ceux qui concernent les performances du jeu. Cela sera peut-être décevant pour celles et ceux qui jouent sur console, mais le framerate de A Plague Tale: Requiem est limité à 30 images par seconde, et contrairement à de nombreux titres aujourd'hui, aucun mode graphique ne permet de le privilégier. Ceci étant dit, l'expérience reste parfaitement jouable ainsi, et ce ne sont pas nos parties complètes en mode qualité sur Miles Morales, Rift Apart ou Forbidden West qui viendront nous contredire. Le souci, c'est que le moteur du jeu souffre énormément dans certaines scènes, quand un paysage est plus chargé en effets (la vue de la ville rouge de nuit quand on se retrouve au bord de l'eau) ou que trop de rats sont affichés à l'écran (on pense à un passage en particulier dans le dernier tiers du jeu). Ralentissements, saccades très visibles, tearing, voilà ce qui peut arriver dans les pires scénarios. L'utilisation d'un écran VRR semble atténuer certains de ces problèmes (les déchirements de l'image essentiellement), mais cela ne suffit pas à rendre le jeu parfaitement fluide. C'est évidemment très regrettable, mais cela n'a au final pas gâché notre expérience de jeu. Impossible cependant de ne pas faire la moue en voyant que l'on doit déjà face à ce genre de désagréments sur une machine comme la PS5.

Verdict


En dépit de son manque de nouveautés et de ses petits problèmes techniques, A Plague Tale: Requiem est un titre encore plus abouti que son prédécesseur. Le bond qualitatif est indéniable, proche de celui qui séparait le premier Uncharted de sa suite. Naughty Dog ayant à l'évidence servi de modèle dans l'élaboration de A Plague Tale: Innocence, on ne s'étonnera pas de retrouver la comparaison avec The Last of Us, plus pertinente que jamais dans cet épisode. Grâce à ses personnages, son histoire sans concession et sa mise en scène hyper soignée, le titre du studio bordelais mérite largement qu'on l'élève au rang de "TLOU féodal à la française". Mais même s'il se veut plus spectaculaire que son aîné à certains moments clefs, il conserve néanmoins sa touche très particulière, son parfum de jeu double-A aux allures de triple-A. Tout comme Joel et Ellie ou Booker DeWitt et Elizabeth, Amicia, Hugo, Lucas, Béatrice et les autres ont réussi à laisser une empreinte indélébile, à nous faire passer par toute une palette d'émotions de la première seconde à la dernière. Si le voyage est marquant, c'est aussi grâce à la maîtrise visuelle dont a fait preuve Asobo qui, non content de mettre la barre encore plus haut graphiquement, est même parvenu à rendre les personnages plus vivants grâce à des animations plus détaillées et plus réalistes que par le passé. Après la dernière image qui clôt le générique de fin, on ne sait pas de quoi demain sera fait après un tel Requiem, mais on espère bien que la messe est encore loin d'être dite en ce qui concerne les ambitions narratives d'Asobo. Le studio bordelais poursuivra peut-être son travail sur la série à l'avenir, et nous en serons évidemment ravis, mais nous avons suffisamment confiance en eux pour leur demander de continuer de nous surprendre et de ne surtout pas hésiter à explorer d'autres horizons si l'envie leur en prend. Asobo étant définitivement entré dans la cour des grands grâce à leur capacité étonnante pour créer des univers originaux et raconter des histoires poignantes, on attend avec patience l'annonce de leur prochain projet !
  • Les plus
  • Visuellement superbe
  • Des scènes scriptées dantesques
  • Un road trip dont on sort marqué
  • Les personnages
  • Plus long qu'Innocence et meilleur en tous points
  • IA intransigeante pendant l'infiltration
  • BO et sound design en or
  • DualSence bien mise à profit sur PS5
  • Les moins
  • Problèmes de performances sur PS5
  • Gestion des checkpoints parfois maladroite
  • Quelques rares passages un peu frustrants en difficile

Review en vidéo

Images maison (PS5)

  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
  • GSY Review : A Plague Tale: Requiem - Images maison (PS5)
MadDemon
MadDemon
Commentaire du 17/10/2022 à 20:24:29
Merci pour le test je vais aller regarder votre vidéo.
En réponse à
callagane
callagane
Commentaire du 17/10/2022 à 20:27:18
Je viens de tester le jeu sur Xbox SX, et je n’ai fait que le tout début. J’étais surtout curieux de voir le côté technique. Et sur ce point, je suis un peu déçu… peut-être que j’en attendais trop. 
Le trouve les éclairages réalistes, et le rendu photo réaliste. 
Mais sur les vidéo avec le moteur du jeu, j’ai l’impression que c’est filmé à l’iPhone avec le mode cinématique. Les contours avec l’arrière-plan flou est pas dingue. Et la définition in game ne doit pas être très élevée. Ou c’est que je joue trop près de ma tv.  😝
Mais je vais sûrement m’habiller et le trouver très beau après plusieurs heures de jeu. 

Je n’ai pas encore lu votre review, mais le ferai ce soir tranquillement. Mais d’après votre conclusion, ça a l’air bon. 😊
En réponse à
MadDemon
MadDemon
Commentaire du 17/10/2022 à 20:48:31 En réponse à callagane
Justement drift explique dans son test vidéo que c'est préférable de désactiver l'abberatlion chromatique qui rend les bords de l'écran flou. 
En réponse à
callagane
callagane
Commentaire du 17/10/2022 à 20:59:22 En réponse à MadDemon
Posté par MadDemon
Justement drift explique dans son test vidéo que c'est préférable de désactiver l'abberatlion chromatique qui rend les bords de l'écran flou. 
Ah ok, je le ferai pour voir. Mais pour moi, l’aberration chromatique, c’était pas ça. 😁
En réponse à
Bourru
Bourru
Commentaire du 17/10/2022 à 21:26:01
Que dire sinon qu'Asobo a tout compris ! 
En réponse à
bof
bof
Commentaire du 17/10/2022 à 22:36:41
Bel article qui fait particulièrement envie, ayant moi-même beaucoup aimé Innocence, et que j'ai lu avec le stream Twitch en fond sonore (sans l'image, pour garder la surprise). Je ne pourrai pas m'attaquer au jeu avant la mi-décembre, mais j'en salive d'avance.
En réponse à
sumipto
sumipto
Commentaire du 18/10/2022 à 07:21:25
Merci pour ce test Drift.
Je l'attendais de pied ferme celui-là!
En réponse à
zero2lyon
zero2lyon
Commentaire du 18/10/2022 à 09:20:59
Ok je suis convaincu par ce test et la vidéo, j'ai adoré innocence et je pense que ce sera pareil avec sa suite.
Merci pour ce test très complet :)
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 18/10/2022 à 13:54:19
Une review/couverture aux petits oignons encore! Ça donne furieusement envie. Artistiquement ça semble assez dingo (avec toujours cette singularité et cette identité qui font bien plaisir), autant visuellement qu'au niveau de la BO qui, d'après du peu que j'ai entendu, m'a l'air d'être une très sérieuse prétendante à l'OST de l'année.

'Me reste encore à regarder les contenus vidéos. Merci pour ce superbe taff!
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 18/10/2022 à 13:55:56
Encore une fois tout juste Driftwood sur tout les points.
J'ai adoré le premier j'ai fait deux runs dessus et même si le gameplay peu paraitre simpliste on y prend quand même assez de plaisir pour pas lui en tenir rigueur donc retrouver les mêmes mécaniques ça ne m'a pas déranger plus que ça.
J'adorai déjà les personnages mais très arapidement ils arrivent quand même à les rendre encore plus attachant ça m'a même surpris que la sauce prenne aussi vite et aussi fort même Hugo qui m'avait un peu agacé sur le premier épisode.
Visuellement c'est hyper soigné,les lumières surtout et c'est un plaisir de revoir ce type d'architecture et l'époque mais ça c'est sûrement mon côté chauvin.Des petites ombres au tableau cependant avec comme tu l'a dit des problèmes d'optimisation l'image est même vilaine au départ mais comme toi j'ai fait un petit tour dans les options pour virer les aberrations chromatiques et le flou de mouvement l'image est plus propre et la caméra accroche moins.Le rendu de l'eau sur ma série S j'ai pas trouver ça foufou non plus.
J'imagine qu'on aura plus tard une meilleur optimisation et des options pour régler ça mais c'est assez beau pour me donner envie de changer d'écrans et de console.
Je finirai par le point fort du jeu avec les personnages et le rythme qui sont très bons mais la bande son pfioouu mon dieu mais qu'es ce que ça fait du bien aux tympans,c'est du pur caviard la vf,les bruits ambiants, les musique c'est une dinguerie!
Même en plein jour ils arrivent à mettre l'angoisse,de prendre aux tripes avec ces coups de violon bien placer.Les mecs sont des génies.
Bon vous avez compris j'ai pas fini le jeu mais j'ai déjà prit ma gifle et je sens qu'il va encore plus marquer que le premier et que je risque de l'accrocher à côté de Bioshock,Alan wake,Witcher and co Asobo avait déjà un pied dans les plus grands  studio de cette industrie avec Microsoft flight simulator et le premier plague tale là ils ont les deux pieds dedans.
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 18/10/2022 à 14:09:51
Désolé double post foireux
En réponse à
Soda - Tourist Trophy
Soda
Commentaire du 18/10/2022 à 23:48:09
Chez GK, c’est 5/10 😅

Superbe review que j’ai pris plaisir à lire (je l’ai pas regarder la vidéo, je me réserve la surprise.

Je lance le jeu très prochainement via le Gamepass.
En réponse à
Flash_Runner
Flash_Runner
Commentaire du 20/10/2022 à 16:58:12
Superbes screens. Je vais peut-être le tester, mais je trouve que comme pour pas mal de jeu, le plaisir est avant dans tout la claque, et l'histoire. Pas sûr de kiffer, j'avais pas fini le premier.
En réponse à
MadDemon
MadDemon
Commentaire du 20/10/2022 à 19:15:40 En réponse à Soda
Posté par Soda
Chez GK, c’est 5/10 😅

Superbe review que j’ai pris plaisir à lire (je l’ai pas regarder la vidéo, je me réserve la surprise.

Je lance le jeu très prochainement via le Gamepass.
Même note que gotham knight 🤭🤭 donc gotham est bon à faire 😅
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 20/10/2022 à 19:26:26 En réponse à MadDemon
Sauf qu'en fait non. :P
En réponse à
MadDemon
MadDemon
Commentaire du 20/10/2022 à 20:01:19 En réponse à Driftwood
Bien entendu je trollais 😉 Comme quoi la notation de GK est loin d'être parfaite.
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 20/10/2022 à 20:59:38 En réponse à MadDemon
Ils devraient virer les notes surtout. C'est le texte qui importe. Le rédacteur explique très probablement pourquoi Requiem lui ai passé au dessus à ce point permettant au lecteur de savoir si ça serait pareil pour lui ou pas.

Il y a bien eut des articles pour minorer grandement l'enthousiasme autour de RDR². Et l'argumentaire est tout à fait recevable.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 20/10/2022 à 21:00:33 En réponse à GTB
De ce que j'ai cru comprendre, il descend le jeu de A à Z et c'est tout.
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 20/10/2022 à 21:25:56
Ça me rappel le coup de Dying light 1 et son 4/10 des fois ils vrillent tu comprends pas.^^
En réponse à
GTB - Acapello
GTB
Commentaire du 20/10/2022 à 21:44:43 En réponse à Driftwood
Sérieusement, il ne lui trouve aucune qualité? oÔ...bon après, de toute évidence c'est un problème de compatibilité rédac/jeu, vu l'ensemble de la critique presse.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 20/10/2022 à 22:08:03 En réponse à GTB
Je n'ai pas pu lire, donc je ne peux pas en être sûr, mais il me semble que le seul truc dont il a dit du bien ce sont les graphismes.
En réponse à
skiwi - Ranma ½
skiwi
Commentaire du 20/10/2022 à 23:03:47 En réponse à Driftwood
Si ça se trouve il aimait déjà pas le premier. Si c'est le cas lui confier le deuxième est d'une pertinence que je me permettrais de qualifier de discutable.
En réponse à
SweeneyTodd - Undercover Modocop
SweeneyTodd
Commentaire du 20/10/2022 à 23:54:51
Merci pour le test. Ayant fini Innocence cette semaine, l'écart avec le premier jeu (encore très beau malgré tout) est impressionnant. Dommage que le gameplay ne semble pas avoir gagné en souplesse car je l'ai trouvé un peu raide parfois sur le premier (+ une aide à la visée parfois capricieuse).

En tout cas, les progrès du studio sont impressionnants, il y a de quoi se réjouir qu'ils fassent des jeux de ce calibre et que Focus soit à leurs côtés; J'espère qu'ils arriveront à se hisser encore plus haut pour leurs prochaines productions.

Je vais peut-être attendre quelques jours avant de l'acheter pour voir si ils corrigent les quelques soucis côté perf. En tout cas il me semble que c'est un moteur maison et ils ont vraiment bien bossé.
En réponse à
face2papalocust
face2papalocust
Commentaire du 21/10/2022 à 09:57:16 En réponse à Driftwood
Je vais être direct pardon d'avance mais il doit avoir de la merde dans les oreilles pour pas au moins apprécier la bande son,rien que la vf ça fait du bien à attendre et les musiques non la personne à des acouphènes.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 21/10/2022 à 11:27:14 En réponse à face2papalocust
Ah il a peut-être aussi aimé la BO, quand même. :)
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE XBSX PS5
Edité par
Focus Entertainm...
Developpé par
Asobo Studio
Patreon

135 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • DJOJO843

    DJOJO843 Y a un nouveau match de déployé aujourd’hui 22go hier 12 go aujourd’hui autant que jouer au jeu c est pas pour aujourd’hui depuis hier j ai pu y jouer que 1h … faut le temps de download (il y a 20 Heures)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @face2papalocust: j'ignorais cette info aussi! (il y a 21 Heures)

  • face2papalocust

    face2papalocust @SweeneyTodd: Ces problèmes ont mit en avant une news que je ne connaissais pas Sony est venu aider le studio au développement...bon une sortie dans le game pass c'est mal barré.:/ (il y a 22 Heures)

  • SweeneyTodd

    SweeneyTodd @GTB: Oui pareil, je juge la réception plutôt bonne! Dommage pour les soucis techniques sur PC et Xbox cela dit mais ça sera vite régler je pense (il y a 22 Heures)

  • Bigquick

    Bigquick P'tite pause musicale avec le nouveau Metallica : [url] (il y a 22 Heures)

  • GTB

    GTB @skiwi: J'irai pas jusque très mitigé, sur metacritic il est qd même dans la fourchette 75-80%. Bien mais imparfait semble être ce qui ressort. /!\ la version steam se fait défoncer à cause de pb tech (il y a 1 Jour)

  • skiwi

    skiwi @face2papalocust: oui, c'est très mitigé globalement. (il y a 1 Jour)

  • Driftwood

    Driftwood Il est de nouveau possible de télécharger les vidéos sur le site. Désolé pour le mois et demi de panne. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

Notre vidéo Switch de FRONT MISSION 1st: Remake

  • Mercredi 30 novembre 2022
  • davton

Les 15 premières minutes de Need for Speed Unbound

  • Mercredi 30 novembre 2022
  • Driftwood

GSY Review : The Knight Witch

  • Lundi 28 novembre 2022
  • Driftwood