GSY Vidéo PS4 Xbox One PC

Pour clore notre couverture de la sortie de DiRT 4 (à moins que le réseau Xbox nous fasse la surprise d'une clef d'ici quelque temps), nous vous offrons quelques nouveaux extraits du jeu de Codemasters, cette fois enregistrés sur PC. Nous avons mis notre GTX 1080 à l'épreuve dans diverses configurations, en 1080p ultra (et blending avancé) évidemment, mais aussi en 4K, en prenant soin de baisser les ombres (de ultra à élevé), de désactiver l'occlusion ambiante avancée et le blending avancé. Gamersyde restant Gamersyde, Amarec et OBS ont continué de nous faire des misères pour la capture en très haute résolution, on espère donc que ce que nous avons pu en tirer suffira à vous satisfaire. On en profite pour mettre à jour nos impressions pad en mains.
Note : Si vous apercevez des ralentissements sur nos extraits 4K alors que le compteur Mirillis ne bronche pas, il s'agit soit de votre PC, soit de l'enregistrement lui-même, encore perfectible hélas.


Continuer sur sa Lancer

Vous l'avez certainement compris dans notre précédent article, le premier contact avec DiRT 4 laisse plus de place à la déception et l'incompréhension qu'autre chose, la faute notamment à des premières spéciales courtes et simplistes, mais également à la catégorie de voiture proposée au départ : les modèles R2 à traction, peu puissants et bien trop dociles pour être amusants à piloter. Quand on a connu DiRT Rally et son extrême exigence, même sur des véhicules plus anciens ou moins puissants, les premières impressions en pâtissent énormément. C'est peut-être d'ailleurs ce qui explique la moyenne d'évaluations assez basse du jeu sur Steam, certains joueurs PC n'ayant sans doute pas eu la patience d'aller au delà de ce poussif préambule. Pourtant, une fois découvertes les autres catégories de voiture et les spéciales de l'Espagne, l'Australie ou du Pays de Galles, les sensations s'améliorent grandement, pour finir par procurer un réel plaisir de jeu. Attention cependant, car si l'on veut bien croire que la base du moteur physique est la même que celle de DiRT Rally, ce quatrième opus reste autrement plus accessible, même une fois toutes les aides désactivées en mode simulation. La question est alors de savoir si le résultat s'avère plus réaliste, comme le clament certains, ou si, de l'avis d'un bon nombre de joueurs sur Steam et ailleurs, Codemasters a fait trop de compromis pour plaire au plus grand nombre. Difficile de répondre catégoriquement sans avoir eu la chance de conduire une vraie voiture de rallye, mais ce qui est indéniable, c'est qu'il est désormais tout à faire possible de découvrir une spéciale et un véhicule pour la première fois et de s'en sortir haut la main. Impossible d'imaginer pareille situation dans DiRT Rally vous le savez, chaque centimètre de terrain gagné étant déjà une petite victoire en soi. Si c'est essentiellement cet aspect qui vous avait convaincu dans ce dernier, il est fort probable que vous ne trouviez pas votre compte dans DiRT 4, malgré ses qualités. Si sa difficulté vous avait rebuté par contre, voilà peut-être de quoi vous réconcilier avec la série.

Quart DiRT américain

Situé à mi-chemin entre l'extrême accessibilité des trois premiers épisodes et l'élitisme du volet Rally, DiRT 4 donne la possibilité de se rapprocher de l'une des deux extrémités de ce spectre avec l'intégration de deux modes de conduite : gamer et simulation. Ceci étant dit, même en optant pour ce dernier, n'allez pas croire que vous allez pouvoir retrouver les sensations exactes de DiRT Rally. Pour autant, on n'ira heureusement pas jusqu'à dire que la conduite ne demande aucun doigté, les pertes de contrôle étant légion sur les surfaces meubles, du moins si vous ne maîtrisez pas vos reprises d'accélération. Le freinage, bien qu'assez simple à maîtriser, peut également vous amener à la faute, en buggy notamment, mais le blocage de roues est assez rare, même sans l'ABS. La reprise d'adhérence sur les surfaces meubles est également plus rapide et incisive que dans DiRT Rally, ce qui pourra en surprendre plus d'un. Heureusement, en dehors du Michigan (dont les longues lignes droites peuvent tout de même s'avérer très piégeuses à bord d'une voiture puissante), les spéciales de DiRT 4 conservent toute l'étroitesse qui ont fait la gloire du précédent volet, ce qui oblige souvent à lever le pied, de peur de perdre le contrôle et d'aller à la faute. Sachez en revanche que le niveau de difficulté global semble avoir été revu à la baisse côté IA, puisque le second mode (sur trois, le quatrième étant bloqué au départ) ne vous posera pas le moindre problème, et ne vous incitera donc pas à prendre beaucoup de risques. On conseille donc aux amateurs de challenge d'opter pour le troisième mode de difficulté, en attendant de pouvoir accéder au dernier. Un dernier mot sur les spéciales, qui nous paraissent parfois assez similaires au sein d'un même pays, avec des tronçons qui donnent l'impression d'être utilisés plusieurs fois dans les tracés les plus longs. Le générateur automatique de spéciales souffre à priori du même problème, et on se demande vraiment si la diversité des pistes sera aussi importante que l'on pouvait l'espérer après plusieurs semaines/mois de pratique.

Gonflé à Block

Ce qui nous amène à parler du contenu du jeu, autrement plus riche que celui de DiRT Rally, mais peut-être pas autant que ce que l'on est en droit d'attendre d'un titre de cet acabit. Entendons-nous bien, il y a beaucoup de choses à faire dans DiRT 4, mais l'absence de certains pays (pourtant présents dans l'itération précédente), le relatif manque de pistes dans les modes Landrush (3 lieux seulement- mais plusieurs tracés) et Rallycross (6 circuits), et la potentielle redondance entre certaines spéciales (si elle se confirme) nous chagrinent quelque peu. À côté de cela, le mode carrière se veut assez complet, avec une gestion du staff, de l'équipement et des sponsors qui implique le joueur dans la progression de manière assez intelligente. L'argent gagné ne servira donc pas qu'à acquérir de nouveaux véhicules ou à les améliorer, mais aussi à prendre soin de son équipe en leur aménageant de meilleurs espaces de travail ou de détente par exemple, ce qui aura un impact sur leur efficacité. Tout ce petit monde pourra gagner en expérience, à condition d'y mettre le prix évidemment, et vous pourrez engager de nouvelles recrues plus performantes pour remplacer les moins efficaces. Tout ceci se passe uniquement via de simples écrans de menu, mais cela ajoute une petite dimension de gestion pas désagréable. Même chose pour les sponsors, dont vous pourrez agrandir la liste, et que vous devrez choisir à votre guise, chacun vous donnant des objectifs précis à respecter dans chaque épreuve pour récolter encore plus d'argent. Vous recevrez également quelques emails, pour vous tenir au courant des derniers sponsors intéressés par vos prouesses par exemple, mais Codemasters a eu la bonne idée de ne pas inclure de dimension "sociale" au mode carrière, ce qui nous épargne l'inclusion d'une simili-twittosphère comme on a pu y avoir droit dans certains jeux par le passé. À ce mode carrière s'ajoute la possibilité de créer ses propres événements (dont les tracés sont générés aléatoirement pour le rallye), de s'adonner aux joies de la conduite de précision dans les épreuves d'adresse et de chrono du mode Joyride (à la manière de DiRT 3, sans la flambe de Ken Block), de perfectionner son niveau à l'école de pilotage, et bien sûr d'affronter des adversaires en ligne.

Le Colin a des yeux

Après nous avoir plutôt déçu sur PS4 Pro, DiRT 4 a bien meilleure mine sur PC. Sans aller jusqu'à dire que le jeu est totalement transfiguré sur une bonne machine, l'affichage est indéniablement plus fin, même en 1080p. Là où le jeu proposait un rendu assez brouillon de l'image sur la console de Sony, il est clairement plus propre sur notre machine de test. Il faut dire que l'antialiasing est indéniablement plus efficace que sur PS4, à condition de pouvoir se permettre la gourmandise du MSAA. DiRT 4 dispose d'un nombre d'options graphiques tout à fait satisfaisant, permettant de tout paramétrer en fonction de sa configuration, néanmoins, contrairement à DiRT Rally, ce nouvel épisode demande une certaine puissance pour profiter de toutes les options graphiques du jeu. En 1080p, même avec notre GTX 1080, les replays souffrent parfois de quelques ralentissements en fonction des angles de caméra choisis et de ce qui se passe à l'écran. Aucun problème à signaler en revanche pendant les phases de jeu, quelle que soit la vue sélectionnée, l'heure ou les conditions météorologiques. Autre preuve de la gourmandise de ce quatrième volet par rapport à DiRT Rally, y jouer en 4K demandera plusieurs sacrifices pour obtenir une expérience fluide en course, ce qui ne suffira cependant pas à éviter des baisses de framerate dans les replays. Un prix que de nombreux joueurs seront prêts à payer tant le confort visuel gagné est appréciable. Nous avons beau ne pas toujours être convaincus par l'apport de la très haute résolution, dans le cas de DiRT 4, le retour au 1080p donne l'impression de voir un peu flou. Des "problèmes" qui ne toucheront que les joueurs les plus fortunés, que l'on aura du mal à plaindre. On espère tout de même que Codemasters parviendra à optimiser son titre au fur et à mesure des mises à jour, pour que ceux qui se plaignent de performances insuffisantes ne soient pas trop pénalisés.

Verdict


Avec ce nouvel épisode qui tente un vrai numéro d'équilibriste entre conduite accessible et pilotage plus subtil, sans jamais réellement conserver toute la dimension élitiste de DiRT Rally, Codemasters redonne tout juste ce qu'il fallait à sa franchise pour qu'elle s'installe tranquillement dans les salons du plus grand nombre. Cela se fait néanmoins au prix de quelques compromis dont ne pourront se satisfaire ceux qui adoraient ressentir la peur permanente de partir à la faute à la moindre erreur de jugement. On aurait certes apprécié voir un contenu plus conséquent encore, plus de spéciales ou de circuits, mais les efforts consentis sur la présentation générale, sur la carrière et les différents modes de jeu sont à souligner. Plus proche des sensations des premiers Colin McRae que de celles de DiRT Rally, DiRT 4 n'est pas un bête jeu d'arcade sans saveur, mais il ne parviendra sans doute pas à convaincre les irréductibles fans de la simulation pure et dure. Impossible cependant de ne pas reconnaître les qualités de ce quatrième opus, qui fait suffisamment évoluer la conduite des trois premiers volets pour justifier son existence. On vous laisse donc choisir votre camp, en attendant l'annonce d'un probable DiRT Rally 2...
  • Les plus
  • Fin sur PC et d'une netteté impressionnante en 4K
  • De jolis paysages
  • L'Australie est de retour
  • Conduite assez grisante une fois les FWD laissées sur le bas-côté
  • Les sons de moteur et les musiques des rediffusions/menus
  • Les spéciales générées aléatoirement ne dépareillent pas des autres
  • Un bon compromis entre l'arcade et la simulation hardcore
  • Pas de flashbacks, on assume ses erreurs
  • Des tonnes de choses à gérer dans la carrière
  • Un effort de présentation qui fait plaisir après DiRT Rally
  • Pas mal de contenu
  • On s'amuse et c'est là l'essentiel
  • Les moins
  • N'atteint jamais l'exigence de DiRT Rally en mode simulation
  • Trop de grip
  • Redondance dans les spéciales ?
  • Seulement 5 pays pour le rallye
  • Où sont la Finlande, l'Allemagne et la Grèce ?
  • Peu de pistes pour le Landrush et le Rallycross au final
  • Seulement deux types d'épreuve dans le mode Joyride
  • Les spectateurs clonés au départ de la course
  • Décevant graphiquement sur PS4 Pro
  • Gourmand sur PC sans que le bond visuel soit évident

Images 4K (PC)

  • Nos vidéos PC de DiRT 4 - Images 4K (PC)
  • Nos vidéos PC de DiRT 4 - Images 4K (PC)
  • Nos vidéos PC de DiRT 4 - Images 4K (PC)
  • Nos vidéos PC de DiRT 4 - Images 4K (PC)
  • Nos vidéos PC de DiRT 4 - Images 4K (PC)
  • Nos vidéos PC de DiRT 4 - Images 4K (PC)
nakadai
nakadai
Commentaire du 11/06/2017 à 16:20:12
Même avis que toi sur la version PC. Merci pour ton article.
En réponse à
Driftwood - Dictateur en chef
Driftwood
Commentaire du 11/06/2017 à 16:27:34 En réponse à nakadai
Merci de l'avoir lu ! :D
En réponse à
SweeneyTodd - Undercover Modocop
SweeneyTodd
Commentaire du 11/06/2017 à 22:40:41
Dommage d'avoir rendu le jeu moins exigeant même sans les aides. Graphiquement c'est pas dingue mais il y a une belle ambiance sur la vidéo au Pays de Galles !
En réponse à
augur - Tkazual
augur
Commentaire du 12/06/2017 à 00:52:09
Par contre j'ai des bugs relous sur l’attribution des prix par les sponsors à la fin des courses (genre je rempli les objectif mais j'échoue selon eux ^^). Sinon la difficulté je ne comprend pas du tout, parfois tu finis deuxième de la spéciale à 20 secondes du premier sur 4km, sans avoir fait d'erreurs... heureusement il a la bonne idée de se crasher en fin de rallye en général. \o/

Sinon ça reste très sympa à jouer au final, même si beaucoup de grip.

Il y a des musiques très sympa aussi.
En réponse à
A propos du jeu
Plateformes
PC PS4 XBOXONE
Edité par
Codemasters
Developpé par
Codemasters
Patreon

224 $ de 400 $ par mois

Quoi de neuf ?
  • wolverine655

    wolverine655 Salut, quelqu'un aurait en sa possession l'adresse email de Microsoft pour faire une réclamation ? Pas le formulaire en ligne (limite de caractère), concernant la Xbox et ses services (il y a 19 Heures)

  • bosozoku

    bosozoku @face2locust: Ca test tes nerfs, pour voir si t'es un dur, ou une face de pet ! (il y a 1 Jour)

  • face2locust

    face2locust @bosozoku: Dans une administration je peux comprendre mais là...j'en rigole tout seul tellement c'est grotesque. (il y a 1 Jour)

  • bosozoku

    bosozoku @face2locust: Comme dans une bonne file d'attente dans une adminisration. Qui va (il y a 1 Jour)

  • face2locust

    face2locust Je lance la tech test de Gears 5 tout content et je tombe sur ca.^^ [url] (il y a 1 Jour)

  • jackie_choun

    jackie_choun Bonjour, pourriez-vous vous calmer sur les news car je suis déjà en retard de vidéo GSY made alors bon :D (il y a 1 Jour)

  • Soda

    Soda @Dazman: Je me rappel surtout des finales perdus qui font mal, c'est drôle (surtout en 2008-2009 justement) (il y a 4 Jours)

  • Driftwood

    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)

  • Driftwood

    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)

Aussi sur Gamersyde

GSY Review Express : Etherborn

  • Jeudi 18 juillet 2019
  • Driftwood

Nos vidéos de Night Call

  • Mercredi 17 juillet 2019
  • Driftwood

Nos vidéos PS4 Pro de Dragon Quest Builders 2

  • Mardi 16 juillet 2019
  • Driftwood